Principal / Conception

Symptômes et traitement d'un polype placentaire après l'accouchement

Le processus générique se termine, la période de récupération commence. L'organe reproducteur a une opportunité incroyable de se développer au cours du port d'un bébé. Immédiatement après la naissance du bébé, il pèse 1 kg, à la fin de la rééducation, le poids atteint 50 g. Cependant, une contraction réussie peut être compliquée par un certain nombre de problèmes, dont les restes de placenta dans l'utérus après l'accouchement. L'obstétricien constate une violation à l'examen.

Les raisons

Le stade 3 du travail est marqué par la naissance du placenta. S'il ne disparaît pas complètement, vous aurez besoin d'une assistance médicale, qui sera fournie directement dans la salle d'accouchement. Selon la norme, la période dure de 15 à 20 minutes. Les contractions, les tentatives aident à l'exil. Lorsque la procédure est retardée, des stimulants sont introduits. Leur utilisation protège la femme en travail d'une importante perte de sang..

Pourquoi le placenta ne part pas après l'accouchement:

  1. faible tonus utérin. L'organe est faiblement réduit ou complètement immobilisé, la séparation des parois ne se produit pas;
  2. se détache complètement, mais le cou crée des obstacles pour l'expulsion finale;
  3. une partie de l'organe a trop grossi, n'est pas capable de se décoller.

Des restes de tissu placentaire après l'accouchement sont observés lorsqu'ils sont retirés par le cordon ombilical. La sage-femme fait l'injection et le placenta se détache. Le médecin place une main sur le ventre, l'autre tire le cordon ombilical. Quand la séparation a eu lieu, elle sort facilement. Sinon, la pièce reste à l'intérieur.

Un morceau de placenta dans l'utérus peut rester coincé en raison d'une action trop hâtive de l'obstétricien ou d'une faiblesse des organes. Le médecin a tiré, un fil fin et s'est cassé. Pour que tout réussisse en même temps, l'obstétricien demande à pousser pendant la contraction. L'organe génital se contracte parfois rapidement après le départ de l'enfant, empêchant l'expulsion des résidus.

Chez certaines femmes, la rétention placentaire est due à une structure particulière. Il y a une partie supplémentaire, qui est attachée au principal, par un navire séparé. Il ne se détache pas ou, lorsqu'il est décollé, reste à l'intérieur.

Les raisons citées obligent l'obstétricien à examiner attentivement la cavité de l'organe génital. Si un bris de navire est préoccupant, un nettoyage est effectué. Parfois, un morceau de placenta reste après l'accouchement, lorsque le placenta est accroché à la cicatrice d'une césarienne déjà faite, se fixe au fibrome. Une vessie pleine interfère également avec la sortie. L'obstétricien place le cathéter pour le vider.

Symptômes et diagnostic

Lorsque vient le temps de pousser, l'organe génital pousse le bébé à l'aide de contractions musculaires. Cette activité générique ne s'arrête pas là. Il y a une autre étape 3 à venir - la naissance du placenta. Si l'organe ne sort pas complètement et que l'obstétricien ne l'a pas remarqué, la sous-révolution commence à se développer.

Le premier symptôme alarmant est le saignement. Il est nécessaire de signaler la déviation au médecin. Ensuite, à l'examen, le gynécologue verra la friabilité de l'organe génital hypertrophié. La température monte à 37 - 37,5 degrés. Reste comme ça tout au long de la période tant que la maladie dure.

Ce qui sort de l'utérus après l'accouchement:

  • cordon ombilical;
  • placenta;
  • membranes foetales;
  • caillots sanguins;
  • vase;
  • différents fragments.

Ils continuent à sortir pendant 1,5 mois. C'est pire si la décharge reste à l'intérieur. Il existe un risque de développer des conséquences néfastes. L'aide d'un médecin est tout simplement nécessaire dans une telle situation..

  1. la température monte;
  2. le saignement s'ouvre;
  3. l'inflammation se développe;
  4. il y a une détérioration générale de la santé.

Avec de tels signes, vous devez vous rendre de toute urgence à la clinique. Après l'examen, le gynécologue prescrira une échographie, au cours de laquelle on verra si le placenta reste à l'intérieur ou non. Pour éliminer les conséquences, le nettoyage est effectué sous anesthésie générale..

5 à 7 jours après la fin du travail, des caillots sanguins tombent. Ensuite, ils prennent un caractère macabre et disparaissent complètement. Si aucun changement n'est observé après 2 à 3 semaines, le sang continue de couler, éventuellement un polype s'est formé. Lorsque le placenta n'est pas complètement sorti après l'accouchement, l'échographie montre un utérus hypertrophié. Par conséquent, une décharge abondante devrait alerter.

Il arrive que le sang coule, puis 2 à 3 jours de repos viennent et le processus reprend. L'inflammation se développe. Il est indiqué par un "arôme" désagréable, des spasmes douloureux, une température élevée, dont les indicateurs sont enregistrés au coude. L'endométrite inaperçue dans le temps affectera négativement la fonction reproductrice du corps. L'infertilité commencera à se développer.

Indications de nettoyage

Si le placenta reste après l'accouchement, une intervention chirurgicale est effectuée dans le corps. Il est attribué à partir des diagnostics, puis le problème est éliminé. La thérapie est effectuée en fonction des caractéristiques individuelles de la femme en travail, du stade de développement des conséquences.

Pourquoi l'utérus est-il nettoyé après l'accouchement:

  • libérer l'intérieur des restes du placenta;
  • éliminer les caillots sanguins;
  • éliminer les néoplasmes pathologiques;
  • prendre du matériel histologique pour la recherche.

Quand nettoyer:

  • la formation de nodules myomateux;
  • la présence de polypes placentaires à l'intérieur de l'organe génital;
  • hyperplasie de l'endométrite;
  • ne pas arrêter la circulation sanguine;
  • suspicion d'une manifestation tumorale maligne;
  • fausse couche;
  • arrêté la grossesse;
  • complications après un avortement.

Lors du curetage, la stagnation des sécrétions de la couche supérieure de la membrane muqueuse est éliminée. Le gynécologue retire soigneusement l'endomètre des parois internes, nettoie le cou et rince les tubes. S'il y a des maladies infectieuses qui peuvent atteindre l'endomètre non protégé, le nettoyage est reporté.

Comment le placenta est-il retiré après l'accouchement? L'obstétricien effectue un léger massage de l'organe génital. Puis il attrape la paroi abdominale, demande à la femme de pousser. Cette méthode d'Abuladze est assez simple et indolore. S'il y a des signes de stagnation du sang dans l'utérus après l'accouchement ou s'il s'écoule abondamment, le médecin utilise une séparation manuelle. La procédure est considérée comme difficile, une anesthésie est prescrite.

Complications

Est-ce dangereux lorsque le placenta reste après l'accouchement? Avec la mise au sein fréquente, de l'ocytocine est produite. Il favorise une bonne contraction de l'organe génital. Si le placenta ne se détache pas complètement, il reste de petits morceaux, ils sortiront d'eux-mêmes. Sinon, une inflammation se développera. Devoir passer à la procédure de grattage.

L'obstétricien examine toujours le placenta, même si la place du bébé n'est pas complètement née et que les restes ont été retrouvés un jour après la naissance. Le canal de naissance est vérifié, l'état du col de l'utérus est évalué, la quantité de sang perdue est déterminée.

La violation des processus de séparation du placenta et d'excrétion du placenta nécessitera des actions supplémentaires. Lorsque, malgré l'utilisation de telles mesures, au dernier stade du travail, l'organe part pendant plus de 30 minutes, le risque d'ouvrir le flux sanguin utérin augmente. Lorsque les fragments ne sont pas retirés à temps, l'infection des organes peut commencer.

Conséquences de la séparation manuelle:

  1. grand flux sanguin;
  2. l'apparition de problèmes dus à une intervention mécanique inepte;
  3. choc hémorragique;
  4. processus inflammatoire;
  5. état septique;
  6. issue fatale.

Lorsque le siège bébé n'est pas sorti, après l'accouchement, ils le retirent à la main. Des saignements graves, des actions inappropriées peuvent entraîner l'ablation complète de l'organe génital. Si toutes les manipulations sont effectuées de bonne foi, la femme en travail se rétablira rapidement, elle pourra accoucher plus tard.

Où la douleur est donnée après un nettoyage manuel:

  • dans l'utérus. Il rétrécit, revient aux paramètres d'origine;
  • dans le vagin. Pendant l'opération, les sections musculaires ont été étirées;
  • dans la tête. Des manifestations désagréables sont associées aux conséquences de l'anesthésie générale.

En observant l'hygiène, vous pouvez éviter les complications en contrôlant votre bien-être, en prenant des médicaments en temps opportun. Lorsqu'une femme remarque des étourdissements, une augmentation des écoulements, des évanouissements, vous devez contacter un gynécologue. Il est interdit de faire des douches vaginales, d'utiliser des tampons. Vous ne pouvez pas visiter les bains, prendre un bain. Avant la fin de la récupération, vous devez abandonner les relations intimes..

Réhabilitation

Pour une récupération rapide, il est important d'organiser votre temps autour du travail et du repos. 8 heures devraient être consacrées au sommeil, la même quantité au travail et la troisième partie devrait être consacrée à la relaxation, à la relaxation. Il est permis de reprendre le sport un mois après la chirurgie, à condition que cela ne nuit pas au processus de récupération.

Si l'activité de travail a eu lieu avec des complications, il est préférable de coordonner le début d'une vie intime avec le médecin traitant. Vous ne devez pas vous précipiter dans les relations sexuelles. Le système reproducteur féminin doit se reposer. L'hygiène doit être soigneusement observée afin que l'infection ne pénètre pas dans la cavité de l'organe génital..

