Principal / Nouveau née

Grossesse extra-utérine

Une grossesse extra-utérine est une condition pathologique de la grossesse dans laquelle un ovule fécondé est ancré dans la trompe de Fallope ou dans la cavité abdominale (dans de rares cas). Selon les statistiques médicales, une grossesse extra-utérine a été enregistrée dans 2,5% du nombre total de grossesses, dans 10% des cas, elle se reproduit. Cette pathologie appartient à la catégorie du risque accru pour la santé d'une femme, sans la fourniture de soins médicaux, elle peut entraîner la mort..

Selon les statistiques, une augmentation de l'incidence de la grossesse extra-utérine est associée à une augmentation du nombre de processus inflammatoires des organes génitaux internes, à une augmentation du nombre de chirurgies pour contrôler l'accouchement, à l'utilisation de la contraception intra-utérine et hormonale, au traitement de certaines formes d'infertilité et d'insémination artificielle..

Avec tout type de grossesse extra-utérine, porter un enfant est impossible, car cette pathologie menace la santé physique de la mère.

Types de grossesse extra-utérine

  • abdominal (abdominal) - une variante rare, l'ovule peut être localisé sur l'épiploon, le foie, les ligaments croisés-utérins et dans la cavité recto-utérine. La grossesse abdominale primaire est différente - l'implantation d'un ovule fécondé se produit sur les organes abdominaux et secondaire - après un avortement tubaire, l'ovule est réimplanté dans la cavité abdominale. Dans certains cas, une grossesse abdominale pathologique est portée à un stade avancé, ce qui constitue une menace sérieuse pour la vie d'une femme enceinte. La plupart des embryons avec implantation abdominale présentent de graves malformations;
  • tubaire - l'ovule fécondé est fécondé dans la trompe de Fallope et ne descend pas dans l'utérus, mais est fixé sur la paroi de la trompe de Fallope. Après l'implantation, un arrêt du développement de l'embryon peut survenir et, dans le pire des cas, la trompe de Fallope se rompra, ce qui constitue une menace sérieuse pour la vie de la femme;
  • ovarien - l'incidence est inférieure à 1%, elle est divisée en épioophorale (l'ovule est implanté à la surface de l'ovaire) et intrafolliculaire (la fécondation de l'ovule et l'implantation ultérieure a lieu dans le follicule);
  • cervical - la cause de l'événement est considérée comme une césarienne, un avortement antérieur, des fibromes utérins, un transfert d'embryon lors de la fécondation in vitro. L'ovule fécondé est fixé dans la zone du canal cervical de l'utérus.

Le danger d'une grossesse extra-utérine est qu'en cours de développement, l'ovule grossit et le diamètre du tube atteint sa taille maximale, l'étirement atteint un niveau maximal et une rupture se produit. Dans ce cas, le sang, le mucus et l'ovule pénètrent dans la cavité abdominale. Sa stérilité est violée et un processus infectieux se produit, qui finit par se transformer en péritonite. En parallèle, les vaisseaux endommagés saignent abondamment, des saignements massifs dans la cavité abdominale se produisent, ce qui peut conduire une femme à un état de choc hémorragique. Avec une grossesse extra-utérine ovarienne et abdominale, le risque de péritonite est aussi élevé qu'avec une.

Causes possibles d'une grossesse extra-utérine

Principaux facteurs de risque:

