Principal / Infertilité

Facteur Rh négatif

Chaque femme avec un facteur Rh négatif sait que cette circonstance peut affecter à la fois la conception et le déroulement de sa grossesse à l'avenir. Mais tout le monde ne sait pas qui est à risque et comment éviter le développement d'une incompatibilité immunologique entre la mère et le fœtus..

Le facteur Rh est un antigène présent dans les globules rouges humains. Si c'est le cas, son porteur est une personne Rh-positive, et sinon, une personne Rh-négative. Il n'y a qu'environ 15% de ces personnes. Cet antigène tire son nom du nom des singes rhésus, dans lesquels il a été découvert pour la première fois. Dans les érythrocytes du fœtus, le facteur Rh apparaît vers la huitième semaine de grossesse. Lorsqu'une femme Rh négatif tombe enceinte d'un homme Rh négatif, elle ne peut avoir qu'un enfant Rh négatif, et dans ce cas, il n'y aura pas d'incompatibilité immunologique. Les problèmes ne peuvent commencer que lorsqu'une femme Rh-négatif porte un enfant sous son cœur d'un homme avec un facteur Rh positif. Pourquoi? Une protéine spéciale, présente dans le sang de l'enfant et absente du sang de la mère, commence à pénétrer dans le corps de la femme pendant la grossesse. Son corps le considère comme un objet étranger et développe des anticorps protecteurs contre lui. Lorsque ces anticorps pénètrent dans le sang du bébé, ils commencent à détruire les cellules sanguines fœtales. Lorsque les globules rouges se décomposent, une substance appelée bilirubine en est libérée. En grande quantité, cela peut nuire à la santé de l'enfant..

Si une femme a cette première grossesse et avant cela, il n'y a pas eu de fausses couches, pas d'avortements, pas de transfusions sanguines, alors la probabilité qu'il y ait un conflit Rh est plutôt faible. Sinon, le corps d'une femme Rh négatif a déjà développé des anticorps dirigés contre une protéine étrangère, comme si on s'en «souvenait». Et en cas de grossesse, il commencera à rejeter le fœtus. Si la grossesse peut être maintenue, il existe un risque de développer une maladie hémolytique chez l'enfant..

Lorsque la femme enceinte vient s'inscrire pour grossesse à la clinique prénatale, son sang est immédiatement prélevé pour déterminer le facteur Rh. Si c'est positif, alors le conflit Rh ne la menace pas. La situation change si le Rh est négatif. Ensuite, le sang du futur père est également prélevé pour analyse..

Si les deux parents ont des facteurs Rh négatifs, leur enfant héritera également de ce trait et la grossesse se déroulera comme d'habitude. L'attention des médecins est exigée par la situation où maman a un «moins» et papa «avec un plus». La femme enceinte avec un facteur Rh négatif sera testée pour la présence d'anticorps contre le facteur Rh de l'enfant tout au long de la grossesse.

Jusqu'à 32 semaines - chaque mois

De 32 à 35 semaines - une fois par semaine

À partir de la 35e semaine - hebdomadaire

Si des anticorps sont détectés à tout moment, la femme est hospitalisée dans un hôpital. S'il y a une augmentation du titre ou du soi-disant «titre sautant», la procédure d'amniocentèse est nécessairement effectuée - ponction de la vessie fœtale pour examiner le liquide amniotique pour déterminer le niveau de bilirubine qu'elles contiennent. S'il est assez élevé, votre médecin peut vous prescrire l'une des procédures suivantes.

Plasmaphérèse. Le plasma est prélevé sur la femme, purifié, puis renvoyé. Cette méthode est la moins efficace, mais la plus simple..

Transfusion sanguine au fœtus. On pense que c'est le moyen le plus efficace de combattre le conflit Rh. Son inconvénient notable est qu'une telle procédure n'est effectuée que dans les grands centres médicaux de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Le principe est le suivant: sous contrôle échographique, des substances qui relâchent les muscles fœtaux sont injectées dans la veine ombilicale, puis du sang avec un indicateur Rh négatif est injecté à travers une aiguille. Les globules rouges des donneurs Rh négatifs ne sont pas détruits par les anticorps maternels. Répétez la transfusion après deux à trois semaines. En fait, le sang donné remplace temporairement le sang du fœtus. Si cette procédure n'aide pas, la question se pose de la naissance précoce. Par conséquent, les médecins essaient de toutes leurs forces de s'accrocher à une grossesse liée au conflit Rh au moins jusqu'à 34 semaines, car à ce moment-là, les poumons du bébé sont déjà suffisamment formés pour qu'il puisse respirer par lui-même..

Commentaire de Nina Antonovna, obstétricienne-gynécologue au Centre d'obstétrique traditionnelle:

Comme mentionné ci-dessus, le conflit Rh ne se manifeste généralement pas lors de la première grossesse, la probabilité de telles complications n'est que de 1%. Des dangers guettent une femme portant un deuxième enfant. Pour éviter que cela ne se produise, dans les 48 premières heures suivant l'accouchement, l'avortement ou une fausse couche, une femme Rh négatif reçoit une injection de 300 μg d'immunoglobuline anti-Rh. Le principe d'action du médicament repose sur sa liaison au Rh positif des globules rouges fœtaux qui sont entrés dans le sang de la mère. Par conséquent, le système immunitaire maternel ne s'en souviendra pas et n'y réagira plus à l'avenir. Une telle prophylaxie doit être effectuée après chaque naissance ou avortement. Lorsque le cordon ombilical est coupé, du sang en est immédiatement prélevé pour déterminer la présence du facteur Rh chez le bébé. S'il, comme la mère, est négatif, il n'y a pas besoin d'immunoglobuline anti-rhésus.

Vidéo. si la mère a un facteur Rh négatif et le père est positif

Important lors de la planification d'une grossesse: 11 mythes sur le facteur Rh

Le sang rhésus est peut-être l'un des héros les plus terribles des mythes médicaux. Mais les médecins de différentes spécialités ont déjà accumulé tellement de données pratiques que pour chaque légende sur le facteur Rh, il n'y a pas seulement une réponse véridique, mais aussi des recommandations spécifiques..

1. La cause de l'infertilité peut être le facteur Rh de l'un des partenaires

vrai.

A.K.: La différence d'affiliation Rh des partenaires ne peut empêcher le début de la grossesse. Mais cela peut provoquer une fausse couche..

I.S.: L'infertilité n'est en aucun cas associée au facteur Rh, même le conflit Rh lors de la première grossesse se développe rarement. La vérité est qu'elle peut provoquer la mort fœtale intra-utérine, une fausse couche, une mortinaissance et une maladie hémolytique du nouveau-né. Le conflit Rh se produit si la femme enceinte a un Rh négatif et le fœtus en a un positif. La grossesse d'une femme Rh-négatif avec un fœtus Rh-positif n'est possible qu'avec un homme Rh-positif.

2. L'interruption de la première grossesse avec un facteur Rh négatif peut entraîner une fausse couche lors de la deuxième grossesse.

vrai.

A.K.: L'interruption de la première grossesse en l'absence de prophylaxie spéciale du conflit Rh peut conduire au fait que lors de la prochaine grossesse, le fœtus ou le nouveau-né développera une maladie hémolytique. Il s'agit d'une condition médicale grave pouvant entraîner la mort intra-utérine du fœtus ou du nouveau-né..

