Principal / Conception

Caractéristiques de la structure et des fonctions du système nerveux chez les enfants

Au moment où un enfant naît, son système nerveux est le moins développé et différencié par rapport aux autres organes et systèmes. Dans le même temps, c'est à ce système que de grandes exigences sont imposées, car il assure l'adaptation de l'organisme aux conditions du nouvel environnement extérieur et régule les fonctions vitales d'un nouveau-né..

Dans le processus d'adaptation, le métabolisme doit être établi, le travail des organes respiratoires, circulatoires et digestifs doit être réorganisé. Tous ces systèmes commencent à fonctionner d'une manière nouvelle après la naissance d'un enfant. L'activité coordonnée de ces organes doit être assurée par le système nerveux.

Chez un nouveau-né, le poids du cerveau est relativement élevé, représentant 1/8 à 1/9 du poids corporel, tandis que chez un adulte, le cerveau représente 1/40 du poids corporel. Au cours des 6 premiers mois de la vie, le poids du cerveau augmente de 86,3%. Dans la période de 2 à 8 ans, la croissance du cerveau ralentit et par la suite son poids change légèrement.

Le tissu cérébral de l'enfant est riche en eau, contient peu de lécithine et d'autres protéines spécifiques. Les sillons et circonvolutions sont mal exprimés, la matière grise du cerveau est mal différenciée de la matière blanche. Après la naissance, le développement de la forme, de la taille des rainures et des circonvolutions se poursuit: les rainures deviennent plus profondes, les circonvolutions deviennent de plus en plus longues. Ce processus est particulièrement vigoureux au cours des 5 premières années, ce qui conduit à une augmentation de la surface totale des hémisphères cérébraux. Le processus de maturation des cellules nerveuses dans différentes parties du cerveau est réalisé différemment énergétiquement: pour les cellules du cortex, il se termine à 18-20 mois. Dans la moelle épinière, ce processus est terminé à l'âge de 7 ans. Vers cet âge, la myélinisation des fibres nerveuses se termine.

Au moment de la naissance de l'enfant, la structure de la moelle épinière est plus complète. Il est relativement plus long que celui d'un adulte (par conséquent, les fonctions vertébrales chez les enfants sont effectuées dans l'espace inter-lombaire III-IV).

Puisque le cortex, les voies pyramidales, le striatum ne sont pas suffisamment développés avant la naissance d'un enfant, toutes les fonctions vitales d'un nouveau-né sont régulées par le cerveau interstitiel, les centres sous-corticaux.

Dès la naissance, un bébé né à terme a un certain nombre de réflexes congénitaux ou inconditionnés. Ceux-ci comprennent la succion, la déglutition, les clignements des yeux, la toux, les éternuements, la défécation, la miction et quelques autres. Le rôle vital de ces réflexes est incontestable - ils réalisent l'adaptation de l'organisme à l'environnement et subissent une évolution rapide et significative à la fin de la première année de vie..

Sur la base de ces réflexes inconditionnés, l'enfant développe des réflexes conditionnés qui sont d'une importance primordiale dans la vie d'une personne, en d'autres termes, le premier système de signal se développe.

Le développement d'une activité nerveuse supérieure, c.-à-d. l'acquisition de réflexes conditionnés se déroule à un rythme très rapide. Un enfant est beaucoup plus facile qu'un adulte de créer des liens conditionnels avec son environnement. Ces connexions sont stables et lumineuses. Cela signifie que l'enfant brûlera relativement rapidement pour acquérir certaines compétences comportementales, certaines habitudes, qui resteront ensuite longtemps, souvent pour la vie..

Le développement du comportement complexe d'un enfant est étroitement lié à un certain niveau de développement des organes sensoriels, en tant qu'organes perçus périphériques. L'enfant a un goût assez bien développé, il distingue les médicaments sucrés amers, il est plus disposé à boire des mélanges sucrés. Le sens de l'odorat est moins développé, cependant, l'enfant distingue certaines odeurs fortes. Le sens du toucher est assez bien développé, par exemple, toucher les lèvres provoque un mouvement de succion. La peau du visage, des paumes et de la plante des pieds est la plus sensible au toucher. Le plus dur est le développement de l'ouïe et de la vision. Dès la naissance, l'enfant voit et entend, mais sa perception n'est pas claire. Les récepteurs auditifs du nouveau-né sont suffisamment développés et il réagit aux stimuli sonores puissants avec un sursaut.

La parole, le deuxième système de signalisation, joue un rôle important dans le comportement de l'enfant. La formation de la parole des enfants se produit selon les lois de la formation des réflexes conditionnés et passe par plusieurs étapes. À 2-3 mois, un enfant «bourdonne» généralement - ce sont des bruits de discours, le rudiment des mots futurs. Dans la seconde moitié de l'année, la parole commence à se former. L'enfant commence à prononcer des syllabes individuelles, et parfois les syllabes répétées ont une certaine signification. Les enfants connaissent généralement entre 5 et 10 mots à l'âge de 1 an. De la 2e à la 3e année de vie, le développement de la parole est particulièrement rapide et intensif. À l'âge de 2 ans, le vocabulaire d'un enfant devrait être de 200 mots. La parole, née sur la base du premier système de signalisation et étant étroitement liée à celui-ci, devient le lien principal dans le développement ultérieur de l'activité nerveuse de l'enfant. Avec le développement de la parole, la connaissance du monde qui l'entoure chez l'enfant est exceptionnellement rapide et orageuse..

Nerf Abducens (VI)
Le nerf abducens, N. Abducens, est formé par les axones des cellules motrices du noyau de ce nerf, qui se trouve dans la doublure du pont. Le nerf s'échappe de la substance du cerveau dans la rainure entre le pont et la moelle épinière, perce la dure-mère du cerveau et dans le sinus caverneux passe du côté de l'artère carotide interne, puis à travers la fissure orbitale supérieure pénètre dans l'orbite. Le nerf abducens innerve le muscle droit latéral de l'œil..

Paramètres EMF affectant la réponse biologique
Les options pour l'impact des CEM sur les bioécosystèmes, y compris les humains, sont diverses: continue et intermittente, générale et locale, combinées à partir de plusieurs sources et combinées à d'autres facteurs environnementaux défavorables, etc. Les paramètres EMF suivants affectent la réponse biologique: 1. intensité EMF (valeur); 1.2. fréquence de rayonnement; 1.3. durée de l'exposition; 1.4. modulation du signal.

Caractéristiques du fonctionnement des réflexes spinaux inconditionnés chez les enfants

Avec l'âge, la structure, le poids et l'emplacement de la moelle épinière chez les enfants changent considérablement. La moelle épinière se développe plus rapidement que le cerveau, car les réflexes spinaux se forment plus tôt que les réflexes cérébraux.

Dans la région cervicale, d'où émanent les nerfs des mains, l'épaisseur est la plus grande. L'épaississement de la colonne lombaire donnant naissance aux nerfs des jambes est moindre. Les neurones de la moelle épinière se développent particulièrement rapidement avec l'arrivée de l'âge scolaire

À l'âge de 12 ans, l'épaisseur de la moelle épinière double, puis change à peine. De la naissance à l'âge adulte, la moelle épinière grossit 8 à 9 fois. L'emplacement de la moelle épinière dans la colonne vertébrale change également avec l'âge. La moelle épinière grossit plus lentement que la colonne vertébrale.

Les mécanismes nerveux et neurohumoraux de la plupart des réflexes inconditionnés se forment dans la vie intra-utérine et quelques-uns, par exemple, sexuels, après la naissance. Les mécanismes nerveux et neuro-humoraux de tous les réflexes conditionnés se forment au cours de la vie. Les réflexes non conditionnés changent, sont modifiés sous l'influence de réflexes conditionnés, en particulier dans la petite enfance. Les réflexes conditionnés, en règle générale, sont formés sur la base de.

Un réflexe inconditionné est une forme de réponse innée et héréditairement fixée à des influences biologiquement significatives du monde extérieur ou à des changements dans l'environnement interne du corps..