  • maladies infectieuses et inflammatoires - précédemment transférées ou passées dans la phase chronique - l'inflammation de l'utérus, des appendices, de la vessie est considérée comme l'une des principales causes de grossesse extra-utérine.
  • Processus inflammatoires dans les ovaires et les trompes (naissances difficiles précédentes, avortements multiples, avortements spontanés sans se rendre dans une clinique médicale), qui ont conduit à une fibrose, à l'apparition d'adhérences et à des cicatrices des tissus, après quoi la lumière des trompes de Fallope se rétrécit, leur fonction de transport est perturbée et l'épithélium cilié change. Le passage de l'œuf à travers les tubes est difficile et une grossesse extra-utérine (tubaire) se produit;
  • infantilisme congénital des trompes de Fallope - une forme irrégulière, une longueur excessive ou une tortuosité dans le sous-développement congénital sont à l'origine du dysfonctionnement des trompes de Fallope;
  • changements hormonaux prononcés (échec ou échec) - les maladies du système endocrinien contribuent au rétrécissement de la lumière des trompes de Fallope, le péristaltisme est perturbé et l'ovule reste dans la cavité de la trompe de Fallope;
  • la présence de tumeurs bénignes ou malignes de l'utérus et des appendices - rétrécissement de la lumière des trompes de Fallope et interférant avec l'avancement de l'œuf;
  • développement anormal des organes génitaux - une sténose anormale congénitale des trompes de Fallope empêche l'œuf de se déplacer vers la cavité utérine, les diverticules (saillie) des parois des trompes de Fallope et de l'utérus entravent le transport de l'œuf et provoquent un foyer inflammatoire chronique;
  • une histoire de grossesses extra-utérines;
  • changer les propriétés standard de l'ovule;
  • sperme lent;
  • certaines technologies d'insémination artificielle;
  • spasme des trompes de Fallope, résultant de la surcharge nerveuse constante d'une femme;
  • l'utilisation de contraceptifs - hormonaux, spirales, contraception d'urgence, etc.;
  • l'âge de la femme enceinte après 35 ans;
  • mode de vie sédentaire;
  • utilisation à long terme de médicaments qui augmentent la fertilité et stimulent l'ovulation.

Symptômes

L'évolution d'une grossesse extra-utérine au cours de la période primaire présente des signes utérins (normatifs) - nausées, somnolence, gonflement des glandes mammaires et leur douleur. L'apparition des symptômes d'une grossesse extra-utérine survient dans la période allant de la 3e à la 8e semaine après la dernière période menstruelle. Ceux-ci inclus:

  • menstruations inhabituelles - taches rares;
  • sensations douloureuses - douleur de la trompe de Fallope touchée, avec grossesse extra-utérine cervicale ou abdominale - le long de la ligne médiane de l'abdomen. Les changements de position du corps, la rotation, la flexion et la marche provoquent des douleurs de traction dans certaines zones. Lorsque l'ovule est situé dans l'isthme de la trompe de Fallope, des sensations douloureuses apparaissent à 5 semaines et avec l'ampoule (près de la sortie de l'utérus) - à 8 semaines;
  • saignements abondants - plus susceptibles de se produire lors d'une grossesse cervicale. L'emplacement du fœtus dans le col de l'utérus, qui est riche en vaisseaux sanguins, entraîne une perte de sang sévère et constitue une menace pour la vie d'une femme enceinte;
  • le repérage est un signe de dommages à la trompe de Fallope pendant la grossesse extra-utérine tubaire. Le résultat le plus favorable de ce type est l'avortement tubaire, dans lequel l'ovule est indépendamment séparé du site d'attachement;
  • mictions et selles douloureuses;
  • état de choc - perte de conscience, baisse de la pression artérielle, pâleur de la peau, bleuissement des lèvres, pouls rapide et faible (se développe en présence d'une perte de sang massive);
  • douleur avec retour au rectum et au bas du dos;
  • résultat positif au test de grossesse (dans la plupart des cas).

Une idée fausse courante est qu'en l'absence de retard de la menstruation, il n'y a pas de grossesse extra-utérine. Le frottis faible écoulement est perçu comme un cycle normal, ce qui conduit à un renvoi tardif en gynécologie.

La clinique de grossesse extra-utérine est subdivisée en:

  1. Grossesse extra-utérine progressive - l'ovule, au fur et à mesure de sa croissance, est introduit dans la trompe de Fallope et le détruit progressivement.
  2. Grossesse extra-utérine spontanée - Avortement tubaire.

Les principaux signes d'un avortement tubaire sont:

  • écoulement sanglant des organes génitaux;
  • retard du cycle menstruel;
  • température corporelle subfébrile;
  • sensations douloureuses qui irradient brusquement vers l'hypochondre, la clavicule, la jambe et l'anus (attaques répétées sur plusieurs heures).

Avec une percée de la trompe de Fallope, il est subjectivement noté:

  • les sensations de douleur les plus fortes;
  • abaisser la tension artérielle à des niveaux critiques;
  • augmentation de la fréquence cardiaque et de la respiration;
  • détérioration générale de la santé;
  • sueur froide;
  • perte de conscience.