Si la température augmente après le nettoyage, le médecin vous prescrit des anti-inflammatoires. Ils sont nécessaires pour arrêter l'inflammation qui peut se développer en interne. Les médicaments de cette série soulagent également les spasmes douloureux..

Ils restaurent l'organe génital après le nettoyage avec des herbes. Une végétation enrichie en phytoestrogènes a un effet bénéfique sur la croissance de l'épidomètre. Les femmes boivent une décoction de borax utérus, pinceau rouge. Ils sont hautement indiqués pendant la période de rééducation..

Lorsque le placenta n'est pas parti de lui-même après l'accouchement, des antibiotiques sont prescrits. Les femmes en travail les prennent pendant 5 à 10 jours, 1 à 2 comprimés. Le cours dépend du remède prescrit. L'état du corps féminin indique quand commencer à le prendre: directement le jour du nettoyage, la veille. Le but des médicaments est d'empêcher les bactéries d'entrer.

Pendant la période de rééducation, la nutrition doit être équilibrée. Vous n'avez pas besoin de manger tout ce qui est gras, épicé, salé. Il est recommandé de prendre le petit-déjeuner avec du yaourt, du fromage cottage, des œufs. Pendant la journée, on mange des céréales, des soupes, des variétés de poissons faibles en gras. Dans la soirée - légumes, poulet. Pendant la journée, des collations sont préparées avec des produits à base de fruits. Il est utile d'introduire des ignames, du maïs, du soja dans l'alimentation. Ils sont riches en phytoestrogènes.

Lorsque l'endomètre de l'utérus est complètement restauré, une grossesse est possible. Cependant, il ne faut pas se précipiter vers la conception. Le repos entre les naissances doit être observé à des intervalles de 2 ans. Avant d'essayer de concevoir, il vaut mieux consulter un gynécologue.

Lorsqu'un morceau de placenta reste dans l'utérus après l'accouchement, le grattage devient le seul moyen de salut. La procédure est considérée comme traumatisante, mais nécessaire. Si le gynécologue se réfère à elle, cela ne doit pas être évité. Toute évasion est lourde de conséquences désagréables. Après une période de récupération correctement menée, aucune complication ne devrait apparaître. Toutes les conséquences sont peu probables.

Restes du placenta dans l'utérus

Bon après-midi à tous!

J'ai donné naissance à mon deuxième bébé à la maison. Tout s'est bien passé. Le troisième jour, j'ai fait une échographie, ils ont dit que tout était propre, seulement des caillots dans la région de l'isthme. Un mois et demi s'est écoulé, la décharge ne s'est pas arrêtée. J'y suis allé, j'ai fait une autre échographie et j'ai trouvé quelque chose, ou un caillot ou un reste de placenta. La taille est d'environ cm, cela ne semble pas beaucoup. On ne sait pas ce que c'est, un caillot de sang ou un morceau de placenta, mais on a dit qu'il était enlevé dans tous les cas.
L'obstétricien a déclaré que le placenta était intact et que l'échographie du troisième jour ne montrait également aucun signe de placenta.
Maintenant, ils ont prescrit un traitement avec des suppositoires et des pilules. Le cours dure deux semaines, si cela ne fonctionne pas, alors l'opération.
Cela ressemble à une phrase pour moi. Je n'ai jamais subi de chirurgie de ma vie. Je n'ai ni douleur ni fièvre. N'y a-t-il vraiment pas d'autre moyen?
Je suis terrifié par les médecins et tout ça. Peut-être que quelqu'un a fait face à un tel problème? Intéressé par tout ce qui est magique et non traditionnel, mais ce qui a vraiment aidé. Je ne veux vraiment pas l'opération. et je crois vraiment aux miracles! Ma naissance a été très merveilleuse.

  • 25
  • laissez un commentaire
  • Partage avec tes amis!
  • Drapeau
  • Lien

commentaires

Dites-moi, avez-vous encore des taches maintenant? Quels suppositoires et pilules spécifiques ont été prescrits comme traitement?
Peut-être que vos parois utérines se sont mal contractées après l'accouchement, donc la décharge a été longue. À présent, votre utérus devrait avoir retrouvé sa taille antérieure à la grossesse. L'échographie l'a confirmé ou l'utérus continue de s'agrandir?

Il est conseillé de faire une deuxième échographie avec un autre, bon spécialiste à cent pour cent, sans lui parler des résultats de l'échographie précédente. Malheureusement, il arrive que l'uziste voit quelque chose qui n'est pas vraiment là - simplement basé sur le fait de votre plainte. Il y a quelques années, on m'a diagnostiqué une «grossesse extra-utérine» à mon échographie, l'ovaire était presque coupé - lors d'une deuxième échographie avec un spécialiste normal, la grossesse extra-utérine s'est miraculeusement transformée en utérine. Maintenant qu'elle a déjà 7 ans, elle va à l'école :-)
S'il n'y a pas de température et de douleur, il n'y a pas de quoi s'inquiéter - le corps après l'accouchement est très sensible - cela aurait signalé il y a longtemps si quelque chose de dangereux vous était vraiment arrivé. De plus, votre sage-femme dit que le placenta est sorti entier.
Si une échographie répétée confirme qu'il reste quelque chose dans l'utérus, vous devez utiliser des moyens qui réduisent bien les parois de l'utérus afin qu'elle jette elle-même tous les restes.
Pour moi personnellement, le dernier morceau de placenta est sorti trois semaines après l'accouchement à domicile (le placenta n'est pas sorti complètement) - il n'y avait pas non plus de température et de douleur.

Restes du placenta dans l'utérus après les symptômes de l'accouchement

Polype placentaire après l'accouchement: symptômes, traitement

Pour chaque femme, la grossesse et la naissance ultérieure de son bébé sont non seulement la période la plus heureuse de sa vie, mais aussi la plus responsable. Par conséquent, une attention particulière doit être accordée aux mesures préventives, ainsi qu'au traitement rapide des complications survenues, dont le polype post-partum.

À ne pas confondre avec un néoplasme survenu pendant la grossesse. Un tel polype est considéré comme un phénomène normal qui ne menace pas la santé d'une femme et de son enfant à naître. Il s'agit d'un polype décidual qui se forme à partir des tissus des membranes ou du placenta. L'apparition de la formation déciduale est considérée comme un processus naturel pendant la grossesse, aucun traitement n'est donc nécessaire.

Symptômes et causes

Polype placentaire - néoplasme pathologique qui apparaît à partir des restes du placenta après une fausse couche, un avortement ou un travail compliqué.

Polypes dans l'utérus après l'accouchement

La rétention de morceaux de placenta dans l'utérus avec la formation ultérieure d'un polype placentaire peut se produire pour les raisons suivantes:

  • Structure anormale du placenta avec un nombre supplémentaire de lobules;
  • violation du processus de séparation naturelle du parenchyme placentaire des parois de l'utérus.

La présence de tissu placentaire restant après l'accouchement peut être déterminée par les signes suivants:

  • Grande taille de l'utérus post-partum;
  • saignements lancinants (écoulement sanglant) avec caillots sanguins;
  • contractions et relaxation ultérieure de l'utérus en cas de crampes.

L'apparition d'un polype placentaire peut être évitée en utilisant les mesures préventives suivantes:

  • Échographie Doppler de la circulation utérine circulaire;
  • Dépistage échographique.

Le besoin d'un dépistage échographique de routine existe tout au long de la grossesse. Cela vous permet d'identifier en temps opportun les zones placentaires situées séparément (lobules supplémentaires), le placenta annulaire, membraneux et d'autres pathologies du développement.

Après avoir identifié les risques possibles, le spécialiste sera en mesure de prévenir le développement de complications post-partum, qui incluent la formation placentaire.

Des mesures préventives sont également mises en œuvre après l'accouchement. Ils sont les suivants:

  • Un examen approfondi de l'utérus post-partum est effectué. Si des signes de sortie incomplète du tissu placentaire sont détectés, sa séparation mécanique et le retrait du placenta sont effectués.
  • La thérapie antispasmodique et de contraction est appliquée immédiatement après l'accouchement.

Un écoulement de l'utérus de nature différente, ainsi que des saignements et une anesthésie sanguine qui apparaissent à la fin de la période post-partum, devraient être la raison d'aller chez le médecin.

Raisons de l'éducation

Le placenta est une sorte de barrière, ainsi qu'un instrument de métabolisme entre le corps de la femme et le fœtus. Lors d'un accouchement normal, le parenchyme placentaire quitte complètement la cavité utérine avec les membranes amniotiques et le cordon ombilical. Cependant, dans certains cas, un morceau de placenta reste à l'intérieur, ce qui entraîne la formation d'un polype. Par conséquent, après la libération du tissu placentaire, le spécialiste doit s'assurer de son intégrité, c'est-à-dire de la présence de tous les lobules.

Une partie du placenta peut rester à l'intérieur dans les cas suivants:

  • Le placenta avait des lobules supplémentaires, qui restaient dans la cavité utérine;
  • prise en charge non professionnelle du dernier trimestre de la grossesse et de la période post-partum.

Les caillots sanguins commencent à adhérer aux restes du parenchyme placentaire, qui est étroitement attaché aux parois de l'utérus, formant un polype recouvert d'une croûte sur le dessus, qui est formée à partir du tissu placentaire. Cela se produit à la suite d'une fausse couche, d'un avortement non professionnel, d'un accouchement et d'une césarienne. De nombreux facteurs contribuent au développement d'un polype, parmi lesquels on peut noter les suivants:

  • Grossesse congelée sans manifestations spécifiques;
  • cavité utérine mal grattée après un avortement ou une fausse couche;
  • élimination incomplète du parenchyme placentaire lors de la césarienne;
  • prise en charge post-partum inappropriée.