I.S.: Si les érythrocytes Rh positifs du fœtus pénètrent dans le sang d'une femme Rh négatif, son corps commencera à produire des anticorps anti-Rh. Si le fœtus est Rh-positif, alors lorsque la grossesse est terminée, les érythrocytes du fœtus peuvent également pénétrer dans le sang de la femme, ce qui entraînera la production d'anticorps et le développement d'un conflit Rh au cours d'une grossesse répétée avec un fœtus Rh-positif. Le conflit Rh peut se manifester, y compris une fausse couche.

3. Si les deux parents ont un facteur Rh positif, alors l'enfant ne peut pas avoir un facteur Rh négatif.

vrai.

A.K.: Non, les parents Rh-positifs peuvent avoir un enfant Rh-négatif si les deux parents sont hétérozygotes, c'est-à-dire qu'ils ont un gène récessif («dormant») pour un facteur Rh négatif. Dans ce cas, il y a 25% de chances d'avoir un bébé avec un facteur Rh négatif..

I.S.: C'est vrai. Cependant, le conflit Rh se produit si la mère a du sang Rh négatif et le fœtus a du sang Rh positif. Avec un facteur Rh positif chez une femme enceinte, le conflit Rh ne surviendra pas quel que soit le facteur Rh du fœtus, et il n'y a aucune raison de s'inquiéter de la possibilité de développer un conflit Rh.

4. Un conflit Rh, dangereux pour la vie de l'enfant, peut survenir si la mère a du sang Rh négatif et que le père a un Rh positif

vrai.

5. La situation où le fœtus a du sang Rh positif et la mère a du sang Rh négatif peut entraîner non seulement une maladie hémolytique, mais aussi la mort.

vrai.

I.S.: Les anticorps qui pénètrent dans la circulation sanguine fœtale à travers le placenta sont capables de provoquer une hémolyse intravasculaire des érythrocytes de l'enfant et une inhibition du processus d'hématopoïèse. À la suite du conflit Rh, une maladie grave et potentiellement mortelle de l'enfant à naître se développe - une maladie hémolytique du fœtus, caractérisée par une anémie, une bilirubinémie, une hypoxie et une acidose.

Elle s'accompagne de lésions de divers organes: foie, rate, cerveau, cœur et reins; dommages toxiques au système nerveux central de l'enfant - «encéphalopathie à bilirubine». Sans mesures préventives opportunes, le conflit Rh peut entraîner la mort fœtale intra-utérine, une fausse couche spontanée, une mortinaissance ou la naissance d'un enfant atteint de diverses formes de maladie hémolytique.

6. Le facteur Rh peut changer tout au long de la vie. Pour le déterminer, vous devez faire un don de sang pour analyse

vrai.

A.K.: Non, le facteur Rh ne change pas tout au long de la vie, mais il y a parfois des résultats faussement négatifs.

I.S.: Le facteur Rh dépend du génotype d'une personne et ne change pas au cours de la vie. La détermination du facteur Rh est effectuée en laboratoire à l'aide de tests spéciaux.

7. Le conflit Rh ne survient jamais pendant la première grossesse, mais il peut survenir pendant la deuxième et toutes les suivantes, ainsi qu'après une fausse couche, une grossesse extra-utérine

vrai.

8. En cas de sang Rh négatif chez une femme après un avortement, ainsi qu'en cas d'accouchement compliqué, il est nécessaire d'introduire de toute urgence des immunoglobulines anti-Rh humaines pour réduire la quantité d'anticorps dans le sang

vrai.

I.S.: En fait, la prévention spécifique du conflit Rh est l'injection intramusculaire d'immunoglobuline anti-Rh (RhoGAM) de sang de don, qui est prescrite aux femmes atteintes de Rh (-), non sensibilisées à l'antigène Rh. Le médicament détruit les érythrocytes Rh (+), qui peuvent avoir pénétré dans la circulation sanguine de la femme, empêchant ainsi son iso-immunisation et réduisant le risque de conflit Rh. Pour la grande efficacité de l'action prophylactique de RhoGAM, il est nécessaire de respecter strictement le moment de l'administration du médicament. L'introduction de l'immunoglobuline anti-Rh Rh (-) chez les femmes pour la prévention du conflit Rh est effectuée au plus tard 72 heures après la transfusion de sang Rh (+) ou de masse plaquettaire; interruption artificielle de grossesse; fausse couche spontanée, chirurgie associée à une grossesse extra-utérine.

L'immunoglobuline anti-rhésus est prescrite aux femmes enceintes appartenant à la catégorie de risque de conflit Rh à la 28e semaine de grossesse (parfois à nouveau à la 34e semaine) pour prévenir la maladie hémolytique fœtale. Si une femme enceinte avec Rh (-) avait des saignements (avec décollement placentaire, traumatisme abdominal), des manipulations invasives ont été effectuées avec le risque de développer un conflit Rh, l'immunoglobuline anti-Rh est administrée au septième mois de grossesse. Dans les 48 à 72 premières heures après la naissance, si le bébé Rh (+) est né et que la mère n'a pas d'anticorps Rh dans le sang de la mère, l'injection de RhoGAM est répétée. Cela évite un conflit Rh lors de la prochaine grossesse. L'action de l'immunoglobuline dure plusieurs semaines et à chaque grossesse ultérieure, s'il existe une probabilité de naissance d'un enfant Rh (+) et le développement d'un conflit Rh, le médicament doit être à nouveau administré.

9. Le conflit Rh peut amener un enfant à développer une paralysie cérébrale (paralysie cérébrale).

vrai.

10. En cas de facteur Rh négatif d'une femme, il est nécessaire de planifier la grossesse sous la supervision de spécialistes, et non seulement d'un gynécologue, mais aussi d'un hématologue.

vrai.

A.K.: Il ne faut pas trop dramatiser. Lors de la planification d'une grossesse, les anticorps anti-Rh dans le sang sont déterminés chez les femmes Rh négatif. En l'absence d'iso-immunisation Rh de la mère et avec du sang Rh positif ou inconnu appartenant au père, toutes les quatre semaines de grossesse, un dépistage du sang de la mère pour la présence d'anticorps anti-Rh est indiqué jusqu'à la 28e semaine de grossesse.

Si les anticorps anti-Rh ne sont pas détectés, des recherches supplémentaires et des conseils spécialisés ne sont pas nécessaires. En présence d'anticorps anti-Rh dans le sang, il est possible de recommander une FIV avec sélection sélective d'embryons avec du sang Rh négatif pour éviter le conflit Rh et les complications associées.

11. Les technologies modernes permettent de déterminer l'appartenance Rh du fœtus par le sang de la mère même au cours du premier trimestre (mais l'analyse n'est pas précise)

vrai.

A.K.: Oui, il est désormais possible de déterminer le génotype Rh du fœtus dès la fin du premier trimestre de grossesse en testant l'ADN libre du fœtus dans les échantillons de sang de la mère. L'analyse est précise, sa sensibilité et sa spécificité atteint 98-100%. Cela vaut la peine de le faire. La possibilité de déterminer le génotype Rh du fœtus pendant la grossesse vous permet d'éviter de multiples tests de dépistage des anticorps Rh et de ne pas effectuer de prophylaxie à 28 semaines de grossesse si le bébé a un facteur Rh négatif.

I.S.: Cette étude assez coûteuse vise principalement à déterminer le risque de maladies chromosomiques, mais peut également déterminer le sexe de l'enfant à naître et le facteur Rh.