Diagnostic de la grossesse extra-utérine

Un diagnostic préliminaire de «grossesse extra-utérine» est posé avec des plaintes typiques:

  • retard du flux menstruel;
  • problèmes sanglants;
  • douleurs de caractéristiques différentes. fréquence et intensité;
  • la nausée;
  • sensations douloureuses dans la région lombaire, l'intérieur de la cuisse et le rectum.

La plupart des patients se plaignent de la présence de 3 à 4 signes simultanément.

Le diagnostic optimal comprend:

  • recueil d'un historique complet pour exclure ou déterminer l'entrée dans des groupes à risque de grossesse extra-utérine;
  • examen par un gynécologue;
  • une échographie pour diagnostiquer une grossesse (6 semaines après la dernière menstruation) révèle les signes suivants: augmentation du corps de l'utérus, localisation exacte de l'ovule avec l'embryon, épaississement des muqueuses de l'utérus. Parallèlement à ces signes, l'échographie permet de détecter la présence de sang et de caillots dans la cavité abdominale, l'accumulation de caillots sanguins dans la lumière de la trompe de Fallope, l'auto-rupture de la trompe de Fallope;
  • identification du niveau de progestérone - une faible concentration suggère la présence d'une grossesse non développée;
  • un test sanguin pour l'hCG (détermination de la concentration de gonadotrophine chorionique) - avec une grossesse extra-utérine, la quantité d'hormones contenues augmente plus lentement que pendant le cours normal de la grossesse.

L'analyse de l'hCG est effectuée à des intervalles de 48 heures pour déterminer la teneur en hormones. Au cours de la période initiale de grossesse, le niveau d'hormones augmente proportionnellement, ce qui est déterminé par l'hCG. Si le niveau n'augmente pas de manière normative, il est faible ou faible, une analyse supplémentaire est effectuée. La réduction des taux d'hormones dans l'analyse de la gonadotrophine chorionique humaine est un signe de grossesse extra-utérine.

La méthode qui donne presque 100% du résultat diagnostique est la laparoscopie. Il est effectué au stade final de l'examen..

Examen histologique du grattage de l'endomètre (en cas de grossesse extra-utérine, il montrera l'absence de villosités choriales et la présence de modifications de la muqueuse utérine).

L'hystérosalpingographie (avec introduction d'agents de contraste) est utilisée dans les cas de diagnostic particulièrement difficiles. L'agent de contraste, pénétrant dans la trompe de Fallope, tache de manière inégale l'ovule, démontrant un symptôme d'écoulement, confirmant une grossesse tubaire extra-utérine.

La clarification du diagnostic est réalisée exclusivement en milieu hospitalier. Un plan d'examen complet est attribué en fonction de l'équipement et du matériel de laboratoire de l'hôpital. La meilleure option pour l'examen est une combinaison d'échographie et de détermination de la gonadotrophine chorionique dans un test sanguin (urinaire). La laparoscopie est prescrite lorsque cela est absolument nécessaire..

Le diagnostic et le traitement ultérieur sont effectués avec l'aide de spécialistes:

  • thérapeute (état général du corps du patient);
  • gynécologue (examen de l'état des organes génitaux internes, évaluation et diagnostic préliminaire);
  • un spécialiste en échographie (confirmation ou réfutation d'un diagnostic préalablement établi);
  • chirurgien-gynécologue (consultation et intervention chirurgicale directe).

Traitement

Avec un diagnostic précoce de la pathologie (avant la rupture ou les dommages aux parois de la trompe de Fallope), des médicaments sont prescrits. Le méthotrexate est recommandé pour l'avortement et est limité à une ou deux doses. Lorsqu'elle est diagnostiquée à un stade précoce, une intervention chirurgicale n'est pas nécessaire, après la prise du médicament, des tests sanguins répétés sont effectués.

Le méthotrexate met fin à la grossesse sous certaines conditions:

  • l'âge gestationnel ne dépasse pas 6 semaines;
  • l'indicateur de l'analyse de la gonadotrophine chorionique humaine n'est pas supérieur à 5000;
  • absence de saignement chez le patient (écoulement de frottis);
  • manque d'activité cardiaque chez le fœtus lors de l'échographie;
  • aucun signe de rupture de la trompe de Fallope (pas de douleur et de saignement intenses, les lectures de la tension artérielle sont normales).

