Principal / Analyses

Grossesse congelée à 10, 11 semaines

Après la fécondation de l'ovule par le sperme, un embryon se forme, qui est attaché à la paroi utérine pendant un certain temps. L'apparition de la grossesse s'accompagne d'un retard des menstruations, d'un engorgement et d'une douleur des glandes mammaires, d'une toxicose.

Si, au cours des deux premiers mois, une femme n'a rencontré aucun problème lors du port d'un enfant, mais que pour une raison quelconque le fœtus a cessé de se développer, cela est considéré comme une pathologie grave. Il est très important de savoir quels sont les signes d'une grossesse gelée à 10 semaines, car, souvent, cette condition se déroule sans complications visibles.

Le danger

Lorsqu'une grossesse manquée est diagnostiquée à 10 semaines, cela devient un stress sérieux pour le corps de la mère, ainsi qu'un problème psychologique important. Souvent, c'est au cours des trois premiers mois des premiers stades de la gestation qu'une telle pathologie se produit

Du sixième au neuvième mois peut également arriver, mais beaucoup moins souvent. Dans le même temps, les filles consultent souvent un gynécologue et, si certains écarts surviennent, des spécialistes leur recommandent une hospitalisation pour sauver la vie de l'enfant..

Il arrive souvent que jusqu'à 12 semaines de gestation, les femmes préfèrent ne pas consulter un médecin, car elles pensent que ce sera mieux. Une telle attitude envers vous-même et l'enfant à naître peut devenir la raison pour laquelle il y aura une grossesse gelée à 11 semaines.

Une grossesse gelée dans les premiers stades est diagnostiquée par échographie. Source: delaiuzi.ru

Dans le même temps, la femme elle-même peut ne pas prêter attention aux signes indirects d'arrêt du développement intra-utérin à un stade précoce. Bien sûr, il est possible que le corps lui-même rejette un tel embryon, mais cela se produit extrêmement rarement et est considéré comme le résultat le plus réussi..

Les raisons d'une grossesse gelée à 10 semaines peuvent être différentes, mais si le fœtus n'est pas sorti de lui-même, il sera dans la cavité utérine jusqu'à la visite chez le gynécologue. Dans ce cas, le développement d'un état d'intoxication du corps n'est pas exclu, qui s'accompagne d'une augmentation de la température corporelle, d'une faiblesse et de douleurs coupantes dans le bas de l'abdomen..

S'il y a de tels signes d'une grossesse gelée à 11 semaines, la femme doit être emmenée à l'hôpital dès que possible. Dans une clinique, le patient recevra un médicament spécial dont l'action vise à améliorer la contractilité de l'utérus et à provoquer une fausse couche.

Dans les situations où l'embryon est dans la cavité utérine pendant plus de 7 semaines, alors que son développement est arrêté, la fille peut développer un syndrome de coagulation intravasculaire disséminé. Cette condition est très dangereuse, car le sang perd sa capacité à coaguler, ce qui peut entraîner des saignements graves et la mort..

Panneaux

Une grossesse gelée à 10 semaines peut ne pas présenter de symptômes pendant une longue période. Si une femme visite régulièrement un spécialiste de premier plan et passe également les tests prescrits, il ne sera pas difficile de diagnostiquer cette affection. Le principal symptôme dans ce cas est l'écart entre la taille de l'utérus et du fœtus, et pour confirmer, un dépistage échographique de contrôle et l'écoute du rythme cardiaque de l'embryon sont effectués.

Examinons plus en détail quels signes d'une grossesse gelée à 10 et 11 semaines peuvent être les suivants

  1. Un liquide biologique est libéré du vagin, dans lequel du sang est présent;
  2. Il y a une diminution des performances et une faiblesse se produit;
  3. Une condition fébrile se développe progressivement;
  4. Augmentation de la température corporelle;
  5. Du côté du dos lombaire et sous la paroi abdominale antérieure, un syndrome douloureux se produit;
  6. Aucun signe de toxicose;
  7. Réduire la taille des seins.

Cependant, il convient de noter que cette symptomatologie est généralisée et que dans chaque cas clinique, une grossesse gelée peut se manifester de différentes manières, ou elle peut être diagnostiquée exclusivement après une échographie. Quant aux premiers termes, dans cette période, le principal indicateur de l'arrêt du développement fœtal est une diminution de la température basale.

Les raisons

De nombreux experts ne peuvent pas répondre sans équivoque à la question de savoir pourquoi une grossesse gelée survient chez les filles à 10 semaines. C'est pourquoi ils identifient un certain nombre de facteurs négatifs qui, d'une manière ou d'une autre, peuvent entraîner un arrêt du développement intra-utérin du fœtus à un stade précoce..

La génétique

La cause la plus fréquente est les troubles génétiques. Chez environ 70% des femmes qui ont confirmé une grossesse, la congélation fœtale survient à un stade précoce en raison d'anomalies chromosomiques. La particularité des anomalies génétiques est qu'elles sont incompatibles avec la vie. De plus, ces violations peuvent être obtenues par le fœtus à la fois de la mère et du père..

Les hormones

Il arrive également souvent qu'un arrêt du développement de l'embryon soit diagnostiqué dans le contexte de perturbations hormonales. Si une quantité insuffisante de progestérone est produite dans le corps de la mère, l'ovule ne peut pas bien se fixer sur la paroi utérine. Mais il ne faut pas exclure qu'une grossesse gelée puisse être diagnostiquée en raison de la teneur accrue en androgènes..

Avec une pathologie de la glande thyroïde, une grossesse gelée peut survenir. Source: socfit.info

En outre, l'évolution pathologique de la grossesse se produit avec un dysfonctionnement thyroïdien. C'est pourquoi, pendant la période de planification de la grossesse, il est recommandé aux filles de se faire tester pour déterminer le niveau d'hormones. Et s'il y a des écarts dans cette partie, il est préférable de reporter la conception jusqu'au moment où le traitement complet et la restauration des niveaux hormonaux sont effectués.

Les infections

Après la fécondation de l'ovule avec le sperme et la fixation de l'embryon sur la paroi utérine, le corps de la femme réduit considérablement ses fonctions protectrices, c'est-à-dire qu'une baisse de l'immunité est notée. Grâce au placenta et aux membranes amniotiques, l'embryon lui-même est protégé et les micro-organismes pathogènes ne l'atteignent pas.

Mais en même temps, la femme enceinte est vulnérable et donc facilement sujette à une infection par des virus et des bactéries. En outre, il y a un changement dans la microflore du vagin et diverses maladies chroniques passent au stade aigu. Ce moment est considéré comme très dangereux pour l'enfant à naître, car une infection peut survenir et si cela se produit, il est possible que l'embryon arrête son développement.

Le cytomégalovirus affecte négativement le développement intra-utérin. Source: pomoshrodatelyam.ru

L'impact du cytomégalovirus et de la rubéole est particulièrement dangereux. Si l'infection s'est produite pendant la grossesse, il est peu probable que des conséquences négatives puissent être évitées. Cependant, dans les situations où le virus est entré dans le corps avant même la fécondation, des anticorps spécifiques y sont produits, ce qui ne permettra pas à la maladie de s'aggraver..

Un rhume ou ARVI peut également entraîner un arrêt du développement intra-utérin du fœtus. Cela est dû au fait que le corps de la femme est affaibli et que le système immunitaire ne peut pas résister même à de simples virus. Le danger dans ce cas ne réside pas dans la maladie elle-même, mais dans les symptômes concomitants, qui se traduisent par une augmentation de la température corporelle, une intoxication et une circulation sanguine altérée..

En conséquence, l'embryon reçoit une quantité insuffisante d'oxygène et de nutriments, de sorte que son développement s'arrête. La pathologie elle-même dans ce cas peut être asymptomatique et ne pas être détectée pendant une longue période.

Une condition telle que le syndrome des antiphospholipides est assez souvent accompagnée d'un trouble de la coagulation. Dans ce cas, une grossesse gelée n'est pas non plus exclue, car les anticorps peuvent affecter négativement l'ovule et empêcher l'ovule de s'implanter de manière fiable..

De plus, un nombre insuffisant de vaisseaux est noté dans le placenta formé, il fonctionne donc mal, ce qui devient souvent la raison de l'arrêt du développement intra-utérin du fœtus. Il est également possible que sous l'influence d'anticorps, un blocage ou une lésion des vaisseaux utéro-placentaires se produise..

Comme vous pouvez le comprendre, il existe de nombreux facteurs différents qui augmentent la probabilité de diagnostiquer une grossesse manquée. Pour éviter le développement de cette pathologie, une femme doit mener une vie saine, bien manger, passer plus de temps à l'extérieur, s'inscrire à temps et consulter régulièrement un gynécologue..

Grossesse gelée 10-12 semaines: accident ou schéma alarmant?

Grossesse congelée: qu'est-ce que c'est, symptômes de pathologie à 10-12 semaines, causes d'apparition et méthodes de diagnostic.

Les femmes enceintes ont souvent peur que l'échographie révèle la mort du fœtus. Parfois, une telle anxiété se transforme en pensées obsessionnelles, obligeant une femme à essayer d'être à nouveau examinée presque tous les jours afin de maintenir la confiance que la grossesse se déroule en toute sécurité et sans défauts..

Le gel fœtal présente des signes spécifiques qui sont perceptibles si la femme enceinte est attentive à son bien-être.

Qu'est-ce qu'une grossesse gelée

Une grossesse gelée est une grossesse dont le développement a été interrompu bien avant la période requise. Les médecins classent ces cas comme des fausses couches. La gestation gelée est caractérisée par une triade symptomatique: mort fœtale, inertie des muscles de l'utérus et dysfonctionnements du système d'homéostasie.

Le développement de la pathologie se produit selon l'un des scénarios:

  • Anembryonie. Dans ce cas, l'embryon ne se développe tout simplement pas à l'intérieur de l'utérus..
  • Mort foetale. Malgré le fait qu'au départ le développement de la grossesse était correct, la mort de l'embryon survient plus tard. Lors de l'examen échographique de la zone de l'utérus, l'embryon n'est pas observé, comme dans le premier cas, mais des fragments sont visibles qui restent après la destruction du fœtus.

Le développement de la gestation peut s'arrêter au premier ou au deuxième semestre, mais, en règle générale, cela se produit aux premiers stades de la naissance d'un enfant..

Signes d'une grossesse gelée à 10-12 semaines

La première "cloche" que le développement de l'embryon est anormal est la disparition complète des symptômes caractéristiques de l'évolution de la grossesse. La liste de ces symptômes dépend directement de la durée de la gestation..

Comment apparaissent les premiers symptômes

Une femme ne pourra pas ressentir une grossesse gelée dans les premiers stades. Pour cette raison, tout d'abord, il est nécessaire de se concentrer sur les indicateurs des études de laboratoire et les résultats de l'échographie.

Le corps de la femme fait des efforts pour corriger la situation avec ses propres ressources et «éliminer» le fœtus mort, parallèlement aux symptômes disparus de la grossesse, la mère a un écoulement avec des fragments sanglants.

À la semaine 10

Le danger d'une grossesse gelée à 10 semaines est que, jusqu'à ce que le placenta se détache, il produit encore de la gonadotrophine, qui «trompe» le corps et l'empêche de «remarquer» que la grossesse ne se déroule pas comme elle le devrait.