Avec la croissance et le développement des humains et des animaux, le système de connexions réflexes inconditionnelles s'avère insuffisant pour fournir toute la variété nécessaire de réactions dans un environnement en constante évolution et infiniment diversifié. Les réflexes conditionnés commencent à se former et prennent de plus en plus d'importance dans le comportement..

Un réflexe conditionné est une réaction innée ou acquise (apprise) qui suit automatiquement en réponse à un stimulus biologiquement neutre, qui s'est transformé en un signal qui avertit le corps d'un effet biologiquement important imminent.

Caractéristiques des réflexes conditionnés: non congénitaux, acquis au cours de la vie

3. Documents normatifs du niveau fédéral reflétant le contenu de l'enseignement professionnel dans la Fédération de Russie

L'une des tendances modernes dans le développement du contenu éducatif est sa standardisation, qui est causée par deux circonstances. Tout d'abord, la nécessité de créer un espace pédagogique unique dans le pays, grâce auquel un niveau unique d'enseignement général reçu par les jeunes dans différents types d'établissements d'enseignement sera assuré. La standardisation du contenu de l'éducation est également due à la tâche de l'entrée de la Russie dans le système de la culture mondiale, qui nécessite de prendre en compte les tendances dans le développement du contenu de l'enseignement général dans la pratique éducative internationale. Le concept de la norme vient du mot anglais standart, qui signifie "norme, échantillon, mesure".

Avec la "loi sur l'éducation", la norme éducative est le principal document normatif qui porte l'interprétation d'une certaine partie de la loi.

La loi RF sur l'éducation (1992) stipule que seul le niveau d'enseignement minimum requis est normalisé par les autorités de l'État. La détermination du contenu de l'enseignement au-delà de cette norme relève de la compétence des établissements d'enseignement..

Les composantes fédérales et nationales-régionales de la norme d'éducation comprennent: une description du contenu de l'éducation à chacun de ses niveaux, que l'État fournit à l'étudiant dans la quantité de formation nécessaire; les exigences relatives à la formation minimale nécessaire des étudiants dans le cadre du contenu spécifié; la charge d'étude maximale admissible par années d'études.

Programme. Au niveau de la représentation théorique générale, la norme de l'État se reflète dans le programme de l'établissement d'enseignement. Dans la pratique de l'éducation, plusieurs types de programmes sont utilisés: le programme de base, la norme et le programme de l'établissement d'enseignement.

Le programme de base est le principal document réglementaire de l'État qui fait partie intégrante de la norme de l'État dans ce domaine de l'éducation. Il sert de base à l'élaboration d'un modèle et de programmes de travail et d'un document source pour le financement. Le programme de base faisant partie de la norme éducative est approuvé par le Ministère de l'éducation et des sciences de la Fédération de Russie.

Les programmes types sont de nature consultative. Ils sont élaborés sur la base du programme d’études de base de l’État et sont approuvés par le Ministère de l’éducation de la Fédération de Russie..

Une matière académique est un système de connaissances scientifiques, de compétences pratiques et de capacités qui permettent aux étudiants d'apprendre, avec une certaine profondeur et en fonction de leurs capacités cognitives, les principaux points de départ de la science ou des aspects de la culture, du travail, de la production.

Un programme est un document normatif qui révèle le contenu des connaissances, des compétences et des capacités dans une matière, la logique de l'étude des idées principales, indiquant la séquence des sujets, des questions et le dosage général du temps pour leur étude. Il détermine l'orientation scientifique générale et spirituellement holistique de l'enseignement du sujet, en évaluant les théories, les événements, les faits

Les programmes de l'auteur, en tenant compte des exigences de la norme étatique, peuvent contenir une logique différente pour construire une matière académique, leurs propres approches de la prise en compte de certaines théories, leurs propres points de vue sur les phénomènes et processus étudiés. Le programme de l'auteur est le plus largement utilisé dans l'enseignement des cours au choix et au choix.

Littérature éducative. La conception du contenu de l'éducation au niveau du matériel pédagogique est réalisée dans la littérature pédagogique, qui comprend les manuels et les supports pédagogiques. Ils reflètent le contenu spécifique du programme. Parmi tous les types de littérature pédagogique, une place particulière est occupée par un manuel, qui dans son contenu et sa structure doit correspondre au programme de la matière..

Caractéristiques du fonctionnement des réflexes spinaux inconditionnés chez les enfants

Un nouveau-né ne semble être qu'une petite bosse impuissante, en fait, la nature a pris soin de lui et lui a fourni un certain nombre de réflexes innés inconditionnés conçus pour le protéger et le préserver. De quoi parlent ces drôles de réactions corporelles et pourquoi sont-elles nécessaires? Explique la candidate des sciences médicales Elena Borisovna Machneva.

Quels sont les réflexes

Certains réflexes meurent très rapidement, tandis que d'autres persistent plus longtemps - et c'est tout à fait normal. Il est important que les parents connaissent le moment de la manifestation et de l'extinction des réflexes inconditionnés, mais, dans tous les cas, le bébé ne peut se passer des examens réguliers d'un neurologue..

Tous les réflexes non conditionnés d'un nouveau-né sont divisés par les pédiatres - néonatologistes en trois groupes principaux:

  • Fournir une activité vitale normale générale (respiration, succion, déglutition, ainsi que réflexes spinaux);
  • Vise à protéger le corps de l'enfant des influences extérieures de la lumière vive, du froid, de la chaleur et d'autres irritants;
  • Réflexes «temporaires» - par exemple, le réflexe de rétention du souffle, qui est nécessaire pour déplacer le canal génital de la mère.

Les réflexes non conditionnés les plus importants d'un enfant en bas âge sont les réflexes oraux. Ils permettent à l'enfant d'avoir sa propre nourriture..

Le réflexe de succion se manifeste immédiatement après la naissance - à condition que l'enfant soit en bonne santé. Le bébé serre le mamelon, le doigt, le mamelon avec ses lèvres et les suce en rythme - quelque chose comme ça du point de vue physiologique ressemble à un processus d'alimentation normal. Le réflexe de succion commence à s'estomper d'environ un an et ne disparaît progressivement que de 1,5 à 3 ans. Les experts estiment que de cette manière, la nature elle-même a déterminé le moment optimal pour la fin de l'allaitement..

Réflexe proboscis. Cela vaut la peine de toucher facilement les lèvres du bébé, et elles dépassent ridiculement dans un tube - tout comme la trompe d'un bébé éléphant - à ce moment, le muscle circulaire de la bouche se contracte involontairement.

Réflexe palmo-oral - essayez d'appuyer votre pouce sur la paume du bébé - il ouvrira la bouche.

Les réflexes spinaux sont un ensemble de réactions responsables de l'état de l'appareil musculaire. Ce sont des réflexes moteurs régulés par la moelle épinière. Avec leur participation, notre corps prend différentes poses et se déplace dans l'espace..

Réflexe protecteur supérieur. Ce réflexe apparaît immédiatement après la naissance si le bébé est en bonne santé. Si un nouveau-né est mis sur le ventre: immédiatement la tête tourne sur le côté et le bébé essaie de le soulever. Ainsi, le bébé rétablit l'accès de l'air aux voies respiratoires.

Réflexe de recherche - si vous touchez le coin de la bouche du bébé, il tourne la tête vers le stimulus.

Saisir - mettez votre doigt dans la main du bébé et il pressera fermement le poing, à tel point qu'il peut être facilement soulevé!

Reflex Babinsky. Le fait est que si vous caressez les bords de la semelle de l'extérieur, les orteils s'ouvrent sous la forme d'un éventail et les pieds sont pliés par l'arrière. Le médecin évalue l'énergie et la symétrie des mouvements.

Accessoires réflexes et marche automatique. Ce réflexe prépare le bébé à marcher. Abaissez le bébé avec ses pieds au sol, et il se tiendra debout, appuyé sur le pied, et s'il est incliné vers l'avant, il commencera à "enjamber ses jambes".

Réflexe d'exploration. Placez votre bébé sur son ventre et touchez vos semelles avec vos paumes. Il va immédiatement pousser du support et avancer.

