Principal / Conception

5 maladies gynécologiques les plus dangereuses pendant la grossesse

Les maladies gynécologiques pendant la grossesse méritent une attention particulière et le respect de toutes les recommandations du médecin, car elles sont lourdes de complications et de conséquences irréversibles pour la future mère et l'enfant. De telles pathologies conduisent souvent à des fausses couches et à divers troubles du développement fœtal (à la fois physiquement et mentalement). Mais de tels écarts peuvent être évités si vous subissez des examens préventifs réguliers avec un gynécologue pendant toute la durée de la grossesse. Jetons un coup d'œil aux 5 maladies les plus dangereuses et à leurs caractéristiques.

Maladie ovarienne

Pendant la grossesse, les femmes ont souvent des problèmes avec les ovaires, par exemple, des processus inflammatoires, diverses néoplasmes, etc..

Causes d'occurrence

Les maladies ovariennes surviennent pour diverses raisons, allant de l'hypothermie banale à des maladies infectieuses transmises sexuellement (dans le contexte d'une immunité affaiblie).

D'autres facteurs provoquant des pathologies ovariennes comprennent:

  • Respect insuffisant des règles d'hygiène personnelle.
  • Diverses opérations gynécologiques.
  • Maladies infectieuses (grippe, ARVI, etc.).
  • Processus inflammatoires des organes pelviens.
  • Troubles hormonaux.

Symptômes

Les symptômes de la maladie ovarienne sont les suivants:

  • Douleur récurrente dans le bas de l'abdomen (de nature aiguë et douloureuse). Parfois, des sensations douloureuses sont observées dans la région lombaire.
  • L'apparition d'un écoulement purulent du tractus génital, ainsi que des démangeaisons et des brûlures dans la région génitale.
  • Intoxication du corps (fièvre, diarrhée, vomissements, etc.).
  • Troubles du tractus gastro-intestinal (douleur abdominale sévère, constipation).
  • Pieds enflés.

Important! Lors de l'examen, le gynécologue peut constater que la taille des ovaires et de l'utérus a légèrement augmenté. À la palpation, une femme ressentira de la douleur.

Complications possibles

Selon la présence d'une maladie particulière chez le patient, les complications peuvent être différentes. Ainsi, l'inflammation des ovaires est lourde de fausses couches, de retard du développement fœtal et de thrombose veineuse..

Dans le cas de l'oncologie, les complications suivantes sont possibles:

  • Interruption spontanée de grossesse.
  • Métastases aux organes internes proches des ovaires (y compris le fœtus).
  • Retard dans le développement physique et mental de l'enfant.
  • Infertilité ultérieure.
  • Mort d'une femme.

Mais même s'il est possible de porter le fœtus avant la date d'accouchement (38 à 40 semaines), la maladie peut affecter le déroulement du travail. Par exemple, il peut y avoir une décharge prématurée de liquide amniotique, un travail prolongé ou prématuré, etc..

Traitement

Dans le cas de maladies oncologiques des ovaires, la pathologie est généralement éliminée à l'aide d'une intervention chirurgicale (si à la fin du deuxième trimestre, la tumeur ne diminue pas de taille, mais ne fait que croître). Si la tumeur est maligne, une césarienne est proposée à la femme et après l'accouchement, une chimiothérapie est prescrite ou le néoplasme est retiré par chirurgie.

Avec l'inflammation des ovaires, la femme enceinte se voit généralement prescrire un traitement antibiotique. Cependant, pendant la grossesse, beaucoup d'entre eux sont interdits, car ils peuvent nuire au bébé. Par conséquent, le médecin sélectionne individuellement les médicaments les plus sûrs pour le traitement (y compris leur posologie).

Remarque! Pendant la grossesse, les antibiotiques sont le plus souvent administrés par voie intraveineuse et en milieu hospitalier.

Torsion des jambes de fibromes utérins ou de kystes ovariens

Pendant la grossesse, l'apport sanguin aux fibromes ou aux kystes est parfois perturbé, entraînant une torsion des jambes de fibromes utérins ou de tumeurs ovariennes. C'est l'une des pathologies les plus rares qui surviennent lors du port d'un enfant..

Causes d'occurrence

La torsion des jambes des fibromes utérins se produit en raison d'une augmentation de la taille des fibromes utérins, ainsi qu'en raison d'une détérioration de l'apport sanguin au myomètre. D'autres raisons incluent une activité physique accrue (sauts, virages serrés, soulever des poids pendant la grossesse, etc.).

Les raisons de la torsion du kyste ovarien comprennent les facteurs suivants:

  • Anomalies ovariennes déjà diagnostiquées.
  • Opérations gynécologiques passées sur les organes pelviens.
  • Mouvements brusques (tourner le corps, sortir rapidement du lit, etc.).
  • Distension de la vessie.
  • Renforcer la motilité intestinale.

Attention! Si les jambes des fibromes utérins ou des kystes ovariens sont tordues, la future femme en travail doit contacter d'urgence un établissement médical.

Symptômes

La torsion des jambes des fibromes utérins est caractérisée par des symptômes tels que:

  • douleur aiguë dans le bas de l'abdomen,
  • augmentation de la température corporelle,
  • pâleur de la peau,
  • perte de conscience temporaire,
  • dysfonctionnement intestinal,
  • nausée et vomissements.

En cas de torsion du kyste ovarien, les femmes remarquent une douleur lancinante ou paroxystique dans le bas de l'abdomen (dans un état calme), une augmentation de la production de gaz, des vomissements, une faiblesse générale, de la constipation et de la fièvre.

Complications possibles

La torsion des jambes des fibromes utérins est lourde des complications suivantes:

  • péritonite et septicémie,
  • adhérences de la cavité abdominale,
  • infertilité ultérieure,
  • décès de la mère ou de l'enfant.

Lorsque les kystes ovariens sont tordus, des conséquences telles qu'un avortement spontané, des complications lors de l'accouchement, la mort de la mère ou du fœtus sont possibles.

Traitement

Dans les premiers stades de la grossesse, les patientes sont indiquées pour une intervention chirurgicale comme thérapie (si cela est autorisé). Dans les derniers stades (2 ou 3 trimestres), les femmes subissent une césarienne, car c'est l'option la plus sûre pour sauver la vie de l'enfant.

Myome de l'utérus

Le myome est une tumeur bénigne qui se forme dans la couche musculaire de l'utérus - le myomètre. La maladie est dangereuse non seulement pour la vie et la santé de l'enfant, mais également pour la femme enceinte. Par conséquent, dans les 9 mois, une femme enceinte doit surveiller attentivement sa propre santé..