11 semaines

Le signe principal d'une grossesse gelée à 11 semaines est l'arrêt des mouvements fœtaux, qui jusqu'à un certain point étaient stables et actifs.

À 12 semaines

La douleur à la poitrine peut disparaître brusquement, il y a des douleurs dans l'aine et le bas du dos, la température corporelle augmente et un écoulement brun apparaît. Pour diagnostiquer une grossesse gelée à 12 semaines, une échographie est effectuée, qui détermine la présence d'un rythme cardiaque chez le fœtus.

Les raisons

Les médecins identifient 4 facteurs principaux pour le développement de la gestation congelée au cours du premier trimestre:

  1. Processus pathologiques de type génétique. Toute anomalie génétique incompatible avec le développement du fœtus commence à se manifester tôt. Si la grossesse gelée d'une femme est répétée plus d'une fois, cela indique la présence d'anomalies génétiques.
  2. Troubles du fonctionnement du système endocrinien. Un traitement opportun, si le diagnostic est correct, peut aider une femme enceinte à éviter des résultats indésirables. Les causes des anomalies hormonales sont des niveaux insuffisants de progestérone dans le corps et une quantité excessive d'hormones sexuelles mâles dans le corps de la femme..
  3. Un tiers des grossesses manquées se développent en raison d'infections secondaires. L'affaiblissement de l'immunité pendant la gestation met à la fois la femme et l'embryon en danger.
  4. Mauvaises habitudes et mode de vie malsain d'une femme. Souvent, la décoloration de la grossesse se produit en raison d'un stress fréquent et d'une dépendance à l'alcool, au tabac. Les dépendances peuvent provoquer une exfoliation du placenta, une augmentation du tonus utérin, ainsi qu'une détérioration du flux sanguin dans le corps de la mère. A ce moment, l'enfant souffre d'un manque d'oxygène et de substances vitales.

Comment diagnostiquer

Toutes les décisions ultérieures d'une femme enceinte doivent être déterminées par laquelle des méthodes de diagnostic ont montré que la grossesse s'est arrêtée en cours de développement. Il arrive que les médecins commettent des erreurs lors de l'interprétation des indicateurs, il est donc préférable de vérifier les résultats en visitant plusieurs spécialistes.

Il existe plusieurs procédures de diagnostic:

  • Diagnostic lors de l'examen par un gynécologue.
  • Procédure d'échographie.
  • Diagnostics basés sur HCG.

Parfois, la durée estimée de la grossesse en cours peut entrer en conflit avec les résultats du CBC. Cet écart n'est guère raisonnable pour considérer la seule confirmation de la mort de l'embryon. Seuls des prélèvements sanguins répétés après quelques jours peuvent confirmer la non-viabilité du fœtus. Les résultats seront plus précis si nous évaluons les résultats de l'hCG avec les résultats de l'échographie.

La toute première procédure d'échographie peut clairement montrer des signes que le développement de la grossesse s'est arrêté. Mais dans les premiers stades, jusqu'à 4-5 semaines, même les diagnostics par ultrasons peuvent faire une erreur. Par conséquent, pendant cette période, vous ne devez pas vous fier inconditionnellement aux résultats de l'échographie. Il est préférable de consulter le médecin après quelques jours et de subir à nouveau l'examen.

Probabilité d'erreur échographique

De nombreuses femmes placent leurs espoirs dans l'examen échographique, mais il convient de comprendre que la technique peut échouer à tout moment. De plus, un humain est un "traducteur" du langage machine, ce qui augmente également la probabilité d'une erreur. Et par conséquent, il est possible de déclarer en toute confiance la décoloration de la grossesse uniquement lorsque les tristes résultats de l'échographie sont confirmés par d'autres analyses et un examen gynécologique.

Que faire si une pathologie est détectée

Au départ, comme mentionné ci-dessus, il est important de s'assurer que la grossesse s'est estompée. Si cela se produit, des fragments fœtaux sont retirés de la cavité utérine, tandis que le médecin choisit l'une des tactiques suivantes:

  • attente: caractérisée par une absence totale d'intervention médicale;
  • l'utilisation de médicaments: la technique est similaire à l'avortement médicamenteux;
  • curetage: une intervention chirurgicale.

Enquêtes

Dans la période de 10 à 12 semaines, une femme enceinte subit un certain nombre de procédures et d'examens:

  • échographie de dépistage;
  • mesure des paramètres physiologiques;
  • livraison de tests: frottis de microflore, analyse générale de l'urine et du sang;
  • coagulogramme;
  • chimie sanguine;
  • tests pour déterminer le groupe sanguin, le VIH, l'hépatite et la syphilis, les infections TORCH.

Pendant cette période également, un «double test» est effectué, ce qui est nécessaire pour déterminer des anomalies chromosomiques spécifiques, par exemple le syndrome de Down.

Comment identifier une grossesse gelée et éliminer les principaux risques

Chers amis, bon après-midi! Lorsque les médecins prononcent ce terrible diagnostic: «Grossesse gelée», il est difficile de garder son sang-froid. Mais il est important de se rappeler l'essentiel: si vous suivez toutes les prescriptions du médecin, une deuxième grossesse est possible. Ce sera sûr si les complications sont évitées maintenant. Et pour cela, il est extrêmement important pour la mère elle-même de savoir comment déterminer une grossesse gelée à la maison. C'est à propos de cela et des méthodes de diagnostic médical - notre conversation aujourd'hui.

Les origines du problème et ses dangers

Pour commencer, rappelons pourquoi cette pathologie est si dangereuse et comment elle survient. Il ne fait aucun doute que pour toute mère, la perte d'un bébé, même au stade du développement intra-utérin, est une tragédie. Mais la décoloration, c'est-à-dire en fait, la mort du fœtus comporte des risques pour la santé de la femme elle-même.

Complications possibles: inflammation, septicémie, oncopathologie et dans les cas d'intoxication particulièrement graves - et une issue fatale pour la mère. C'est pourquoi il est si important de savoir comment déterminer une grossesse gelée à un stade précoce, comment suivre ses premiers symptômes par vous-même..

Il existe de nombreuses raisons pour une pathologie grave. Faisons une réserve tout de suite: dans environ la moitié des cas, la médecine ne trouve pas de source spécifique de dysfonctionnements conduisant à la mort intra-utérine d'un bébé à naître. Dans d'autres situations, les principales causes de la décoloration sont considérées:

  • Maladies graves de la mère et du père: maladies somatiques et immunitaires, infections, autres déviations de l'état de santé;
  • Anomalies génétiques chez l'un des parents ou les deux;
  • Anomalies dans la structure des organes du système reproducteur féminin;
  • Conflit rhésus;
  • Grossesse extra-utérine;
  • Les troubles hormonaux sont souvent la réponse à la question de savoir comment déterminer une grossesse gelée avant 12 semaines;
  • Conception de FIV;
  • Les effets négatifs des drogues;
  • Environnement extérieur: mauvaise écologie, influences climatiques, proximité de substances chimiquement actives, abus de produits chimiques ménagers, etc.
  • Situations stressantes ou autre stress émotionnel à long terme;
  • Surcharge physique;
  • Dépendance à l'alcool et autres mauvaises habitudes des parents.

Les dates les plus dangereuses pour porter un enfant

En réfléchissant à la façon de déterminer une grossesse gelée à la maison, une femme doit tout d'abord se souvenir de la présence des fuseaux horaires les plus risqués pour porter un bébé. Selon les statistiques, environ 15 à 20% des grossesses se terminent par une perte fœtale..

Les issues sont différentes, y compris les fausses couches ou l'avortement médicamenteux forcé, la grossesse extra-utérine, l'anembryonie (la formation d'un ovule vide dans l'utérus, dans lequel il n'y a pas d'embryon). Mais environ la moitié des cas tragiques sont précisément la disparition du développement du fœtus et sa mort dans l'utérus..

Les obstétriciens notent les trois périodes les plus critiques pendant lesquelles la pathologie devient particulièrement probable:

  • 3-4 semaines, c'est le moment où l'ovule fécondé est fixé dans l'endomètre (couche superficielle de la membrane) de l'utérus;
  • 8-11 semaines, la période de formation des principaux organes et les changements hormonaux actifs, contribuant à la façon de déterminer une grossesse gelée à un stade précoce;
  • 16-18 semaines, autre étape cruciale, c'est le moment où le bébé grandit de manière intensive, diverses perturbations du développement sont possibles.

Quant à l'âge de la mère elle-même, alors, disons, chez les femmes de 40 à 45 ans en couches, le risque de perdre un bébé est multiplié par cinq par rapport aux mères de 20 ans..

Comment déterminer une grossesse gelée avant 12 semaines

Le premier trimestre, c'est-à-dire un tiers du trimestre, correspond à la période allant de la première à la 12e semaine. Comme indiqué ci-dessus, pendant cette courte période, le bébé passe par deux points de risque graves, par conséquent, beaucoup dépend de la mère, ainsi que du médecin observateur, principalement pour prévenir les dangers possibles..

L'essentiel: observer le régime de travail et de repos, suivre les recommandations du médecin, assister régulièrement aux contrôles, abandonner les mauvaises habitudes et convaincre les proches de le faire. Il s'agit de la prévention de la pathologie.

Qu'est-ce qui peut aider, comment déterminer de manière assez fiable une grossesse gelée à un stade précoce?

Il semble que la connaissance de la norme de développement dans une période donnée. Et des choses très intéressantes arrivent au futur héritier. Un tube neural est formé - la base du futur système nerveux central, déjà à la 5ème semaine, le cœur commence à battre.

À sept semaines, la présence d'hémisphères cérébraux est notée, à la dixième semaine, le visage du bébé devient reconnaissable (à l'échographie). Le développement ultérieur du système endocrinien et d'autres changements importants commencent. Dans le même temps, l'organisme maternel se reconstruit, tout d'abord sa composante hormonale.

Comment déterminer une grossesse manquée au premier trimestre? Il existe de nombreux signes, à la fois purement externes et ceux que seul un médecin peut suivre, le plus souvent à l'aide d'outils de diagnostic. Citons au moins quelques signes caractéristiques qui deviendront des signaux alarmants:

  • Perte de force, léthargie, étourdissements;
  • Fin de la toxicose apparente;
  • Changements de température corporelle: normal et basal;
  • Données de tests de laboratoire montrant de fortes fluctuations hormonales;
  • Résultats échographiques indiquant une congélation fœtale.

Comment déterminer une grossesse gelée à la maison?

Pouvez-vous vous diagnostiquer? Il s'avère que cela est possible si vous êtes suffisamment attentif. Bien que ce ne soit pas facile, car les changements dans le corps féminin sont assez orageux et il n'est pas toujours possible de diviser ce qui est la norme ici et ce qui indique des écarts.

De plus, la mort et la décomposition du fœtus progressent, pas à la fois, les symptômes d'empoisonnement du corps de la mère s'accumulent également progressivement. Cela rend difficile de suspecter une pathologie, mais il est toujours réaliste de déterminer indépendamment une grossesse gelée, ainsi que d'éviter des conséquences tragiques, au moins pour la mère.

Malaise: le premier signal de trouble. Faiblesse, maux de tête, manifestations d'intoxication: nausées, fièvre. Tous ces symptômes commencent à se faire sentir vers la 4ème semaine après la congélation..