Reflex Galant. Cela consiste dans le fait que si vous passez votre doigt le long de la colonne vertébrale du bébé de haut en bas, en reculant de 1 cm de celle-ci vers la gauche - le bébé pliera le dos vers la droite et dépliera la jambe gauche, faites de même du côté droit - le bébé pliera le dos vers la gauche et dépliera la jambe droite. Le médecin évalue la symétrie de la réponse au réflexe.

Réflexe de Perez. Mettez le bébé sur son ventre et faites glisser votre doigt le long de la colonne vertébrale, en passant du coccyx au cou et en appuyant légèrement sur les vertèbres. En réponse, le bébé lèvera la tête et le bassin, pliera le dos et pliera ses jambes au niveau des genoux. Cependant, il peut crier, uriner ou faire caca. Le réflexe aide le médecin à évaluer la fonction de la moelle épinière.

Reflex Moro. C'est un réflexe protecteur. Vous pouvez le vérifier de plusieurs façons, par exemple, déposer un jouet à côté de l'enfant, soulever brusquement la moitié inférieure de son corps par les jambes, claquer sur la table à langer avec le bébé dessus. En réponse à cela, le bébé va d'abord écarter les bras sur les côtés, ouvrir les poings et redresser les jambes pliées. Et après 2-3 secondes, les poignées reviendront à leur position d'origine ou le bébé s'embrassera avec elles. Cela dure jusqu'à 3-4 mois. Si le bébé écarte souvent les bras sans raison apparente ou que ses mouvements sont asymétriques, vous devez faire attention à cela.

Reflex Magnus-Klein, ou réflexe asymétrique. Si vous tournez la tête de l'enfant vers la droite, il redressera son bras droit et sa jambe droite et pliera son bras gauche et sa jambe gauche - il se tiendra dans la «posture du tireur». Le réflexe coordonne les yeux et le cerveau et favorise le développement de l'appareil vestibulaire.

Réflexe symétrique. Pliez doucement la tête du bébé pour que le menton touche la poitrine: les bras se plieront immédiatement et les jambes ne seront pas pliées. Si la tête n'est pas pliée, tout sera inversé: les bras sont dépliés et les jambes pliées. Préparez votre enfant à ramper en pleine conscience.

Réflexe tonique labyrinthe. Elle est causée par un changement de position de la tête du bébé dans l'espace. En position «couchée», la tête du bébé tombe sur la poitrine ou est rejetée en arrière, le dos se cambre, les bras sont pressés contre la poitrine, les doigts sont serrés en poings, les jambes sont pliées aux genoux et pressées contre le ventre. Après quelques minutes, l'enfant commence à effectuer des mouvements de nage, qui se transforment en rampement spontané..

Caractéristiques du fonctionnement des réflexes spinaux inconditionnés chez les enfants

nouveau-né système nerveux réflexe

Dès la naissance, un bébé né à terme a un certain nombre de réflexes congénitaux ou inconditionnés. Ceux-ci incluent la succion, la déglutition, les clignements des yeux, la toux, les éternuements, l'acte de déféquer et d'uriner, des réflexes tels que les réflexes de Babinsky, Kernig, Moreau et quelques autres. Ils réalisent l'adaptation de l'organisme à l'environnement et subissent une évolution rapide et significative jusqu'à la fin de la première année de vie. La plupart des réflexes inconditionnés sont de nature primitive. Leur disparition est un signe de la subordination des centres inférieurs aux centres supérieurs, qui commencent à fonctionner pleinement (pour la plupart des réflexes, ce sont les centres du striatum et du cortex). Leur persistance après une certaine période ou leur réémergence est un signe pathologique..

L'un des principaux critères du développement normal du cerveau d'un nouveau-né est l'état des réflexes de base non conditionnés, car les réflexes conditionnés sont formés sur leur base. Le cortex cérébral, même chez un nouveau-né, est préparé pour la formation de réflexes conditionnés. Ils se forment lentement au début. Au cours de la 2-3ème semaine de vie, un réflexe vestibulaire conditionné est développé à la position d'allaitement et à se balancer dans le berceau. Ensuite, il y a une accumulation rapide de réflexes conditionnés générés par tous les analyseurs et renforcés par l'alimentation dominante. Un réflexe conditionné à un stimulus sonore sous la forme d'un mouvement protecteur (clignotant) des paupières est formé à la fin du 1er mois de vie, et un réflexe alimentaire à un stimulus sonore - au second. En même temps, un réflexe conditionné à la lumière se forme également..

Dans l'étude des réflexes inconditionnés, leur présence ou absence, la symétrie, le moment d'apparition et d'extinction, la gravité, ainsi que le respect de l'âge de l'enfant sont pris en compte. On distingue les automatismes moteurs segmentaires et suprasegmentaux. Les automatismes moteurs segmentaires sont régulés par des segments de moelle épinière (automatismes rachidiens) ou par le tronc cérébral (automatismes oraux).

La règle d'or des neurosciences est qu'un bébé en bonne santé à la naissance doit avoir un ensemble complet de réflexes physiologiques qui disparaissent au bout de 3 à 4 mois. La pathologie est considérée comme leur absence pendant la période néonatale, ainsi que comme un retard dans leur développement inverse..

Parlons des réflexes de base inconditionnés des nouveau-nés.

Se caresser dans le coin de la bouche amène le nouveau-né à abaisser la lèvre, à lécher la bouche et à tourner la tête dans la direction à partir de laquelle la caresse est effectuée.

Appuyer sur le milieu de la lèvre supérieure provoque un soulèvement réflexe de la lèvre supérieure vers le haut et une extension de la tête.

Toucher le milieu de la lèvre inférieure fait tomber la lèvre, la bouche s'ouvre et la tête du bébé effectue un mouvement de flexion.

Le réflexe de recherche témoigne du travail bien coordonné des structures profondes du cerveau de l'enfant. Elle est causée de manière irréprochable chez tous les nouveau-nés et devrait disparaître complètement à l'âge de trois mois. Si cela ne se produit pas, il est nécessaire d'exclure la pathologie du cerveau..

Elle est causée en tapotant légèrement la lèvre supérieure de l'enfant avec un doigt - en réponse, les lèvres se plient en forme de trompe.

Normalement, le réflexe proboscis est détecté chez tous les nouveau-nés en bonne santé, et dans l'ensemble, il disparaît progressivement à l'âge de trois mois.

Par analogie avec le réflexe de recherche, sa conservation chez l'enfant de plus de trois mois est le signe d'une éventuelle pathologie cérébrale..

Le réflexe de succion se retrouve chez tous les nouveau-nés en bonne santé et reflète la maturité de l'enfant. La coordination stricte du mécanisme de succion est constituée de l'interaction de cinq paires de nerfs crâniens.

Après la tétée, ce réflexe est considérablement affaibli et après une demi-heure ou une heure, il recommence à se relancer..

Avec des lésions cérébrales, le réflexe de succion diminue ou disparaît complètement.

Le réflexe de succion est réduit ou même disparaît si l'un des nerfs crâniens impliqués dans l'acte de succion est endommagé.

Réflexe palmo-oral de Babkin

Ce drôle de réflexe se déclenche comme ceci: vous devez appuyer légèrement votre pouce sur la paume du bébé, et en réponse, le bébé tourne la tête et ouvre la bouche. Au bout de deux mois, ce réflexe diminue, et par trois il disparaît complètement..

Le réflexe palmo-oral est généralement bien prononcé et constant. Il diminue avec certains dommages au système nerveux, en particulier avec une lésion à la naissance de la moelle épinière cervicale.

En réponse au toucher de la paume, les doigts se plient et l'objet est saisi dans un poing.

Avant de se nourrir et pendant le repas, le réflexe de préhension est beaucoup plus prononcé. Normalement, ce réflexe est bien évoqué chez tous les nouveau-nés..

Une diminution du réflexe de préhension est le plus souvent notée du côté de la lésion de la moelle épinière cervicale.

Parfois, lorsque ce réflexe est évoqué, l'enfant saisit l'objet ou le doigt du médecin si fermement qu'un tel enfant collant peut être soulevé par le doigt. Ainsi, il s'avère qu'un nouveau-né, créature apparemment complètement impuissante, peut développer dans ses mains une telle "force musculaire" qui maintient son corps dans les limbes.