Causes d'occurrence

À ce jour, les causes des fibromes utérins ne sont pas entièrement comprises. Cependant, il existe un certain nombre de facteurs prédisposants, par exemple:

  • Perturbation hormonale dans le corps.
  • Troubles endocriniens.
  • Processus inflammatoires des organes pelviens.
  • Grossesse tardive (après 35 ans).
  • Affaiblissement du système immunitaire.
  • Troubles nerveux.
  • Traumatisme mécanique de l'utérus (par exemple, dans le cas d'un avortement ou d'une autre chirurgie gynécologique).
  • Facteur génétique.
  • Maladies infectieuses des organes génitaux externes et internes.
  • en surpoids.

Référence! Selon des observations médicales, au cours des 8 premières semaines, la croissance des cellules myométriales augmente, ce qui provoque l'apparition d'une tumeur chez certaines femmes.

Symptômes

Dans la plupart des cas, la maladie est asymptomatique (en particulier à un stade précoce) et est détectée accidentellement lors d'une échographie de routine. Mais avec le temps, la tumeur grossit et il est alors tout simplement impossible de ne pas la remarquer. Ainsi, pour les fibromes utérins, les symptômes suivants sont caractéristiques:

  • Douleur dans les organes pelviens.
  • Urination fréquente.
  • Décharge du tractus génital.
  • Une forte augmentation de la taille de l'abdomen.
  • Faiblesse générale et malaise.
  • Douleur pendant les rapports sexuels.
  • Perturbation de la fonction intestinale (constipation, augmentation de la production de gaz, envie fréquente de déféquer, etc.).

En outre, dans certains cas, il peut y avoir des signes d'hémorroïdes et de gonflement des jambes..

Complications possibles

La maladie menace de fausse couche, d'accouchement compliqué et d'anomalies du développement intra-utérin du fœtus. Saignements utérins possibles, fièvre et difficulté à déplacer le fœtus dans le canal génital, rupture de l'utérus et de son col de l'utérus.

Traitement

Si la maladie s'est transformée en une forme avancée (avec une croissance régulière de la tumeur), il peut être conseillé à la femme de se faire avorter. Avec une petite tumeur, un traitement conservateur est possible (plus souvent en milieu hospitalier).

Les futures femmes en travail se voient prescrire les médicaments suivants:

  • Drotaverine (plus souvent par voie intramusculaire).
  • Aspirine.
  • Ginipral.
  • Duphaston.
  • Vitamines: A, C, E, groupe B, acide folique, etc..

Remarque! Il est permis de prendre des médicaments uniquement sous la stricte surveillance du médecin traitant, qui prescrira individuellement la posologie et le cours du traitement.

Verrues génitales

Les verrues génitales sont une maladie virale, qui dans la plupart des cas est sexuellement transmissible. La pathologie est particulièrement dangereuse pendant la grossesse, par conséquent, si vous trouvez des symptômes caractéristiques, vous devez immédiatement contacter un gynécologue ou un dermatologue.

Causes d'occurrence

Les verrues génitales apparaissent chez les femmes dans un contexte d'immunité affaiblie, lorsque le corps est plus sensible aux infections. Les causes de la maladie comprennent les facteurs suivants:

  • Utilisation d'articles d'hygiène personnelle d'autrui (serviette, brosse à dents, etc.), vêtements, linge de lit, etc..
  • Contact sexuel non protégé avec un porteur d'infection.
  • Situations stressantes fréquentes.
  • Avitaminose.
  • Dysbactériose du vagin.

Dans certains cas, la période d'incubation dure jusqu'à plusieurs années et se produit bien avant la grossesse, ce qui rend difficile l'établissement de la source de l'infection.

Symptômes

Contrairement à d'autres maladies gynécologiques, il est assez facile d'identifier les verrues génitales. La pathologie est caractérisée par les symptômes suivants:

  • À la surface de la peau et des muqueuses, des excroissances de 0,5-0,6 cm apparaissent (y compris dans le vagin, sur les lèvres, près de l'anus, etc.).
  • Démangeaisons et inconfort dans la zone touchée.
  • Douleur lors des selles.

Important! Pendant la grossesse, les verrues se développent à un rythme accéléré et apparaissent sur de nouvelles zones de la peau. Par conséquent, un retard dans cette situation est préjudiciable à la santé de la mère et de l'enfant..

Complications possibles

Lorsque toutes les recommandations d'un spécialiste sont suivies, il ne devrait y avoir aucune complication. Cependant, si vous laissez la situation suivre son cours, des blessures et une suppuration des excroissances existantes sont possibles. Pour éviter cela, pendant le traitement, il est important de ne pas décoller ou rayer la croûte de séchage qui se forme à la surface des verrues. Aussi pendant cette période, il est conseillé de porter des vêtements en tissu doux (pour éviter de frotter la peau).

Traitement

En l'absence de croissance accélérée des verrues génitales, les experts ne recommandent pas de traitement. Mais dans la situation inverse, les médecins ont souvent recours aux méthodes de traitement suivantes:

  • Élimination des accumulations avec un courant haute fréquence.
  • Utilisation de l'interféron par injection.
  • Élimination des verrues génitales par chirurgie.

Dans le même temps, n'oubliez pas que quelle que soit l'efficacité du traitement, le virus ne peut pas être complètement détruit (une partie de celui-ci reste dans le sang de la femme).

Blennorragie

La gonorrhée est une maladie sexuellement transmissible aux conséquences dangereuses pour la mère et l'enfant. Dans le même temps, les femmes atteintes de cette pathologie reçoivent souvent un diagnostic d'inflammation de l'utérus et des ovaires..

Causes d'occurrence

Dans la plupart des cas, les rapports sexuels non protégés sont à l'origine de l'infection, mais il existe de rares exceptions (par le biais de produits d'hygiène personnelle, de sous-vêtements, etc.). La période d'incubation est de 2-3 semaines. Un système immunitaire affaibli contribue également à l'infection..

Symptômes

Les symptômes de la gonorrhée peuvent différer en fonction de chaque cas spécifique, mais parmi les symptômes courants sont:

  • Saignements utérins récurrents.
  • Douleur dans le bas de l'abdomen.
  • Écoulement vaginal purulent.
  • Brûlures et démangeaisons dans les organes génitaux externes.

Attention! La forme aiguë de la maladie provoque des maux de tête, de la fièvre, une douleur coupante à la miction et une rougeur des organes génitaux.

Complications possibles

La gonorrhée chez la femme enceinte entraîne souvent des complications telles que:

  • Maladies du système cardiovasculaire.
  • Conjonctivite.
  • Trouble du système nerveux.
  • Pathologie du système musculo-squelettique.
  • Anomalies du développement intra-utérin du fœtus.
  • Fausse couche et naissance prématurée.

Pour éviter les complications, il est nécessaire de consulter un médecin à temps et de suivre un traitement (principalement dans un hôpital).

Traitement

Après avoir confirmé le diagnostic, des médicaments antibactériens sont prescrits aux femmes, par exemple:

  • Ceftriaxone.
  • Érythromycine.
  • Azithromycine et autres.