La disparition de la toxicose. Également un appel au réveil, en particulier dans les périodes critiques.

Signes externes: taches du vagin et modifications des mamelons, des glandes mammaires en général. Le corps réagit à la conception par un gonflement du sein, et si l'embryon meurt, alors la transformation inverse se produit: leur ramollissement, perte de sensibilité, douleur au toucher.

Test à deux bandelettes. Tant de femmes se diagnostiquent elles-mêmes, apprennent la conception terminée..

La mise en évidence des rayures est une réaction à une augmentation du contenu de l'hormone hCG dans l'urine, nous apprenons donc une augmentation de sa concentration associée à une fécondation réussie. Si les niveaux d'hormones chutent à nouveau, le test peut ne montrer aucune grossesse. Bien que cette règle ne fonctionne pas toujours, et surtout, pas immédiatement après la décoloration.

Le contrôle de la température basale est une autre option pour déterminer une grossesse gelée jusqu'à 12 semaines. La décomposition du fœtus provoque une inflammation, en conséquence, la température globale des tissus augmente.

Mais avec le basal, la situation est différente. Nous le mesurons dans la bouche ou dans le vagin, en option - dans le rectum. Lors de la conception, la température basale augmente, bien que légèrement, à 37 degrés ou un peu plus.

Lorsque le fœtus cesse de fonctionner, et BT diminue d'un degré. Encore une fois, ce n'est pas un signe idéal, il peut être absent, une analyse de plusieurs composants perturbateurs est nécessaire..

Diagnostic médical au premier trimestre

Un médecin expérimenté sait comment déterminer une grossesse gelée sans échographie. Une femme doit faire confiance à son médecin, assurez-vous d'assister à des examens préventifs.

Examen préventif. Un obstétricien-gynécologue peut déjà noter visuellement des symptômes tels que la disparition de la cyanose de la membrane muqueuse du vagin et du col de l'utérus. De plus, lors de l'examen physique, le médecin enregistre que le canal cervical a commencé à s'ouvrir, l'ouverture peut atteindre un à trois centimètres.

Et le tout premier signe alarmant: la taille de l'utérus est en retard sur les paramètres du terme normal. Le médecin note cela avec la mesure habituelle de l'abdomen avec un ruban à mesurer..

Analyses d'urine en laboratoire. Pour confirmer leurs soupçons ou pour les éliminer, le médecin prescrit une série de tests, y compris des analyses d'urine de laboratoire. Le contenu en leucocytes (normal - 2000 par millilitre), en protéines (0,14 gramme par litre - normal).

Progestérone. Au début du terme, il devrait être d'environ 20,57 nmol / l, plus tard il s'élève à 301 nmol / l. Sans elle, une protection productive du fœtus est impossible..

Mais il y a aussi un feedback: lorsque le fœtus meurt pour diverses raisons, le taux de progestérone diminue également, il n'a tout simplement plus besoin d'être contenu en excès. Ce qui contribue au diagnostic précis d'une grossesse gelée à tout moment.

HCG. Le niveau de gonadotrophine chorionique aide de manière significative à suivre la dynamique du développement du bébé et l'apparition d'anomalies. Cet indicateur augmente avec le début de la grossesse et, de plus, très rapidement.

Sa concentration dans le sang double tous les deux jours, c'est-à-dire qu'elle augmente de façon exponentielle. Ce processus explique en grande partie pourquoi les femmes enceintes ont un changement d'humeur si radical que des pannes émotionnelles se produisent..

Au tournant des premier et deuxième trimestres, le niveau de hCG s'approche de la barre supérieure et reste à ce niveau, puis diminue progressivement. Par conséquent, une baisse significative et extérieurement non motivée de la concentration de cette hormone alertera certainement le spécialiste..

Pour clarifier le diagnostic, le médecin prescrira également une échographie, et ne fera qu'ensuite une conclusion finale.

Comment déterminer une grossesse manquée au deuxième trimestre

À une date ultérieure, le développement du bébé se poursuit. Le deuxième trimestre est la période de la 13e à la 27e semaine. En moyenne, le fœtus au cours de ces semaines passe de 10 centimètres à 35 centimètres et son poids augmente également. Si au début du trimestre, il est de 3 grammes, à la fin, il atteint 1200 grammes. Il est déjà possible d'identifier le sexe du bébé, et à une période de 18 à 20 semaines, les mères commencent à sentir le bébé pousser.

Les perturbations disparaissent. C'est le signe le plus évident, suggérant comment déterminer une grossesse manquée au deuxième trimestre ou, dans de rares cas, au troisième. Les mères primipares ressentent le plus souvent le premier «coup de pied» de leur bébé à partir de la 20e semaine seulement, et les parents plus «expérimentés» - quelques semaines plus tôt.

Il est considéré comme normal que l'héritier se souvienne de lui-même avec une série de répliques 8 à 10 fois par jour. Lorsque le bébé se calme soudainement, cela peut être le signe d'un manque d'oxygène du fœtus et, dans le pire des cas, de sa mort intra-utérine..

Si vous n'entendez pas le bébé bouger pendant environ 10 heures ou plus, assurez-vous de consulter un médecin, peut-être pourrez-vous encore le réparer, sauver la vie du bébé et prévenir les complications pour la mère..

Ramollissement et perte de sensibilité des glandes mammaires. Nous en avons déjà parlé ci-dessus, nous ne nous répéterons pas. Tout se passe de la même manière que dans les termes précédents..

Les sauts de température corporelle et les manifestations de faiblesse générale donnent également un indice sur la façon de déterminer une grossesse gelée au deuxième trimestre, ainsi qu'à toute autre période..

Le malaise général, cependant, ne sert pas de «décisif» absolu, puisque pour de nombreuses femmes enceintes cette période de la vie est déjà stressante, elle n'est pas facile à passer. À propos, le phénomène inverse peut parfois être observé: la toxicose disparaît soudainement, les vertiges disparaissent, la femme ressent un soulagement.

Mais l'indicateur de température est plus objectif. Il est clair que les sauts de température ne peuvent parler que d'un ARVI «banal» ou d'une autre maladie «froide». Et c'est dangereux pour le bébé. Mais lorsqu'il n'y a pas de signes évidents de maladie et qu'une fièvre est notée, assurez-vous de consulter un médecin..

Cela peut indiquer que le fœtus, mourant, en décomposition, infecte les organes génitaux de la mère. Les conséquences peuvent être désastreuses, alors retarder, au sens littéral du terme, est comme la mort.

Problèmes sanglants. Également une "cloche" alarmante, surtout en combinaison avec des douleurs dans le bas-ventre. Appelle l'ambulance, ça peut aider à sauver le bébé!

Un rythme cardiaque qui s'estompe est un signe clair par rapport auquel la question de savoir comment déterminer une grossesse gelée disparaît. Le plus souvent détecté par échographie, mais un médecin expérimenté peut identifier cette pathologie et indépendamment, après examen, à l'aide d'un stéthoscope obstétrical.

Cet appareil simple est utilisé depuis plus d'un siècle: juste un tube aux extrémités élargies et effilées permet d'écouter les battements du cœur de bébé. Des problèmes peuvent être créés par une position non standard du fœtus, l'adhérence du placenta à la paroi antérieure ou même des accumulations de graisse solide sur le ventre de la mère.

C'est pourquoi le médecin, en abordant le cas de manière responsable, dupliquera l'examen avec les données de l'examen échographique.

L'échographie comme méthode de diagnostic final. Une échographie aidera à confirmer sans condition l'absence ou la présence d'un rythme cardiaque. Le médecin prendra immédiatement les mesures nécessaires pour s'assurer que la taille du fœtus correspond aux paramètres normatifs. Suivre les autres changements indiquant les dysfonctionnements qui ont commencé.

Oui, et ici des erreurs se produisent, donc un médecin compétent prescrira une étude de contrôle répétée dans une semaine afin de finalement diagnostiquer et prescrire des mesures de traitement si les craintes sont confirmées.

Chers amis, la principale chose que nous voulions vous transmettre est que la santé de votre bébé et votre propre bien-être dépendent en grande partie de vous. Soyez attentif à vous-même, connaissez et surveillez les signes de trouble, puis, même en cas de pathologies, leurs conséquences peuvent être minimisées. Et dans le meilleur des cas, et sauvez le bébé, donnez naissance à un bébé en bonne santé. Ce que nous vous souhaitons sincèrement!

Congélation précoce et tardive de la grossesse: causes et prévention

LA GROSSESSE RAPIDE est la fin du développement du fœtus et sa mort jusqu'à 28 semaines. Les raisons de ce phénomène désagréable et parfois même dangereux peuvent être très différentes - une grossesse gelée peut être le résultat de troubles génétiques de l'embryon (ou du fœtus), causés par une exacerbation de maladies infectieuses, voire de mauvaises habitudes. Une grossesse gelée est plus souvent diagnostiquée au cours du premier trimestre de la grossesse (jusqu'à 13 semaines). Les causes d'une grossesse gelée dans les premiers stades sont différentes des dernières. Examinons plus en détail un phénomène tel qu'une grossesse gelée, ses causes et les mesures préventives.

Ainsi, même pendant la période de planification de la grossesse, il est nécessaire d'arrêter de boire des boissons alcoolisées (surtout en grande quantité) et de fumer. L'alcool et le tabagisme ne conduisent pas toujours à une grossesse gelée, mais le risque de survenue chez ces femmes augmente.

Absolument exactement pendant la période de planification et la grossesse elle-même (afin d'éviter les fausses couches et les congelées), vous ne devez pas utiliser de médicaments sans prescription médicale. Et avant de commencer à les prendre, vous devez lire attentivement les instructions du médicament, il y a peut-être une grossesse en contre-indications. De plus, de nombreux médicaments ont la propriété d'être excrétés par l'organisme pendant une longue période. La femme enceinte peut ne pas savoir que la grossesse est arrivée et prendre des médicaments et, par conséquent, elle est gelée. L'embryon est très sensible aux effets tératogènes. Mais, pendant ce temps, une grossesse gelée sera lésée par la prise de médicaments à un stade très précoce - 7 à 10 jours à compter du jour de la fécondation de l'ovule, car il n'y a pas de lien étroit entre l'enfant à naître et sa mère pendant cette période. Et après 8 à 10 semaines, l'enfant est partiellement protégé des effets tératogènes par le placenta et, par conséquent, le nombre de grossesses gelées pendant de longues périodes est quelque peu réduit. Si vous travaillez dans des industries dangereuses, vous avez également un risque accru de grossesse manquée..

La raison d'une grossesse gelée peut résider dans le déséquilibre hormonal d'une femme, le plus souvent un manque de progestérone, l'hormone de la grossesse. Si vous avez des antécédents de grossesse congelée, de fausse couche, de menstruation souvent retardée et de croissance des cheveux de type masculin, vous devez subir des tests hormonaux et, si nécessaire, suivre un traitement, vous réduirez ainsi le risque de grossesse gelée. dans le futur.

La prochaine raison d'une grossesse gelée, non seulement au début, mais également aux stades ultérieurs, est toutes sortes d'infections. L'exacerbation des maladies infectieuses existantes n'est pas particulièrement dangereuse, mais leur infection pendant la grossesse. L'infection par certains d'entre eux (par exemple, la varicelle et la rubéole) peut conduire non seulement à une grossesse gelée, mais aussi, pire que tout, à des malformations fœtales. Et puis vous devrez décider de l'interruption de grossesse... Ce sont des infections qui peuvent provoquer une condition telle qu'une grossesse gelée à une date ultérieure.