Normalement, le réflexe de Robinson devrait être considéré comme obligatoire chez tous les nouveau-nés. Après 3-4 mois de vie, sur la base de ce réflexe inconditionné, une saisie délibérée du jouet est formée, et la bonne expression de ce réflexe contribue en outre au développement plus rapide de la compétence manuelle fine..

Réflexe de préhension inférieur

Ce réflexe est déclenché en appuyant légèrement sur le bout des orteils à l'avant de la semelle du nouveau-né, en réponse à cela, le bébé fléchit les orteils. Chez les enfants en bonne santé, ce réflexe persiste jusqu'à 12-14 mois de vie..

L'incapacité à induire ce réflexe se produit lorsque la moelle épinière est endommagée au niveau lombaire..

Moro embrasse le réflexe

Ce réflexe s'appelle ainsi: si vous giflez soudainement avec les deux mains des deux côtés près de l'enfant couché, alors il étend les bras pliés au niveau des coudes et écarte les doigts, puis les bras se déplacent dans la direction opposée.

Normalement, le réflexe Moro dure jusqu'à 3-4 mois. Chez tous les nouveau-nés en bonne santé, le réflexe de Moro est assez bien évoqué et est toujours le même dans les deux mains. Avec une parésie flasque de la main, le réflexe diminue ou est complètement absent du côté affecté, ce qui indique que la moelle épinière de la colonne cervicale a été blessée lors de l'accouchement.

Afin d'induire ce réflexe, le médecin place l'enfant face contre terre sur sa paume. Puis, en appuyant légèrement, il passe son doigt le long de la colonne vertébrale de l'enfant de bas en haut du coccyx jusqu'au cou. En réponse à cela, la colonne vertébrale se plie, les bras et les jambes sont étendus, la tête se lève. Tester ce réflexe donne au médecin des informations sur le fonctionnement de la moelle épinière sur toute sa longueur. Cela est souvent désagréable pour l'enfant et il réagit en pleurant. Normalement, le réflexe de Perez est bien exprimé pendant le premier mois de la vie d'un nouveau-né, s'affaiblit progressivement et disparaît complètement à la fin du troisième mois.

Chez les nouveau-nés présentant des lésions à la naissance de la moelle épinière cervicale, la tête n'est pas surélevée, c'est-à-dire que le réflexe de Perez s'avère être "décapité".

Le réflexe de soutien est très important pour évaluer l'état du système nerveux central du nouveau-né. Normalement, le réflexe ressemble à ceci: si vous prenez un nouveau-né sous les aisselles, il fléchit par réflexe ses jambes dans les articulations de la hanche et du genou. En même temps, si vous le mettez sur le support, il détend ses jambes et repose fermement avec tout son pied contre la surface de la table et se «tient» ainsi jusqu'à 10 secondes.

Normalement, le réflexe de soutien est constant, bien prononcé et disparaît progressivement vers l'âge de 4-5 semaines. Avec une lésion du système nerveux, l'enfant peut s'appuyer sur ses orteils, parfois même avec les jambes croisées, ce qui indique une lésion de la voie motrice (pyramidale) menant du cortex cérébral à la colonne vertébrale.

Réflexe de marche automatique ou réflexe d'étape

Lorsqu'il se repose sur le pied lors d'une légère inclinaison du corps vers l'avant, l'enfant fait des mouvements de pas. Ce réflexe est normalement bien évoqué chez tous les nouveau-nés et disparaît à l'âge de 2 mois..

L'évaluation du réflexe de marche automatique est très importante pour le médecin, car elle permet d'identifier le lieu de lésion du système nerveux et son degré.

Les signes alarmants sont le manque de réflexe de marche automatique ou la marche sur la pointe des pieds avec les jambes croisées.

Réflexe de rampe Bauer

Ce réflexe se déclenche de la manière suivante: une main est placée aux pieds d'un nouveau-né, posée sur le ventre, en réponse à cela, l'enfant commence à effectuer des mouvements de rampement. Ce réflexe est normalement évoqué chez tous les nouveau-nés et dure jusqu'à 4 mois, puis s'estompe. L'évaluation réflexe est d'une grande valeur diagnostique pour le médecin..

L'essence du réflexe est que le nouveau-né, couché sur le ventre, tourne rapidement la tête sur le côté et essaie de le soulever, comme s'il se donnait l'occasion de respirer.

Ce réflexe s'exprime dès le premier jour de vie chez tous les nouveau-nés en bonne santé sans exception. Une diminution ou une disparition de ce réflexe peut être soit avec des lésions particulièrement graves des segments cervicaux supérieurs de la moelle épinière, soit avec une pathologie du cerveau.

L'évaluation du réflexe protecteur aidera le médecin à identifier en temps opportun la pathologie du système nerveux chez le nouveau-né.

Réflexe de retrait

Ce réflexe se déclenche comme ceci: si vous piquez alternativement soigneusement chaque plante de l'enfant avec une aiguille, la jambe se plie dans toutes les articulations.

Le réflexe doit être invoqué de la même manière des deux côtés. L'absence de réflexe indique des dommages à la moelle épinière inférieure de l'enfant.

En plus de ces réflexes, le médecin évalue un autre groupe de réflexes - les réflexes dits cervico-toniques ou posotoniques, qui assurent la fixation et la position du corps au repos et pendant le mouvement..

Ces réflexes disparaissent normalement dans les 2-3 premiers mois. Un retard dans le développement inverse des réflexes toniques (plus de 4 mois) indique des lésions du système nerveux central du nouveau-né. Les réflexes toniques persistants empêchent le développement ultérieur des mouvements de l'enfant, la formation de la motricité fine.

Ainsi, alors que les réflexes inconditionnés et cervico-toniques s'estompent, l'enfant commence à tenir sa tête, à s'asseoir, à se tenir debout, à marcher et à effectuer d'autres mouvements volontaires.

Les automatismes posotoniques suprasegmentaux sont réalisés par les centres de la moelle allongée et du mésencéphale et régulent l'état du tonus musculaire en fonction de la position du corps et de la tête.

1. Les réflexes de réglage du labyrinthe sont causés par un changement de position de la tête dans l'espace. Un enfant couché sur le dos a un tonus accru des extenseurs du cou, du dos, des jambes. Si vous le retournez sur le ventre, le tonus des fléchisseurs de ces parties du corps augmente..

2. Réflexe supérieur de Landau: si un enfant de 4 à 6 mois est maintenu libre dans les airs, face contre terre (sur les mains situées sous le ventre), il lève la tête, la place dans la ligne médiane et soulève le haut du corps.

3. Réflexe de Landau inférieur: en position couchée, l'enfant étend et lève ses jambes. Ce réflexe est formé par 5-6 mois.

La plupart des réflexes segmentaires non conditionnés sont significativement affaiblis à 3 mois et estompés à 4 mois de vie. L'apparition et l'extinction en temps opportun des réflexes inconditionnés permettent de juger du développement complet du système nerveux d'un enfant d'un an. La faiblesse des réflexes inconditionnés, leur extinction prématurée, une sévérité excessive, un retard d'apparition ou un retard d'extinction indiquent un problème dans l'état de l'enfant.

Les réflexes tendineux sont induits en tapotant les tendons avec un doigt plié ou un maillet en caoutchouc spécial. Chez les enfants de moins de 2 ans, les réflexes tendineux sont revitalisés, ont une large zone d'évocation. Au même âge, chez les enfants en bonne santé, le symptôme de Babinski est positif, ce qui indique une maturité insuffisante du système nerveux. Après 2 ans, la détection du symptôme de Babinski est considérée comme un signe d'endommagement du tractus pyramidal.

Les réflexes cutanés sont définis chez l'enfant de la même manière que chez l'adulte, mais ils sont généralement plus faibles. Le réflexe plantaire apparaît après 2 ans. Les réflexes des muqueuses (cornéennes, pharyngées) sont incohérents et peuvent également être absents chez les enfants en bonne santé.