La posologie et le déroulement du traitement sont déterminés par le médecin traitant. La physiothérapie est utilisée en complément.

Groupes à risque

Selon une pathologie ou une autre, les groupes à risque sont différents, par exemple:

  • Les maladies ovariennes sont plus sensibles aux femmes atteintes d'un cancer du sein ou de l'utérus, ainsi qu'à celles ayant une prédisposition génétique et un surpoids.
  • La torsion des jambes des fibromes utérins ou des kystes ovariens survient souvent chez les patientes qui mènent une vie trop active (avec surcharge physique) ou qui ont subi l'une des opérations gynécologiques avant la grossesse.
  • En règle générale, les fibromes utérins affectent les femmes souffrant de troubles hormonaux et endocriniens, ainsi que celles souffrant d'endométriose et de surpoids.
  • Les verrues génitales surviennent dans la plupart des cas avec un respect insuffisant des règles d'hygiène personnelle et dans le cas de rapports sexuels non protégés (dans un contexte d'immunité affaiblie).
  • La gonorrhée affecte les femmes sujettes à de fréquents changements de partenaires sexuels.

Les maladies gynécologiques pendant la grossesse surviennent pour diverses raisons, allant des rapports sexuels non protégés aux troubles hormonaux dans le corps et aux processus inflammatoires des organes reproducteurs. En l'absence de traitement rapide, de telles pathologies entraînent souvent des conséquences graves, pouvant aller jusqu'au décès de l'enfant et même de la mère (dans les cas avancés). Par conséquent, si le moindre signe de certaines déviations est détecté, il est recommandé de consulter un médecin le plus rapidement possible. Cela sauvera la grossesse et évitera les complications..

Enregistrez le lien vers l'article pour ne pas perdre!

Caractéristiques du traitement de l'inflammation pendant la grossesse

De temps en temps, des processus inflammatoires se produisent dans certains organes de chaque personne. Cependant, dans la vie de presque toutes les femmes, il y a un moment où elle essaie de ne "contracter" aucune infection pour éviter la moindre inflammation. C'est la période d'attente pour l'enfant. Malheureusement, l'immunité affaiblie de la femme enceinte laisse très peu de chances de ne pas tomber malade dans les neuf mois suivant le port d'un bébé. Considérez les inflammations les plus courantes pendant la grossesse, leurs conséquences et les méthodes de traitement.

Inflammation des appendices pendant la grossesse

Les ovaires et les trompes de Fallope sont appelés appendices - des organes d'une grande importance dans le processus de l'accouchement. Les principales causes de la maladie sont les infections sexuellement transmissibles (mycoplasmose, trichomonase, chlamydia) et l'activation de la microflore opportuniste (streptocoques, E. coli, ureaplasma).

Symptômes

Les principaux symptômes d'inflammation des appendices pendant la grossesse peuvent être les phénomènes suivants:

  • douleur dans le bas de l'abdomen, généralement de l'ovaire affecté, qui irradie souvent vers le sacrum, le pubis et l'aine;
  • écoulement vaginal jaunâtre ou verdâtre avec une odeur désagréable;
  • détérioration de l'état général du corps, fatigue.

Le danger

Pourquoi cette inflammation est-elle dangereuse pendant la grossesse? En l'absence de traitement approprié, une infection intra-utérine et même la mort fœtale, une fausse couche spontanée ou une naissance prématurée, une grossesse non développée ou gelée sont possibles. En outre, l'apparition d'une inflammation des appendices aux premiers stades peut entraîner le développement de malformations fœtales et, aux stades ultérieurs, à la naissance d'un bébé faible..

Que faire

Pendant la grossesse, le traitement de l'inflammation des appendices est effectué uniquement en milieu hospitalier. Les tactiques de thérapie sont sélectionnées par le médecin individuellement pour chaque patient, en fonction du type d'agent pathogène, de l'état général de la femme, des caractéristiques de la grossesse, de la durée, de la présence de maladies chroniques. Habituellement, il est nécessaire de prescrire au patient des médicaments antibactériens. En outre, il est recommandé à une femme de prendre des complexes vitaminiques et des médicaments qui augmentent l'immunité. Les méthodes de traitement supplémentaires sont le repos au lit et un régime spécial. En règle générale, le pronostic pour le traitement de l'inflammation des appendices pendant la grossesse est favorable..

Inflammation des ganglions lymphatiques pendant la grossesse

Si une infection se développe dans le corps, un processus inflammatoire apparaît souvent dans les ganglions lymphatiques situés à proximité. La femme enceinte est plus sensible à diverses infections que d'autres, par conséquent, une inflammation des ganglions lymphatiques pendant la grossesse est souvent observée. Dans la forme aiguë, la maladie apparaît soudainement avec un bien-être externe complet. Une femme a des ganglions lymphatiques hypertrophiés dans la zone du processus pathologique, alors qu'il y a un gonflement et une rougeur de la peau. Si à ce stade, il est possible d'arrêter la propagation de l'infection, l'inflammation disparaît progressivement..

En cas d'infection secondaire, un processus purulent se développe (lymphadénite purulente). L'inflammation purulente pendant la grossesse est très dangereuse, car l'infection se propage dans tout le corps et peut entraîner une infection intra-utérine du fœtus.

Que faire

L'inflammation des ganglions lymphatiques pendant la grossesse ne nécessite un traitement qu'avec le développement d'un processus purulent. Dans ce cas, le ganglion lymphatique est drainé, puis une antibiothérapie est appliquée. S'il n'y a pas de processus purulent, le médecin détermine la cause de l'inflammation des ganglions lymphatiques. Le traitement n'est utilisé que lorsque cela est nécessaire, parfois le médecin préfère le reporter à la période post-partum.

Inflammation des poumons pendant la grossesse

Le processus inflammatoire dans les poumons est appelé pneumonie. Cette maladie est rarement primaire, le plus souvent elle se développe comme une complication de bronchite non traitée, pharyngite, laryngite, trachéite. La pneumonie peut être causée par des bactéries, des virus et des champignons.

Symptômes

Les symptômes de la pneumonie pendant la grossesse comprennent:

  • toux sèche, qui devient humide après quelques jours;
  • douleur dans la région de la poitrine;
  • faiblesse, fatigue, maux de tête et douleurs articulaires, frissons, fièvre;
  • essoufflement, pâleur, apparition de cyanose du triangle nasolabial.

Le danger

Cette pathologie est dangereuse avec de nombreuses complications graves, tant pour la femme enceinte que pour son enfant. Le plus souvent, l'inflammation pulmonaire pendant la grossesse provoque l'apparition de telles maladies et phénomènes:

  • syndrome obstructif, insuffisance respiratoire aiguë, pleurésie exsudative;
  • insuffisance cardio-pulmonaire aiguë, myocardite, endocardite, choc toxique infectieux;
  • anomalies du développement fœtal;
  • fausse couche ou naissance prématurée.