Le médicament est administré par voie intramusculaire ou intraveineuse, le patient est sous observation pendant toute la période. L'efficacité des procédures effectuées est évaluée par le niveau de gonadotrophine chorionique humaine. Une diminution des indices hCG indique une option de traitement réussie, parallèlement à cette analyse, les fonctions des reins, du foie et de la moelle osseuse sont étudiées.

L'utilisation du méthotrexate peut provoquer des effets secondaires (nausées, vomissements, stomatite, diarrhée, etc.) et ne garantit pas l'intégrité des trompes de Fallope, l'impossibilité d'avortement tubaire et des saignements massifs.

Si une grossesse extra-utérine est détectée tardivement, une intervention chirurgicale est effectuée. La laparoscopie est une option douce; en l'absence des instruments nécessaires, une opération abdominale à part entière est prescrite.

Deux types d'interventions chirurgicales sont réalisées par laparoscopie:

  1. La salpingoscopie pendant la grossesse extra-utérine est l'une des opérations épargnantes et préserve la possibilité d'un nouvel accouchement. L'embryon est retiré de la trompe de Fallope par une petite ouverture. La technique est possible lorsque la taille de l'embryon atteint 20 mm et que l'ovule est situé à l'extrémité de la trompe de Fallope.
  2. La salpingectomie pour grossesse extra-utérine est réalisée avec un étirement important de la trompe de Fallope et un risque possible de rupture. L'excision de la partie endommagée de la trompe de Fallope a lieu, suivie de la connexion des zones saines.

La chirurgie pour grossesse pathologique est effectuée de toute urgence ou comme prévu. Dans la deuxième option, le patient est préparé pour la chirurgie en utilisant les procédures de diagnostic suivantes:

  • test sanguin (analyse générale);
  • identification du facteur Rh et du groupe sanguin;
  • ECG;
  • Ultrason;
  • consultation avec un thérapeute;
  • consultation avec un gynécologue.

Période de rééducation

La période après l'opération normalise l'état général du corps de la femme, élimine les facteurs de risque et réhabilite les fonctions reproductives du corps. Après l'opération de prélèvement de l'ovule, un contrôle constant des paramètres hémodynamiques doit être effectué (pour exclure les saignements internes). En outre, un traitement antibiotique, analgésique et anti-inflammatoire est prescrit..

Le contrôle du niveau de gonadotrophine chorionique est effectué chaque semaine et est dû au fait qu'avec une extraction incomplète des particules de l'ovule et une introduction accidentelle dans d'autres organes, une tumeur peut se développer à partir de cellules chorioniques (chorionépithéliome). Avec une intervention chirurgicale réalisée de manière normative, le niveau de gonadotrophine chorionique doit être réduit de moitié par rapport aux données initiales. En l'absence de dynamique positive, le méthotrexate est prescrit et, avec des résultats négatifs persistants, une opération radicale avec ablation de la trompe de Fallope est nécessaire.

En période postopératoire, des procédures physiothérapeutiques utilisant l'électrophorèse et la magnétothérapie sont recommandées pour la restauration la plus rapide de la fonctionnalité du système reproducteur du patient. Les contraceptifs oraux combinés sont prescrits pour éviter une grossesse (pendant au moins six mois) et pour établir un cycle menstruel normal. La grossesse répétée, survenue peu de temps après une grossesse extra-utérine pathologique, comporte un niveau élevé de développement répété de cette pathologie.

Prévention primaire

Un partenaire permanent et la sécurité des relations sexuelles (utilisation d'un équipement de protection individuelle) réduit le risque de maladies sexuellement transmissibles, et avec elles d'éventuelles inflammations et cicatrices des tissus des trompes de Fallope.

Il est impossible de prévenir une grossesse extra-utérine, mais une visite dynamique chez un gynécologue peut réduire le risque de décès. Les femmes enceintes incluses dans la catégorie à haut risque doivent subir un examen complet pour exclure une détermination tardive de grossesse extra-utérine.