Les réflexes viscéraux et autonomes (oculaire, plexus solaire, pupillaire, pilomoteur) sont similaires à ceux de l'adulte, mais sont généralement moins prononcés. Un dermographisme rouge persistant sévère est souvent détecté chez les enfants présentant des lésions périnatales du SNC et des troubles végétatifs-viscéraux.

Sur la base de ces réflexes inconditionnés, l'enfant développe des réflexes conditionnés qui sont d'une importance fondamentale dans la vie d'une personne, en d'autres termes, le développement du premier système de signal se produit.

À la naissance d'un enfant, le cortex cérébral est déjà prêt à développer des réflexes conditionnés, mais leur formation pendant la période néonatale se produit dans un volume très limité, car un nouveau-né en bonne santé n'est en état d'éveil que pendant une courte période. Habituellement, les stimuli externes sont très puissants pour le cortex cérébral du nouveau-né, à la suite de quoi le système nerveux central se fatigue rapidement, l'excitabilité des centres nerveux diminue, l'inhibition se développe et l'enfant plonge dans le sommeil physiologique.

À la fin du 1er et au début du 2ème mois de vie, l'enfant développe un certain nombre de réflexes conditionnés de tous les analyseurs. L'apparition de ces premiers réflexes conditionnés indique que le cerveau et ses parties supérieures - le cortex cérébral - commencent à remplir leur fonction: établir une connexion entre le corps et l'environnement. Par conséquent, le développement d'une activité nerveuse plus élevée se produit chez un enfant dès les premiers jours de la vie..

Au début, les réflexes conditionnés chez un enfant sont simples, élémentaires, mais déjà à la fin du 3ème mois de vie et au 4ème mois, il est possible de développer des réflexes différenciés assez complexes et fins, indiquant le développement de la fonction analytique du cortex cérébral..

Le développement d'une activité nerveuse supérieure, c'est-à-dire l'acquisition de réflexes conditionnés, se déroule à un rythme très rapide. Un enfant est beaucoup plus facile qu'un adulte à établir des liens conditionnels avec l'environnement. Ces connexions sont stables et lumineuses. Cela signifie qu'un enfant peut acquérir relativement rapidement certaines compétences comportementales, des habitudes qui subsistent ensuite longtemps, souvent toute la vie..

Dans le même temps, il faut se rappeler que les réflexes nouvellement formés s'éteignent facilement lorsqu'ils sont exposés à des stimuli défavorables et forts. Si un enfant se trouve dans un environnement inconnu pour lui, par exemple dans un hôpital, il perd souvent les compétences acquises. Des stimuli et des impressions inconnus provoquent une irritation excessive du cortex cérébral et la propagation de cette irritation, qui se traduit par l'anxiété, les caprices, les pleurs, les cris, la léthargie, la léthargie, la somnolence de l'enfant..

Le développement du comportement complexe d'un enfant est étroitement lié à un certain niveau de développement des organes sensoriels en tant qu'organes percepteurs périphériques. Les sens sont l'ouïe, la vue, l'odorat, le toucher, le goût, ils fonctionnent tous au moment de la naissance, mais loin d'être parfaits..

Le goût de l'enfant est assez bien développé, il fait la distinction entre les médicaments amers et sucrés, il est plus disposé à boire des mélanges sucrés. Le sens de l'odorat est moins développé, cependant, l'enfant distingue assez clairement certaines odeurs fortes. Le sens du toucher est assez bien développé, par exemple, toucher les lèvres provoque des mouvements de succion. La peau du visage, des paumes et de la plante des pieds est la plus sensible au toucher. L'enfant perçoit généralement des irritations douloureuses immédiatement après la naissance.

Le plus dur est le développement de l'ouïe et de la vision. Dès la naissance, l'enfant voit et entend, mais sa perception n'est pas claire. Les récepteurs auditifs du nouveau-né sont bien développés et il réagit aux stimuli sonores puissants avec un sursaut. L'enfant commence à tourner la tête vers la source sonore après 2 semaines. vie, et au 2ème mois il distingue un bip d'un appel, c'est-à-dire distingue les sons.

Un nouveau-né a souvent un strabisme en raison du manque de mouvement amical des deux globes oculaires, beaucoup ont une photophobie et parfois un nystagmus est noté. Tous ces phénomènes disparaissent en 2 à 4 semaines. Les glandes lacrymales sont développées, mais il n'y a toujours pas de déchirement dû à des impulsions insuffisantes du système nerveux central. Cligner des yeux chez un enfant de 1 mois de vie est très rare, les larmes commencent à partir de 2 mois. À 3-4 semaines, l'enfant garde son regard sur un jouet lumineux pendant plusieurs secondes, à la fin du 2ème mois de vie - pendant plusieurs minutes. Après le 3ème mois, l'enfant fixe son regard sur un certain objet. À partir de 6 mois les enfants distinguent les couleurs et à partir de 3 ans, ils les appellent correctement. Par conséquent, l'enfant apprend le monde qui l'entoure à travers les sens.

La parole, le deuxième système de signalisation, joue un rôle important dans le comportement de l'enfant. La formation de la parole des enfants se produit selon les lois de la formation des réflexes conditionnés et passe par plusieurs étapes. À 2-3 mois. l'enfant «bourdonne» habituellement - ce sont des bruits de discours, le rudiment des mots futurs. Dans la seconde moitié de l'année, la parole commence à se former. L'enfant prononce des syllabes individuelles, et parfois les syllabes répétées prennent un certain sens. À l'âge d'un an, les enfants connaissent généralement entre 5 et 10 mots. Au cours de la 2e ou 3e année de vie, le développement de la parole est particulièrement rapide et intensif. À l'âge de 2 ans, le vocabulaire d'un enfant devrait être d'environ 200 mots. La parole se développe par imitation, il est donc particulièrement important de parler correctement à votre enfant. La parole, née sur la base du premier système de signalisation et étant étroitement liée à celui-ci, devient le lien principal dans le développement ultérieur de l'activité nerveuse de l'enfant. Avec le développement de la parole, la connaissance du monde qui l'entoure chez l'enfant se déroule de manière inhabituellement rapide et violente.

Le concept d '«enfant en bonne santé» comprend également une évaluation du comportement de l'enfant, de son humeur émotionnelle et de la correspondance de ses compétences avec l'âge..

Manifestations de réflexes inconditionnés et conditionnés d'un nouveau-né

Manifestations de réflexes inconditionnés et conditionnés d'un nouveau-né.

Quand un petit homme naît, la nature ne le laisse pas complètement sans défense et le récompense avec tout un ensemble de capacités vitales qui l'aident à s'adapter rapidement au nouveau monde, à apprendre et à se développer. Par exemple, des réflexes conditionnés et inconditionnés, grâce auxquels le bébé commence ses premiers jours, selon eux, le pédiatre peut facilement évaluer le développement du nouveau-né, s'il existe des pathologies, des déviations. Certains réflexes chez les nouveau-nés s'estompent à l'âge de trois à quatre mois. Le reste accompagnera l'enfant pour le reste de sa vie..

Réflexes conditionnés chez un nouveau-né

Les réflexes conditionnés sont ceux que le bébé acquiert déjà au cours du processus d'acquisition des connaissances, des compétences et de la vie. Ce n'est pas la nature qui les dote, mais le bébé lui-même les acquiert individuellement et les développe toutes les années de la vie ultérieure. Ils sont plus complexes qu'inconditionnels et se produisent à un niveau subconscient, sans même forcer le bébé à y penser. Absolument chaque personne a de tels réflexes, car l'expérience de vie reçue par une personne sera complètement individuelle et différente d'une autre.
Réflexes inconditionnés

Télécharger:

L'attachementLa taille
proyavleniya_bezuslovnyh_i.docx33,39 Ko

Aperçu:

Manifestations de réflexes inconditionnés et conditionnés d'un nouveau-né.