Que faire

Avec une évolution légère ou modérée de la pneumonie, la femme enceinte peut suivre un traitement à domicile. Une évolution sévère nécessite un traitement de l'inflammation pendant la grossesse en milieu stationnaire.

Dans la plupart des cas, les médicaments antibactériens sont le principal traitement de la pneumonie. Le médecin sélectionne les médicaments qui ont l'effet le plus doux sur le corps de l'enfant et qui sont en même temps assez efficaces dans le traitement. Si nécessaire, la femme se voit prescrire d'autres médicaments. En règle générale, il s'agit de médicaments mucolytiques et expectorants, d'antihistaminiques, d'immunostimulants, de médicaments de désintoxication, de stéroïdes et d'anti-inflammatoires non stéroïdiens. De plus, il est recommandé à une femme enceinte de prendre des complexes vitaminiques, des infusions et des décoctions d'herbes médicinales (uniquement après avoir consulté un médecin), une oxygénothérapie peut être effectuée.

L'inflammation pendant la grossesse est une pathologie plutôt indésirable, qu'il est cependant difficile d'éviter en attendant le bébé. Il est nécessaire de comprendre que seule une visite opportune chez un médecin et suivre toutes ses recommandations aidera à surmonter la maladie rapidement et sans complications..

Inflammation des appendices. Comment va la grossesse?

Pourquoi l'inflammation des appendices est-elle dangereuse pendant la grossesse et après l'accouchement? Complications de la grossesse en présence de maladies gynécologiques inflammatoires.

La fréquence des maladies inflammatoires des organes génitaux occupe la première place parmi toutes les maladies gynécologiques et représente environ 65% de toutes les visites à la clinique prénatale. Le début précoce de l'activité sexuelle, le changement fréquent de partenaires sexuels, ainsi que l'évolution effacée de la plupart des maladies inflammatoires conduisent à la formation de leurs formes chroniques. Il convient de noter que parmi tous les patients présentant de tels problèmes, plus de 80% sont des femmes nullipares de moins de 25 ans, de sorte que la grossesse se produit souvent dans un contexte de diverses maladies inflammatoires..

Maladies inflammatoires des organes génitaux

Les maladies inflammatoires des organes génitaux comprennent: la colpite - inflammation du vagin; cervicite - inflammation du col de l'utérus; salpingo-ovariite, ou annexite, - inflammation des appendices (ovaires et trompes de Fallope); endomyométrite - inflammation chronique de la couche interne de l'utérus.

La salpingo-ovariite chronique et l'endomyométrite sont en tête de ces maladies. La principale cause de leur apparition est les infections sexuellement transmissibles: trichomonase, mycoplasmose, chlamydia, etc. Comme l'indique le nom de ce groupe d'infections, un microbe pathogène pénètre dans le corps d'une femme principalement par contact sexuel avec une personne infectée. Je tiens particulièrement à noter que l'hypothermie ne peut pas être la cause d'une inflammation des appendices - elle peut devenir un facteur de provocation pour exacerber un processus inflammatoire déjà existant ou pour activer des micro-organismes conditionnellement pathogènes (normalement, chaque personne en a: E. coli, streptocoques, ureaplasma, etc.) qui provoquera une inflammation de l'utérus et de ses appendices.

Une inflammation prolongée des trompes de Fallope et des ovaires conduit au développement d'un tissu conjonctif dense, qui remplace les cellules mortes. En conséquence, la lumière déjà très mince du tube (seulement 1 à 2 mm de diamètre) peut facilement être «envahie» par le tissu conjonctif, et le tube deviendra infranchissable pour l'ovule. Dans de telles conditions, la rencontre du sperme et de l'ovule ne se produit pas, par conséquent, la fécondation est impossible. De plus, dans le processus d'inflammation, les cellules tapissant la surface interne des trompes de Fallope sont également affectées. Ils favorisent le mouvement de l'œuf à travers le tube, de plus, de nombreux micro-organismes, tels que la chlamydia et les mycoplasmes, peuvent envahir ces cellules et perturber leur fonctionnement grâce à leur activité vitale. Par conséquent, les cellules affectées des trompes de Fallope ne peuvent pas «délivrer» l'ovule de l'ovaire à l'utérus. À la suite de tels changements, une infertilité se forme, une grossesse extra-utérine peut survenir..

Manifestations de maladies gynécologiques

Le fait qu'une femme ait eu une inflammation des appendices avant la grossesse peut être jugé par les résultats des tests effectués avant la grossesse, ainsi que par la présence des plaintes suivantes: douleurs modérées, récurrentes, sourdes, tiraillantes et douloureuses dans le bas de l'abdomen, aggravées par le refroidissement, ainsi que des irrégularités menstruelles, qui devient instable - avec des retards, un flux intermenstruel. La douleur est généralement ressentie dans le bas de l'abdomen, l'aine, le sacrum et le vagin. Souvent, son intensité ne correspond pas à la nature des changements dans les organes génitaux, c'est-à-dire les changements inflammatoires dans les organes peuvent être minimes ou, à la suite du traitement, ils peuvent être éliminés, et la douleur, en tant que phénomène résiduel, persiste pendant une longue période. Cette condition peut durer longtemps, sans un début et une fin clairs de la maladie. Les signes d'inflammation chronique des appendices de l'utérus et de l'utérus lui-même comprennent un écoulement pathologique du tractus génital - plus ou moins abondant, parfois avec une odeur désagréable.

Pourquoi les maladies inflammatoires des organes génitaux féminins sont-elles dangereuses??

Pendant la grossesse

Les processus inflammatoires des ovaires peuvent entraîner une perturbation de leur travail, tandis que l'ovulation - la libération d'un ovule par l'ovaire - ne se produit pas du tout (dans ce cas, la grossesse est impossible) ou s'accompagne d'un retard. Ainsi, si normalement l'ovulation se produit au milieu du cycle, alors avec une salpingo-ovariose chronique, à la suite d'une violation de la production d'hormones ovariennes, elle se produit plus tard que prévu, presque avant les menstruations. À la place de l'ovule après l'ovulation, une glande spéciale se forme - le corps jaune. Cette glande produit les hormones progestérone, qui assurent le début de la grossesse et sont le principal facteur de soutien au cours du premier trimestre. Dans la salpingo-oophorite chronique, l'ovulation se produit hors du temps et le corps jaune est défectueux, produisant une quantité insuffisante de progestérone. Ce facteur est souvent la raison de la menace d'interruption de grossesse au cours du premier trimestre..

Comme mentionné, la principale cause de grossesse extra-utérine est également l'inflammation. En conséquence, il y a une prolifération de tissu conjonctif et un rétrécissement de la lumière des trompes de Fallope. De plus, le travail des cils de l'épithélium cilié est perturbé - les cellules qui recouvrent l'intérieur de la lumière des trompes de Fallope et contribuent à l'avancement de l'œuf dans la cavité utérine.