Anna Kozub, gynécologue à la clinique Medsi


Igor Smirnov, anesthésiste à la clinique du JSC «Médecine» (clinique de l'académicien Roitberg)


Vladislav Yandybaev, réanimateur, transfusiologue du Centre médical européen (CEM)





Grossesse avec un facteur Rh négatif chez une femme - le premier, le deuxième et les suivants

Les gens dans la vie ordinaire attachent rarement beaucoup d'importance à leur facteur Rh ou à leur groupe sanguin. Cependant, ces informations sont importantes pour les opérations, les transfusions sanguines et la grossesse..

Vous pouvez souvent entendre qu'il est très dangereux de tomber enceinte avec un rhésus négatif, cela menace de diverses pathologies graves lors du port d'un enfant.

En réalité, de nombreuses jeunes mères atteintes de tels rhésus portent et donnent naissance à des enfants. En effet, un certain danger est posé par une situation dans laquelle chez un couple de futurs parents la femme a un rhésus négatif, et le conjoint a un.

Dans ce cas, il est important de savoir quels problèmes la grossesse entraînera avec un rhésus négatif chez maman et positif chez papa..

Quel est le facteur Rh?

Le sang des gens contient de nombreuses informations importantes sur eux-mêmes et leur santé. Pour obtenir ces informations, tous les nouveaux types d'analyses sont en cours de développement..

Les paramètres les plus importants du sang humain appartiennent à un certain groupe et à son facteur Rh.

Lors de la détermination du groupe, le système le plus courant est AB0 (0 chiffre).

Dans le sang humain, à la surface des érythrocytes, certains antigènes peuvent être contenus, désignés par les lettres A, B, D et autres.

La présence d'antigènes A ou B dans le sang, ou une combinaison de ceux-ci, détermine le groupe sanguin d'une personne. Le facteur Rh est sécrété en détectant l'antigène D (protéine) dans les cellules sanguines. En présence de cette protéine à la surface de l'érythrocyte, une personne est considérée comme Rh-positive, dans une autre situation - Rh-négative.


Dans les cas où le sang rhésus d'un homme et d'une femme est différent, la survenue d'un conflit Rh est possible.

Cochez "ami ou ennemi". Qu'est-ce que Rh-conflit?

Beaucoup de gens n'ont aucune idée du risque de survenue d'une sensibilisation Rh pendant la grossesse et de ce que signifie généralement le conflit Rh.

La présence d'un rhésus négatif chez une femme enceinte est loin d'être souvent un problème et provoque un conflit.

Cela devient dangereux si un enfant hérite d'un rhésus positif d'un homme.

Puis, en pénétrant la barrière placentaire, le sang du fœtus gestant entre en conflit avec le sang de la femme enceinte.

Dans cette situation, le système de défense de la mère commence à produire des anticorps. Ils sont hostiles au fœtus et nuisent gravement au bébé, provoquent des troubles pouvant provoquer une interruption de grossesse à la fois précoce et tardive..

Les anticorps produits par l'immunité de la mère visent à détruire les érythrocytes du fœtus, car ils sont perçus comme quelque chose d'étranger.

Dans le même temps, la bilirubine sanguine de l'enfant augmente, ce qui peut provoquer de graves lésions cérébrales. Le foie des miettes tente d'accélérer la production de globules rouges et en même temps augmente considérablement, mais il ne peut toujours pas faire face.

Cela entraîne une diminution du taux d'hémoglobine dans le sang et une hypoxie fœtale s'installe, ce qui entraîne de graves conséquences. Souvent, ces bébés naissent avec la jaunisse..

En cas de lésions graves du fœtus, des maladies cérébrales graves peuvent survenir, par exemple, une hydropisie, des pathologies du SNC et même la mort du bébé..

Grossesse et bébé "extraterrestre" pour le corps

Si une femme a un Rh négatif et qu'un homme a un positif, cela ne signifie pas qu'elle ne pourra pas avoir un enfant en bonne santé..

Ce n'est pas une pathologie ou une contre-indication à la grossesse..

C'est juste que la future mère devrait être plus responsable dans la planification de la grossesse et le portage d'un enfant..

Surveiller un peu plus attentivement son développement, par exemple, suivre les changements de CTE, bien manger et prendre des vitamines.

Si l'enfant hérite d'un Rh négatif de la mère, le problème de la sensibilisation ne se posera pas du tout, mais dans 50%, le fœtus reçoit le Rh du mari - papa, alors des problèmes sont possibles.

La première grossesse dans une telle situation se déroule le plus souvent en toute sécurité, car le corps de la mère n'a pas encore rencontré de cellules sanguines positives et des anticorps protecteurs sont produits en petites quantités.

Le risque de sensibilisation Rh lors de futures grossesses augmentera à chaque fois.

Un test sanguin doit être effectué:

  • Mensuellement au premier trimestre
  • Deux fois par mois dans la seconde
  • Au 3ème trimestre - chaque semaine

Si les anticorps ne sont pas détectés dans le sang de la mère, la grossesse se déroule normalement. En présence d'un tel indicateur, les médecins prennent des mesures: injection d'une immunoglobuline spéciale et autres procédures visant à abaisser le niveau d'anticorps, si nécessaire, livraison d'urgence.


Il est important de surveiller non seulement une augmentation des taux d'anticorps, mais également une diminution. Après tout, si les anticorps étaient, puis disparaissaient, ils pourraient alors pénétrer dans le fœtus et y être absorbés, nuisant à la santé de l'enfant à naître..

Les raisons qui compliquent le déroulement d'une telle grossesse sont:

  • Interruption des grossesses précédentes: avortements chirurgicaux et spontanés, grossesses manquées, fausses couches
  • Interventions chirurgicales
  • Complications lors de grossesses et d'accouchements antérieurs, en particulier celles associées à des saignements

Par exemple, décollement placentaire prématuré

  • Examens fœtaux invasifs
  • Souvent, si les anticorps ne sont pas détectés avant 28 semaines de grossesse, les médecins recommandent de faire une injection prophylactique d'immunoglobuline, qui est un «vaccin Rh» spécifique et lie les érythrocytes du bébé qui pénètrent dans la circulation sanguine de la femme enceinte, empêchant ainsi l'apparition d'une réponse immunitaire.

    Cette injection est recommandée après toute raison pouvant entraîner une sensibilisation biologique.

    Lors de l'accouchement, un peu de sang du nouveau-né pénètre dans le système sanguin de la femme, ce qui peut déclencher la production d'anticorps.

    Par conséquent, lorsqu'un Rh positif d'un enfant est établi après la naissance, les mères se voient injecter une dose répétée d'une immunoglobuline anti-Rh spéciale pour éviter un conflit à l'avenir..

    Habituellement, dans chaque maternité, il existe un tel médicament. Mais il vaut la peine de se renseigner sur sa présence avant la livraison, et s'il est absent, assurez-vous d'acheter.

    Première grossesse

    Un point important pour les femmes Rh négatif est d'éviter d'interrompre la première grossesse..

    Ces femmes ne devraient pas se faire avorter..

    Dans le corps féminin, les antigènes dits de mémoire peuvent se former, c'est-à-dire qu'une sensibilisation Rh se produit.

    Les conséquences dans ce cas sont plutôt désagréables. Les grossesses répétées seront perçues par le corps de la mère comme hostiles au fœtus, ce qui entraînera une fausse couche.

    Si la santé de la femme est en ordre, la première grossesse ne pose généralement pas de problèmes.

    Il est important qu'après l'autorisation d'accouchement ou lorsque la grossesse est interrompue, la femme en travail soit obligée de s'injecter des immunoglobulines afin de prévenir la sensibilisation Rh.