La pathologie a un tableau clinique prononcé, rappelant les processus physiologiques naturels se produisant dans le corps d'une femme après une fausse couche et une interruption artificielle de la grossesse, ainsi que pendant la période post-partum. Mais en même temps, le saignement est de plus longue durée - c'est ce qui est une caractéristique des polypes choriaux.

De plus, les signes suivants indiquent la présence d'une formation de polypose:

  • Pâleur de la peau;
  • fatigue rapide et faiblesse générale;
  • étourdissements et évanouissements fréquents;
  • augmentation de la température;
  • inconfort ou douleur dans le bas du dos et le bas de l'abdomen.

Danger d'un polype placentaire

Le néoplasme placentaire est soumis à un traitement obligatoire. Sinon, les complications suivantes peuvent se développer:

  • Le développement de l'anémie dans le contexte d'une perte de sang critique;
  • empoisonnement du sang - septicémie;
  • apparition d'une infection secondaire;
  • inflammation de la muqueuse utérine - endométrite;
  • une infertilité supplémentaire est possible.
  • Dans les cas graves, décès dû à une intoxication sanguine aiguë ou à des saignements excessifs.

Un écoulement sanglant qui ne s'arrête pas pendant une longue période devrait être la raison pour laquelle vous devez contacter un médecin. Seul un spécialiste sera en mesure d'établir avec précision la nature du saignement et, si nécessaire, de prescrire une opération chirurgicale.

De nombreuses femmes qui ont accouché sont souvent confrontées à d'autres types de polypes qui apparaissent après l'accouchement. En particulier, un néoplasme tel qu'un polype de granulation peut être noté..

Polype de granulation périnéale

Dans certains cas, les polypes ne se forment pas dans la cavité utérine, mais sur la muqueuse vaginale. Il s'agit d'un type spécial de néoplasmes polypoïdes - granulations, dont la formation se produit sur le site des ruptures..

L'apparition des polypes de granulation dépend principalement des caractéristiques des tissus de la femme. Dans ce cas, la technique de suture et le type de matériau de suture n'ont pas une importance particulière. Des excroissances polypoïdes peuvent apparaître à la suite d'une mauvaise connexion des tissus de la vulve, du périnée ou de la muqueuse vaginale. Cela peut se produire lorsque l'extraction sous vide est utilisée, à la naissance d'un grand enfant, de nombreuses ruptures, etc. D'autres néoplasmes similaires sont souvent confondus avec des granulations - papillomes, condylomes et autres structures.

Méthodes de diagnostic

Je dois dire que la détection rapide de la pathologie augmente considérablement les chances de guérison complète. Par conséquent, il est recommandé à chaque femme de consulter un gynécologue tous les six mois pour un examen de routine. Dans de tels cas, le but des mesures diagnostiques est d'identifier les néoplasmes pathologiques..

Le diagnostic initial comprend les procédures suivantes:

  • Tout d'abord, le médecin recueille une anamnèse obstétrico-gynécologique, c'est-à-dire qu'il découvre le fond de la maladie afin d'identifier les causes qui ont provoqué des taches..
  • Ensuite, le spécialiste examine la femme sur la chaise gynécologique. Au cours de la procédure, l'état des tissus de l'utérus et le degré d'expansion de son col de l'utérus sont établis. Avec un grand polype placentaire, il est facile de le détecter à l'aide d'un miroir gynécologique. Dans certains cas, vous pouvez même remarquer comment un néoplasme pathologique dépasse du col de l'utérus..
  • Coloscopie, qui est un examen de la zone vaginale du col de l'utérus, ainsi que de la membrane muqueuse du vagin elle-même à l'aide d'une conception optique spéciale.
  • Procédure d'échographie.
  • Hystéroscopie, qui consiste à examiner la cavité utérine et l'endomètre à l'aide d'un appareil endoscopique spécial.
  • Échographie du flux sanguin utérin ou Doppler.

Le diagnostic final n'est posé qu'après histologie du tissu polype retiré.

Le seul moyen qui a montré sa grande efficacité dans le traitement de la formation placentaire est l'ablation chirurgicale du polype..

Il existe plusieurs façons d'enlever chirurgicalement un polype:

  • Hystéroscopie.
  • Pinces chirurgicales. L'opération est réalisée en l'absence de possibilité d'utiliser l'hystéroscopie médicale.
  • Suppression laser.

À la fin de la chirurgie, les spécialistes effectuent généralement un curetage séparé de l'utérus. La présence de septicémie (infection) est une contre-indication au curetage.

Le tissu polypoïde retiré est envoyé pour histologie afin d'exclure la maladie trophoblastique (chorionépithéliome, dérive kystique, carcinome chorionique).

Traitement laser des polypes

Aujourd'hui, de nombreuses cliniques et centres médicaux utilisent une méthode innovante pour traiter divers types de polypes: l'élimination au laser. Cette méthode est particulièrement pertinente dans le cas de contre-indications existantes au curetage complet de l'utérus.

Le retrait est effectué par la méthode d'excision du polype à l'aide d'un laser. L'opération est absolument sûre, facile et indolore. C'est grâce à ces critères de base que la méthode gagne de plus en plus en popularité. Simultanément à l'intervention chirurgicale, des mesures sont prises pour traiter l'anémie (anémie):

  • Prendre des complexes de vitamines et de minéraux contenant du fer;
  • régime spécial;
  • injections de médicaments contenant du fer;
  • dans les cas graves - transfusion de composants sanguins (masse érythrocytaire, plasma).

Mesures préventives

Afin de prévenir les polypes placentaires, les mesures suivantes doivent être respectées:

  • Un examen approfondi du placenta post-partum est obligatoire.
  • Interdiction totale de l'accouchement en dehors de la clinique, visites régulières aux cliniques prénatales tout au long de la grossesse, exclusion des avortements à domicile.
  • Planifier une grossesse pour éviter l'avortement.
  • Contrôle de l'examen échographique de la cavité utérine, qui est effectué 4-5 jours après l'accouchement.
  • Si nécessaire, un traitement prophylactique avec des anti-inflammatoires et des antibiotiques est utilisé.

La polypose placentaire post-partum peut apparaître dans le contexte de fausses couches et d'avortements antérieurs, y compris criminels. Il est nécessaire de comprendre que toute intervention obstétricale et gynécologique ne doit être effectuée que par des spécialistes qualifiés exclusivement dans une clinique..

De plus en plus populaires, les accouchements à domicile peuvent provoquer le développement de complications assez graves, notamment des polypes utérins. Par conséquent, vous ne devez pas mettre en danger la santé, et encore plus la vie de la mère et du bébé..

Recommandations générales

Afin de prévenir le développement de complications après l'élimination de la formation de polypose, les femmes doivent adhérer à certaines des recommandations des experts, à savoir les suivantes:

  • Ne vous épuisez pas avec des exercices physiques;
  • éviter de soulever des objets lourds;
  • s'abstenir de tout rapport sexuel;
  • exclure la visite de la plage, des bains, des saunas.

De nombreuses femmes sont horrifiées par la simple pensée de la chirurgie et commencent à chercher des moyens alternatifs de traiter les polypes. Les femmes se tournent vers les guérisseurs traditionnels, essayant de trouver des médicaments qui peuvent les soulager du problème. Cependant, ce n'est pas la bonne approche..

Premièrement, parce que le choix indépendant des médicaments pose un énorme danger pour la santé et même la vie du patient, et, deuxièmement, il n'est possible de guérir le néoplasme placentaire avec des médicaments que s'il est de petite taille et qu'il n'y a pas de complications de la maladie. Dans une telle situation, le médecin prescrit des médicaments anti-inflammatoires, hormonaux et antibactériens..

Et l'utilisation de remèdes populaires ne résoudra pas du tout le problème. Ainsi, vous ne pouvez qu'empêcher le développement de nouveaux polypes ou atténuer les symptômes d'une pathologie existante..

Si vous soupçonnez le développement de polypes placentaires de différentes formes, vous devez consulter d'urgence un médecin qui vous prescrira un examen approprié et déterminera la méthode de traitement qui vous convient. N'oubliez pas non plus les contrôles réguliers avec un gynécologue..

Les restes du placenta peuvent-ils sortir d'eux-mêmes? Symptômes et diagnostic

L'accouchement est un processus difficile pour le corps. La femme est soumise à beaucoup de stress, ce qui peut entraîner des complications. Quel écoulement utérin est normal et quels sont ceux qui méritent d'être inquiétés? Quels symptômes devraient être préoccupants et traitement hospitalier?

Caillots sanguins dans l'utérus après l'accouchement

Pendant la grossesse et l'accouchement, l'utérus est soumis aux plus grands tests et stress. C'est à l'aide de cet organe que l'enfant mûrit, le processus de sa naissance, après quoi elle repousse la post-naissance (la coquille fœtale, le cordon ombilical qui reliait le bébé à la mère et au placenta). Mais malgré le fait que la plupart des restes (lochies) partent immédiatement après la fin du processus de naissance, certains restent encore dans l'utérus. Par conséquent, si un caillot sort de l'utérus après l'accouchement, vous ne devez pas paniquer. Le reste du placenta sort progressivement. Le processus peut prendre jusqu'à six à huit semaines..

L'écoulement des lochies est similaire aux caillots après l'accouchement dans l'utérus. Pendant les premiers jours, ils sont assez abondants et ont une couleur écarlate brillante. Ils deviennent plus légers avec le temps. En conséquence, les lochies se distinguent par une couleur presque transparente..