Comment éviter une grossesse gelée en raison d'une exacerbation ou d'une infection par une maladie infectieuse? Tout d'abord, vous devriez consulter le dossier médical de vos enfants ou demander à vos parents (si vous ne vous souvenez pas de vous) si vous avez eu des maladies telles que la rubéole et la varicelle pendant l'enfance. Sinon, et en plus, vous êtes à risque (travail avec des enfants), alors afin d'éviter toute infection par eux et à la suite d'une grossesse gelée ou d'une fausse couche, il est préférable de les vacciner 3 mois avant de planifier une grossesse. Si vous avez des IST (infections sexuellement transmissibles), vous devez d'abord vous en débarrasser et ensuite planifier une grossesse.

Mais si la grossesse est survenue de manière inattendue, afin d'éviter une congélation ou une fausse couche, le médecin peut vous prescrire un traitement antiviral.

Sans exception, toutes les femmes, pour la prévention d'une grossesse gelée et d'autres problèmes, doivent renforcer leur immunité pendant la période d'attente heureuse du bébé. Il existe de nombreuses façons, il n'est pas nécessaire de boire des compléments alimentaires et des vitamines. Une nourriture correcte et nutritive suffira. Pendant la grossesse, l'immunité diminue toujours, cela est dû à la production d'une hormone spéciale - la gonadotrophine chorionique, dont l'une des fonctions est de protéger l'enfant à naître du système immunitaire de sa mère. Sans cela, le corps de la mère perçoit le fœtus comme un objet «étranger» dont il faut se débarrasser, voici une autre raison possible pour une grossesse gelée.

Mais, néanmoins, la cause la plus fréquente d'une grossesse gelée est des anomalies génétiques chez le fœtus. La nature elle-même ne permet pas à l'embryon «malade» de se développer et une grossesse congelée survient. En règle générale, si c'est la raison de la grossesse gelée d'une femme, il y a une forte probabilité que cela ne se reproduise pas si les parents eux-mêmes sont en bonne santé..

Les symptômes d'une grossesse gelée et son diagnostic

Malheureusement, une grossesse gelée à un stade précoce peut ne pas se faire sentir de quelque manière que ce soit. Plus tard, les symptômes d'une grossesse gelée chez une femme peuvent être des crampes et des taches. Cela se produit généralement au début du détachement de l'ovule, c'est-à-dire au début d'une fausse couche.

Les symptômes subjectifs d'une grossesse gelée à un stade précoce peuvent également inclure un arrêt brutal de la toxicose (si c'était le cas). La douleur des glandes mammaires peut également passer et la température basale peut diminuer. Habituellement, ces symptômes d'une grossesse gelée ne sont pas ignorés par une femme. Une grossesse congelée à un stade avancé se caractérise par l'absence de mouvements de l'enfant.

Il y a trois façons de diagnostiquer une grossesse congelée: faire un test sanguin pour l'hCG, passer un examen chez un gynécologue ou faire une échographie.

Avec une grossesse gelée, le taux d'hCG est inférieur à ce qu'il devrait être à ce stade de la grossesse. Une échographie ne montre aucun rythme cardiaque fœtal. Et lors d'un examen gynécologique, le médecin détermine l'écart entre la taille de l'utérus et l'âge gestationnel.

Donc, si vous pensez que vous avez manqué une grossesse, sachez que les symptômes sont un signe mineur. L'essentiel est la preuve médicale, pour ainsi dire... Avec un phénomène tel qu'une grossesse gelée, les symptômes chez différentes femmes peuvent différer ou même être complètement absents.

Habituellement, la grossesse congelée se termine par le «nettoyage» de la cavité utérine dans des conditions stationnaires. Mais dans les premiers stades, il est possible de pratiquer une aspiration sous vide ou de provoquer une fausse couche à l'aide de certains médicaments (sous la surveillance d'un médecin). Parfois, avec une grossesse gelée à ses débuts, les médecins adoptent une position attentiste, c'est-à-dire qu'ils s'attendent à ce qu'une femme fasse une fausse couche spontanément. Et si cela ne se produit pas dans un délai spécifié par le médecin ou par échographie dans l'utérus, les restes de l'ovule sont diagnostiqués, puis un curetage (grattage) de la cavité utérine est effectué.

Grossesse après une grossesse gelée

Les médecins recommandent de planifier une grossesse après une grossesse gelée au moins six mois plus tard. Pendant ce temps, pour éviter de futurs cas de grossesses manquées, un traitement est effectué. Il n'y a pas de norme de traitement, tout dépend de la cause qui a causé la grossesse manquée. Mais absolument tout le monde est désirable de passer des tests et de passer des examens..

Tout d'abord, il vaut la peine de faire un frottis pour toutes sortes d'infections sexuellement transmissibles par PCR, un test sanguin pour déterminer le niveau d'hormones dans le sang et une échographie. Si nécessaire, déterminez le caryotype (le vôtre et votre partenaire), la compatibilité du groupe et d'autres tests et examens, ainsi que le traitement recommandé par le médecin sur la base des résultats de tous les examens à titre de prévention dans le futur d'une grossesse gelée.

Une femme qui a subi une maladie telle qu'une grossesse gelée peut ne pas avoir besoin de traitement du tout si tous les résultats des tests sont normaux. Comme nous l'avons écrit précédemment, une grossesse gelée survient le plus souvent en raison d'une erreur génétique, ce qui est peu susceptible de se reproduire... Mais si une grossesse gelée ne s'est pas produite pour la première fois, un traitement est probablement nécessaire de toute façon..

La meilleure prévention est un mode de vie sain et des visites régulières chez le gynécologue, et il est peu probable que vous soyez en danger d'une grossesse gelée.

Grossesse congelée - causes et traitement


Une grossesse non en développement (avortement manqué, avortement manqué) signifie la mort d'un embryon (fœtus) sans signes cliniques de fausse couche. Dans la structure des pertes de reproduction, la fréquence de cette pathologie reste stable et s'élève à 10-20% de toutes les grossesses souhaitées..

Grossesse congelée - causes

Les causes des grossesses manquées sont nombreuses et souvent complexes. Dans la pratique quotidienne, il est souvent difficile d'établir le facteur spécifique à l'origine de cette pathologie, car celle-ci est entravée par la macération tissulaire après la mort fœtale, ce qui complique leurs études génétiques et morphologiques..

Parmi les principaux facteurs étiologiques de la grossesse non en développement, il convient de noter, tout d'abord, infectieux. La persistance dans l'endomètre d'une infection bactério-virale contribue souvent à l'intensification ou à la survenue d'endocrinopathies chez la mère, s'accompagne de troubles du système hémostatique et de modifications métaboliques de la muqueuse utérine, qui peuvent entraîner l'arrêt du développement de l'embryon (fœtus).

Une caractéristique de la structure étiologique des maladies inflammatoires est actuellement diverses associations de micro-organismes, y compris des bactéries anaérobies, des streptocoques facultatifs, des virus. Cela est dû dans une certaine mesure aux caractéristiques de la réponse immunitaire du corps de la mère, dans laquelle l'élimination complète de l'agent pathogène du corps est impossible.

Tous les embryons (fœtus) qui entrent en contact avec une infection ne sont pas nécessairement infectés; en outre, le degré d'endommagement est différent. Elle peut être causée par des micro-organismes qui ont un certain tropisme pour certains tissus, ainsi que par une insuffisance vasculaire due à une inflammation des vaisseaux du fœtus ou du placenta.

Grossesse congelée - infections menant à la mort fœtale

Le spectre des agents infectieux qui peuvent provoquer une infection prénatale précoce et la mort subséquente de l'embryon, le prochain.

1. Certains types de flore opportuniste - streptocoques, staphylocoques, E. coli, Klebsiella, etc..

2. Virus de la rubéole, CMV, HSV, adénovirus 7, virus Coxsackie.

3. mycoplasme, chlamydia, tréponème, mycobactérie.

4. Le plus simple - Toxoplasma, Plasmodium, champignons du genre Candida.

Dans les lésions virales et mycoplasiques, les modifications inflammatoires de la membrane déciduale sont associées à des troubles circulatoires aigus dans les artères utéro-placentaires. Dans les lésions bactériennes, les infiltrats inflammatoires se retrouvent plus souvent dans l'amnios, le chorion et l'espace intervilleux. En présence d'une pathologie infectieuse chez la mère, la mort de l'embryon (fœtus) est causée par une infiltration inflammatoire massive, ainsi qu'une micronécrose au site de contact direct du chorion avec les tissus maternels.

Le rôle tératogène des maladies infectieuses chez la mère a été prouvé; il est responsable de 1 à 2% de toutes les anomalies congénitales sévères du fœtus incompatibles avec la vie. La question de savoir si la présence d'une infection est la cause de la mort prénatale de l'embryon (fœtus) et de l'interruption spontanée de la grossesse dépend de la voie de pénétration des micro-organismes, de l'implication du fœtus et des membranes amniotiques dans l'infection, du type et de la virulence des microbes, du nombre d'agents pathogènes qui sont entrés, de la durée de la maladie de la mère et d'autres facteurs..

La voie ascendante d'infection de l'embryon (fœtus), prévalant au premier trimestre de la grossesse, est due à des bactéries opportunistes, ainsi qu'à des mycoplasmes, chlamydia, champignons du genre Candida, virus de l'herpès simplex. Les facteurs prédisposant au développement du processus inflammatoire peuvent être une insuffisance isthmique-cervicale, une rupture partielle des membranes et certaines manipulations invasives pour évaluer l'état de l'embryon (fœtus): biopsie chorionique, amniocentèse, etc..

Les micro-organismes pénètrent dans la cavité utérine à partir des parties inférieures du système reproducteur, infectant le liquide amniotique, que leur intégrité soit violée ou non. Le fœtus avale le liquide amniotique, ou l'infection se propage à travers les membranes amniotiques et plus loin au fœtus, causant des lésions aux poumons, au tube digestif et à la peau, ce qui peut à son tour entraîner la mort prénatale du fœtus. La nature et la distribution des lésions inflammatoires des organes sont principalement déterminées par l'échange intensif de liquide amniotique infecté avec les systèmes respiratoire et urinaire du fœtus, ainsi que son tractus gastro-intestinal..

La voie descendante de l'infection, en règle générale, commence à partir de foyers chroniques d'inflammation dans les trompes de Fallope et les ovaires et est plus souvent due à des infections gonorrhées et à chlamydia. Les processus inflammatoires dans les appendices utérins contribuent à l'infection des sinus marginaux du placenta avec le développement d'une chorionamnionite placentaire, qui conduit à un type mixte de lésions des organes du fœtus et à sa mort prénatale.

La mort fœtale intra-utérine peut être associée non seulement à l'effet dommageable direct de l'agent infectieux, mais aussi au développement inadéquat des réponses immunitaires dans le tissu placentaire..