Quand un petit homme naît, la nature ne le laisse pas complètement sans défense et le récompense avec tout un ensemble de capacités vitales qui l'aident à s'adapter rapidement au nouveau monde, à apprendre et à se développer. Par exemple, des réflexes conditionnés et inconditionnés, grâce auxquels le bébé commence ses premiers jours, selon eux, le pédiatre peut facilement évaluer le développement du nouveau-né, s'il existe des pathologies, des déviations. Certains réflexes chez les nouveau-nés s'estompent à l'âge de trois à quatre mois. Le reste accompagnera l'enfant pour le reste de sa vie..

Réflexes conditionnés chez un nouveau-né

Les réflexes conditionnés sont ceux que le bébé acquiert déjà au cours du processus d'acquisition des connaissances, des compétences et de la vie. Ce n'est pas la nature qui les dote, mais le bébé lui-même les acquiert individuellement et les développe toutes les années de la vie ultérieure. Ils sont plus complexes qu'inconditionnels et se produisent à un niveau subconscient, sans même forcer le bébé à y penser. Absolument chaque personne a de tels réflexes, car l'expérience de vie reçue par une personne sera complètement individuelle et différente d'une autre.
Réflexes inconditionnés

A peine né, le bébé ne sait toujours pas contrôler son corps, ses mouvements, car le cerveau n'est pas complètement formé et ne peut pas effectuer tout le fonctionnement nécessaire à la vie. Par conséquent, des réflexes inconditionnés sont donnés au nouveau-né (ils sont également appelés congénitaux), qui fournissent au bébé au premier stade tous les processus de la vie. Les réflexes non conditionnés des nouveau-nés sont les soi-disant automatismes, qui sont contrôlés par les centres primitifs du cerveau et de la moelle épinière, surviennent dans le processus du bon fonctionnement du système nerveux..
Si tout est en ordre, le bébé est en bonne santé et les indicateurs de développement normaux, alors il devrait avoir tout un ensemble de tels automatismes qui ne peuvent pas être absents de sa réaction. D'ici trois ou quatre mois, certains d'entre eux devraient disparaître, d'autres dans un an, mais leur absence montre aux spécialistes que la pathologie dans le développement de l'enfant est possible. Le reste des réflexes innés subsiste tout au long de la vie..

Toutes ces compétences innées, la science se divise en segmentaire motrice ou orale inconditionnée (qui surviennent lors du fonctionnement du tronc), et rachidienne ou motrice (se produit en raison du fonctionnement de la moelle épinière).

Les premiers réflexes de la classification orale comprennent: l'automatisme de succion, la recherche, le palmar-oral, la trompe et d'autres compétences inconditionnées. Les vertèbres comprennent: l'automatisme de saisie, défensif, automatique, Moro, réflexe de Bauer, automatisme de Galant, soutien et autres. Toutes ces compétences des nouveau-nés sont présentées plus en détail dans le tableau..

Tableau des réflexes de base chez les nouveau-nés

Le tonus musculaire de l'enfant, l'état du système nerveux, par exemple la surexcitation, est déterminé. Indispensable comme réflexe de protection si le bébé risque de tomber.

Détermine la maturité de votre bébé, a un effet calmant. Dans la vie, cela lui assure d'être toujours prêt pour de nouveaux plats.

Détermine le degré de développement du système nerveux et l'activité du bébé. Ce réflexe détermine à quel point le bébé est excitant..

Détermine le tonus musculaire et la ténacité du bébé. Par la suite, il est remplacé par le développement de compétences manuelles fines. Héritée à notre génération de peuples primitifs, ne s'applique pas au développement humain.

Les muscles de succion ou d'imitation du nouveau-né sont vérifiés, il doit faire saillie ses lèvres, imitant la trompe en réponse à un stimulus.

Réflexe palmo-oral de Babkin

Montre à quel point le système nerveux se développe. C'est l'un des mécanismes de survie les plus anciens chez les nouveau-nés. Fonctionne par analogie: aide à trouver et à fournir de la nourriture au corps par tous les moyens.

Automatisme rachidien galant

Permet au médecin de déterminer le fonctionnement de la moelle épinière, si tout est en ordre avec le système nerveux central et si le bébé a subi des blessures lors de l'accouchement.

Réflexe de marche ou de marche automatique

De cette manière, la suspicion et la présence de paralysie cérébrale chez les nourrissons sont vérifiées..

Un autre réflexe protecteur qui empêche votre bébé de se noyer dans des conditions extrêmes.

Réflexe rampant, vérifie le tonus musculaire du bébé, l'état de la moelle épinière.

Réflexe de recherche de Kussmaul

Nécessaire pour que le bébé trouve le sein de sa mère, assure également la disponibilité d'un nouveau type de nourriture.

• Faire une carte du développement physique et mental au cours de la première année de la vie de l'enfant.

L.S. Vygotsky considérait l'enfant comme un être social au maximum, car dès sa naissance, toutes ses relations avec le monde sont médiatisées par des adultes proches. Le bébé n'est pas un être passif qui répond aux signaux externes. Il accepte non seulement l'influence de la mère, mais influence également activement son comportement et est capable d'un dialogue à part entière. La petite enfance n'est pas une période uniforme.

À l'âge de 1,5 à 2 mois, des changements significatifs se produisent dans la vie mentale de l'enfant, qui peuvent être considérés comme des critères de transition vers la période mammaire:

1. L'enfant réagit à la présence d'un autre enfant (crier pour avoir crié).

2. L'apparition de mouvements du visage, similaires à la manifestation d'émotions positives, l'enfant sourit en réponse à la conversation.

D'autres changements apparaissent: l'enfant ne dort pas beaucoup, il a le temps d'explorer le monde, et est moins absorbé par la nourriture. L'enfant s'intéresse à de nombreux stimuli.

Développement des processus cognitifs.

Du point de vue des normes de vision, les nouveau-nés sont myopes, ils voient mieux à une distance de 17 à 20 cm. La convergence des yeux est possible dans la troisième semaine de vie. À la fin du deuxième mois, l'enfant peut déjà suivre des objets en mouvement à une distance de 4 à 5 m À ce stade de développement, seuls les objets lumineux et en mouvement attirent l'attention.

Les jours 10-12, une réaction aux sons apparaît. À l'âge de 3-4 mois, l'enfant est capable de localiser les sons dans l'espace, comme en témoigne en tournant la tête vers le son.

La capacité de distinguer les odeurs apparaît à la fin du premier mois. À l'âge de trois mois, des réactions émotionnelles aux odeurs agréables et désagréables sont notées, au même âge, il y a des réactions à diverses sensations gustatives (les réactions mimiques correspondant à des émotions positives sont plus prononcées pour les sucreries).

Au cours de la première année de vie, l'enfant est très sensible aux stimuli tactiles, à la température ambiante.

La concentration visuelle, apparue au stade néonatal, est en cours d'amélioration. Après le deuxième mois, la concentration devient assez longue, à 3 mois, sa durée atteint 7 à 8 minutes. Il devient possible de suivre des objets en mouvement. À 4 mois, l'enfant non seulement voit, mais regarde déjà: réagit activement à ce qu'il a vu, bouge et couine.

On peut dire que dans la petite enfance, les enfants sont déjà capables de naviguer dans de nombreux paramètres d'objets. Ils sont attirés par les contrastes, le mouvement des objets observés et leurs autres propriétés. À 2-3 mois, les bébés montrent généralement un intérêt pour des objets quelque peu différents de ceux qu'ils ont observés auparavant. Mais la réponse à la nouveauté apparaît dans une gamme relativement étroite de changements. Les objets non seulement connus, mais aussi complètement nouveaux, n'attirent pas l'attention de l'enfant pendant longtemps. De plus, de nouveaux objets très différents de ceux qu'ils ont vus auparavant peuvent provoquer de l'anxiété, de la peur ou des pleurs..

Un enfant peut réagir à la couleur dès 3-4 mois: s'il est nourri uniquement à partir d'un biberon rouge, il le choisira sans aucun doute parmi des biberons d'autres couleurs. Cette réaction est produite par le type de connexions réflexes conditionnées. Un intérêt actif pour la couleur apparaît plus tard, à partir de 6 mois.