Plusieurs périodes de décharge accrue peuvent être notées:

  • Lactation. En ce moment, il y a une contraction active des muscles de l'organe génital, ce qui aide à le nettoyer des éléments inutiles.
  • Sur une montée soudaine du lit. Il peut même y avoir une douleur tiraillante.

L'attribution des lochies diminue progressivement sur plusieurs mois. Le processus est le plus intensif au cours de la première semaine, puis devient progressivement moins perceptible. En règle générale, après deux mois, l'organe génital cesse de sécréter des caillots après l'accouchement dans l'utérus, ce qui indique qu'un nettoyage complet a eu lieu.

Le processus de nettoyage de la cavité utérine peut s'accompagner d'une sensation de tiraillement douloureuse qui disparaît progressivement. La raison en est la contraction de l'organe génital. La douleur s'arrête lorsque l'utérus retrouve sa taille et sa forme d'origine.

C'est normal pour une femme. Pendant la période où les lochies sont particulièrement abondantes, la femme en travail est sous la surveillance d'un médecin et du personnel médical.

Comportement de la femme

Les premiers jours après le processus tant attendu de l'accouchement, l'écoulement est particulièrement abondant. À ce stade, vous devez surveiller attentivement l'hygiène et utiliser des serviettes médicales spéciales. Une fois que la décharge devient modérée, vous pouvez passer à l'utilisation de protège-slips réguliers, puis quotidiennement. N'oubliez pas de changer régulièrement vos produits d'hygiène.

Sortie de la maternité

Avant d'envoyer la femme en travail à domicile, une échographie est effectuée. Sur celui-ci, la cavité utérine est examinée pour la présence de grands lochies. Si vous n'avez pas subi d'échographie, contactez la polyclinique du lieu d'inscription ou de résidence. La procédure peut vous protéger des complications..

Si des écarts sont détectés, la déclaration est reportée à une date ultérieure. Il ne devrait y avoir aucun caillot dans l'utérus. Sinon, la femme peut se voir prescrire une procédure telle que le nettoyage post-partum. Si des caillots sont trouvés dans les deux à trois premiers jours après le moment tant attendu, lorsque les parois de l'utérus ne se sont pas encore contractées, la procédure de nettoyage de l'organe génital sera moins désagréable, car vous n'aurez pas à élargir les parois..

Curetage après l'accouchement

La procédure est une opération effectuée dans un hôpital. Le nettoyage après l'accouchement n'est parfois qu'une procédure nécessaire. Pendant ce temps, le médecin enlève tous les restes du placenta qui restent dans l'utérus. Cela évite la douleur et l'inflammation à l'avenir. Le processus lui-même est effectué sous anesthésie, de sorte que la femme ne ressent pas de douleur.

Causes des restes de placenta

Si, après l'accouchement, des caillots restent dans l'utérus, les raisons possibles peuvent être:

  • Faible activité des parois de l'utérus, ce qui conduit à des contractions inefficaces. Le problème est généralement causé par une diminution du niveau d'une hormone féminine telle que la prolactine. C'est lui qui contribue aux contractions utérines et à l'ablation des membranes amniotiques.
  • La présence d'un coude de l'isthme de l'utérus. Cela peut être une caractéristique congénitale du corps. Pendant la période de décharge active, un blocage du passage peut se produire, ce qui entraînera une réaction inflammatoire. La présence d'une telle caractéristique est établie en effectuant un examen échographique. En son absence, une femme pourra reconnaître elle-même le danger grâce au principal symptôme d'un virage - un arrêt brutal de la décharge.

Quand demander l'aide d'un médecin?

Si des caillots sanguins sortent, ce que c'est, le médecin peut le dire avec certitude. Même après que le médecin confirme que tout va bien et rentre chez elle, la femme doit porter une attention particulière à ses sécrétions. Dès que des symptômes étranges apparaissent, vous ne devez pas retarder une visite chez le médecin.

La raison de consulter un gynécologue devrait être:

  • Si le sang coagule dans l'utérus après l'accouchement a une couleur écarlate brillante et s'accompagne de sensations douloureuses.
  • Saignements très abondants.
  • Si la décharge continue après deux mois.
  • Si les lochies ont une odeur et sont accompagnées de démangeaisons.
  • Augmentation de la température corporelle et arrêt de l'excrétion des lochies.
  • S'il y a des pauses dans la décharge pendant plusieurs jours.

Précautions

Le respect de règles simples aidera à éviter les complications et les pathologies.

  • Ayez une bonne hygiène personnelle. Lavez vos organes génitaux plusieurs fois par jour. Cela aide à réduire le risque de réponse inflammatoire..
  • Évitez les charges actives et soulevez des poids lourds.
  • Prenez bien soin de votre chaise. Il ne devrait y avoir aucun retard ni constipation.
  • Allongez-vous sur le dos une ou deux fois par jour. Cette position stimule la sortie du lochy à l'extérieur..
  • Après l'accouchement, il est recommandé d'appliquer de la glace sur l'abdomen. Il aide à réduire la perte de sang.

Complications possibles

Si vous vous trouvez avec des symptômes alarmants, ne retardez pas la visite chez le gynécologue. Sinon, cela peut entraîner des complications telles que:

  • Le développement de l'endométriose est le processus d'inflammation de la couche interne de l'utérus.
  • Le début de la sous-évolution - arrêter les contractions musculaires de l'utérus.
  • Blocage de l'utérus, conduisant à une réponse inflammatoire.
  • Développement du processus inflammatoire dû à la croissance de l'infection.

Après l'examen, le gynécologue envoie la femme pour une échographie afin d'établir la cause exacte de la pathologie, après quoi, en règle générale, il nettoie l'utérus. Dans certaines situations, il est possible de se limiter aux médicaments. Dans ce cas, la femme se voit prescrire des antibiotiques. Avec une alimentation naturelle, le médecin sélectionne un médicament qu'il est autorisé à utiliser pendant cette période. Dans tous les cas, il est recommandé de ne pas négliger les précautions. Il est donc préférable de nourrir le bébé avant de prendre le médicament. Donnez au bébé des lactobacilles et des bifidobactéries pendant toute la durée du traitement. Ils aideront à éviter les problèmes avec les intestins encore non formés..

Production

Ainsi, les caillots post-partum dans l'utérus et leur libération est un processus physiologique normal. Connaissant les symptômes de complications et d'inflammation, une femme ne doit pas avoir peur.

Une fois la naissance terminée, le bébé naîtra et l'après-naissance sortira, la restauration du corps commence. Le premier processus est la contraction de l'utérus à sa taille d'origine. Cet organe a des propriétés étonnantes, car lorsqu'il porte un bébé, il augmente considérablement. L'utérus après l'accouchement a un poids inférieur à 1 kg et à la fin de la période de récupération - seulement 50 g.

Cependant, le processus de récupération peut être compliqué par un certain nombre de pathologies qui ne surviennent qu'après l'accouchement et avant cela, il est impossible de les prévoir, respectivement, pour les prévenir également. Par exemple, le col peut être déformé.

Seul un médecin pourra constater la violation lors de l'examen. Normalement, le contour du pharynx externe doit être rond, mais avec la pathologie, il prend la forme d'un espace. Dans ce cas, le col lui-même ne sera pas effilé, comme prévu, mais cylindrique. Ce trouble et d'autres peuvent affecter la fertilité d'une femme et compliquer les grossesses ultérieures..

Combien de temps pour contracter l'utérus après l'accouchement?

Dans la période post-partum normale, l'organe est complètement débarrassé des résidus placentaires et des caillots sanguins en 3 jours. L'activité de ce processus est mise en évidence par une décharge - sanglante dans les premiers jours et séreuse-sanglante dans les suivants.

L'épithélium se rétablira complètement après 3 semaines. Le processus de contraction s'accompagne d'une légère douleur de crampes. Après des accouchements répétés, ce phénomène peut être plus prononcé et dans certains cas, des analgésiques sont prescrits à la femme.

L'absence de contractions (atonie) ou leur faible intensité (hypotension) sont des pathologies et sont dangereuses pour la santé.

L'activité des contractions dépend de plusieurs facteurs: le nombre de fœtus, la localisation du placenta, les complications pendant l'accouchement, le poids de l'enfant, l'état de santé de la femme en travail..

L'atonie se produit en cas de flexion, de traumatisme du canal génital, de sous-développement de l'organe, de processus inflammatoires, de présence de fibrome, de polyhydramnios, de troubles de la coagulation sanguine.

Pour contracter l'utérus, le médecin peut prescrire des médicaments spéciaux qui stimuleront ce processus - ocytocine ou prostaglandines.

L'allaitement peut servir d'impulsion, il vaut donc la peine de nourrir le bébé à sa première demande. La femme devrait pouvoir bouger davantage, même si elle a subi une césarienne. Il vaut mieux dormir et se reposer sur le ventre. Il convient de noter que la vidange de la vessie peut affecter le taux de contraction.Par conséquent, s'il n'y a pas d'œdème, vous devez boire plus de liquides et vous rendre aux toilettes plus souvent..

Le danger d'atonie réside dans le fait que le corps ne peut pas se débarrasser des restes du placenta et des caillots sanguins. S'ils restent, une inflammation se développera. Par conséquent, la procédure nécessaire, si les méthodes ci-dessus n'ont pas aidé, sera le grattage ou le nettoyage. Si vous n'effectuez pas une telle procédure, une hystérectomie sera nécessaire à l'avenir..

Quand nettoyer?

Le nettoyage de l'utérus est effectué après l'accouchement, s'il reste des parties du placenta ou si des caillots sanguins se sont accumulés. Les restes peuvent être détectés lors d'un examen échographique de routine, qui est effectué après l'accouchement..