Je dois dire qu'avec une grossesse extra-utérine, un test de grossesse est souvent positif, une femme peut ressentir les mêmes sensations subjectives que lors d'une grossesse utérine (nausées, vertiges, etc.). Par conséquent, connaissant la présence d'une salpingo-ovariose chronique et suspectant une grossesse, il est nécessaire de consulter un médecin le plus tôt possible pour exclure une grossesse extra-utérine.

Le processus inflammatoire peut manifester son influence négative à différents stades de la grossesse..

Ainsi, des dommages aux couches internes de l'utérus entraînent une modification du système de défense à l'intérieur de l'utérus. La couche interne de l'utérus, essayant de se protéger des facteurs d'agression (microbes, virus qui ont provoqué l'inflammation), perçoit l'embryon de la même manière qu'un agent étranger, l'embryon est rejeté, une fausse couche se produit. Si, néanmoins, l'œuf fécondé parvient à se fixer, cela se produit dans la plupart des cas dans les parties inférieures de l'utérus, c'est-à-dire qu'une fixation basse ou un placenta praevia se forme. Ces conditions, à leur tour, sont des facteurs de risque de saignement pendant la grossesse. Un processus inflammatoire chronique peut entraîner une modification de la structure antigénique des cellules endométriales infectées: le corps commence à produire des anticorps contre ses propres cellules, c'est-à-dire que les cellules de son propre corps sont détruites. Ce processus est la cause la plus fréquente du développement du syndrome de coagulation intravasculaire disséminée. L'un des symptômes de cette complication est la formation d'une thrombose. Pendant la grossesse, la survenue d'une microthrombose dans la région du placenta entraîne un décollement placentaire, un retard de croissance fœtale intra-utérine, le développement d'une gestose - une complication de la grossesse, souvent manifestée par l'apparition de protéines dans les urines, un œdème et une augmentation de la pression artérielle.

Dans les conditions d'un processus inflammatoire chronique des organes génitaux dans le contexte de la grossesse, une défaillance se produit dans le système immunitaire, qui sert à reconnaître et à éliminer les substances étrangères du corps. Les cellules sanguines impliquées dans la réponse immunitaire ont un effet toxique sur le développement de l'embryon et la formation du placenta.

Tous les troubles corporels ci-dessus qui surviennent au cours du processus inflammatoire des organes génitaux peuvent entraîner les pathologies suivantes:

  • anembryonie, c.-à-d. l'absence d'embryon dans l'ovule;
  • grossesse non développée ou congelée (dans ce cas, la mort de l'embryon survient);
  • fausses couches spontanées à différents stades de la grossesse;
  • naissance prématurée;
  • mort fœtale intra-utérine;
  • infection fœtale.

Une infection intra-utérine est possible si le processus inflammatoire est activé pendant la grossesse. Aux premiers stades de la grossesse, l'infection intra-utérine peut entraîner la formation de diverses malformations fœtales, à des stades ultérieurs - au syndrome de retard de croissance fœtale. Un tel bébé après l'accouchement s'adapte pire, nécessite parfois un traitement supplémentaire. Par conséquent, les nouveau-nés dont les mères souffraient de maladies inflammatoires chroniques des organes génitaux, en particulier les infections sexuellement transmissibles, mènent des recherches supplémentaires sur ces infections..

Pendant l'accouchement

Les maladies inflammatoires de diverses parties du système reproducteur peuvent avoir un effet négatif sur le déroulement du travail. L'une des complications les plus courantes de l'accouchement est la rupture prématurée ou précoce du liquide amniotique.

La plupart des micro-organismes ont un ensemble d'enzymes spéciales qui peuvent affecter les membranes et entraîner une décharge intempestive de liquide amniotique. Si normalement l'eau est versée alors que les contractions battent déjà leur plein, le col de l'utérus est complètement ou presque complètement ouvert, alors en présence de lésions inflammatoires, l'eau peut s'écouler avant le début des contractions. Dans ce cas, le développement de la faiblesse du travail est possible; en outre, un long intervalle anhydre est un facteur prédisposant à l'infection de l'utérus, des membranes fœtales. Polyhydramnios, qui accompagne souvent l'inflammation des appendices chez les femmes, conduit également au développement d'une faiblesse primaire ou secondaire du travail. Dans cette situation, l'utérus est trop étiré, ne peut pas bien se contracter pendant l'accouchement. Un travail prolongé dans le contexte d'un écoulement prématuré de liquide amniotique, ainsi que la nécessité d'utiliser des rhodostimulants avec le développement d'une faiblesse au cours du travail affectent en fin de compte l'état du nouveau-né.

Après l'accouchement

Le processus inflammatoire des organes génitaux ne passe pas sans laisser de trace dans la période post-partum. La probabilité de développer une endomyométrite post-partum augmente, ce qui se manifeste par une contraction insuffisante de l'utérus, de la fièvre, l'apparition de douleurs dans le bas de l'abdomen, une augmentation des écoulements sanglants, l'apparition d'un écoulement fétide caractéristique. Cette condition nécessite un traitement hospitalier..

Ainsi, le processus inflammatoire chronique, qui survient le plus souvent sous forme latente, conduit à des modifications prononcées du système immunitaire, du système hémostatique (système de coagulation sanguine) et à de redoutables complications pendant la grossesse, l'accouchement et la période post-partum..

Lors du portage d'un bébé, toutes les femmes qui souffraient de maladies inflammatoires des organes génitaux avant la grossesse font l'objet d'études pour exclure les infections, y compris les infections sexuellement transmissibles. Lorsque certains agents pathogènes sont identifiés, un traitement approprié est effectué.

Toutes les femmes souffrant de maladies gynécologiques inflammatoires chroniques reçoivent un traitement visant à prévenir la carence en oxygène (hypoxie) du fœtus, prescrivent des médicaments qui améliorent la circulation sanguine dans le placenta.

Chaque femme doit faire particulièrement attention lors de la planification d'une grossesse. L'examen avant la grossesse et l'élimination des foyers d'inflammation aideront à éviter les complications pendant la grossesse, l'accouchement et la période post-partum.

Ovaires enflammés et grossesse

L'inflammation des ovaires pendant la grossesse est une pathologie grave dont le développement peut entraîner la perte d'un enfant à un stade précoce. Le plus souvent, il apparaît à la suite de lésions du système génito-urinaire par la microflore pathogène. Dans ce cas, l'utérus et les appendices augmentent de taille et gonflent. Un tel tableau clinique provoque l'apparition d'un syndrome douloureux..

En gynécologie, cette maladie est appelée «annexite». Elle est diagnostiquée par plus de 60% des patients fréquentant les cliniques prénatales.