Pour réduire le risque de grossesse extra-utérine, vous devez:

  • traiter à temps le traitement de diverses maladies infectieuses des organes génitaux;
  • en cas de fécondation in vitro à la fréquence requise, subir une étude échographique et effectuer des tests pour la teneur en gonadotrophine chorionique dans le sang;
  • lors du changement de partenaire sexuel, il est impératif de subir des tests pour un certain nombre de maladies sexuellement transmissibles;
  • utiliser des contraceptifs oraux combinés pour éviter une grossesse non désirée;
  • pour traiter les maladies pathologiques des organes internes en temps voulu, en empêchant la maladie de se transformer en une forme chronique;
  • bien manger, en respectant le régime alimentaire le plus approprié pour le corps (ne pas se laisser emporter par une perte de poids excessive et un gain spasmodique ou une perte de poids);
  • corriger les troubles hormonaux existants avec l'aide de spécialistes spécialisés.

Au moindre soupçon de grossesse extra-utérine, un appel urgent au service gynécologique est nécessaire. Le moindre retard peut coûter à une femme non seulement une perte de santé, mais aussi la survenue d'une infertilité. Le pire des cas de retard éruptif peut être la mort..

Grossesse extra-utérine - causes, signes, solutions

Une grossesse extra-utérine, également appelée grossesse extra-utérine, est définie comme l'implantation d'un œuf embryonnaire dans un endroit autre que la cavité utérine. C'est une complication gynécologique. Les symptômes au début d'une grossesse extra-utérine ne sont pas spécifiques.

Une grossesse extra-utérine survient à la suite d'une perturbation du transport d'un ovule fécondé vers l'utérus. Cela peut être dû à un péristaltisme anormal de la trompe de Fallope (contractions musculaires inappropriées ou inefficaces), à une mobilité réduite des cils tapissant la trompe de Fallope ou à une obstruction (atrésie) de la trompe de Fallope à la suite d'une inflammation / chirurgie antérieure.

La probabilité d'une telle complication est de 1/100 et est plus fréquente chez les femmes âgées de 25 à 30 ans. Les symptômes de la conception extra-utérine apparaissent au cours du premier trimestre et, en règle générale, ne diffèrent pas de la grossesse normale (saignements menstruels retardés, douleurs abdominales, sensibilité accrue des glandes mammaires). Cela rend souvent difficile le diagnostic rapide et le début du traitement..

Comme mentionné précédemment, une grossesse extra-utérine est causée par l'implantation incorrecte d'un ovule fécondé (blastocyste) à l'extérieur de l'utérus. Dans ce cas, le développement correct de l'embryon et la grossesse sont absolument incompatibles. De plus, un fœtus se développant au mauvais endroit endommage les parois de la trompe de Fallope ou de l'ovaire, provoquant une hémorragie qui (si elle est abondante) peut menacer la vie d'une femme..

Les saignements en cas de grossesse extra-utérine surviennent généralement entre la 4e et la 8e semaines. S'il y a des signes d'une pathologie gynécologique similaire, appelez immédiatement une ambulance.

Que signifie une grossesse extra-utérine et pourquoi apparaît-elle? Lorsqu'on leur demande pourquoi l'embryon se développe au mauvais endroit, les médecins répondent: cela se produit parfois, ajoutant qu'il n'est pas toujours possible de déterminer la source correcte du problème.

La cause immédiate est généralement des anomalies des trompes de Fallope causées par une maladie, une inflammation ou une intervention chirurgicale. La grossesse extra-utérine est favorisée par des facteurs tels que:

  • chirurgie des trompes de Fallope;
  • modifications post-inflammatoires de la paroi de la trompe de Fallope;
  • installation d'un DIU;
  • une grossesse extra-utérine passée (risque multiplié par 10);
  • l'endométriose;
  • infection à chlamydia;
  • traitement de l'infertilité par des méthodes de procréation assistée;
  • plus de 35 ans.

Il existe des informations contradictoires sur l'impact de l'utilisation de contraceptifs sous forme de dispositifs intra-utérins. Des études récentes montrent que le type actuel de DIU n'augmente pas la probabilité de conception extra-utérine.

Signes et symptômes de grossesse extra-utérine

Si l'embryon ne pénètre pas dans l'utérus et s'arrête dans l'ovaire, la trompe de Fallope, le péritoine ou le col de l'utérus, des symptômes typiques de chaque grossesse surviennent, tels que:

  • aménorrhée (absence de menstruation);
  • une sensation générale de malaise, une légère augmentation de la température;
  • gonflement et sensibilité accrue des glandes mammaires;
  • douleur dans l'abdomen, en particulier dans la région des ovaires (généralement d'un côté à l'endroit de la fixation de l'ovule).