    Deuxième grossesse et suivantes. Les risques augmentent

    Si, pour la première fois, une femme avec un facteur Rh négatif a normalement enduré et a donné naissance à un enfant, il n'y a pas eu de complications pendant la grossesse, cela ne garantit pas que d'autres grossesses se passeront sans problèmes à l'avenir..

    Si à l'avenir, le bébé hérite également d'un Rh négatif de son père, une attitude encore plus attentive à la grossesse sera nécessaire..

    Premièrement, lors d'une grossesse précédente, le bébé pourrait avoir hérité du Rh d'une mère négative, et la deuxième fois, il sera positif et la probabilité de conflit augmentera..

    Deuxièmement, le sang du bébé pendant l'accouchement est entré dans la circulation sanguine de la mère, ce qui a conduit au développement d'anticorps Rh contre les érythrocytes du bébé. Cela est particulièrement probable si la préparation d'immunoglobuline anti-Rho (D) n'a pas été injectée.

    Par conséquent, une femme avec Rh "-" ne devrait pas se détendre lors des prochaines grossesses. Ensuite, il sera possible de porter et de donner naissance à un deuxième et troisième bébé en bonne santé et même plus..

    Comment le «mauvais» rhésus affecte-t-il la santé du bébé?

    À la naissance, le bébé doit d'urgence prendre du sang pour établir le facteur Rh.

    Si le nouveau-né a hérité du Rh de la mère, il n'y a aucun problème.

    Avec une grossesse réussie, en particulier la première, le bébé avec un Rh positif ne souffre pratiquement pas.

    En cas de conflit Rh, son effet sur le fœtus dépend de la classe de protéines (anticorps) produites.

    Certains d'entre eux sont capables de traverser le placenta et de nuire au fœtus, d'autres non. Pas besoin de s'inquiéter à l'avance.

    Le bébé a une protection assez forte - dans le liquide amniotique et le placenta, il existe des filtres biologiques particuliers qui protègent le corps de l'enfant de la pénétration d'anticorps agressifs.

    Cependant, si la grossesse est compliquée et que la santé de la mère n'est pas très bonne, cette protection est réduite. Le risque pour l'enfant augmente. Le plus souvent, les enfants affectés par le conflit Rh ont les troubles de santé suivants:

      Sont nés avec des taux élevés de bilirubine

    La jaunisse du nouveau-né prend plus de temps que d'habitude pour eux

  • Peut avoir des anémies légères en raison d'une diminution des taux d'hémoglobine
  • Peut souffrir d'une légère privation d'oxygène
  • Avec des pathologies plus graves, des lésions du système nerveux central se produisent, une maladie hémolytique
  • Les enfants de la première année de vie sont constamment surveillés. À l'avenir, certains problèmes de fonction hépatique peuvent survenir, mais ce n'est pas nécessaire. Si nécessaire, le médecin vous prescrira un traitement de soutien.

    Il est recommandé de ne pas trop travailler physiquement, mais de garder le corps en bonne forme. Prendre des mesures pour prévenir l'hépatite.

    Ces recommandations s'appliquent uniquement aux enfants qui ont souffert d'une sensibilisation Rh..

    Si, lors du portage d'un enfant, les mères n'avaient pas d'anticorps, le Rh négatif de la mère ne menace pas la santé du bébé.

    Dans quelle mesure est-il important d'être examiné pendant la grossesse et quelles peuvent être les conséquences de leur refus? Lire la suite: Doppler pendant la grossesse - qu'est-ce que c'est?

    Tous les trimestres de grossesse par semaine dans le tableau et les semaines les plus dangereuses. Lisez lorsque vous devez faire très attention.

    Pour que le corps de la mère ne fasse pas de mal. règles

    Habituellement, si une femme enceinte reçoit un diagnostic de facteur Rh négatif, elle est à risque.

    Une attention beaucoup plus grande est accordée au déroulement d'une telle grossesse..

    La future mère elle-même doit également prendre au sérieux les difficultés éventuelles de l'évolution de sa grossesse..

    Il est important de faire des tests sanguins pour les anticorps Rh à temps et de subir des examens échographiques.

    Lors d'une échographie, vous pouvez détecter en temps opportun l'apparition de pathologies chez un enfant: une augmentation du foie, de la rate, la quantité de liquide amniotique, l'état du placenta.

    Si des pathologies sont apparues, alors peut-être que l'enfant souffre du début du conflit Rh.

    Les principales méthodes de surveillance de l'état de grossesse en cas de conflit Rh éventuel sont le contrôle du titre d'anticorps dans le sang d'une femme enceinte et l'échographie du fœtus..

    Avec une augmentation du taux d'anticorps ou la détection de pathologies, la femme enceinte est hospitalisée dans une clinique spéciale pour traitement et observation supplémentaire.

    Traitement et prévention du conflit Rh

    Si des anticorps sont trouvés chez une femme enceinte, un traitement non spécifique est prescrit - une cure de vitamines et d'antihistaminiques.

    La procédure - plasmaphorèse, dans laquelle le sang de la mère est purifié à partir de protéines, est également illustrée..

    En cas de besoin urgent, une transfusion sanguine intra-utérine est effectuée, mais une telle manipulation est associée à certains risques.

    Le traitement est effectué dans un hôpital sous la supervision de médecins spécialisés dans ce problème.

    Pour qu'à l'avenir il n'y ait pas de problèmes associés à la sensibilisation Rh, il est important de déterminer le Rh des deux partenaires lors de la planification de la conception. Si les facteurs Rh du couple ne correspondent pas et que la future mère a un facteur Rh négatif, il est alors nécessaire de consulter un médecin et de se préparer à d'éventuels problèmes.

    Une mesure de prévention de la sensibilisation Rh est l'introduction d'une immunoglobuline spéciale après une chirurgie, une transfusion sanguine, un accouchement.

    Une femme doit clairement comprendre que si son Rh est négatif et qu'elle espère devenir mère, l'avortement n'est pas souhaitable pour elle, surtout si elle tombe enceinte pour la première fois..

    La planification de la conception et une bonne préparation à la grossesse aideront à éviter de nombreuses complications à l'avenir..

    Une femme avec un rhésus négatif avec un partenaire «positif» pourra concevoir, porter et donner naissance à un enfant en bonne santé sans aucun problème si elle sollicite les conseils de spécialistes avec toutes les responsabilités nécessaires et effectue les procédures nécessaires.

    Vidéo connexe - «Vivre sainement» avec Elena Malysheva

    Dans la vidéo suivante, Elena Malysheva explique clairement ce qu'est le conflit Rh:

    Qu'est-ce qui menace l'enfant de conflit Rh (lorsque la mère est positive et le père est négatif) pendant la grossesse et le tableau de compatibilité pour les groupes sanguins des parents

    Différents facteurs rhésus chez les parents augmentent le risque de développer diverses pathologies du système hématopoïétique et d'autres organes internes du fœtus. Il est recommandé de déterminer à l'avance le facteur Rh des parents pendant la grossesse - cela minimisera l'impact négatif des anticorps présents à la surface des érythrocytes «féminins» sur le fœtus en développement. Rhésus - les conflits pendant la grossesse peuvent être traités.

    Tables de probabilités

    Les généticiens affirment que lors de l'analyse des caractéristiques héréditaires probables du sang d'un enfant, le groupe sanguin pendant la grossesse des personnes des deux sexes (mari et femme) est évalué selon les mêmes critères. (50% / 50%). Les spécialistes ont compilé plusieurs tableaux pour évaluer à l'avance le degré de risque.

    Partage des tables de probabilité:

    • par Rp (+) ou (-);
    • 1 de 4 groupes.