Est-il possible de tomber enceinte avec une inflammation des ovaires

Aucun médecin ne peut garantir à 100% que l'œuf d'une fille souffrant d'inflammation peut être fécondé..

Le développement de cette pathologie provoque une violation du cycle mensuel, dont la conséquence est un retard de l'ovulation. Chez les femmes qui reçoivent un diagnostic d'inflammation ovarienne, le processus de maturation des ovules au milieu du cycle est absent. Moins souvent, cela arrive avec un retard.

Même si la cellule reproductrice féminine a été fécondée, en raison d'un œdème sévère des organes abdominaux, elle ne pourra pas se déplacer le long de la trompe de Fallope jusqu'à l'utérus et s'y attacher. Il s'avère que le développement du fœtus après la conception, avec un tel diagnostic, est impossible.

Si une femme reçoit un diagnostic d'inflammation des ovaires pendant la grossesse, il y a une forte probabilité de fausse couche. Il s'avère que l'inflammation provoque un dysfonctionnement de la reproduction. Dans un corps féminin malsain, un environnement défavorable est créé pour l'attachement à l'utérus et le développement d'un ovule fécondé. La croissance de l'embryon, dans de telles conditions, est difficile.

Les jeunes filles souffrant d'inflammation des glandes sexuelles appariées et qui n'ont pas franchi le seuil de 30 ans ont plus de chances de tomber enceinte et de donner naissance à un bébé en bonne santé..

Pour s'assurer que l'accouchement se déroulera sans complications, avant de planifier la conception, les médecins recommandent de subir un examen médical complet.

Raisons possibles

Dans la plupart des cas, cette maladie est provoquée par des microbes pathogènes. Ils se déposent sur les muqueuses du système génito-urinaire, en passant par les trompes de Fallope. Parfois, la microflore pathogène pénètre dans le corps de la femme par le sang.

L'inflammation des ovaires en début de grossesse peut également survenir en raison de:

  • hypothermie;
  • dommages viraux au corps;
  • ignorer les normes d'hygiène;
  • non-respect des recommandations médicales en période postopératoire;
  • inflammation des trompes de Fallope;
  • sexe promiscuité.

Symptômes pendant la grossesse

L'inflammation des ovaires féminins se présente sous 2 formes: aiguë et chronique. Avec une exacerbation de la maladie, les signes indiquant un processus pathologique dans le corps sont plus prononcés.

Les principaux symptômes de l'inflammation ovarienne chez la femme pendant la grossesse:

  • miction douloureuse;
  • inconfort douloureux sévère dans le bas de l'abdomen;
  • douleur dans la région lombaire;
  • la faiblesse.

Il s'agit d'un tableau clinique universel. Deux formes de la maladie sont classées, leurs symptômes sont les suivants:

Symptômes aigusSymptômes chroniques
Des pertes vaginales sombres sont observéesDe temps en temps, la fille se plaint d'inconfort à l'estomac. Ça passe aussi soudainement qu'il a commencé
Une femme se plaint d'un syndrome douloureux sévèreLe nombre de changements de sortie mensuels. Plus souvent, ils sont rares
Pendant la période de douleur, un ichor sort des trompes de FallopeLe processus de desquamation (desquamation et séparation de l'endomètre utérin) se produit à différentes périodes du cycle
L'inconfort est ressenti non seulement dans le bas de l'abdomen, mais également dans l'aineDiminution de la libido

Des facteurs tels que le stress, l'hypothermie et les rapports sexuels peuvent aggraver l'inflammation ovarienne..

Certaines femmes qui ont récemment eu une ménorragie, des menstruations douloureuses, la considèrent comme une complication d'un surmenage psycho-émotionnel. Cependant, cela peut être le premier signe d'inflammation ovarienne..

Danger pour la future mère

L'élargissement et le gonflement des organes abdominaux pendant la grossesse sont un problème grave. Sa présence peut provoquer des saignements utérins, une naissance prématurée et même une fausse couche. La raison en est une diminution de la fonction utérine protectrice due à un processus inflammatoire interne.

Avec l'inflammation, les tissus des organes reproducteurs féminins sont endommagés. Dans un tel environnement, le fœtus peut facilement être attaqué par des virus et des infections. De plus, une menace pour sa vie, en présence d'une maladie, créera une immunité maternelle excitée.

Avec l'inflammation des ovaires, des anticorps sont activement produits dans le corps de la femme, ce qui augmente le risque de syndrome thrombohémorragique. Une augmentation du nombre de caillots sanguins entraînera un décollement placentaire.

Conditions pathologiques possibles:

  • fausse couche;
  • naissance prématurée;
  • grossesse extra-utérine;
  • dérive kystique;
  • infection et mort du fœtus.

Dans la forme chronique de cette pathologie, des changements hormonaux se produisent dans le corps de la femme enceinte, entraînant une violation du développement physiologique de l'enfant.

Syndrome post-partum

De nombreuses femmes qui souffrent d'inflammation ovarienne avant l'accouchement ont ensuite été confrontées à un phénomène tel que l'endométrite. Image clinique:

  • augmentation de la température corporelle;
  • contraction utérine insuffisante;
  • augmentation du flux sanguin;
  • douleur intense dans le bas de l'abdomen, etc..

En théorie, une grossesse après une inflammation ovarienne est possible. Mais pour que cela se produise, il est important de suivre un traitement complet, de préférence dans un hôpital. Complications de base de l'inflammation ovarienne survenant dans la période post-partum:

  1. Changements du système immunitaire.
  2. Hémostase.
  3. Syndrome douloureux sévère.

Pour réduire le risque de cette symptomatologie alarmante, des mesures préventives doivent être suivies.

Comment prévenir les troubles de la reproduction

Pour réduire le risque de cette pathologie dangereuse à «non», la femme enceinte doit subir un examen médical complet avant de prévoir de concevoir. Le premier médecin qu'elle doit consulter est un gynécologue.

Mesures préventives de base:

  1. Réchauffement du bas du dos pendant la saison froide et par mauvais temps. Ceci est nécessaire pour réduire le risque d'hypothermie..
  2. Activités immunostimulantes régulières. Le corps des femmes avec une bonne immunité, moins souvent attaqué par la microflore pathogène.
  3. Manque de stress psycho-émotionnel.
  4. Mesures d'hygiène régulières.
  5. Conformité à la culture sexuelle. Pour réduire le risque d'infection par des agents pathogènes, vous devez avoir des relations sexuelles avec 1 partenaire. La deuxième option utilise des préservatifs.

Votre santé reproductive doit être prise au sérieux. Par conséquent, si une fille envisage de donner naissance à un bébé, elle doit suivre ces recommandations simples..

Traitement de l'inflammation ovarienne pendant la grossesse

Afin d'éviter des changements pathologiques dans le développement du fœtus, les femmes enceintes ne sont pas autorisées à prendre des médicaments. L'exception concerne certains médicaments, qui ne contiennent pas de substances actives ayant un effet important sur le fonctionnement du système nerveux..