Pourquoi le corps ne se nettoie-t-il pas? La raison en est un travail médiocre, lorsque le médecin a dû séparer manuellement le placenta, ou si ce dernier est très étroitement attaché.

Le nettoyage est effectué à la fois par des médicaments et par une méthode opératoire. C'est une procédure obligatoire pour les pathologies ci-dessus. Si vous ne réalisez pas un tel événement, des complications surviendront sous la forme d'un processus inflammatoire et d'une endométrite..

Si des caillots sont trouvés dans l'utérus lors d'une échographie après l'accouchement, le médecin prescrit un grattage, qui est effectué sous anesthésie générale. Temps de fonctionnement - pas plus de 20 minutes.

La procédure, comme toute autre intervention, peut être accompagnée de complications. Le plus souvent, il y a un hématomètre - un retard dans la cavité de l'organe sanguin causé par un spasme du cou. Si les pertes vaginales après curetage s'arrêtent rapidement, cette complication se produit. Pour détendre le col de l'utérus et éviter un hématomètre, prescrire No-shpu.

Les femmes atteintes de troubles de la coagulation peuvent présenter des saignements utérins, mais c'est assez rare..

Si des bactéries pénètrent dans la cavité pendant le nettoyage, une endométrite se produit - inflammation de la membrane muqueuse.

Ce qui est chargé de la courbure de l'utérus?

La flexion de l'utérus, ou déplacement, après l'accouchement, se produit en raison d'une faiblesse des muscles pelviens et d'une diminution du tonus des ligaments. Ces facteurs, en combinaison avec un accouchement compliqué, provoquent une certaine déviation du dos de l'organe. Le mouvement est accompagné d'un virage.

Une telle violation provoque une diminution de l'activité des organes génitaux, se caractérise par une douleur et des anomalies fonctionnelles dans cette zone. Le virage est éliminé à l'aide d'un ensemble d'exercices spéciaux qu'une femme peut facilement effectuer à la maison.

Myome

Cette pathologie, malheureusement, est l'une des plus courantes. Il se caractérise par le fait que des tumeurs bénignes se forment dans la membrane musculaire de l'organe..

Si vous ne commencez pas le traitement à temps, le risque de développer des complications précoces et tardives après la naissance d'un enfant est élevé, ou plutôt:

  • Saignement post-partum abondant;
  • Placenta accreta;
  • Faible tonus utérin;
  • Attachement excessivement serré du placenta et sa séparation partielle;
  • L'utérus est incapable de restaurer sa taille précédente;
  • Infection de la cavité des organes.

Polypes

Un trait distinctif de cette maladie est la difficulté de son diagnostic, car le stade initial tombe sur les hémorragies post-partum, caractéristiques de cette période. La principale cause des polypes est considérée comme un avortement ou un curetage dans l'histoire. Un polype placentaire ne peut être détecté que par échographie.

Une femme a besoin d'une hospitalisation et d'une procédure de curetage après l'accouchement, lorsque les restes de placenta et les caillots sanguins sont retirés. En période de rééducation, elle doit prendre des médicaments anti-anémiques et antibactériens..

Opération de retrait

Hystérectomie - une opération pour enlever l'utérus est effectuée selon les indications, qui comprennent:

  • Enométriose, impossibilité;
  • Prolapsus de l'utérus dû à la rupture du plancher pelvien;
  • L'organe génital après le déplacement perturbe la fonction de la vésicule biliaire.

Inflammation

Le développement du processus pathologique s'explique par de nombreuses raisons: une opération par césarienne, un travail prolongé, le placenta praevia, l'absence ou le non-respect des normes d'hygiène / sanitaire, etc. Les symptômes de la maladie comprennent la fièvre, le pouls rapide, la douleur et l'élargissement de l'abdomen, la fièvre, purulente écoulement vaginal.

Si une femme s'inquiète des phénomènes ci-dessus, ne retardez pas la visite chez le médecin. Des complications post-partum peuvent survenir même lorsque la mère et l'enfant sont déjà rentrés chez eux.

Afin de vous protéger du développement d'une pathologie et de prévenir une altération des fonctions reproductives, vous devez contacter un spécialiste qui peut poser le bon diagnostic et prescrire un traitement adéquat, ou rassurer la femme si aucune maladie n'est détectée..

Pourquoi l'utérus a-t-il prolapsus après la première naissance??

Ce phénomène se produit souvent chez les femmes qui ont accouché naturellement à plusieurs reprises. Cependant, les primipares ne sont pas non plus à l'abri d'une telle pathologie. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles la perte de cheveux se produit. Par exemple, la relaxation musculaire qui survient avec l'âge en raison d'une diminution de la production d'œstrogènes.

La décharge incomplète du placenta est une condition dans laquelle, au stade final du travail, le placenta entier ou une partie de celui-ci reste dans l'utérus. La dernière étape est la troisième étape du travail, lorsque le placenta est né. Une décharge incomplète du placenta nécessite des soins médicaux et vous la recevrez directement à l'hôpital.
Normalement, la troisième étape du travail sans intervention médicale dure 10 à 20 minutes, au cours desquelles vous avez des contractions et des tentatives pour aider la décharge placentaire. Parfois, ce processus peut prendre jusqu'à une heure et, si nécessaire, il peut être accéléré à l'aide des mêmes stimulants que ceux utilisés lors de l'accouchement. Dans ce cas, nous parlons de la stimulation du travail, puis la décharge placentaire se produit en 5 à 10 minutes. La stimulation de la naissance placentaire prévient le risque maternel d'hémorragie élevée.
Si le placenta ne s'est pas complètement éloigné, vous recevrez des soins médicaux. En fonction de l'opinion du médecin qui accouche, et au cours de l'accouchement lui-même, une stimulation sera effectuée:

  • dans une demi-heure à une heure après l'accouchement
  • immédiatement après une décharge incomplète du placenta

Pourquoi et comment une partie du placenta reste dans l'utérus?

Il y a trois raisons principales:

  • faible tonus utérin - ce qui signifie que l'utérus cesse de se contracter après l'accouchement ou se contracte si faiblement que le placenta ne peut pas se séparer de la paroi utérine
  • rétention (capture) du placenta - le placenta est complètement séparé de la paroi de l'utérus, mais ne sort pas, car il est retardé par le col de l'utérus
  • placenta accreta - une partie du placenta s'est trop attachée à la paroi de l'utérus et ne peut pas se détacher d'elle-même.

La rétention du placenta peut survenir lorsque des techniques assistées sont utilisées à la fin du travail, lorsque le placenta est retiré par le cordon ombilical. La sage-femme fait une injection, attend que le placenta se détache et met une main sur votre abdomen, comme si elle tenait l'utérus, et de l'autre main tire sur le cordon ombilical.
Si le placenta s'est séparé, il glisse facilement hors du vagin. Mais s'il n'est pas complètement détaché, si le cordon ombilical est trop faible ou si la sage-femme tire trop fort dessus, le cordon ombilical peut se rompre, laissant le placenta dans l'utérus. Dans ces cas, il est recommandé de pousser pendant les contractions. Cependant, parfois, le col de l'utérus commence à se contracter rapidement, empêchant ainsi le placenta de sortir.
Parfois, il arrive que le placenta ait un lobe supplémentaire (il est généralement relié par un vaisseau séparé au placenta principal), qui n'est pas séparé et / ou retenu dans la cavité utérine. C'est pourquoi le placenta est soigneusement examiné après l'accouchement: si un médecin ou une sage-femme remarque un fragment de vaisseau, cela soulèvera le soupçon qu'une partie est restée dans l'utérus.
Parfois, une partie du placenta se fixe à un fibrome ou à une cicatrice d'un précédent.
Parfois, une vessie pleine empêche le placenta de bouger. Dans ce cas, la sage-femme placera un cathéter dans la vessie pour la vider..

Quelles sont les conséquences d'une décharge incomplète du placenta?

Normalement, après la naissance du placenta, l'utérus commence à se contracter pour fermer les vaisseaux sanguins qui saignent. Mais si le lobe placentaire reste à l'intérieur, une contraction complète ne se produit pas et les vaisseaux continuent de saigner.
Si, malgré l'utilisation de technologies d'assistance au stade final du travail, la décharge placentaire dure plus d'une demi-heure, le risque de saignement utérin aigu augmente. Une importante perte de sang dans les 24 heures suivant l'accouchement est parfois appelée hémorragie post-partum..
Si des fragments de placenta ne sont pas retirés de l'utérus à temps, une perte de sang sévère et une infection peuvent survenir. Il survient dans 1% des naissances.

Comment traiter?

Si la phase finale du travail est retardée, il est recommandé d'attacher le bébé au sein ou de stimuler les mamelons à la main, car cela provoque la contraction de l'utérus et le passage rapide du placenta. Tenez-vous droit si possible - la gravité peut également vous aider.
Si vous préférez des soins médicaux, vous recevrez une injection d'ocytocine et la sage-femme retirera le placenta par le cordon ombilical. En cas d'échec, vous devez retirer le placenta manuellement. Dans ce cas, une anesthésie rachidienne ou générale est administrée..
Avant de retirer le placenta ou une partie de celui-ci, la sage-femme placera un cathéter pour vider la vessie et administrera un antibiotique par voie intraveineuse pour prévenir les infections. Après avoir retiré manuellement les restes du placenta de l'utérus, vous serez injecté par voie intraveineuse avec des médicaments pour le contracter.
Si vous continuez à saigner abondamment pendant plusieurs jours ou semaines après l'accouchement, vous serez référé pour une échographie pour voir s'il reste des fragments de placenta dans l'utérus. Si les soupçons sont confirmés, vous serez référé à un hôpital pour une ablation chirurgicale des restes du placenta de la cavité utérine. Elle est réalisée sous anesthésie et s'accompagne de l'administration d'antibiotiques..