    Le matériel prélevé à la fois sur maman et papa révèle la présence de marqueurs protéiques spéciaux. Ils se trouvent à la surface des globules rouges. La propriété immunologique du sang n'affecte en rien la santé; le mari et la femme ont souvent des rhésus différents. Un conflit se forme lors de la conception si les personnes ont des érythrocytes Rp différents ((+) fusionnent avec (-)). Rh - conflit pendant la grossesse (tableau) permet aux médecins de minimiser le risque de développer une pathologie chez le fœtus.

    Facteur Rh

    Les concepts de «facteur Rh et grossesse» sont étroitement liés les uns aux autres. Un conflit est possible si la mère a un Rh positif et le père un négatif. Ces personnes donnent naissance à des enfants avec un facteur différent. Si le facteur pour une femme et un homme est négatif, alors avec une probabilité de 100%, l'enfant naîtra avec Rp (-). Les cas où les parents sont positifs, l'enfant est Rh négatif, ne sont pas enregistrés.

    Rhésus - conflit (tableau):

    Rp (père)Rp (mère)Rp (bébé)Prédiction de conflit (en%)
    sol. (+)sol. (+)sol. (+)0%
    sol. (+)nég. (-)50% (+) ou 50% (-)50%
    nég. (-)sol. (+)50% (+) ou 50% (-)50%
    nég. (-)nég. (-)nég. (-)0%

    La probabilité de conflit Rh augmente avec la fusion de protéines marqueurs situées dans les érythrocytes. Le Rp parental (facteur) peut être différent et le facteur de l'enfant peut être différent.

    Par groupe sanguin

    Le groupe sanguin pendant la grossesse détermine le risque d'incompatibilité. Lettres de groupe:

    • I - 0;
    • II - A;
    • III - B;
    • IV - AB.

    Tableau de compatibilité des groupes sanguins:

    Le sang du pèreLe sang de la mèreSang de bébéPrédiction de conflit
    exclu
    ET0 ou Aexclu
    DANS0 ou Bexclu
    UN BA ou Bexclu
    ET0 ou A50%
    ETETA ou 0exclu
    ETDANStout groupe25%
    ETUN BA, 0 ou ABexclu
    DANS0 ou B50%
    DANSETtout groupe50%
    DANSDANSB ou 0exclu
    DANSUN BAB, B ou 0exclu
    UN BA ou Bcent%
    UN BETA, AB ou 066%
    UN BDANSAB, B ou 066%
    UN BUN BAB, B ou Aexclu

    La fusion des globules rouges se produit lorsque le fœtus se forme.

    Les causes du conflit

    Une femme avec un rhésus négatif, et un homme avec un positif, sont capables de concevoir avant la conception. Si le facteur Rh est positif chez la mère et négatif chez le père, alors le risque de développer un conflit est de 50%. Le groupe sanguin parental pendant la grossesse affecte le degré et le taux de formation des pathologies possibles. Lors de la première grossesse, si aucune transfusion sanguine n'a été effectuée, les chances d'éviter les conflits augmentent considérablement. Cela signifie qu'avec Rh de mère négative, un enfant peut naître avec Rp (+).

    Il se trouve que le corps féminin n'est pas capable de produire une quantité suffisante d'anticorps. Les principales raisons du développement de l'incompatibilité sont la fécondation d'un ovule après un avortement ou une fausse couche. Dans ce cas, le risque de développement d'un conflit augmente plusieurs fois. Chez une femme, le facteur ne change pas pendant la grossesse et jusqu'à la fin de sa vie, ce n'est que dans le sang que la quantité d'anticorps produits par le corps peut augmenter.

    Un conflit peut se développer chez une femme dont la première grossesse s'est terminée par une césarienne. Si, lors de l'accouchement, les médecins ont séparé manuellement le placenta, le patient a des antécédents de saignement utérin, le risque d'incompatibilité Rp est de 50 à 60%. Les femmes ayant un facteur Rp négatif doivent faire particulièrement attention à leur propre santé - les mères qui ont subi les pathologies suivantes pendant la grossesse sont à risque:

    • infections virales respiratoires aiguës;
    • la gestose;
    • du froid.

    Les anticorps produits par le corps ne disparaissent nulle part. Leur nombre augmente à chaque grossesse ultérieure. En cas de violation de la structure structurelle des villosités choriales, l'immunité de la mère commence à produire des anticorps de manière accélérée.

    Combien de temps ça commence

    Lorsque la grossesse commence, le facteur Rh de la femme ne change pas. Lors de la première grossesse, le conflit peut ne pas survenir. Au fur et à mesure que le fœtus se développe et se forme, les anticorps produits par le corps de la mère pénètrent dans la circulation sanguine du bébé. Les 2-3 premières semaines, pendant la gestation, le sang de la mère et du bébé est mélangé. Les anticorps ne sont pas dangereux pour le corps féminin, mais ils peuvent nuire au corps de l'enfant.

    Selon les statistiques, il y a Rh - incompatibilité dans la deuxième grossesse et les suivantes. Les résultats du test montrent des écarts possibles. En de rares occasions, une mère, un père ou un enfant peut devenir porteur du chimérisme. Du point de vue de la génétique, ce phénomène est mal compris, dans les personnes-chimères, les informations sur deux groupes sont énoncées dans le code génétique en même temps.

    Symptômes

    L'influence du facteur Rh pendant la grossesse ne se manifeste pas sous la forme de symptômes caractéristiques. Le spectre des manifestations et des signes du conflit Rh est minime. Souvent, une femme ne connaît pas le danger possible - elle se sent bien, il n'y a pas de maux. Selon certains experts, au cours de la deuxième grossesse et des suivantes, l'apparition d'un «syndrome du miroir» est possible..

    Avec une croissance régulière d'anticorps, des symptômes caractéristiques de la gestose apparaissent. L'adaptation du corps féminin à la grossesse se traduit par l'apparition de poches, de pics de tension artérielle, de légers vertiges avec des mouvements brusques. L'hypothèse n'a pas été étayée par la recherche scientifique, de sorte que ces symptômes d'incompatibilité Rh ne peuvent pas être entièrement invoqués..

    Que menace

    De nombreux parents s'intéressent à la réponse à la question de savoir pourquoi Rh est dangereux - incompatibilité pour un enfant à naître. Les conséquences pour l'enfant peuvent être désastreuses. La croissance des anticorps affecte la formation des organes internes de l'enfant, le bébé après la naissance souffre d'une jaunisse de la peau. Le nouveau-né a un taux accru de bilirubine dans le sang, ses membres gonflent. L'apparition de rhésus - un conflit pendant la grossesse, dont les conséquences sont également exprimées dans le travail prématuré, accélère la dégradation des cellules sanguines chez un enfant.

    La HDN (maladie hémolytique du nouveau-né) est une pathologie dangereuse qui apparaît à la suite d'un conflit. Il en existe 3 types:

    • œdémateux;
    • ictérique;
    • nucléaire.

    Les nourrissons meurent le plus souvent de forme œdémateuse. Cela est dû à un œdème des organes internes - le foie et les intestins augmentent. Un enfant atteint de HDN œdémateux naît mort ou décède quelques heures après la naissance. La forme ictérique est considérée comme la plus favorable; aucun décès n'a été identifié. 2-3 jours après la naissance, la peau du bébé devient jaune. La pathologie est souvent confondue avec la jaunisse néonatale..

    La forme ictérique s'accompagne d'un léger gonflement du foie et de la rate. L'enfant reçoit un diagnostic d'anémie (carence en fer dans le sang). La bilirubine est trop élevée. En cas de forme ictérique, il est nécessaire de commencer le traitement immédiatement - cela minimisera le risque de développer un HDN nucléaire.