Grossesse congelée - raisons immunologiques

On sait que la régulation de la réponse immunitaire est réalisée principalement par les T-helpers, ou lymphocytes CD4. Il existe deux substances de ces cellules - Тх type 1 et Тх type 2. Elles diffèrent par les cytokines sécrétées. TX1 sécrète l'interféron gamma, IL-2 et bêta-TNF, et TX2 - IL-4, -5 et -10. l'alpha-TNF est sécrété par les deux sous-populations de cellules, mais principalement par TX1. Les cytokines sont des médiateurs dans le développement des réponses inflammatoires et immunitaires dans le système mère-placenta-fœtus. Les cytokines sécrétées par Th, par un mécanisme de rétroaction, régulent la fonction de ces cellules. Il a été constaté que TX2, qui fournit principalement des réponses immunitaires humorales, favorise le déroulement physiologique de la grossesse. TX1, au contraire, stimule le lien cellulaire de l'immunité et peut avoir un effet abortif.

Dans l'endomètre et la caduque, il existe un grand nombre de cellules du système immunitaire, qui sont toutes capables de sécréter des cytokines. La violation et l'interruption de grossesse peuvent survenir à la suite d'une altération de la réponse immunitaire aux antigènes. En conséquence, l'œuf fœtal devient la cible du lien cellulaire de l'immunité. Les antigènes qui activent les macrophages et les lymphocytes sont très probablement des antigènes trophoblastiques. Ceci est confirmé par le fait que les principales cytokines sécrétées par TX1 suppriment le développement de l'embryon, ainsi que la prolifération et le développement normal du trophoblaste. Ils affectent l'embryon à la fois directement et indirectement, en fonction de l'intensité de la sécrétion et de la différenciation du tissu cible..

Le système immunitaire peut entraîner une perte fœtale par l'activation des cellules NK et des macrophages. Les cellules NK sont directement impliquées dans la lyse des trophoblastes. L'activation des macrophages améliore la production et la sécrétion de cytokines qui agissent sur les cellules effectrices, y compris les cellules NK. La cascade de cytokines peut être déclenchée non seulement par un agent infectieux, mais également par des causes endogènes (hypoxie, hormones, etc.).

Les anomalies chromosomiques chez les partenaires sont peut-être la seule raison incontestable d'une grossesse manquée. La mort d'un embryon peut être causée par le développement pathologique du zygote, de l'embryon, du fœtus ou par des anomalies structurelles du programme génétique pour le développement du placenta. Dans les observations de fausses couches spontanées causées par une pathologie chromosomique, divers troubles du développement de l'embryon sont très caractéristiques, jusqu'à son absence totale..

Grossesse congelée - causes génétiques

Les aberrations chromosomiques jouent un rôle particulier dans l'étiologie des grossesses manquées. La majorité des embryons avec un caryotype aberrant meurent dans les premières semaines de grossesse. Ainsi, au cours des 6 à 7 premières semaines de grossesse, 60 à 75% des avortements ont un caryotype anormal, à 12 à 47 semaines - 20 à 25%, 17 à 28 semaines - seulement 2 à 7%. Parmi les aberrations chromosomiques dans les avortements, 45-55% sont des trisomies autosomiques, 20-30% sont des monosomies 45X0, 15-20% sont de la triploïdie et 5% sont de la tétraploïdie..

La trisomie autosomique est responsable de plus de la moitié des caryotypes pathologiques. Dans ce cas, en règle générale, l'embryon est absent ou présente de multiples défauts de développement; la cavité chorionique est vide et petite. La plupart des trisomies autosomiques sont le résultat d'un manque de divergence chromosomique lors de la première division mitotique de l'ovocyte, et la fréquence de ce phénomène augmente avec l'âge de la mère. Il est à noter que l'âge de la mère n'est pas déterminant pour les autres anomalies chromosomiques qui provoquent l'arrêt de la grossesse..

Dans 20 à 25% des cas de pathologie caryotypique, une monosomie a lieu. La monosomie X provoque une aplasie de l'embryon, dont seul le reste du cordon ombilical est souvent préservé, ou l'embryon conservé est dans un état d'hydropisie prononcé. Avec la monosomie, 98% des grossesses se terminent par une fausse couche et seulement 2% par un accouchement avec le syndrome de Turner.

La triploïdie et la tétraploïdie surviennent avec une fréquence modérée, mais les cas de triploïdie dans lesquels il existe une double composante parentale conduisent généralement à une dérive vésiculaire partielle, qui se manifeste cliniquement plus tard pendant la grossesse.

Une pathologie structurelle importante des chromosomes est la translocation (2-10%), qui peut être transmise par l'un des parents - un porteur équilibré. Une translocation équilibrée (compensée) doit être suspectée dans les cas où les conjoints ont des antécédents de grossesses non en développement répétées ou de fausses couches spontanées. D'autres types de troubles caryotypiques comprennent diverses formes de mosaïcisme, de doubles trisomies et d'autres pathologies rares..

La pathologie chromosomique humaine dépend non seulement de l'intensité du processus de mutation, mais également de l'efficacité de la sélection. La sélection s'affaiblit avec l'âge, de sorte que les anomalies du développement sont plus fréquentes.

Parmi toutes les grossesses non développées, 60% sont causées par des blastopathies et sont principalement associées à des anomalies chromosomiques ou des malformations causées par des facteurs externes défavorables. Les blastopathies entraînant la mort fœtale au cours des premières semaines de grossesse sont classées comme suit.

1. Anomalies dans le développement du blastocyste, de la cavité amniotique et du sac vitellin.

2. Sac embryonnaire vide en raison d'une aplasie ou d'une résorption de l'embryoblaste (sans amnios, pédicule amniotique et sac vitellin).

3. Hypoplasie de la cavité amniotique avec localisation extraamniale partielle ou complète de l'embryon dans le cœlome.

4. Aplasie, hypoplasie ou calcification du sac vitellin.

5. Défauts jumeaux: thoracopages, ischiopages, etc..

6. Blastopathies précoces non précisées: blastocyste anormal, inversion topographique complète de l'embryoblaste.

Les formes les plus courantes présentant des anomalies chromosomiques macroscopiques sont les sacs embryonnaires vides, que l'on retrouve dans 14,9% des cas. Les sacs vides sont classés comme malformations et les variétés suivantes sont distinguées.

1. avec une cavité amniotique fortement hypoplasique (avec ou sans sac vitellin).

2. avec l'absence d'embryon, de cordon ombilical et de sac vitellin.

3. avec la présence de la membrane amniotique, du cordon ombilical et du sac vitellin (se produit dans 80% des cas).

Dans 9,3% des cas, des changements surviennent qui affectent l'ensemble de l'embryon et entraînent ainsi sa mort.

Les embryopathies se manifestent plus souvent par des malformations congénitales, généralement sous la forme d'anomalies flagrantes dans le développement de l'embryon. Cependant, une partie de l'embryopathie peut également entraîner la mort intra-utérine de l'embryon (fœtus).

Grossesse congelée - causes hormonales

Parmi les causes de grossesse non en développement, il convient de distinguer les facteurs endocriniens - altération de la formation et hypofonction du corps jaune associée à un déficit en progestérone et à une faible décidualisation du stroma endométrial. Une invasion incomplète ou faible du cytotrophoblaste dans l'endomètre adjacent contribue à une diminution du nombre et du volume des changements gestationnels dans les artères utéro-placentaires et à une diminution de la circulation sanguine utéro-placentaire. La conséquence de ceci peut être la mort de l'embryon et le détachement du trophoblaste..

L'insuffisance de la première vague d'invasion du cytotrophoblaste est souvent associée à des anomalies chromosomiques, conséquence d'un défaut du gène responsable de ce processus ou d'une violation du programme génétique général pour le développement de l'embryon et du placenta.

Toutes les maladies endocriniennes ne provoquent pas la mort intra-utérine de l'embryon (fœtus). L'hyperandrogénie (syndrome de Stein-Leventhal, syndrome adrénogénital), l'hypo- et l'hyperfonctionnement de la glande thyroïde contribuent à une mauvaise préparation de l'endomètre à la grossesse et à une implantation inadéquate de l'ovule, ce qui nécessite une correction hormonale spécifique. Souvent, la mort de l'embryon (fœtus) survient lorsque la mère est atteinte de diabète sucré, ce qui dicte la nécessité de se préparer à la grossesse planifiée.

Facteur auto-immun. L'APS est l'une des variantes des maladies auto-immunes..

Les anticorps antiphospholipides modifient les caractéristiques adhésives de la morula préimplantatoire (charge); améliorer les mécanismes prothrombotiques et désynchroniser les processus de fibrinolyse et de formation de fibrine, ce qui conduit à des défauts d'implantation et à une diminution de la profondeur de l'invasion trophoblastique déciduelle. Les anticorps antiphospholipides interagissent directement avec le syncytiotrophoblaste et le cytotrophoblaste et inhibent la fusion intercellulaire des cellules trophoblastiques. De plus, les anticorps antiphospholipides suppriment la production d'hCG et améliorent les tendances thrombotiques en fournissant des matrices pour les réactions de coagulation.

Dans les maladies auto-immunes, des troubles rhéologiques sévères sont observés, conduisant à la formation d'un hématome rétroplacentaire et au blocage de la circulation utéro-placentaire et fœto-placentaire. En raison de lésions thromboemboliques du trophoblaste et du placenta dues à des lésions des cellules endothéliales vasculaires et des plaquettes, la mort de l'embryon (fœtus) est possible.

Selon la littérature, sans traitement, la mort embryonnaire / fœtale est observée chez 90 à 95% des femmes ayant des anticorps antiphospholipides.

Grossesse gelée - causes de mort fœtale

Autres facteurs menant à la mort intra-utérine de l'embryon (fœtus). Seuls 10% des cas d'interruption précoce de grossesse sont associés à des maladies de la mère, telles qu'une infection aiguë. Le plus souvent, les maladies infectieuses chroniques de la mère n'entraînent pas la mort intra-utérine du fœtus, mais provoquent des fœtopathies qui contribuent à la mort intra-utérine sous l'influence d'autres facteurs. Les malformations cardiaques sont un exemple très clair à cet égard..

Si nous évaluons la sensibilité de l'embryon et du fœtus aux facteurs dommageables, nous pouvons dire que plus la période de gestation est courte, plus cette sensibilité est élevée. Cependant, il diminue de manière inégale au cours du développement intra-utérin. Il existe des périodes dites critiques pendant la grossesse, lorsque l'ovule, l'embryon, le fœtus sont particulièrement sensibles aux facteurs indésirables: la période d'implantation (7-12 jours), la période d'embryogenèse (3-8 semaines), la période de formation du placenta (jusqu'à 12 semaines), la période de formation des systèmes fonctionnels les plus importants du fœtus (20-24 semaines).

Grossesse congelée - conséquences

Pathogénèse. Le principal moment pathogénique de la grossesse non en développement est l'arrêt, tout d'abord, du CPF avec la circulation utéro-placentaire continue. Il existe les processus pathomorphologiques suivants caractéristiques d'une grossesse non en développement.

1. Diminution et arrêt de la circulation embryochorionique en combinaison avec des modifications involutives des villosités choriales. L'état limite entre grossesse altérée et non développée est l'absence de globules rouges dans la lumière des vaisseaux conservés séparément. Cela indique la mort incontestable de l'embryon et l'arrêt complet des processus métaboliques nécessaires au développement de la grossesse..