La perception spatiale développe également, en particulier, la perception de la profondeur. Des psychologues américains ont mené une belle expérience avec une "falaise": le bébé était placé sur une table en verre, sous laquelle se trouvaient deux grandes planches fixées à différents niveaux. La différence de niveau de ces planches, recouvertes d'un grand tissu de cage brillant, a créé l'illusion d'une falaise. Un petit enfant, sentant au toucher la surface plane du verre, rampe vers la mère, sans remarquer la profondeur. Après 8 mois, la plupart des bébés évitent la pause et commencent à pleurer.

Développement de l'attention. Les premières manifestations de concentration peuvent être observées à 10-12 jours, lorsque l'enfant essaie de diriger son regard vers la lampe, si elle est située à proximité. À la fin du deuxième mois, vous pouvez suivre des objets brillants et brillants. Au cours du troisième mois de vie, les adultes attirent plus l'attention. L'attention se développe davantage en relation avec l'apparition d'actions objectives. Les principales caractéristiques suivantes de l'attention d'un enfant de la première année peuvent être distinguées:

  • courte durée;
  • mauvaise concentration;
  • manque d'arbitraire;
  • incapacité à distribuer.

Après huit mois, le développement se poursuit sur la voie de la formation d'actions objectives. Les actions du sujet sont une conséquence du développement de la sphère sensorielle et une condition préalable à son développement ultérieur. Ces actions ont un certain nombre de signes:

  • ils sont exécutés avec un objet;
  • il y a un travail coordonné des mains et des yeux, les doigts sont impliqués;
  • les actions d'objet sont répétées plusieurs fois par l'enfant;
  • obtenir un résultat visible ou audible;
  • conduire à la concentration de l'enfant et à l'anticipation du résultat.

Caractéristiques de la mémoire. Les manifestations initiales de la mémoire s'expriment dans des réflexes conditionnés, qui se forment dès les premiers jours de la vie. Au bout d'une ou deux semaines, un réflexe d'alimentation se forme: l'enfant se réveille à une certaine heure, à la recherche d'une source de nutrition dans une position corporelle correspondant à l'allaitement. On peut soutenir que le premier type de mémoire est la mémoire motrice. La mémoire émotionnelle et imaginative se forme et se développe rapidement. Par exemple, un enfant commence à pleurer à la vue d'un objet qui l'a effrayé autrefois..

Tout au long de la petite enfance, on observe également un développement émotionnel, qui dépend également directement de la communication avec des adultes proches. Les phénomènes émotionnels typiques d'un enfant de la première année de vie peuvent être divisés en trois groupes principaux:

1. Sentiments organiques simples qu'un enfant éprouve dès les premiers jours de sa vie. Les premières émotions sont négatives, elles surviennent en réponse à la faim, au froid, au ventre gonflé, etc. Le fonctionnement du système nerveux est caractérisé par une grande labilité, par conséquent, le passage d'une émotion à une autre se produit très rapidement. Ce groupe de phénomènes émotionnels est, bien entendu, de nature réflexe..

2. Émotions de nature réflexe conditionnelle. Par exemple, des réactions émotionnelles positives surviennent en réponse à l'apparition de la mère, à la vue d'un biberon familier, etc. À l'âge de 4-5 mois, une réaction apparaît, appelée «complexe de revitalisation», lorsqu'un enfant rencontre un adulte familier, répond à la communication. Cette réaction s'exprime par un sourire, la localisation d'un objet dans l'espace et les mouvements du corps. Ce complexe a un caractère social, c'est une réponse à la communication émanant des adultes. Une telle réaction doit être considérée comme un indicateur et une condition préalable simultanée au développement cognitif et social. Si ce complexe ne se pose pas, il faut l'appeler: penchez-vous vers l'enfant, parlez-lui, caressez, secouez.

3. États émotionnels associés aux jeux. Bien que le jeu ne soit pas une activité de premier plan dans la petite enfance, le jeu social (jeux de peek-a-boo) suscite de fortes émotions positives chez l'enfant.

La plupart des réactions émotionnelles d'un enfant au cours de la première année de vie sont associées à la communication avec des adultes, mais à partir de la seconde moitié de cette période, des objets, par exemple des jouets, commencent à évoquer des émotions. Les objets qui servent de moyen d'interaction avec les adultes revêtent une importance particulière pour l'enfant.

Au cours des 3-4 premiers mois, les enfants éprouvent une variété d'états émotionnels: surprise en réponse à l'inattendu (inhibition des mouvements, diminution de la fréquence cardiaque), anxiété en cas d'inconfort physique (augmentation des mouvements, augmentation de la fréquence cardiaque, fermeture des yeux, pleurs), relaxation tout en répondant à un besoin.

Une fois que l'enfant a appris à reconnaître et à se réjouir violemment de sa mère (c'est, en fait, le début de l'enfance en tant que période d'âge), il réagit gentiment à toute personne. Après 3-4 mois, il sourit à ses connaissances, mais est quelque peu perdu à la vue d'un adulte inconnu. Cependant, s'il démontre sa gentillesse, parle à l'enfant et lui sourit, l'attention vigilante est remplacée par la joie. À 7-8 mois, l'anxiété lorsque des étrangers apparaissent augmente considérablement. Les enfants ont particulièrement peur d'être laissés seuls avec un inconnu. Dans de telles situations, certains rampent, se détournent, essaient de ne pas faire attention à la nouvelle personne, d'autres commencent à pleurer fort.

À peu près au même moment, entre 7 et 9 mois, la soi-disant «peur de se séparer» apparaît - tristesse ou peur aiguë lorsque maman disparaît (lorsqu'elle est partie depuis longtemps ou qu'elle vient de partir pour un moment).

Communiquer avec une mère ou une autre personne proche, d'ici la fin d'un an, un nourrisson s'efforce non seulement pour des contacts purement émotionnels, mais aussi pour des actions conjointes. Il essaie, avec l'aide de sa mère, d'obtenir un objet qui l'attire, de prendre une armoire ou une étagère, d'obtenir un vase ou une casserole, d'examiner une image, etc. La communication est facilitée par des gestes que l'enfant utilise activement, montrant ce qu'il veut obtenir, où il doit grimper, etc..

La communication. La première moitié de l'année est une période de communication émotionnelle directe entre un nourrisson et un adulte. À partir du deuxième mois de vie, le bébé maîtrise les moyens de communication avec un adulte et réagit violemment à ses appels. L'image du réveil joyeux d'un enfant lors d'une rencontre avec un adulte s'appelait un complexe de réveil. Le complexe de revitalisation qui a émergé à la fin de la crise néonatale a une fonction réactive et active dans la communication avec un adulte. La communication émotionnelle directe avec un adulte est l'activité principale de l'enfant dans la première moitié de la vie, au cours de laquelle le développement psychologique de l'enfant a lieu et de nouvelles formes d'activité apparaissent. La communication situationnelle-personnelle a un impact énorme sur le développement mental du nourrisson. Premièrement, grâce à l'attitude subjective et personnelle de l'adulte, l'enfant commence à se distinguer comme un sujet de communication distinct. Deuxièmement, à la fin du premier semestre, des liens affectifs et personnels avec des adultes proches se nouent. Troisièmement, la communication émotionnelle avec un adulte stimule l'activité cognitive du nourrisson visant les objets environnants..

Dans la seconde moitié de la première année de vie, une nouvelle activité manipulatrice du bébé apparaît, qui est promue à la position de leader. La relation entre un enfant et des adultes change:

  1. l'enfant commence à réagir différemment aux influences négatives et positives de l'adulte;
  2. les enfants manifestent une attitude qualitativement différente envers les parents et les étrangers;
  3. l'attitude envers un adulte est déterminée en répondant au besoin de coopération pratique de l'enfant.

À l'âge de 7 à 9 mois, un néoplasme apparaît, caractéristique de tous les enfants - «peur de sept mois». Si auparavant l'enfant souriait à la vue d'un adulte, il se met maintenant à crier quand il voit un étranger. Un tel néoplasme est un indicateur d'un développement cognitif normal et une condition préalable au développement ultérieur de la capacité d'anticiper les événements. À partir de ce moment, le monde de l'enfant se divise en sphères sûres et dangereuses. La présence d'une zone de sécurité est un puissant stimulant pour le développement et la connaissance du monde. L'absence de peur est considérée comme un obstacle au développement social normal, qui peut ensuite conduire à l'indécision et à l'anxiété dans les contacts sociaux..