Lors de la première naissance, j'ai eu un écoulement placentaire incomplet. Y a-t-il un moyen d'éviter cela une deuxième fois?

Malheureusement, si vous avez déjà eu une décharge placentaire incomplète, vous risquez de l'avoir à nouveau. Si le cas précédent était causé par une pénétration du placenta dans une cicatrice d'une césarienne ou d'une accrétion, alors vous avez de grandes chances de répéter le scénario précédent, et il est difficile d'influencer la situation.
Une décharge incomplète est également plus susceptible de se produire lorsque le placenta mature est plus facilement séparé de la paroi utérine. Donc, si vous avez une autre naissance prématurée, le risque d'une issue similaire est élevé..
Cependant, si la situation précédente impliquait une stimulation et que le col de l'utérus se fermait trop tôt ou que le cordon ombilical se rompait, vous devriez discuter avec la sage-femme de la possibilité de ne pas utiliser de techniques d'assistance pendant la dernière étape du travail cette fois. Il peut être préférable de le faire naturellement, car dans ce cas, le col de l'utérus ne se fermera pas trop rapidement, empêchant le placenta de quitter.

Les maladies inflammatoires du post-partum sont souvent causées par des microbes opportunistes qui habitent le corps de toute personne. Ils vivent constamment sur la peau, les muqueuses, dans les intestins, sans déranger leur «propriétaire», mais dans certaines conditions, ils peuvent provoquer des maladies. Et l'accouchement, surtout s'il s'accompagne d'une perte de sang importante, entraînant une anémie et, par conséquent, une diminution des défenses de l'organisme, peut devenir cette condition favorable à l'activation des microbes. Les infections sexuellement transmissibles (gonocoques, chlamydia, mycoplasmes, etc.) peuvent également être à l'origine de processus inflammatoires en période post-partum. Il existe également des associations de 2-3 microbes qui améliorent les propriétés pathogènes de chacun..

Perte de sang pendant l'accouchement, anémie, carence en vitamines, troubles du système de coagulation sanguine, restes de tissu placentaire ou de membranes fœtales dans la cavité utérine, interventions chirurgicales pendant l'accouchement, mamelons fissurés, évolution sévère et accouchement, long intervalle anhydre lors de l'accouchement - ce sont les principales conditions qui soutiennent infection.

Actuellement, l'endométrite post-partum (inflammation de l'utérus) la plus courante, la chorioamnionite (inflammation des membranes et de l'utérus pendant le travail), la mammite (inflammation de la glande mammaire), la pyélonéphrite (inflammation des reins) et, beaucoup moins souvent, la thrombophlébite veineuse pelvienne (inflammation des veines pelviennes, souvent compliquées par leur thrombose), péritonite (inflammation du péritoine) et septicémie (intoxication générale du sang).

Pour éviter le développement de complications graves, un diagnostic précoce de ces maladies dès les premiers symptômes est très important; mieux encore pour les prévenir avec des mesures préventives dans le groupe de femmes à haut risque.

Arrêtons-nous sur les complications post-partum les plus courantes de nature inflammatoire..

Endométrite post-partum (inflammation de la cavité utérine)

Se produit le plus souvent après une césarienne, un examen manuel de l'utérus post-partum, une séparation manuelle du placenta et un écoulement placentaire (si la séparation indépendante du placenta est difficile en raison d'une altération de la fonction contractile de l'utérus), avec un long intervalle anhydre (plus de 12 heures), chez les femmes admises à l'accouchement avec maladies inflammatoires de l'appareil génital (par exemple, dans le contexte d'infections sexuellement transmissibles), chez les patientes ayant subi un grand nombre d'avortements dans le passé.

Une forme pure d'endométrite est isolée, ce qui est beaucoup moins fréquent (dans 15% des cas) et se développe sans restes de tissu placentaire, et endométrite sur fond de restes de tissu placentaire, rétention de la membrane fœtale, caillots sanguins, sutures imposées par catgut (0 l'un des types de matériel de suture produit à partir de tendons des animaux, et provoque donc souvent des réactions inflammatoires. Désormais rarement utilisé) après césarienne.

Il existe des endométrites légères, modérées et sévères. En règle générale, ces formes diffèrent les unes des autres par le degré de gravité, le degré d'intoxication générale (du grec toxikon - poison) - une affection douloureuse causée par l'action de bactéries, de virus, de substances nocives sur le corps) et de la durée requise du traitement.

Symptômes
  • Une augmentation de la température corporelle, généralement de 1 à 7 jours après l'accouchement, en fonction de la gravité de la maladie. Avec une forme légère d'endométrite, la température corporelle n'augmente généralement que 5 à 7 jours après l'accouchement, le plus souvent jusqu'à 38 ° C; sous forme sévère, les premiers symptômes apparaissent déjà du 2ème au 4ème jour, la température corporelle peut atteindre 40 ° C.
  • Douleurs abdominales basses. Ils peuvent être insignifiants et incohérents dans le bas de l'abdomen avec une endométrite légère et intense, constante, irradiant sur tout l'abdomen et le bas du dos dans les formes sévères de la maladie.
  • Les lochies (écoulement post-partum de l'appareil génital) pendant longtemps (plus de 14 jours après l'accouchement) restent brillantes, puis acquièrent une couleur brun-brun, avec une odeur désagréable.
  • L'utérus se contracte mal, la hauteur du fond ne correspond pas au jour de la période post-partum.
  • Phénomènes d'intoxication générale: frissons, faiblesse, perte d'appétit, maux de tête.
Diagnostique

Dans l'analyse générale du sang, un nombre accru de leucocytes est détecté, c'est-à-dire leucocytose, parfois - une diminution du taux d'hémoglobine. L'échographie révèle des restes de tissu placentaire, des membranes fœtales, des caillots sanguins, une sous-involution de l'utérus dans la cavité utérine (l'utérus ne se contracte pas bien, sa taille ne correspond pas au jour de la période post-partum).

Traitement
  • Lorsque la sous-involution de l'utérus est détectée, une dilatation prudente du canal cervical est effectuée afin de créer les conditions pour la sortie du contenu de la cavité utérine; si le contenu de MHOGO, une aspiration sous vide ou un curetage est effectué (aspiration sous vide - aspiration du contenu de la cavité utérine à l'aide d'un appareil spécial. Grattage - élimination du contenu de la cavité utérine et de la couche superficielle de l'endomètre à l'aide d'un instrument spécial - une curette).
  • Actuellement, dans de nombreuses cliniques et maternités, la cavité utérine est lavée avec des solutions antiseptiques réfrigérées..
  • L'antibiothérapie est la principale méthode de traitement. Un large spectre d'antibiotiques est utilisé, car de nombreuses infections sont causées par l'association de plusieurs microbes. Lors du choix d'un antibiotique, on part de quel microbe provoque le plus souvent telle ou telle inflammation, que l'antibiotique soit excrété dans le lait, qu'il affecte l'enfant. Si l'antibiotique ne donne pas un effet suffisant dans les 2-3 jours, il est remplacé par un autre. La méthode de prise de médicaments antibactériens dépend de la gravité de l'endométrite: en cas de maladie bénigne, vous pouvez vous limiter aux médicaments antibactériens en comprimés; dans l'endométrite sévère, les antibiotiques sont administrés par voie intramusculaire ou intraveineuse.
  • La thérapie par perfusion (désintoxication) (administration intraveineuse de médicaments) est effectuée dans le but d'éliminer les phénomènes d'intoxication, d'améliorer la circulation sanguine. La thérapie par perfusion est nécessaire pour l'endométrite légère et sévère. Pour sa mise en œuvre, des solutions de glucose (5, 10, 20%), une solution physiologique (solution de chlorure de sodium à 0,9%), etc. sont utilisées..
  • Pour toutes les formes d'endométrite, une thérapie immunocorrective est effectuée, ce qui aide à renforcer les défenses de l'organisme, augmente l'immunité (des médicaments tels que Viferon, Kipferon, etc. sont utilisés).
  • HBO (oxygénation hyperbare) est un type de thérapie qui aide à oxygéner les cellules du corps. Dans les maladies infectieuses de toute nature, les cellules souffrent d'hypoxie - un manque d'oxygène. Le processus de thérapie consiste en ce qu'une femme est autorisée à respirer un mélange avec une teneur accrue en oxygène à travers un masque. Cette thérapie est très efficace dans les manifestations initiales de l'endométrite, renforce les défenses de l'organisme.
La prévention

La fréquence de l'endométrite post-partum peut être considérablement réduite par des antibiotiques prophylactiques avec un risque relativement élevé de son développement (après césarienne, entrée manuelle dans la cavité utérine, avec un intervalle anhydre de plus de 12 heures). De plus, avant d'accoucher (idéalement avant la grossesse), il est nécessaire de procéder à un examen et d'éliminer l'infection du canal génital.

Chorioamnionite (inflammation des membranes amniotiques)

Le plus souvent se produit avec une rupture prématurée des membranes. À mesure que l'écart anhydre du travail augmente, le risque d'infection intra-utérine du fœtus augmente.

Symptômes
  • Chez une femme enceinte ou en travail, dans le contexte d'une période anhydre relativement longue (6 à 12 heures), la température corporelle augmente, des frissons apparaissent, des écoulements ressemblant à du pus du tractus génital et la fréquence cardiaque augmente. Chez une femme sur cinq, la chorioamnionite se transforme en endométrite post-partum.
Traitement

Lorsque des signes de chorioamnionite apparaissent, un accouchement intensif est effectué (rhodostimulation et avec une faiblesse persistante de la force de travail - césarienne) dans le contexte d'un traitement antibactérien et par perfusion.