2. Arrêt de la DMO dans le contexte de modifications involutives du tissu décidual.

3. Réaction exsudative leucocytaire-fibrineuse périfocale de l'endomètre causée par la présence d'éléments morts de l'ovule dans la cavité utérine. Sa caractéristique est un composant fibrineux prononcé, en raison de laquelle la "conservation" biologique des résidus embryotrophoblastiques se produit.

En cas de grossesse non en développement, il peut y avoir un phénomène de «développement inversé de l'endomètre» associé à une persistance à long terme du corps jaune de l'ovaire dans des conditions de diminution progressive de l'activité hormonale du fœtus décédé.

L'endomètre adjacent à la zone de localisation de la vessie fœtale en régression peut maintenir une transformation déciduelle pendant un certain temps, mais dans une plus grande mesure, il a un aspect non fonctionnel ou hypoplasique. Avec une régression complète du corps jaune, la maturation des follicules suivants dans l'ovaire peut commencer, puis l'endomètre montrera des signes d'un stade précoce, moyen ou tardif de la phase de prolifération. Les signes d'hyperplasie glandulo-kystique de l'endomètre témoignent de la persistance à long terme d'une grossesse non développée.

Après la mort de l'embryon et l'arrêt de la FPK, les parois des vaisseaux s'effondrent, des érythrocytes se retrouvent dans la lumière des capillaires des villosités, un œdème hydropique (secondaire) et une fibrose du stroma villeux sont notés. S'il n'y a pas d'érythrocytes dans les vaisseaux des villosités, on peut supposer que l'arrêt de la circulation embryo-placentaire s'est produit avant 4-5 semaines de gestation; si les érythrocytes nucléaires prédominent, la mort de l'embryon est survenue pendant la circulation du vitellus (5-9 semaines de grossesse). La présence d'érythrocytes sans nucléaire indique une violation du développement de l'embryon déjà à un stade ultérieur de la gestation.

Grossesse congelée - signes

Clinique. Un signe clinique d'une grossesse non en développement est une image floue des manifestations subjectives des troubles de la grossesse dans le contexte de la stabilisation de la taille de l'utérus et de leur décalage avec la période d'aménorrhée gravidaire. L'utérus peut être de taille normale, il peut être réduit, il peut même être agrandi s'il y a un hématome dans la cavité.

Dans ce cas, en règle générale, l'hCG dans le sang d'une femme est à un niveau extrêmement bas ou même complètement absent. Les signes subjectifs de grossesse disparaissent progressivement (bien que pendant un certain temps après la mort de l'embryon ou du fœtus, la patiente puisse se sentir enceinte), il y a périodiquement des taches sur les voies génitales, des douleurs abdominales de nature spastique.

Grossesse congelée - diagnostic

Diagnostique. Le diagnostic de grossesse non en développement est établi sur la base des données échographiques en l'absence de rythme cardiaque fœtal. Avec l'échographie, plusieurs options pour une grossesse non en développement sont déterminées.

La plus fréquente est l'anembryonie, c'est-à-dire l'absence d'embryon dans la cavité de l'ovule après 7 semaines de grossesse. L'ovule est plus petit que prévu pour l'âge gestationnel attendu, la caduque a un contour discontinu, l'embryon n'est pas visualisé ou l'ovule correspond à l'âge gestationnel, l'embryon peut être visualisé, mais de très petite taille et sans rythme cardiaque. Un hématome rétrochoriel survient souvent. Si l'étude est réalisée avant 8 semaines de grossesse, elle doit être répétée après 7 jours.

Une autre image échographique d'une grossesse non en développement est un «fœtus congelé», dans lequel un œuf fœtal et un embryon de forme et de taille normales sont visualisés sans signes d'activité fœtale. En règle générale, ces signes sont caractéristiques de la mort récente de l'embryon, qui peut ne pas encore être accompagnée de signes cliniques de menace d'arrêt..

Avec un séjour plus long de l'embryon mort dans l'utérus, la visualisation de l'embryon est impossible, il n'y a aucun signe de son activité vitale. La taille de l'utérus est en retard par rapport à l'âge gestationnel, la structure de l'ovule est brusquement modifiée - il y a une déformation, des contours flous et la forme de l'ovule, la présence de multiples constrictions et des structures d'écho dispersées séparées.

L'établissement d'une variante du tableau échographique d'une grossesse non en développement est particulièrement important, lorsqu'une bradycardie ou une syncope transitoire peut être observée chez un fœtus normal, par conséquent, une observation est nécessaire pendant plusieurs minutes. D'autres signes de mort fœtale sont un grave manque d'eau, ainsi que des lésions des os du crâne avec le chevauchement de fragments osseux les uns après les autres.

L'échographie peut révéler une forme particulière de grossesse non en développement - une grossesse multiple aux premiers stades. Souvent, chez ces femmes, la résorption de l'un des embryons est notée avec le développement normal de l'autre. Plus souvent, la régression de l'ovule se produit selon le type d'anembryon, moins souvent, selon le type de mort intra-utérine de l'un des fœtus (avec des jumeaux dichorioniques).

Un diagnostic différentiel de grossesse non en développement doit être effectué avec l'apparition d'une fausse couche spontanée et d'une maladie trophoblastique.

Grossesse congelée - le résultat

Résultat de grossesse non en développement. La mort de l'embryon (fœtus) ne s'accompagne pas toujours d'une expulsion spontanée rapide de l'utérus. L'absence de tout processus prolifératif et métabolique de la part des éléments du tissu cellulaire de la vessie fœtale en raison de leurs profondes modifications dégénératives et nécrobiotiques est aggravée par l'absence de réponse de l'utérus, qui ne rejette pas le fœtus mort. Des cas sont souvent observés lorsqu'un œuf fécondé mort persiste dans l'utérus pendant une durée indéfinie..

À ce jour, les raisons d'une prolongation aussi prolongée d'une grossesse non développée et les facteurs qui déterminent l'inertie pathologique de l'utérus ne sont pas assez clairs. Apparemment, l'absence de réponse de l'utérus peut être associée aux facteurs suivants.

1. Invasion profonde des villosités choriales, assurant une fixation étroite ou une véritable accrétion du placenta en formation en raison de:

o augmentation de l'activité proliférative du chorion invasif dans la zone du site placentaire;

o une infériorité structurelle et fonctionnelle initiale de l'endomètre dans la zone d'implantation due à un curetage antérieur de l'utérus;

o implantation de l'ovule dans les lieux de transformation gravidaire incomplète de la muqueuse utérine.

2. Insuffisance des réactions de rejet immunocellulaire de la vessie fœtale morte. Une cascade de réactions immunocellulaires se développe, visant le rejet de la «greffe allogénique», qui a perdu tous les facteurs immunobloquants du fait de sa mort. Avec une certaine identité génétique des époux (mariage consanguin), la compatibilité biologique de la mère et du fœtus peut être si proche qu'elle détermine l'état d'insensibilité immunologique de l'utérus par rapport à l'embryon mort.

3. Réactivité utérine. L'hypofonction contractile du myomètre peut être due à:

o défauts biochimiques du système de métabolisme enzymatique des protéines;

o processus inflammatoires chroniques dans l'utérus, lorsque les récepteurs des substances contractiles ne se forment pas;

o manque de soutien hormonal du fœtus mort et du placenta non en développement.

Le plus souvent, un rejet progressif de l'ovule mort se produit à l'aide d'une réaction exsudative fibrineuse-leucocytaire en réponse au tissu nécrotique. Au cours de ce processus, avec la fibrine et les leucocytes, les substances trophoblastiques et thromboplasiques, les érythrocytes sont sécrétés par les vaisseaux endométriaux, ce qui entraîne des pertes de sang constantes de l'utérus. Le corps de l'utérus devient mou, le ton du myomètre disparaît, le col de l'utérus s'ouvre légèrement. Tous les signes de grossesse (cyanose du vagin, col de l'utérus) disparaissent.

Grossesse congelée - les conséquences d'un embryon mort dans l'utérus

En cas de présence prolongée (2 à 4 semaines ou plus) d'un embryon mort dans l'utérus, une autolyse se produit, un flux de substances thromboplasiques dans la circulation sanguine du patient et un syndrome DIC se développe. Tout cela est le risque de développer des saignements coagulopathiques sévères lors d'une tentative d'interruption de grossesse. Les conditions les plus défavorables de l'hémostase utérine surviennent chez les patients chez qui les changements de phase de l'hémocoagulation sont dans un état d'hypocoagulation et une hypotension du myomètre est exprimée.

Les difficultés survenant lors du retrait d'un fœtus mort peuvent être dues à la présentation du chorion, placenta, situé dans la zone de l'orifice interne de l'utérus. Avant le curetage de l'utérus, il est nécessaire d'examiner l'état du système hémostatique (coagulogramme élargi). En cas de violations identifiées (hyperagrégation, hypercoagulation, coagulation intravasculaire disséminée), un traitement correctif est nécessaire (plasma frais congelé, HAES-stérile et autres composants). Le soulagement des troubles hémostasiologiques au niveau de la liaison vasculaire-plaquettaire est facilité par l'utilisation de la dicinone et de l'ATP. En période postopératoire, un traitement antiplaquettaire et anticoagulant est indiqué (trental, courantil, fraxiparine). Le potentiel énergétique de l'utérus est restauré par la nomination de glucose, de vitamines, de chlorure de calcium en association avec des médicaments antispasmodiques.

Grossesse congelée - traitement

Traitement. La rétention d'un embryon mort dans la cavité utérine constitue une menace non seulement pour la santé, mais également pour la vie d'une femme et nécessite donc des tactiques actives. Une fois qu'une grossesse manquée est diagnostiquée, une gestion conservatrice à long terme est risquée..

Après un examen approfondi et une préparation appropriée de la femme (mise en place de mesures de traitement et de prévention visant à réduire le risque de

complications), il est nécessaire d'interrompre une grossesse non en développement. Au cours du premier trimestre de la grossesse:

1. Dilatation du col de l'utérus et aspiration sous vide.

2. Préparation du col de l'utérus avec des prostaglandines ou des dilatateurs hydrophiles et aspiration sous vide.

3. Utilisation d'antiprogestogènes en association avec des prostaglandines.

Au deuxième trimestre de la grossesse:

1. Dilatation du col de l'utérus et évacuation des produits de conception avec préparation préalable du col de l'utérus.

2. Avortement thérapeutique par administration intra et extra-amniotique de prostaglandines ou d’agents hypertenseurs.

3. Utilisation d'antiprogestagène en association avec la prostaglandine.

4. Utilisation isolée de prostaglandines.

Immédiatement pendant l'avortement ou immédiatement après son achèvement, une échographie est nécessaire pour s'assurer que les parties du fœtus et du placenta sont complètement retirées.

Après l'ablation de l'ovule pendant la grossesse non en développement, quelle que soit la méthode d'interruption choisie, il est conseillé d'effectuer un traitement anti-inflammatoire complexe, y compris un traitement antibactérien, immunocorrecteur et réparateur spécifique.

Chaque cas de grossesse non développée nécessite un examen approfondi en relation avec la pathologie génétique, endocrinienne, immunitaire et infectieuse.

Grossesse congelée - mesures médicales

Les tactiques de gestion des patientes ayant une grossesse non en développement dans l'histoire sont les suivantes.