    Kernictère affecte le système nerveux d'un enfant. Elle s'accompagne de convulsions, de mouvements oculaires chaotiques. Le tonus musculaire est réduit, le bébé est faible. Le risque de développer un infarctus de la bilirubine augmente. Le foie augmente de taille, l'organe ne peut pas fonctionner normalement et ne fait pas face aux responsabilités qui lui sont assignées.

    Que faire

    Les femmes enceintes se demandent quoi faire si un conflit Rh a été identifié. Les experts conseillent de réussir tous les examens et tests en temps opportun. L'incompatibilité isosérologique est traitable avec son diagnostic rapide. La période de 21 à 31 semaines est considérée comme la plus dangereuse - à ce moment, du sang est régulièrement prélevé sur la femme enceinte pour analyse. Il existe plusieurs méthodes de diagnostic principales..

    Une analyse

    Le conflit du facteur Rh peut être déterminé à l'aide de tests de laboratoire. La définition de la pathologie se fait sur la base des résultats des tests donnés par la femme. Le matériel prélevé dans la veine permet de déterminer le groupe et l'affiliation Rp. Une fois qu'une femme est inscrite, elle doit donner du sang trois fois pour déterminer le groupe:

    • première impression;
    • à la 30e semaine de grossesse;
    • avant l'accouchement.

    Si des anticorps ont été trouvés dans le sang d'une femme enceinte, elle doit faire un don de sang tous les mois. Le titre dynamique est déterminé en premier. Les experts identifient le taux de croissance et de formation des anticorps.

    En outre, les mesures de diagnostic comprennent:

    • Ultrason;
    • méthode de diagnostic invasive;
    • méthode de diagnostic non invasive.

    L'échographie peut être utilisée pour surveiller l'état de l'enfant. Le HDD par signes primaires peut être reconnu à 19-20 semaines (deuxième dépistage). S'il n'y a pas de suspicion de conflit, la procédure suivante est effectuée à 33-34 semaines. Si l'état du fœtus est satisfaisant et que la sensibilisation a été identifiée plus tôt, un dépistage échographique est effectué tous les 14 jours. Si l'enfant a confirmé la HDP - l'échographie est effectuée tous les 2 à 4 jours.

    Signes par lesquels la pathologie est visible à l'échographie:

    • placenta agrandi (0,5-1 cm);
    • hypertrophie de la rate et du foie;
    • polyhydramnios;
    • dilatation d'une veine dans le canal de connexion (cordon ombilical).

    L'examen échographique révèle la forme œdémateuse du HDF. Le fœtus a une hypertrophie du foie, de la rate, un gonflement de la cavité abdominale est clairement visible. Les membres sont enflés, le cœur est également hypertrophié. Les méthodes invasives pour déterminer les pathologies comprennent:

    • amniocentèse;
    • cordocentèse.

    L'amniocentèse est réalisée à la semaine 16, l'analyse du liquide amniotique vous permet d'identifier les anomalies. La cordocentèse est considérée comme la méthode la plus précise pour déterminer la gravité de l'HDF. Le sang du cordon ombilical est prélevé à 18 semaines. Grâce à la procédure, vous pouvez transfuser du sang in utero. Le matériel obtenu grâce à la collection vous permet de déterminer le niveau de bilirubine et d'hémoglobine.

    Les méthodes non invasives comprennent une procédure moderne qui vous permet de déterminer le Rh de l'enfant à naître par le sang de la mère. Le matériel contient des globules rouges fœtaux responsables de la formation du conflit Rp.

    Traitement

    Un conflit de groupe sanguin pendant la grossesse ne se prête pas à un traitement spécifique en raison du manque de médicaments pouvant modifier la composition du sang. Il est impossible de se débarrasser des anticorps dans le sang en prenant des médicaments. Le rhésus est un conflit dont le traitement doit être effectué en temps opportun, nécessite de surveiller le bien-être et le mode de vie de la femme enceinte. Une thérapie sélectionnée individuellement aidera à minimiser le risque de formation de pathologie fœtale.

    Pendant 9 mois de grossesse, une femme doit boire trois fois un traitement médicamenteux. Le régime et le schéma posologique sont déterminés par un spécialiste. Ceux-ci inclus:

    • complexes de vitamines et de minéraux;
    • médicaments contenant du calcium;
    • préparations de fer;
    • médicaments qui améliorent le métabolisme.

    Si l'état de l'enfant dans l'utérus est jugé grave, une transfusion sanguine intra-utérine est effectuée. Cette procédure maintient le bébé en vie et laisse le temps de se développer pleinement. Avec une concentration élevée d'anticorps dans le sang, l'accouchement est effectué plus tôt que prévu par césarienne. Au début de la grossesse, un fragment de la peau du père de l'enfant est cousu à une femme. Cette mesure réduit le risque de développer un conflit de groupes sanguins..

    La plasmaphérèse est considérée comme l'une des méthodes de traitement des conflits entre groupes sanguins. La procédure n'a pratiquement aucune contre-indication. Les femmes enceintes doivent passer environ 20 séances - 3 litres de plasma sont éliminés en une seule procédure. En plus du plasma du donneur, le corps de la femme reçoit des médicaments protéiniques nécessaires au développement normal du fœtus dans l'utérus.

    «Ennemis du sang». Grossesse et conflit Rh

    Facteur Rh négatif chez une femme enceinte, conflit Rh

    La plupart d'entre nous ont à peine eu à penser à ce qu'est le facteur Rh. Cela n'a rien d'étonnant: après tout, dans la vie ordinaire, sa présence ou son absence n'entraîne aucune conséquence douloureuse. Cette question ne devient pertinente que lorsqu'il s'agit de grossesse..

    Le facteur Rh est une protéine (ou antigène Rh) située à la surface des globules rouges - les globules rouges humains. Il a été identifié pour la première fois chez les singes rhésus, d'où il tire son nom. Les scientifiques ont découvert le facteur Rh il y a environ 70 ans. Leur découverte a aidé à déterminer que certaines personnes ont ce même facteur Rh et, par conséquent, sont Rh positif. Dans une autre partie de l'humanité, le facteur Rh n'a pas été trouvé; ces personnes sont considérées comme Rh négatif.

    Le facteur Rh est hérité comme un trait dominant et fort. C'est pourquoi la majorité (environ 85%) des personnes en sont atteintes. Le sang de ces personnes est Rh positif. Les 15% restants n'en ont pas - ils ont du sang Rh négatif. Ainsi, le sang Rh positif signifie la présence de la protéine Rh (ou facteur Rh), et le sang Rh négatif signifie l'absence de ce facteur..

    Un facteur Rh négatif n'est en aucun cas ressenti par une personne dans la vie quotidienne. Cependant, pendant la grossesse, une discordance entre l'affiliation Rh de la mère et du fœtus peut provoquer le soi-disant conflit Rh..

    Risque potentiel
    Rhésus du pèreRhésus de la mèreBébé rhésusProbabilité de conflit
    un plusun plus75% plus, 25% moinsne pas
    un plusmoins50% plus ou 50% moins50%
    moinsun plus50% plus ou 50% moinsne pas
    moinsmoinsmoinsne pas

    Conflit: qui est à blâmer?

    La sensibilisation Rh (conflit Rh) est la production d'anticorps dans le corps d'une mère Rh négatif contre des antigènes du système Rh foetal, c'est-à-dire contre une protéine située sur les érythrocytes de l'enfant.