La prévention

Lors de l'accouchement ou de la chirurgie, il est impératif de surveiller l'état de fonctionnement des organes vitaux de la femme, en particulier l'état du système de coagulation sanguine, car en raison d'une mauvaise contraction de l'utérus ou / et d'une diminution de la capacité de coagulation sanguine, des saignements sévères peuvent se développer, ce qui conduit parfois à la nécessité d'enlever..

Mastite post-partum (inflammation du sein) et lactostase (stagnation du lait)

La mammite post-partum survient dans 2 à 5% des cas, plus souvent chez les primipares. 9 femmes sur 10 atteintes de mammite purulente sont admises à l'hôpital chirurgical depuis leur domicile, car cette maladie débute souvent à la fin de la 2e et pendant la 3e semaine, et parfois - un mois après l'accouchement.

C'est une maladie des mères allaitantes: s'il n'y a pas de lactation, il n'y a pas de post-partum. Dans 80 à 90% des cas, elle est causée par Staphylococcus aureus. L'infection se produit lorsqu'un micro-organisme pénètre à travers une fissure du mamelon dans la glande allaitante. C'est la principale différence entre la mammite et la lactostase (accumulation et «stagnation» du lait dans la glande mammaire), car la lactostase se développe sans la présence de mamelons fissurés. La mammite est généralement unilatérale, mais elle peut aussi être des deux côtés.

Symptômes
  • Augmentation de la température corporelle à 38,5-39 ° C et plus.
    • Douleur mammaire localisée.
    • Rougeur de la glande mammaire dans la zone touchée (le plus souvent dans la zone du quadrant externe supérieur de la glande mammaire. La glande mammaire est classiquement divisée en 4 quadrants: externe supérieur et inférieur et supérieur et inférieur postérieur), gonflement.
  • À la palpation (examen manuel) de cette zone de la glande mammaire, des zones douloureuses et indurées sont déterminées. L'expression du lait est extrêmement douloureuse et, contrairement à la lactostase, n'apporte pas de soulagement.
    • Phénomènes d'intoxication générale: frissons, maux de tête, faiblesse, etc..
Diagnostique
  • Examen, palpation des glandes mammaires.
  • Échographie mammaire.
  • Examen bactériologique du lait.

Le stade initial de la mammite doit être distingué de la lactostase. Avec la lactostase, il y a une sensation de lourdeur et de tension dans la glande mammaire, il n'y a pas de rougeur et de gonflement de la peau, le lait est libéré librement, l'expression, contrairement à la mammite, apporte un soulagement. L'état général des femmes atteintes de lactostase souffre peu, après expression, la température corporelle revient à la normale, la douleur cesse.

Traitement de la lactostase

Avec la lactostase, vous pouvez masser vos seins sous la douche avec un jet d'eau tiède, après quoi l'expression est grandement facilitée. La physiothérapie est également utilisée (par exemple, échauffement, exposition à un courant haute fréquence - Ultraton, Vityaz, etc.), sans inhibition de la lactation, le lait est exprimé (20-30 minutes avant cela, 2 ml de No-shpy sont injectés par voie intramusculaire, immédiatement avant l'expression - par voie intramusculaire). En l'absence d'effet de procédures physiothérapeutiques, en combinaison avec l'expression du lait, la lactation est inhibée par le parlodel ou des médicaments similaires.

Traitement de la mammite

Le traitement doit être instauré dès les premiers symptômes de la maladie, ce qui réduit considérablement la possibilité de développer une inflammation purulente de la glande mammaire et des tissus environnants. Auparavant, dans le traitement de la mammite, la quantité de liquide qu'ils buvaient était limitée, ce qui est maintenant considéré comme une grave erreur: pour lutter contre l'intoxication, une femme doit boire jusqu'à 2 litres de liquide par jour. La nutrition doit être complète, visant à augmenter la résistance du corps.

  • L'antibiothérapie est assez efficace dans les 1er et 2ème stades de la mammite
  • Avec la mammite purulente (lorsqu'un abcès se développe - une inflammation limitée de la glande mammaire - ou du phlegmon - une inflammation purulente diffuse de la glande mammaire), un traitement chirurgical est effectué (ouverture de l'abcès, élimination des tissus morts dans les tissus sains) dans le contexte d'un traitement antibactérien.
  • La suppression de la lactation par des médicaments augmente l'efficacité du traitement plusieurs fois. Aucun type de mammite ne peut être traité sans supprimer ou inhiber la lactation. Dans les conditions modernes, la suppression complète de la lactation est rarement utilisée, uniquement avec la mammite purulente, le plus souvent, ils recourent à l'inhibition de la lactation. Lorsque la lactation est inhibée ou supprimée par des médicaments, le pompage ne peut être utilisé, car cela stimule la production de prolactine par l'hypophyse et, par conséquent, stimule la lactation. Même au stade initial de la mammite, il est impossible d'allaiter l'enfant, en raison du risque élevé d'infection, de la prise d'antibiotiques et d'autres médicaments dans le corps de l'enfant et d'une carence en lait. La question de la reprise de l'allaitement est décidée individuellement et uniquement après le semis témoin de lait après traitement.
La prévention

Il commence à partir de la période de grossesse, comprend une alimentation équilibrée, familiarise les femmes avec les règles et les techniques de l'allaitement, le traitement rapide des mamelons fissurés, la lactostase, le port d'un soutien-gorge qui ne comprime pas les glandes mammaires, le lavage des mains avant l'alimentation, les bains d'air pendant 10 à 15 minutes après l'alimentation.

Facteurs de risque élevés pour le développement de la mammite post-partum:

  • prédisposition héréditaire;
  • foyers d'infection purulente dans le corps;
  • mastopathie (présence de phoques et de petits nodules dans la glande mammaire);
  • caractéristiques anatomiques des mamelons (mamelons inversés ou plats);
  • maladies chroniques existantes des organes internes, en particulier au stade aigu.

Pyélonéphrite post-partum (maladie rénale infectieuse et inflammatoire)

Parfois, une augmentation de la température corporelle dans la période post-partum est associée à une exacerbation de la pyélonéphrite (4-6ème et 12-14ème jours sont considérés comme une période critique). La pyélonéphrite chronique s'aggrave après l'accouchement ou se développe pour la première fois après eux en raison de la propagation ascendante de l'infection à partir de la vessie et des voies génitales.

Symptômes:
  • Augmentation de la température à 40 ° С.
  • Douleur dans le côté (si la pyélonéphrite est unilatérale).
  • Miction douloureuse, constipation, faiblesse générale.
  • Frissons.
Diagnostique

Avec une augmentation de la température corporelle, dans la période post-partum, ainsi qu'un test sanguin clinique, il est également nécessaire de procéder à un test d'urine afin que la pyélonéphrite ne soit pas manquée sous le masque de l'endométrite ou de la mammite.

Traitement

Le traitement est effectué avec des médicaments antibactériens (en fonction de la gravité de l'évolution, des comprimés ou des antibiotiques sous forme de solutions injectables sont utilisés). Boire beaucoup d'eau avec du thé rénal est recommandé pour soutenir la fonction rénale normale. Comme dans d'autres maladies inflammatoires du post-partum, la thérapie par perfusion (désintoxication) est largement utilisée.

Oh, et je ne sais pas ce que je ferais sans mon gynécologue. Une amie de telles passions m'a dit qu'elle ne pouvait pas s'asseoir normalement pendant un mois après l'accouchement, les points de suture faisaient mal et ne guérissaient pas bien. Mon fils et moi avons été libérés le jour 4, tout allait bien, ils ont dit que les points de suture se résoudraient d'eux-mêmes. Mais ils n'ont pas dit comment entretenir et comment lubrifier. Après mon congé, je suis venu chez le gynécologue, enseigné par l'expérience. Curieusement, il n'était pas nécessaire de traiter quoi que ce soit. Seul le depantol a mis le cap.

J'ai eu une mammite deux mois et demi après l'accouchement, heureusement, on m'a conseillé de me tourner vers un médecin expérimenté qui, après avoir prescrit un traitement, a ajouté - en aucun cas n'abandonne! ans avant qu'elle ne redevienne enceinte. Vraiment pourquoi supprimer la lactation!

21/05/2004 22:58:32, olesya

enfin je sais ce que j'ai eu après la césarienne. la faiblesse a été attribuée à une paresse et une méfiance excessives, la température a légèrement augmenté - 37 ° C - et la décharge a été trouvée à l'examen le 10e jour après l'opération. Je n'ai pas été informé du diagnostic, mais j'ai juste commencé à traiter. Dieu merci, guéri.

22/07/2003 18:54:47, verre

Les rumeurs sur le traitement de la mammite et la suppression de la lactation pour la traiter ont été grandement exagérées. L'auteur n'a clairement pas une formation moderne dans le domaine de la lactation. Pour obtenir des informations sur le traitement et l'alimentation de la mammite, il est préférable de demander conseil aux conseillères en lactation, à La Leche and Ligue, à Ammenhelpieu ou à toute autre organisation qui travaille avec les femmes qui allaitent..

Commentaire sur l'article "Complications post-partum"

Dépression post-partum Après l'accouchement, vous devez essayer de communiquer plus souvent avec une femme, lui demander ce qu'elle a fait, comment elle a passé du temps avec l'enfant et lui offrir de l'aide. Portez le maximum d'attention et soutenez-la dans tout, en fermant les yeux sur les caprices, car elle a enduré un stress physique et psychologique pendant l'accouchement. Avoir un enfant est sans aucun doute un délice et une joie dans la famille, mais parfois après la naissance d'un enfant, une femme souffre de dépression post-partum. Pendant.