Mais avec une exacerbation de l'annexite, en particulier au 3ème trimestre de la grossesse, le médecin prescrit des antibiotiques à la patiente, car sans cela, la probabilité de perdre un enfant est de presque 100%.

Le traitement de cette maladie est effectué uniquement dans des conditions stationnaires..

Lors du diagnostic d'une inflammation des ovaires, pendant la période de mise bas, vous ne devez pas refuser l'hospitalisation. Sinon, la probabilité de sa perte est élevée.

En plus des antibiotiques, les médecins prescrivent des anti-inflammatoires. Dans les cas où la maladie est survenue à la suite de complications d'une pathologie vénérienne, la grossesse est interrompue.

Seul un spécialiste qualifié peut éliminer une maladie aussi grave que l'inflammation des ovaires féminins. Face à ses symptômes, vous ne devez pas vous soigner vous-même. Seule une aide professionnelle peut vous garder en bonne santé.

7 infections génitales qui peuvent nuire au fœtus

En préparation de la conception, vous devez porter une attention particulière à votre santé, découvrir tous les points faibles et résoudre les problèmes. Ainsi, toutes les infections sexuellement transmissibles qui peuvent s'aggraver pendant la grossesse et nuire à la santé de la femme enceinte et de l'enfant doivent être identifiées et traitées..

Ekaterina Svirskaya
Obstétricien-gynécologue, Minsk

De nombreuses femmes ne supposent même pas que l'agent causal d'une infection sexuellement transmissible (IST) s'est fermement installé dans leur corps. Les infections sexuellement transmissibles sont souvent presque asymptomatiques, mais elles peuvent avoir un effet profond sur le fœtus et la grossesse. C'est pourquoi les gynécologues exhortent les femmes enceintes à se faire examiner avant de concevoir un bébé..

Les infections génitales les plus dangereuses pendant la grossesse:

1. L'herpès pendant la grossesse perturbe le placenta

Le virus de l'herpès simplex (HSV) est de deux types. Le HSV de type 1 provoque principalement des lésions de la membrane muqueuse de la bouche et des lèvres, le HSV de type 2 - des lésions des organes génitaux. Ce dernier se classe deuxième après la rubéole en termes de tératogénicité (capacité à former des malformations chez le fœtus). Heureusement, cela ne s'applique qu'à l'infection par l'herpès pendant la grossesse (l'infection au cours du premier trimestre est particulièrement dangereuse). Si l'infection s'est produite avant la conception, les anticorps dirigés contre l'agent pathogène qui circulent dans le sang de la mère pénètrent dans le fœtus par le placenta et le protègent de l'infection en cas d'exacerbation du processus.Par conséquent, dans de tels cas, le virus est rarement transmis de la mère au bébé. Les exacerbations de l'herpès pendant la grossesse, bien qu'elles n'aient pas d'effet mortel sur le fœtus, peuvent encore perturber le travail du placenta. Par conséquent, avant la grossesse, vous devez avoir le temps d'effectuer un traitement qui réduit le risque d'exacerbations..

2. La chlamydia pendant la grossesse peut affecter les organes internes de l'enfant

Avec une exacerbation de la chlamydia en début de grossesse, une fausse couche ou un arrêt de la croissance fœtale (grossesse gelée) est possible. Aux stades ultérieurs de la grossesse, des dommages au placenta et aux membranes du fœtus se produisent, ainsi que des dommages aux organes internes du bébé. Dans 40 à 50% des cas, un nouveau-né peut être infecté par la chlamydia pendant l'accouchement en passant par le canal génital de la mère.

3. Gonorrhée pendant la grossesse: le risque de fausse couche et de naissance prématurée

L'inflammation causée par la gonorrhée pendant la grossesse au cours du premier trimestre peut entraîner une fausse couche ou une fausse couche. Lorsqu'il est infecté dans la seconde moitié de la grossesse, une insuffisance placentaire se produit (une condition dans laquelle le placenta ne peut pas faire face à son travail et le bébé n'a pas assez d'oxygène et de nutriments). Infection intra-utérine du fœtus et de la vessie fœtale - une chorioamnionite peut survenir. Avec la chorioamnionite, le travail prématuré est plus fréquent.

Pendant l'accouchement, une mère souffrant de gonorrhée peut infecter un enfant, et après la naissance d'un bébé, ces femmes peuvent souffrir d'une inflammation utérine - endométrite.

4. La mycoplasmose et l'uréeplasmose pendant la grossesse peuvent provoquer une pneumonie chez l'enfant

L'uréeplasmose et la mycoplasmose peuvent devenir actives pendant la grossesse, provoquant des fausses couches, une naissance prématurée (jusqu'à 37 semaines), des polyhydramnios et une insuffisance placentaire. Si un bébé est infecté pendant l'accouchement, il peut développer diverses complications après la naissance, y compris une pneumonie. Dans certains cas, après l'accouchement, ces infections provoquent une endométrite chez la mère..

5. La vaginose bactérienne pendant la grossesse entraîne un travail prématuré

Dans la vaginose bactérienne, une concentration élevée de micro-organismes dans le vagin peut entraîner la pénétration de ces bactéries dans les organes génitaux supérieurs. Chez ces femmes pendant la grossesse, l'infection des membranes placentaires est deux fois plus probable, une chorioamnionite se développe, tandis que la grossesse est interrompue ou qu'un accouchement prématuré se produit, les enfants naissent affaiblis, avec un faible poids corporel et une pneumonie congénitale. De plus, la vaginose bactérienne augmente l'incidence des complications post-partum chez la mère..

6. La candidose pendant la grossesse dans 70% des cas est transmise à l'enfant

La grossesse contribue à l'exacerbation de la candidose: pendant la grossesse, le muguet survient 2 à 3 fois plus souvent. La transmission du champignon de la mère au nouveau-né lors de l'accouchement se produit dans plus de 70% des cas. L'infection d'un enfant est le plus souvent limitée au cordon ombilical, à la peau, à la muqueuse buccale et aux poumons, cependant, des complications très graves sont possibles chez les bébés prématurés.

7. Trichomonase - "tram" pour la chlamydia et les gonocoques

La trichomonase (l'agent causal de la trichomonase) elle-même provoque rarement l'infertilité et ne provoque pas de malformations fœtales. Cependant, ces micro-organismes servent souvent de «tram», à l'intérieur duquel la chlamydia, le gonocoque et d'autres agents infectieux pénètrent rapidement dans la cavité utérine, ce qui est associé à leur capacité à absorber les micro-organismes sans les tuer. L'environnement agressif qui se forme dans le vagin d'une femme enceinte atteinte de trichomonase peut «faire fondre» le pôle inférieur de la vessie fœtale et entraîner une rupture prématurée du liquide amniotique, ce qui signifie une fausse couche ou une naissance prématurée. De plus, il est possible qu'un enfant soit infecté en passant par le canal génital affecté par Trichomonas. Cette infection doit donc également être traitée au stade de la planification de la grossesse..