    Le problème ne peut survenir que lorsque la future mère est Rh-négative, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de facteur Rh dans son sang et que le futur père est Rh-positif en même temps (le facteur Rh est déterminé dans son sang), alors le bébé peut hériter de Rh de lui - affiliation. Ainsi, le bébé, comme son père, sera Rh positif (le facteur Rh se formera dans son sang). La formation de l'affiliation Rh du bébé est terminée à la 8e semaine de grossesse.

    Il s'avère que la femme enceinte porte son bébé, ce qui diffère d'elle en présence du facteur Rh dans le sang, alors qu'elle-même n'a pas ce facteur Rh. Le système immunitaire de la mère reconnaît une protéine étrangère - le facteur Rh du bébé - et commence à la combattre. La lutte contre "l'ennemi" se déroule comme suit: le corps de la mère sécrète des anticorps Rh, qui commencent à attaquer les érythrocytes du fœtus.

    Les résultats de cette lutte peuvent être très désastreux. Les globules rouges (érythrocytes) dans le sang du fœtus sont détruits et tués. En conséquence, le nombre total de globules rouges des miettes diminue et il développe une anémie (anémie). Détruisant, les érythrocytes fœtaux sécrètent de la bilirubine - une substance qui est une toxine pour le bébé. Circulant dans le sang du bébé, la bilirubine l'empoisonne et paralyse les organes vitaux du corps de l'enfant. Cette condition est appelée maladie hémolytique fœtale. Sans traitement spécifique et en temps opportun commencé, le fœtus peut mourir, par conséquent, la suspicion de développement d'un conflit Rh est une indication d'hospitalisation dans une clinique spécialisée.

    Il est important de comprendre que des complications graves de la grossesse telles que le conflit Rh et la maladie hémolytique du bébé ne se produisent que dans un cas - si le futur bébé a une mère Rh négatif et un père Rh positif. Mais même avec un père Rh-positif, il est très possible (jusqu'à 50% de probabilité) que le bébé soit Rh-négatif, comme sa mère, et aucune complication ne le menace!

    Dans tous les autres cas:

    • père et mère sont Rh positif,
    • père et mère sont Rh négatif,
    • le père est Rh négatif, la mère est Rh positif - le développement d'un conflit Rh et d'une maladie hémolytique du fœtus est impossible.

    Il faut dire que même si un enfant Rh-positif se développe, une mère Rh-négative ne développe pas nécessairement un conflit Rh, c'est-à-dire que dans ce cas, des anticorps dirigés contre les érythrocytes fœtaux ne se formeront pas toujours dans le corps de la mère. Chez une femme Rh négatif qui tombe enceinte pour la première fois de sa vie, le risque de développer un conflit Rh n'est que de 10%. En l'absence de complications (formation d'anticorps) lors de la première grossesse, le même degré de risque (10%) demeure lors de la prochaine grossesse..

    Même si des anticorps Rh se retrouvent dans le sang d'une femme enceinte, cela ne signifie pas un risque de 100% de maladie fœtale, car le bébé a tellement de défenseurs. Il existe des filtres biologiques spéciaux dans le sang de la femme enceinte, dans les eaux entourant le bébé et, bien sûr, dans le principal organe de la grossesse - le placenta. Ces filtres bloquent les anticorps Rh, les emprisonnant et les empêchant d'aller plus loin vers le bébé. Cependant, l’efficacité d’une telle protection dépend en grande partie de l’état de santé général de la femme enceinte et de l’évolution de la grossesse. Malheureusement, les maladies chroniques d'une femme enceinte (principalement des infections) et les complications de la grossesse (menace d'interruption de grossesse, toxicose, décollement placentaire partiel) réduisent l'efficacité de la protection et augmentent le risque de développer un conflit Rh. Normalement, pendant la grossesse, une petite quantité de sang fœtal pénètre dans la circulation sanguine de la mère, ce qui est insuffisant pour la sensibilisation, cependant, en présence de saignements, d'hypertension artérielle, lors de manipulations obstétricales et d'interventions intra-utérines, le volume de sang fœtal entrant dans la circulation sanguine de la femme augmente. Ainsi, la réalisation d'études invasives pendant la grossesse (techniques comprenant la micro-ponction de la vessie fœtale et la collecte de cellules fœtales, cordon ombilical, placenta de liquide fœtal) augmente le risque de développer un conflit Rh et une maladie hémolytique fœtale. En outre, un grand volume de sang pénètre dans la circulation sanguine d'une femme lors d'un avortement artificiel ou spontané et d'une césarienne.

    Des anticorps Rh chez une femme dont le sang ne contient pas le facteur Rh peuvent se former lors d'un avortement: avortement spontané (fausse couche), avortement médicamenteux et avec le développement d'une grossesse extra-utérine. L'incidence des anticorps dans divers types d'avortement est d'environ 3%. Ces anticorps circulent dans le sang de la femme tout au long de sa vie et peuvent provoquer un conflit Rh lors de la prochaine grossesse, même après de nombreuses années. En conséquence, la prochaine grossesse peut entraîner une maladie hémolytique fœtale ou une fausse couche..

    Toutes les femmes enceintes doivent se souvenir de l'importance de maintenir leur première grossesse avec un facteur Rh négatif. Lorsque vous envisagez d'interrompre la première grossesse, pensez aux complications possibles, à la gravité de la maladie hémolytique, à la complexité de son traitement, aux fausses couches lors des grossesses ultérieures et au grand risque de sans enfant! Peut-être que ce sera un argument de poids en faveur du maintien de la grossesse, aider à maintenir la santé du futur bébé et vous donner du bonheur..

    Prévention du conflit Rh

    Lors de la planification d'une grossesse, vous devez, entre autres, établir votre groupe sanguin et votre affiliation Rh. Dans le cas où le facteur Rh n'est pas détecté (c'est-à-dire que la femme enceinte est Rh négatif), il est nécessaire d'établir le facteur Rh du futur père. Dans tous les cas, vous devez vous inscrire au plus tard 7 à 8 semaines de grossesse - cela vous permet de commencer à examiner la femme enceinte en temps opportun et d'éviter le développement de nombreuses complications..

    Immédiatement après son inscription à la clinique prénatale, une femme enceinte Rh-négatif se verra assigner un test sanguin spécial. Il s'agit d'une analyse pour détecter les anticorps Rh dans son sang et leur quantité, ou titre d'anticorps. Si aucun anticorps n'est trouvé, la prochaine fois que le sang est testé pour les anticorps à 18-20 semaines, puis tous les mois. En l'absence d'anticorps Rh et le développement réussi de la grossesse à 28 semaines, une femme reçoit une injection d'un médicament spécial qui empêche la production d'anticorps dans le sang d'une mère Rh négative. Ce médicament est appelé immunoglobuline rhésus. Après l'injection du médicament, le sang n'est plus testé pour les anticorps.

    Si des anticorps sont détectés ou si la grossesse est répétée, après la fin des grossesses précédentes, aucune immunoglobuline anti-Rh n'a été administrée, des fausses couches ou des avortements médicamenteux sont survenus, ou des enfants Rh-positifs sont nés - des tests d'anticorps réguliers sont effectués tous les mois jusqu'à la 32e semaine de grossesse. De la 32e à la 35e semaine de grossesse, cette analyse est déjà effectuée deux fois, et après la 35e semaine, le sang est vérifié pour les anticorps une fois par semaine - jusqu'à la naissance même. Lorsque des anticorps apparaissent, leur titre est déterminé.