1. Identification des facteurs pathogénétiques de la mort de l'embryon (fœtus).

2. Élimination ou affaiblissement des facteurs identifiés en dehors et pendant la grossesse:

o examen de dépistage des patientes prévoyant une grossesse, ainsi que des femmes en début de gestation pour une infection urogénitale;

o conseil médical et génétique pour identifier les groupes à haut risque de pathologie congénitale et héréditaire;

o l'hormonothérapie différenciée sélectionnée individuellement pour la genèse endocrinienne de la grossesse non en développement;

o détermination des maladies auto-immunes (détermination des anticoagulants lupiques, anti-hCG, anticorps anticardiolipine, etc.) et sélection individuelle d'agents antiplaquettaires et / ou anticoagulants et glucocorticoïdes sous le contrôle des hémostasiogrammes.

3. Normalisation de l'état mental d'une femme (sédatifs, promotion d'un mode de vie sain).

Une grossesse répétée est recommandée lors de l'élimination des causes connues de décès de l'embryon (fœtus) et après la mise en place d'un traitement anti-inflammatoire, réparateur et hormonal selon les indications.

Grossesse après une grossesse gelée

Les tactiques de prise en charge des patientes pendant la grossesse ultérieure sont les suivantes.

1. Dépistage par des méthodes non invasives: échographie, analyse des protéines marqueurs sériques alpha-foetoprotéine, gonadotrophine chorionique dans le sang dans les termes les plus informatifs.

2. Selon les indications - diagnostic prénatal invasif pour la détermination des chromosomes et d'un certain nombre de maladies monogéniques du fœtus.

3. Mettre en œuvre des mesures thérapeutiques et préventives visant à:

o élimination du processus infectieux, mise en œuvre d'un traitement anti-inflammatoire spécifique en association avec des immunocorrecteurs;

o suppression de la production d'auto-anticorps - perfusion intraveineuse de gamma-immunoglobuline, 25 ml tous les deux jours n ° 3;

o élimination des troubles hémostasiologiques - antiagrégants plaquettaires, anticoagulants directs.

AVORTEMENT SPONTANÉ (fausse couche)

Avortement spontané (fausse couche) - interruption spontanée de la grossesse avant que le fœtus n'atteigne un âge gestationnel viable.

Selon la définition de l'OMS, l'avortement est l'expulsion ou l'extraction spontanée d'un embryon ou d'un fœtus pesant jusqu'à 500 g, ce qui correspond à un âge gestationnel de moins de 22 semaines..

O03 Avortement spontané.
O02.1 Échec de la fausse couche.
O20.0 Avortement menacé.

L'avortement spontané est la complication la plus courante de la grossesse. Sa fréquence varie de 10 à 20% de toutes les grossesses cliniquement diagnostiquées. Environ 80% de ces pertes surviennent avant 12 semaines de gestation. Lorsque l'on tient compte des grossesses en déterminant le niveau d'hCG, la fréquence des pertes augmente à 31%, 70% de ces avortements se produisant avant le moment où la grossesse peut être cliniquement reconnue. Dans la structure des fausses couches précoces sporadiques, 1/3 des grossesses sont interrompues avant 8 semaines par le type d'anembryonie.

Les manifestations cliniques sont distinguées:

· Menacer l'avortement;
· Avortement commencé;
· Avortement en cours (complet et incomplet);
NB.

La classification des avortements spontanés, adoptée par l'OMS, diffère légèrement de celle utilisée dans la Fédération de Russie, combinant une fausse couche qui a commencé et un avortement en cours dans un seul groupe - un avortement inévitable (c'est-à-dire que la poursuite de la grossesse est impossible).

Le principal facteur dans l'étiologie de l'avortement spontané est la pathologie chromosomique, dont la fréquence atteint 82 à 88%.

Les variantes les plus courantes de la pathologie chromosomique dans les fausses couches spontanées précoces sont les trisomies autosomiques (52%), la monosomie X (19%), la polyploïdie (22%). D'autres formes sont notées dans 7% des cas. Dans 80% des cas, la mort survient en premier, puis l'expulsion de l'ovule.

Le deuxième facteur étiologique le plus important est la métroendométrite d'étiologies diverses, qui provoque des modifications inflammatoires de la membrane muqueuse de l'utérus et empêche l'implantation et le développement normaux de l'ovule. Une endométrite chronique productive, plus souvent de genèse auto-immune, a été observée chez 25% des femmes dites en bonne santé sur le plan de la reproduction qui ont interrompu leur grossesse par avortement provoqué, chez 63,3% des femmes avec des fausses couches récurrentes et chez 100% des femmes atteintes du N..

Parmi les autres causes de fausses couches précoces sporadiques, on distingue des facteurs anatomiques, endocriniens, infectieux et immunologiques, qui sont plus susceptibles de provoquer des fausses couches récurrentes..

L'âge est l'un des principaux facteurs de risque chez les femmes en bonne santé. Selon les données obtenues dans l'analyse des issues de 1 million de grossesses, dans la tranche d'âge des femmes de 20 à 30 ans, le risque d'avortement spontané est de 9-17%, à 35 ans - 20%, à 40 ans - 40%, à 45 ans - 80%.

Parité. Les femmes ayant des antécédents de deux grossesses ou plus ont un risque plus élevé de fausse couche que les femmes nullipares, et ce risque ne dépend pas de l'âge.

Une histoire d'avortement spontané. Le risque de fausse couche augmente avec le nombre de telles. Chez les femmes ayant un antécédent de fausse couche spontanée, le risque est de 18 à 20%, après deux fausses couches, il atteint 30%, après trois fausses couches - 43%. A titre de comparaison: le risque de fausse couche chez une femme dont la grossesse précédente s'est terminée avec succès est de 5%.

Fumeur. La consommation de plus de 10 cigarettes par jour augmente le risque d'avortement spontané au cours du premier trimestre de la grossesse. Ces données sont les plus révélatrices dans l'analyse de l'avortement spontané chez les femmes avec un ensemble chromosomique normal..

L'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens dans la période précédant la conception. Des données ont été obtenues indiquant l'effet négatif de l'inhibition de la synthèse de PG sur le succès de l'implantation. Avec l'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens dans la période précédant la conception et dans les premiers stades de la grossesse, la fréquence des fausses couches était de 25% contre 15% chez les femmes qui n'ont pas reçu de médicaments dans ce groupe..

Fièvre (hyperthermie). Une augmentation de la température corporelle au-dessus de 37,7 ° C entraîne une augmentation de la fréquence des avortements spontanés précoces.

Traumatisme, y compris les méthodes invasives de diagnostic prénatal (choriocentèse, amniocentèse, cordocentèse) - le risque est de 3 à 5%.

Boire de la caféine. Avec un apport quotidien de plus de 100 mg de caféine (4-5 tasses de café), le risque de fausses couches précoces augmente considérablement, et cette tendance est valable pour un fœtus avec un caryotype normal.

L'exposition à des agents tératogènes (agents infectieux, substances toxiques, médicaments à effet tératogène) sert également de facteur de risque d'avortement spontané.

Carence en acide folique. Lorsque la concentration d'acide folique dans le sérum sanguin est inférieure à 2,19 ng / ml (4,9 nmol / L), le risque d'avortement spontané augmente significativement de 6 à 12 semaines de gestation, ce qui est associé à une fréquence plus élevée de formation d'un caryotype anormal du fœtus.

Les troubles hormonaux, les conditions thrombophiles sont davantage les causes de fausses couches non sporadiques, mais habituelles, dont la principale cause est la phase lutéale défectueuse.

Selon de nombreuses publications, de 12 à 25% des grossesses après FIV se terminent par un avortement spontané..

IMAGE CLINIQUE ET DIAGNOSTIC

Fondamentalement, les patients se plaignent de saignements du tractus génital, de douleurs dans le bas de l'abdomen et le bas du dos avec des règles retardées.

En fonction de la symptomatologie clinique, on distingue un avortement spontané menaçant, commencé, un avortement en cours (incomplet ou complet) et NB.

La menace d'avortement se manifeste par des douleurs tiraillantes dans le bas de l'abdomen et le bas du dos, il peut y avoir un écoulement sanglant peu abondant du tractus génital. Le tonus de l'utérus est augmenté, le col de l'utérus n'est pas raccourci, le pharynx interne est fermé, le corps de l'utérus correspond à l'âge gestationnel. L'échographie enregistre le rythme cardiaque fœtal.

Avec l'apparition de l'avortement, la douleur et les saignements du vagin sont plus prononcés, le canal cervical est légèrement ouvert.

Avec un avortement en cours, des contractions régulières de crampes du myomètre sont déterminées. La taille de l'utérus est inférieure à la durée prévue de la grossesse, dans les stades ultérieurs de la grossesse, l'OM peut fuir. Les pharynx interne et externe sont ouverts, les éléments de l'ovule se trouvent dans le canal cervical ou dans le vagin. Les écoulements sanglants peuvent être d'intensité variable, plus souvent abondants.

L'avortement incomplet est une condition associée à un retard dans la cavité utérine des éléments de l'ovule.

L'absence de contraction complète de l'utérus et la fermeture de sa cavité entraînent des saignements continus, qui dans certains cas provoquent une importante perte de sang et un choc hypovolémique.

Le plus souvent, un avortement incomplet est observé après 12 semaines de grossesse dans le cas où la fausse couche commence par l'effusion d'OS. Avec un examen bimanuel, l'utérus est inférieur à l'âge gestationnel prévu, les écoulements sanglants du canal cervical sont abondants, à l'aide d'une échographie dans la cavité utérine, les restes de l'ovule sont déterminés, au cours du trimestre II - les restes de tissu placentaire.

Un avortement complet est plus fréquent en fin de grossesse. L'ovule fécondé sort complètement de l'utérus.

L'utérus se contracte, le saignement s'arrête. Lors d'un examen bimanuel, l'utérus est bien profilé, plus petit que l'âge gestationnel, le canal cervical peut être fermé. Avec une fausse couche complète, l'échographie est utilisée pour déterminer la cavité utérine fermée. Il peut y avoir de légères taches.

L'avortement infecté est une affection accompagnée de fièvre, de frissons, de malaise, de douleur dans le bas-ventre, d'écoulement sanglant, parfois semblable à du pus, de l'appareil génital. À l'examen physique, la tachycardie, la tachypnée, le défi des muscles de la paroi abdominale antérieure sont déterminés, avec un examen bimanuel - un utérus douloureux et mou; le canal cervical est dilaté.

Avec un avortement infecté (avec des infections virales bactériennes mixtes et des maladies auto-immunes chez les femmes avec une fausse couche récurrente, aggravée par une mort fœtale prénatale par des antécédents obstétricaux, des infections génitales récurrentes), des immunoglobulines intraveineuses (50-100 ml de solution à 10% de gamimune 5%, 50-100 ml octagama ©, etc.). Une thérapie extracorporelle (plasmaphérèse, filtration plasma en cascade) est également réalisée, qui consiste en une purification physico-chimique du sang (élimination des autoanticorps pathogènes et des complexes immuns circulants). L'utilisation de la filtration plasma en cascade implique une désintoxication sans élimination de plasma. En l'absence de traitement, généralisation de l'infection sous forme de salpingite, péritonite locale ou diffuse, une septicémie est possible.