À la naissance d'un enfant, chaque femme est confrontée à l'apparition d'un écoulement post-partum, scientifiquement appelé lochie. Ces sécrétions sont caractérisées par l'abondance et la constance. Dans une maternité, une toile cirée pour protéger le matelas et des coussinets spéciaux vous seront utiles. Les serviettes post-partum devront être changées toutes les 1 à 2 heures. Ces produits sanitaires semblent un peu intimidants car ils sont beaucoup plus longs et plus épais que les serviettes normales. N'oubliez pas d'apporter des sous-vêtements spéciaux à l'hôpital, c'est souvent pratique.

Madura super stick pour femme Aide à résoudre non seulement les problèmes de santé des femmes, mais augmente également la libido et la qualité de la vie sexuelle! Les hommes seront fous de vous! Il réduit les muscles des parois du vagin, a un puissant effet de constriction, créant un effet de «virginité». Active l'excitation mutuelle pendant les rapports sexuels, stimule la réalisation d'un orgasme lumineux chez les deux partenaires. Il est également recommandé comme moyen d'améliorer la qualité de la vie sexuelle des partenaires, en particulier pour les couples avec.

Une chose que je ne comprends pas, c'est comment la super baguette résout les problèmes de santé des femmes, garantit à la fille beaucoup de cavaliers, élimine une odeur désagréable (comment?), Prévient les maladies fongiques (enfin, comment.), Prévient les maladies inflammatoires (comment.) Et l'érosion cervicale (.).

"Injecté pendant 1-2 minutes. Après utilisation, rincer le stick à l'eau tiède, sécher avec une serviette. Conserver dans un endroit sec jusqu'à la prochaine utilisation. Stick réutilisable." - Je connais aussi un "bâton" avec les mêmes recommandations. )))))))))))))

Laquelle des mères nouvellement créées ne se sentait pas comme une femme malheureuse et torturée? Tout le monde a des jours de larmes, mais pour certaines nouvelles mamans, elles peuvent évoluer en dépression post-partum. À propos de quel type d'animal il s'agit, lisez ici [link-1]

Bien sûr, il existe une dépression post-partum qui survient à tout moment de l'année. Mais en hiver, la probabilité de cette condition après l'accouchement est beaucoup plus élevée. Symptômes Causes d'occurrence Où est le moyen de sortir de la dépression? Lire [link-1] Photo particulièrement mignonne d'un gamin coquin dans l'article.

Vêtements pour bébés *: 2. Couches minces - 10 pcs. 3. Couches en flanelle - 10 pcs. 4. Maillots de corps minces - 4 pièces. (de préférence avec des poignées fermées) 5. Blouses avec boutons (jersey ou flanelle) - 4 pcs. 6. Chapeaux fins - 2 pcs. 7. Chapeaux denses (coton ou laine, selon la saison) - 1 pc. 8. Chaussettes - 2 paires. 9. Chaussettes chaussons en laine ou coton tricotés - 2 paires 10. Curseurs avec boutons - 10 paires 11. Petits hommes (slip) 2-3 12. Bodys à manches courtes 3-4 pièces (pour les enfants d'été) 13. Couches.

- formation de polypose, qui se forme dans la cavité utérine à partir des restes de tissu placentaire après un accouchement compliqué, une interruption artificielle de grossesse ou une fausse couche. Les manifestations pathologiques causées par un polype placentaire comprennent des saignements post-partum ou post-avortement tardifs, parfois assez intenses, conduisant au développement d'une anémie et à l'ajout d'une infection secondaire. Le polype placentaire est diagnostiqué en recueillant une histoire obstétricale et gynécologique, en effectuant un examen bimanuel, une échographie, une hystéroscopie et une RFE avec une analyse histologique des grattages. Traitement des polypes placentaires - chirurgical (ablation au forceps, laser, hystérorésectoscopie, etc.).

Causes du polype placentaire

La formation d'un polype placentaire est précédée d'une grossesse terminée ou avortée. Dans ce cas, l'issue de la grossesse peut être différente: accouchement (césarienne ou naturelle), avortement spontané (fausse couche), avortement médicamenteux, grossesse gelée suivie d'une ablation instrumentale de l'ovule. Cependant, dans tous les cas, le début du développement d'un polype est donné par les lobules placentaires ou villosités placentaires, qui persistent dans la cavité utérine, noyés dans des couches de masses fibrinoïdes ou thrombotiques. La rétention du tissu placentaire dans la cavité utérine est facilitée par une gestion irrationnelle de la période de suivi, une séparation et un retrait incomplets du placenta lors de la césarienne, un curetage incomplet de la cavité utérine lors d'un avortement médicamenteux ou d'une fausse couche.

Restant dans la cavité utérine et fermement attaché à sa paroi, un fragment de tissu placentaire en peu de temps se recouvre de caillots sanguins et de fibrine, se développe avec le tissu conjonctif. Extérieurement, le polype placentaire ressemble à une croissance plate (rampante) ou en forme de champignon. Sur le plan pathomorphologique, il est habituel de distinguer les polypes placentaires, constitués de villosités intactes (formées après un avortement médicamenteux), de villosités destructrices (survenant dans le contexte d'une involution post-partum incomplète de l'utérus), ainsi que de lobules isolés du placenta avec des connexions vasculaires avec l'utérus.

Symptômes du polype placentaire

L'organisation finale du polype placentaire se produit plusieurs semaines après la fin de la grossesse. C'est pourquoi la manifestation clinique de la maladie survient dans la troisième ou la cinquième semaine après l'accouchement, l'avortement, la fausse couche. Le principal symptôme est le saignement, qui est souvent perçu par une femme comme un phénomène naturel après les événements passés. Néanmoins, contrairement à l'hémorragie post-partum physiologique, les taches causées par un polype placentaire apparaissent assez tardivement et, contrairement à l'hémorragie post-partum, elles persistent plus longtemps. Au début, le saignement peut être assez rare, mais avec le temps, le saignement augmente tellement qu'il oblige le patient à consulter un gynécologue.

Si le polype placentaire a provoqué des saignements utérins abondants ou prolongés, une faiblesse, des étourdissements, de la fatigue, une pâleur de la peau se développe. La conséquence d'une perte de sang peut être une anémie sévère, l'ajout d'une infection secondaire au développement de l'endométrite, une septicémie. À long terme, un traitement intempestif du polype placentaire peut entraîner une infertilité.

Diagnostic et traitement des polypes placentaires

Un diagnostic présumé de «polype placentaire» peut être posé dans les cas où une femme note une augmentation ou une reprise de l'écoulement sanguin 3 à 4 semaines après l'accouchement ou l'avortement médicamenteux. Lorsqu'il est observé sur une chaise, un béant du pharynx utérin peut être déterminé, parfois un polype dépassant de l'ouverture externe du canal cervical. Des données plus fiables sur la présence d'une éducation supplémentaire dans la cavité utérine, sa localisation et sa structure peuvent être obtenues par échographie des organes pelviens.

L'examen le plus informatif pour un polype placentaire suspecté est l'hystéroscopie, qui permet d'examiner la cavité utérine de l'intérieur à l'aide d'un système optique. Les capacités diagnostiques de l'hystéroscopie sont généralement associées à une intervention chirurgicale - hystérorésectoscopie et curetage diagnostique séparé. Un examen histologique ultérieur du grattage de l'endomètre confirme enfin le diagnostic de polype placentaire.

Si la partie inférieure du polype est visualisée dans le canal cervical, l'obstétricien-gynécologue peut la retirer avec une pince. Il est possible de retirer le polype placentaire à l'aide d'un laser chirurgical. Dans tous les cas, la procédure de retrait est complétée par un curetage fractionné. Afin de corriger l'anémie, le patient se voit prescrire des multivitamines, des préparations de fer, selon les indications, une transfusion de composants sanguins (plasma, masse érythrocytaire) est effectuée.

En période postopératoire, une surveillance de la température corporelle et du bien-être général est nécessaire. Dans un délai d'un mois, il est recommandé d'exclure les procédures thermales (y compris les bains) et l'activité physique, se méfier de l'hypothermie et s'abstenir de toute activité sexuelle. La prévention de la formation d'un polype placentaire consiste en un examen approfondi du placenta après l'accouchement par une sage-femme, si nécessaire - un examen manuel de la surface de l'utérus de la femme en travail, la surveillance de la nature de l'écoulement après l'accouchement et l'interruption de grossesse, la réalisation d'examens de suivi par un gynécologue et une échographie.

Il Est Important De Savoir Sur La Planification

Cookies pour les mères allaitantes: quoi et quand vous pouvez

Conception

L'allaitement consiste à limiter la composition et les normes nutritionnelles d'une mère qui allaite. Tout ce qu'une femme mange est transmis à l'enfant avec du lait..

Comment apprendre à votre bébé à sucer une sucette: les méthodes les plus efficaces

Conception

Avantages et inconvénients de l'utilisation d'une sucetteLes pédiatres et les néonatologistes ont une attitude négative à l'égard de l'utilisation du mamelon, car cela contribue à la violation de la préhension du sein, à une diminution du nombre de pièces jointes et à une diminution du poids corporel chez les nourrissons.

Lombalgie pendant la grossesse: causes et traitement

Nutrition

Si une femme doute qu'un changement de bien-être soit de nature physiologique ou que les sensations de douleur lombaire deviennent vives et intenses, alors elle doit absolument se présenter à un obstétricien-gynécologue qui observe sa grossesse..

Fèces vertes chez les bébés

Analyses

La couleur et la consistance des selles chez les nouveau-nés sont l'un des indicateurs de santé les plus importants. Les bébés font caca 6 à 8 fois par jour, ce qui permet aux parents de remarquer immédiatement toute irrégularité dans les selles et de demander conseil à un pédiatre.