    Si des anticorps Rh sont détectés à n'importe quel stade de la grossesse, la femme enceinte est envoyée pour examen dans une clinique spécialisée dans le problème du conflit Rh. Si les anticorps ne sont pas détectés, la femme enceinte continue d'être surveillée dans une clinique prénatale régulière, en répétant régulièrement le test d'anticorps.

    Une fois le bébé né et le cordon ombilical croisé, le sang de cordon est prélevé directement dans la salle d'accouchement pour déterminer le facteur Rh du bébé. Si un nouveau-né, comme sa mère, se révèle être Rh négatif, il n'y a aucun risque de développer une maladie hémolytique. Dans le cas où le bébé a hérité d'un rhésus positif du père, une autre dose d'immunoglobuline est administrée au parent. Ainsi, la prévention du conflit Rh lors de la prochaine grossesse est assurée. Le médicament requis pour cette procédure est administré dans les 48 heures suivant l'accouchement. Ce médicament devrait être dans toutes les maternités; il est administré à toutes les femmes Rh négatif n'ayant pas eu d'anticorps au moment de l'accouchement. Mais si vous savez que vous aurez probablement besoin d'une injection d'immunoglobulines, il est préférable de vous renseigner à l'avance s'il y a un médicament dans la maternité où vous allez accoucher. Après l'accouchement, vous devez demander quel est le facteur Rh de votre bébé, et s'il est positif, si vous avez reçu une injection d'immunoglobuline. Il est préférable que cela soit fait dans le rodblock, dans les 2 premières heures après l'accouchement.

    Une femme Rh-négatif sans phénomène de sensibilisation (détection d'anticorps indiquant la survenue d'un conflit Rh) peut accoucher dans une maternité ordinaire non spécialisée dans la prise en charge de la grossesse et de l'accouchement en conflit Rh.

    Comment vaincre la maladie hémolytique?

    Si une maladie hémolytique du fœtus est détectée (augmentation du nombre d'anticorps dans le sang), la femme enceinte est hospitalisée dans le service de pathologie d'une maternité spécialisée. Un examen complémentaire est effectué à la maternité. L'état du fœtus est évalué par échographie, Doppler et cardiotocographie. Ces études aident également à identifier les premiers signes de conflit Rh. À la suite de la première attaque d'anticorps maternels, le placenta s'épaissit, la quantité de liquide fœtal augmente et la taille du foie et de la rate du bébé augmente. Ces manifestations de conflit Rh sont facilement détectées à l'aide d'ultrasons.

    Deux autres études - dopplerométrie et CTG - permettent une évaluation fonctionnelle de l'état du bébé, c'est-à-dire de surveiller son bien-être. L'examen Doppler est un type d'échographie dans lequel le niveau de flux sanguin dans les artères utérines, les vaisseaux du placenta et le cordon ombilical est déterminé. Sa croissance et son développement dépendent de la circulation sanguine entre la mère et le bébé, car avec le sang, le fœtus reçoit de l'oxygène et des nutriments. Avec le développement du conflit Rh, le flux sanguin placentaire s'aggrave.

    CTG, ou surveillance cardiaque fœtale, est une étude matérielle qui vous permet de suivre et d'enregistrer la fréquence cardiaque fœtale (FC) sur une bande spéciale. Les tonalités cardiaques des miettes sont le principal indicateur de son bien-être. Par une augmentation ou une diminution de la fréquence cardiaque, une détérioration générale du bien-être du fœtus peut être suspectée.

    S'il y a des indications (augmentation rapide du nombre d'anticorps, souffrance importante du fœtus), une cordocentèse est effectuée - introduction d'une aiguille dans les vaisseaux du cordon ombilical du bébé et transfusion sanguine intra-utérine au fœtus.

    La procédure est la suivante: sous le contrôle de l'échographie, à travers la paroi abdominale antérieure de la mère à l'aide d'un cathéter, ils pénètrent dans la veine du cordon ombilical et transfusent le fœtus de 20 à 50 ml de la préparation de sang de donneur Rh négatif du groupe I. Cette mesure contribue à affaiblir la réponse immunitaire du corps de la femme enceinte. Cet effet est obtenu en réduisant le nombre relatif d'érythrocytes Rh-positifs. Grâce à cela, l'état du bébé s'améliore et la grossesse se développe en toute sécurité. Les transfusions intra-utérines peuvent être effectuées à plusieurs reprises jusqu'à la 34e semaine de grossesse. Après cette période, le fœtus est considéré comme viable et, si nécessaire, le problème de l'accouchement précoce est résolu.

    Pour le traitement de la maladie hémolytique du fœtus, les méthodes suivantes sont également utilisées:

    La plasmaphérèse est une technique de purification du sang. Avec la plasmaphérèse, les toxines et les produits pathologiques sont éliminés du plasma (partie liquide du sang). Pour ce faire, le sang est d'abord prélevé, puis renvoyé à travers un filtre à plasma..

    Immunosorption plasmatique - la méthode est basée sur les molécules chargées ™ de produits nocifs contenus dans le sang, qui, en passant à travers le sorbant (charbon actif), "s'y collent". Le sang passe à travers des filtres à charbon et est renvoyé sous une forme purifiée.

    Implantation de greffe de peau - un morceau de peau du futur papa est «implanté» chez sa femme au cours des 3 derniers mois de grossesse. Elle est similaire à la chirurgie plastique (comme dans le traitement des brûlures graves). Lorsqu'un lambeau cutané du futur papa commence à «prendre racine» dans un nouvel endroit, le corps de la mère le reconnaît comme un tissu étranger. C'est une sorte de hareng rouge: l'immunité d'une femme enceinte met toutes ses forces dans la lutte contre un agent plus étranger. Dans le même temps, la production d'anticorps contre le Rh du bébé est réduite, ce qui permet de prolonger la grossesse.

    L'immunoglobuline anti-lymphocytaire est un médicament qui provoque une destruction partielle des cellules immunitaires de la mère. L'immunité de la femme enceinte diminue, ce qui entraîne une diminution de la production d'anticorps et une amélioration de l'état du bébé.

    L'examen et le traitement du conflit Rh entre la mère et le fœtus sont effectués uniquement dans un hôpital spécialisé. Le choix de la méthode de traitement est déterminé par le médecin. Avec le début du traitement en temps opportun, le pronostic pour la mère et le bébé est favorable.

    Pour des questions médicales, assurez-vous de consulter un médecin à l'avance

    Il Est Important De Savoir Sur La Planification

    Partagez ceci

    Nouveau née

    Ce produit n'est pas disponible pour la livraison dans votre région Nous recherchons toujours le meilleur afin de ravir nos clients avec les prix les plus avantageux..Meilleures salutations, boutique en ligne de Wildberries.

    TOP 10 des meilleures sucettes

    Accouchement

    Une sucette est un accessoire important pour un nouveau-né. La tétine apaise le bébé entre les tétées, soulage les démangeaisons et l'inconfort des gencives et aide à s'endormir.

    Le bandage aide-t-il à enlever l'abdomen après l'accouchement

    Conception

    Chaque maman nouvellement créée veut se mettre en forme le plus tôt possible, revenir aux paramètres qui étaient avant la grossesse. Et bien sûr, tout le monde s'inquiète de l'état de la peau, de son relâchement sur le ventre, les hanches.

    No-shpa en début de grossesse

    Nouveau née

    No-shpa dans les premiers stades de la grossesse: pourquoi prendre, à quel dosageEst-il possible de prendre le no-shpa en début de grossesse ou ne devrait-il pas être fait??