Grossesse non en développement (mort fœtale prénatale) - mort d'un embryon ou d'un fœtus pendant la grossesse de moins de 22 semaines en l'absence d'expulsion d'éléments de l'ovule de la cavité utérine et souvent sans signes de menace d'interruption. Une échographie est réalisée pour poser un diagnostic. Les tactiques d'interruption de grossesse sont choisies en fonction de l'âge gestationnel. Il est à noter que la mort fœtale prénatale s'accompagne souvent de troubles du système hémostatique et de complications infectieuses (voir le chapitre «Grossesse non en développement»).

Dans le diagnostic des saignements et le développement de tactiques de gestion au cours du premier trimestre de la grossesse, une évaluation du taux et du volume des pertes sanguines joue un rôle décisif..

Avec l'échographie, les signes défavorables en termes de développement de l'ovule pendant la grossesse utérine sont considérés:

· Absence de rythme cardiaque d'un embryon avec CTE de plus de 5 mm;

L'absence d'embryon de la taille de l'ovule mesurée dans trois plans orthogonaux, plus de 25 mm en scan transabdominal et plus de 18 mm en scan transvaginal.

Les signes échographiques supplémentaires qui indiquent une issue de grossesse défavorable comprennent:

Un sac vitellin anormal ne correspondant pas à l'âge gestationnel (plus), de forme irrégulière, décalé vers la périphérie ou calcifié;

· La fréquence cardiaque de l'embryon est inférieure à 100 par minute sur une période de 5 à 7 semaines;

Hématomes rétrochoriels de grande taille (plus de 25% de la surface de l'ovule).

L'avortement spontané doit être différencié des maladies bénignes et malignes du col de l'utérus ou du vagin. Pendant la grossesse, un écoulement sanglant de l'ectropion est possible. Pour exclure les maladies du col de l'utérus, un examen minutieux dans les miroirs est effectué, si nécessaire, une colposcopie et / ou une biopsie.

Les écoulements sanglants pendant une fausse couche sont différenciés de ceux pendant le cycle anovulatoire, qui sont souvent observés lorsque la menstruation est retardée. Il n'y a aucun symptôme de grossesse, le test de la sous-unité b de l'hCG est négatif. À l'examen bimanuel, l'utérus est de taille normale, non ramolli, le col de l'utérus est dense, non cyanosé. L'histoire peut avoir des irrégularités menstruelles similaires.

Le diagnostic différentiel est également réalisé avec dérive kystique et grossesse extra-utérine.

Avec la dérive kystique, 50% des femmes peuvent avoir un écoulement caractéristique sous forme de bulles; l'utérus peut être plus long que la grossesse prévue. Une image caractéristique avec l'échographie.

Avec une grossesse extra-utérine, les femmes peuvent se plaindre de spottings, de douleurs bilatérales ou généralisées; évanouissement (hypovolémie), sensation de pression sur le rectum ou la vessie, le test b-hCG n'est pas rare. Lors d'un examen bimanuel, il y a une douleur lors du déplacement derrière le col de l'utérus. L'utérus est plus petit qu'il ne devrait l'être pendant la grossesse prévue.

Vous pouvez palper la trompe de Fallope épaissie, souvent bombée des fornices. Avec une échographie dans la trompe de Fallope, il est possible de déterminer l'ovule, lorsqu'il se rompt, de détecter une accumulation de sang dans la cavité abdominale. Pour clarifier le diagnostic, une ponction de la cavité abdominale à travers le fornix postérieur du vagin ou une laparoscopie diagnostique est présentée.

Un exemple de formulation de diagnostic

Grossesse 6 semaines. Fausse couche naissante.

Le but du traitement contre la menace d'interruption de grossesse est de détendre l'utérus, d'arrêter les saignements et de prolonger la grossesse s'il y a un embryon ou un fœtus viable dans l'utérus..

Aux États-Unis, dans les pays d'Europe occidentale, une fausse couche menaçante jusqu'à 12 semaines n'est pas traitée, considérant que 80% de ces fausses couches sont de "sélection naturelle" (défauts génétiques, aberrations chromosomiques).

Dans la Fédération de Russie, une tactique différente pour gérer les femmes enceintes présentant un risque de fausse couche est généralement acceptée. Avec cette pathologie, le repos au lit est prescrit (repos physique et sexuel), une alimentation complète, des gestagènes, de la vitamine E, des méthylxanthines et comme traitement symptomatique - des médicaments antispasmodiques (drotavérine, suppositoires avec papavérine), des sédatifs à base de plantes (décoction d'agripaume, valériane).

Les oligopeptides, les acides gras polyinsaturés doivent être inclus dans l'alimentation d'une femme enceinte.

L'hormonothérapie comprend de la progestérone micronisée naturelle 200,300 mg / jour (de préférence) ou de la dydrogestérone 10 mg deux fois par jour, de la vitamine E 400 UI / jour.

La drotavérine est prescrite pour les sensations douloureuses sévères par voie intramusculaire à 40 mg (2 ml) 2-3 fois par jour, suivie d'un passage à une administration orale de 3 à 6 comprimés par jour (40 mg dans 1 comprimé).

Méthylxanthines - pentoxifylline (7 mg / kg de poids corporel par jour). Les suppositoires contenant de la papavérine 20 à 40 mg deux fois par jour sont utilisés par voie rectale.

Les approches du traitement de la menace d'interruption de grossesse sont fondamentalement différentes en Fédération de Russie et à l'étranger. La plupart des auteurs étrangers insistent sur l'inefficacité de maintenir la grossesse pendant une période de moins de 12 semaines.

Il convient de noter que l'effet de l'utilisation de toute thérapie - médicamenteuse (antispasmodiques, progestérone, préparations de magnésium, etc.) et non médicamenteuse (mode protecteur) - n'a pas été prouvée dans des essais multicentriques randomisés..

La prescription en cas d'écoulement sanglant chez la femme enceinte d'agents qui affectent l'hémostase (étamsylate, vikasol ©, acide tranexamique, acide aminocaproïque et autres médicaments) n'a aucun fondement et des effets cliniques prouvés en raison du fait que les saignements lors des fausses couches sont causés par le détachement du chorion (placenta précoce) plutôt que des troubles de la coagulation. Au contraire, la tâche du médecin est de prévenir la perte de sang entraînant des troubles de l'hémostase..

Lors de l'admission à l'hôpital, un test sanguin doit être effectué, le groupe sanguin et la remise en suspension doivent être déterminés.

En cas d'avortement incomplet, des saignements abondants sont souvent observés, nécessitant une assistance d'urgence - retrait instrumental immédiat des restes de l'ovule et curetage des parois de la cavité utérine. La vidange de l'utérus est plus douce (l'aspiration sous vide est préférable).

En raison du fait que l'ocytocine peut avoir un effet antidiurétique, après avoir vidé l'utérus et arrêté le saignement, l'administration de fortes doses d'ocytocine doit être interrompue..

Pendant et après l'opération, il est conseillé d'administrer par voie intraveineuse une solution isotonique de chlorure de sodium avec de l'ocytocine (30 U pour 1000 ml de solution) à un débit de 200 ml / h (aux premiers stades de la grossesse, l'utérus est moins sensible à l'ocytocine). Ils effectuent également un traitement antibactérien, si nécessaire, un traitement de l'anémie post-hémorragique. L'immunoglobuline anti-rhésus est administrée aux femmes ayant du sang Rh négatif.

Il est conseillé de contrôler l'état de l'utérus par échographie.

Avec un avortement complet pendant la grossesse de moins de 14 à 16 semaines, il est conseillé d'effectuer une échographie et, si nécessaire, un curetage des parois de l'utérus, car il existe une forte probabilité de trouver des parties de l'ovule et du tissu décidual dans la cavité utérine. À une date ultérieure, avec un utérus bien contracté, le curetage n'est pas effectué.

Il est conseillé de prescrire une antibiothérapie, de traiter l'anémie selon les indications et d'administrer des immunoglobulines anti-rhésus aux femmes ayant un sang Rh négatif.

Le traitement chirurgical du NB est présenté dans le chapitre «Grossesse non en développement».

Prise en charge postopératoire

En période postopératoire, une antibiothérapie prophylactique est recommandée..

Chez les femmes ayant des antécédents de MIP (endométrite, salpingite, ovariose, abcès tubo-ovarien, pelviopéritonite), l'antibiothérapie doit être poursuivie pendant 5 à 7 jours.

Chez les femmes Rh-négatif (pendant la grossesse d'un partenaire Rh-positif), dans les 72 premières heures suivant l'aspiration sous vide ou le curetage pendant la grossesse pendant 7 semaines et en l'absence de Rh-AT, l'immunisation Rh est évitée par l'administration d'immunoglobuline anti-Rhésus à une dose de 300 μg (par voie intramusculaire).

Il n'y a pas de méthodes spécifiques pour prévenir les fausses couches sporadiques. Pour la prévention des anomalies du tube neural, qui conduisent partiellement à des avortements spontanés précoces, il est recommandé de prescrire de l'acide folique 2-3 cycles menstruels avant la conception et au cours des 12 premières semaines de grossesse à une dose quotidienne de 0,4 mg. Si une femme a des antécédents d'anomalies du tube neural fœtal au cours de grossesses précédentes, la dose prophylactique doit être augmentée à 4 mg / jour.

INFORMATION PATIENT

Les femmes doivent être informées de la nécessité de consulter un médecin pendant la grossesse si des douleurs dans le bas-ventre, le bas du dos ou des saignements du tractus génital surviennent.

Après avoir gratté la cavité utérine ou aspiration sous vide, il est recommandé d'exclure l'utilisation de tampons et de s'abstenir de tout rapport sexuel pendant 2 semaines.

La planification de la prochaine grossesse est recommandée au plus tôt 3 mois plus tard, et donne donc des recommandations sur la contraception pendant trois cycles menstruels.

En règle générale, le pronostic est favorable. Après une fausse couche spontanée, le risque de perdre la grossesse suivante augmente de manière insignifiante et atteint 18 à 20%, contre 15% en l'absence d'antécédents de fausses couches. En présence de deux avortements spontanés consécutifs de grossesse, il est recommandé de procéder à un examen avant le début de la grossesse souhaitée pour identifier les causes de fausse couche chez un couple marié donné.

Il Est Important De Savoir Sur La Planification

37 semaines de grossesse

Nouveau née

Caractéristiques et sensations à la 37e semaine de grossesseCTG à 37 semaines de gestation37 semaines de grossesseÀ la 37e semaine de grossesse, les sensations d'inconfort, diverses douleurs augmentent de plus en plus.

Préparations de fer pour femmes enceintes: noms, composition et mode d'emploi

Conception

Le fer joue un rôle important dans le corps d'une femme qui attend un bébé. Sa carence menace d'anémie ou d'anémie. Il s'agit d'une condition pathologique dans laquelle la mère et l'enfant manquent d'oxygène..

Mukaltin pendant l'allaitement: est-il possible de boire d'une toux pendant l'allaitement

Conception

Beaucoup de gens savent que les mères qui allaitent doivent être en bonne santé, car toute maladie peut affecter le bien-être de leur bébé.

Augmentation de la salivation en début de grossesse: signes, causes et correction du ptyalisme

Analyses

Le fonctionnement du corps de la femme change avec le début de la grossesse et les changements concernent très souvent le système digestif.