Quelles sont les conséquences des IST pour un enfant?

  • De nombreuses infections génitales ont un effet tératogène (provoquant des malformations), qui peut affecter le développement du fœtus aux tout premiers stades de la grossesse, lorsque la femme n'est toujours pas au courant de la conception terminée.
  • La présence d'une infection génitale peut entraîner des complications de grossesse (polyhydramnios, insuffisance placentaire) et de fausse couche (fausses couches, grossesses manquées, naissance prématurée).
  • Une future mère peut transmettre la plupart des infections pendant la grossesse ou l'accouchement à son bébé, certaines infections génitales peuvent être transmises par le lait maternel.

Il est assez difficile de traiter les IST pendant la grossesse, car cela ne peut être fait à aucun moment, le traitement est généralement commencé après 12 ou après 22 semaines. Mais avant le début du traitement, l'agent pathogène a déjà un effet sur la santé. De plus, la grossesse ne permet l'utilisation que de certains médicaments en raison de leur effet sur le fœtus. Le choix de médicaments sûrs est très restreint, il est donc beaucoup plus difficile de guérir les IST pendant la grossesse qu'auparavant..

Inflammation pendant la grossesse

Commentaires des utilisateurs

c'était comme ça. bu des antibiotiques. mais les analyses n'étaient toujours pas très bonnes. J'ai accouché sans découvrir la raison

Et comment l'antibiotique a-t-il été prescrit, guidé par quoi? Voici quelques médecins intéressants

sur les leucocytes. frottis. aidé pendant un certain temps. Mais seulement pendant un certain temps. antibiotique josamycine. il est épargnant par essence. mais n'a pas résolu le problème

Mais l'augmentation des globules blancs a une raison, et il y en a beaucoup, par exemple, différentes infections sont traitées avec différents antibiotiques, ou elles ne sont pas du tout nécessaires, donc je ne peux pas comprendre la prescription aveugle d'un antibiotique pour une femme enceinte. Eh

J'avais encore des ganglions lymphatiques. et donc x sur quoi elle comptait.

Dans les deux B, il y avait une augmentation des leucocytes. Celui-ci est sorti de l'échelle. Je ne sais pas si Terzhinan l'a abattu. Mais la raison n'a jamais été trouvée. J'ai remis tout ce que j'ai pu!

Je l'entends de plus en plus souvent. J'espère que pour moi aussi sans raison

Eh bien, une autre guinée m'a regardé, et les tests. Il dit que la particularité de l’organisme est, au contraire, que c’est bien qu’il réagisse ainsi à un nouvel état et à des stimuli externes... Nuuuu, je ne sais pas... Je suis inquiet pour une figue

Si vous avez HPP comme vous l'avez écrit plus tôt, tout est possible que cela vous donne une inflammation. Si le frottis est bien sûr actif. A traiter avec d'éventuels dispositifs autorisés pour les femmes enceintes. Eh bien, après avoir accouché, réveillez-vous déjà pour être examiné. Bien sûr, maintenant ils ne veulent plus te prendre

Inflammation des appendices pendant la grossesse

Les appendices - les organes génitaux internes d'une femme - comprennent les ovaires et les trompes de Fallope. Les appendices et leur état normal sain sont les éléments les plus importants pour la planification et le début de la grossesse, son évolution ultérieure et un accouchement réussi. Par exemple, les ovaires sont responsables de la production d'hormones sexuelles féminines, de la maturation et de la libération d'un ovule pour la fécondation. Et il part juste dans les trompes de Fallope, où la fécondation a lieu. Et pour que ce processus soit couronné de succès, et qu'une femme qui a soif d'un enfant puisse enfin se sentir comme une mère heureuse, les appendices doivent être sains à coup sûr. Sinon, les problèmes de grossesse et souvent lors de l'accouchement ne peuvent être évités..

Au départ, la microflore des appendices est absolument stérile et convient donc parfaitement à la conception réussie d'un bébé. Mais, comme les médecins le notent avec inquiétude, récemment, de plus en plus de femmes se tournent vers une consultation gynécologique juste pour toutes sortes de déviations concernant les changements de la microflore, et par conséquent - les maladies des appendices. Les inflammations causées par l'influence de micro-organismes pathogènes et opportunistes sur l'état des appendices deviennent de plus en plus un obstacle à l'apparition d'une grossesse planifiée.

De tels changements peuvent être déclenchés par des infections sexuellement transmissibles ou par des micro-organismes vivant dans le corps d'une femme sous une forme inactive - jusqu'à ce qu'une diminution de l'immunité soit observée et que le système immunitaire soit capable de supprimer leur activité. Et en fait, et dans un autre cas, avant la grossesse, ces écarts peuvent être asymptomatiques. Mais en portant un bébé, dans le contexte d'une diminution générale de l'immunité, une femme ressentira certainement un inconfort associé à des violations de l'état normal des appendices, le cas échéant..

Au stade de la planification de la grossesse, les médecins vous recommandent fortement de subir toutes les études nécessaires pour identifier l'inflammation latente des appendices. Si cela n'est pas fait à temps et que le problème existant n'est pas éliminé, le risque de "gagner" une inflammation chronique des appendices augmente de façon inhabituelle. Et ce n'est déjà pas seulement un certain risque pendant la grossesse, mais aussi d'autres conséquences graves et tristes..

Il Est Important De Savoir Sur La Planification

Canneberges avec HB

Nutrition

attrapé les reins, a décidé de faire de la morsica de canneberge, mais avait peur, tout à coup, c'était impossible. sur Internet, je suis tombé sur un article:De nombreuses femmes qui sont récemment devenues mères et qui allaitent leur bébé connaissent de première main les bienfaits des canneberges et, en particulier, du jus de canneberge.

Gel de stimulation du travail

Nutrition

Habituellement, le travail devrait commencer à 38-40 semaines de grossesse, mais malheureusement, ce n'est pas toujours le cas. Si la grossesse est retardée, vous devez absolument consulter un médecin.

Pourquoi le bas-ventre fait-il mal au cours du premier trimestre de la grossesse?

Nouveau née

L'apparition de douleurs tiraillantes dans le bas-ventre, comme lors des règles, au cours du premier trimestre de la grossesse est observée chez de nombreuses femmes.

Quels talons peuvent être portés en début et en fin de grossesse, pouvez-vous aller travailler avec des talons et quelles sont les exigences pour les chaussures

Nutrition

L'article répond à la question de savoir si les femmes enceintes devraient porter des talons et à quelles conséquences la préférence pour les chaussures hautes peut entraîner..