Commence dans la petite enfance et le développement de la parole. Dans la première moitié de l'année, l'audition de la parole se forme et l'enfant lui-même, avec une animation joyeuse, émet des sons, généralement appelés bourdonnement. Dans la seconde moitié de l'année, il y a babillage, dans lequel on peut distinguer certaines combinaisons sonores répétitives, le plus souvent associées aux actions de l'enfant. Le babillage est généralement associé à des gestes expressifs. Le second semestre est une période préparatoire à un discours actif. Une condition importante pour l'apparition du babillage et la préparation à la parole est la saturation de la parole audible en présence d'un adulte et un contact émotionnel avec lui. L'idée que l'enfant se fait de lui-même se développe. Au bout d'un an, l'enfant comprend 10 à 20 mots prononcés par des adultes et prononce lui-même un ou plusieurs de ses premiers mots, dont le son est similaire aux mots d'un discours adulte. Avec l'apparition des premiers mots, une nouvelle étape du développement mental de l'enfant commence. Jusqu'à un an, le discours de l'enfant est passif: il comprend l'intonation, des constructions souvent répétées, mais ne parle pas lui-même. Mais c'est à ce moment-là que les bases des compétences vocales ont été posées. Les enfants eux-mêmes posent ces fondations, cherchant à établir le contact avec les adultes par des pleurs, des bourdonnements, des roucoulements, des babillages, des gestes, puis les premiers mots. La parole autonome est formée pendant environ un an et sert de phase de transition entre la parole passive et active. Parfois, le discours autonome est appelé jargon enfantin. Dans la forme, c'est la communication, et dans le contenu, c'est une connexion émotionnellement directe avec les adultes et la situation..

Le développement cognitif d'un enfant est facilité par la variété des impressions qu'il reçoit. Les adultes qui s'occupent d'un enfant doivent satisfaire son besoin de nouvelles impressions, en essayant de s'assurer que l'environnement qui l'entoure n'est pas monotone, inintéressant. Le développement cognitif (principalement le développement de la perception) des bébés vivant dans un environnement monotone est un peu plus lent que celui de ceux qui vivent dans un environnement diversifié et reçoivent plus de nouvelles expériences.

Puisque nous parlons de développement cognitif, le plus important sera le développement des mouvements de la main. Les mouvements des mains du bébé vers l'objet, la sensation de l'objet apparaissent vers le quatrième mois de vie. À 5-6 mois, l'enfant peut déjà saisir un objet, ce qui nécessite une coordination visuelle-motrice complexe. L'importance de ce moment pour le développement ultérieur est grande, car la saisie est la première action intentionnelle de l'enfant, et c'est une condition préalable, la base pour maîtriser les manipulations avec des objets..

Dans la seconde moitié de l'année, les mouvements de la main et les actions correspondantes sont intensivement développés. L'enfant balance les objets qu'il attrape, les frappe, les jette et les reprend, les mord, les transfère de main en main, etc. Des chaînes d'actions identiques et répétitives se déroulent, que Jean Piaget appelait des réactions circulaires. Au bout de 7 mois, il y a des actions «corrélatives»: l'enfant met de petits objets dans de grands, ouvre et ferme les couvercles des boîtes. Après 10 mois, les premières actions fonctionnelles apparaissent, permettant une utilisation relativement correcte des objets, imitant les actions des adultes. L'enfant fait rouler la voiture, frappe le tambour, apporte une tasse de jus à sa bouche.

Il est intéressant de noter que ces actions fonctionnelles ne deviennent pas encore objectives: elles sont associées à ces objets individuels avec lesquels l'adulte a agi, montrant à l'enfant comment bercer la poupée, comment la nourrir à la cuillère, etc. Le transfert d'actions vers d'autres objets pendant cette période n'a pas encore lieu. L'enfant ne semble pas voir dans une chose concrète un objet dans lequel sont enregistrées des méthodes d'action socialement développées avec lui. Par conséquent, il balancera initialement exactement la poupée avec laquelle ils ont joué avec leur mère et ne pourra pas agir de la même manière avec d'autres jouets similaires, par exemple avec un ours..

Néanmoins, à la fin de l'année, l'enfant commence à se familiariser avec le monde des objets humains et à maîtriser les règles d'action avec eux. Diverses actions le conduisent à la découverte de plus en plus de propriétés des objets qui l'entourent. Étant guidé dans la réalité environnante, il s'intéresse non seulement à «qu'est-ce que c'est», mais aussi à «ce qu'on peut en faire».

La perception et l'action sont la base qui permet de juger des formes initiales de la pensée active visuelle dans la petite enfance. Au cours de l'année, les tâches cognitives que l'enfant peut résoudre, d'abord uniquement en termes de perception, puis en utilisant l'activité physique, se compliquent. Pour réussir, l'enfant agit par essais et erreurs. À ce stade d'âge, l'enfant commence à en apprendre davantage sur le monde dans un plan visuel efficace, le plan intérieur se formera beaucoup plus tard..

Mémoire. Le développement cognitif d'un nourrisson implique l'inclusion des mécanismes de mémoire les plus simples. La reconnaissance vient en premier. Déjà dans la petite enfance, les enfants sont capables de corréler de nouvelles impressions avec les images qu'ils ont. Si un enfant, ayant reçu une nouvelle poupée, l'examine pendant un certain temps, le lendemain, il peut la reconnaître. A 3-4 mois, il reconnaît le jouet que l'adulte lui a montré, le préférant aux autres dans son champ de vision, un enfant de 4 mois distingue un visage familier d'un inconnu.

Si un jouet brillant est caché sous l'un des deux foulards identiques, seuls quelques enfants de 8 mois sont capables de se souvenir en 1 seconde où il se trouve. À l'âge de 1 an, tous les enfants trouvent le jouet 1 à 3 secondes après l'avoir caché. La plupart d'entre eux se souviennent du type d'écharpe sous laquelle elle se trouve, même après 7 secondes. Ainsi, après 8 mois, la reproduction apparaît - restauration d'une image en mémoire, lorsqu'il n'y a pas d'objet similaire devant l'enfant.

Les manifestations externes de la psyché du nourrisson, par rapport à celles d'une personne âgée, sont très maigres et l'étude de la vie mentale pose de grandes difficultés. Le développement physique de l'enfant est plus accessible pour l'observation directe et la mesure. L'utilisation de tels indicateurs comme manifestations indirectes du développement de la psyché est plutôt arbitraire. Il existe de nombreuses tentatives pour identifier les signes du développement mental normal des enfants au cours de la première année de vie et pour standardiser ces manifestations. En règle générale, les principales réalisations de l'enfant en termes de motricité et de communication sont utilisées comme critères (tableau 1).

Il Est Important De Savoir Sur La Planification

Comment distinguer les symptômes prémenstruels de la grossesse

Nutrition

Le concept du cycle menstruel signifie le travail minutieux du corps, qui se prépare à la conception d'un enfant: l'utérus est tapissé d'une couche spéciale de tissu, un endroit confortable pour le bébé est en cours de préparation pour la période de grossesse, l'œuf mûrit.

Genferon pendant la grossesse

Nouveau née

La décision la plus correcte qu'une femme prend concernant sa santé et la santé de son enfant à naître est de subir les examens nécessaires au stade de la planification de la grossesse et, si nécessaire, un traitement.

Comment s'inscrire à la grossesse

Accouchement

Lors du portage d'un bébé, chaque femme doit traiter son corps avec toute sa responsabilité et s'assurer d'être enregistrée. Cela vous permet de surveiller sa santé et d'éviter diverses conséquences négatives.

10 choses importantes à faire avant la grossesse

Nutrition

La naissance d'un enfant est un événement heureux pour chaque couple marié, bien sûr, lorsqu'il s'agit de la grossesse planifiée souhaitée. Par conséquent, les futurs parents devraient l'approcher avec toute la responsabilité.