En raison des symptômes typiques d'une grossesse normale, le diagnostic d'une extra-utérine est difficile, surtout à un stade précoce, lorsque même le test est positif dans environ 50% des cas..

Comment reconnaître les signes d'une grossesse extra-utérine sur une échographie? Habituellement, déjà à 4-6 semaines de grossesse, une échographie transvaginale de l'utérus devrait montrer la présence d'un œuf fœtal. Si cela n'est pas visible, le médecin doit prescrire un test bêta-hCG sérique. Sur la base de ces observations, il est possible de reconnaître les signes de la conception à un stade précoce et de déterminer si elle se développe correctement. L'image d'une grossesse extra-utérine est caractérisée par un utérus allongé et élargi avec hyperplasie de l'endomètre, l'absence d'un follicule dans l'utérus et une tumeur dans la projection des appendices.

Si tout va bien, la bêta-hCG devrait doubler dans les 48 heures. En cas de conception ectopique, cette augmentation se produit plus lentement. Si l'augmentation de la bêta-hCG après 48 heures est inférieure à 66%, le diagnostic d'une grossesse extra-utérine est plus probable.

Signes d'une grossesse extra-utérine après une FIV

Le tableau clinique aux stades initiaux ne diffère pas de la conception correcte. Des symptômes tels que:

  • manque de menstruation;
  • sensibilité des seins à la palpation;
  • changement de goût, changement d'humeur.

Les signes d'une grossesse extra-utérine peuvent être suspectés à 4-5 semaines. Un tableau clinique caractéristique apparaît:

  • Douleur. Une femme se plaint de l'apparition d'un syndrome douloureux, le plus souvent de nature aiguë avec localisation dans la région de l'ovaire droit ou gauche. La douleur peut s'aggraver en allant aux toilettes.
  • Saignement. Le développement de saignements menstruels est le principal signe de grossesse extra-utérine.

Les signes de grossesse extra-utérine à 6-8 semaines sont déjà prononcés, accompagnés de:

  • saignements vaginaux abondants;
  • abaisser la tension artérielle;
  • diminution de la température corporelle;
  • pâleur de la peau, vertiges.

De tels symptômes sont le résultat d'une hémorragie interne, une hospitalisation immédiate est nécessaire.

Comment un test à domicile montre les complications de la grossesse?

Le test montre-t-il une grossesse extra-utérine? Théoriquement oui, mais il y a quelques points à considérer.

Avec la fécondation ectopique, un test de grossesse est positif dans environ 50 à 70% des cas, car le test à domicile est basé sur la détection de la présence de bêta-hCG dans l'urine..

L'hormone de grossesse bêta-hCG est libérée dans le corps lorsqu'un ovule fécondé est implanté, n'importe où. Par conséquent, lorsque deux rayures sont détectées et la présence de signes spécifiques de grossesse extra-utérine décrits ci-dessus, la présence d'une pathologie de la fécondation doit être considérée.

Le test des taux de bêta-hCG dans le sang est beaucoup plus fiable. Si au cours de l'échographie, il n'y a pas d'embryons dans l'utérus et que le taux de bêta-hCG dans le sang est élevé, une grossesse extra-utérine peut être suspectée..

Notez qu'une grossesse extra-utérine sur le test peut être visualisée comme deux bandes brillantes ou l'une brillante, l'autre moins prononcée.

Il est important de souligner la qualité des tests utilisés pour diagnostiquer la grossesse à domicile. Il est important de sélectionner des tests ultrasensibles, avec une précision de 99,9%. Les gynécologues conseillent de recourir à des tests établis de longue date de la marque allemande "FRAUTEST". Les médecins notent leur grande fiabilité, il n'est donc pas nécessaire de recourir à d'autres tests plus coûteux pour détecter une grossesse.

Comment déterminer la grossesse extra-utérine par hCG?

Attention! Si la grossesse progresse correctement, la bêta-hCG augmente de 66% après deux jours et de 114% après trois jours. Plus tard, la concentration de cette hormone augmente légèrement plus lentement..

Comment est-il possible de déterminer la grossesse extra-utérine (extra-utérine) par hCG? Pour commencer, considérez la bêta-hCG et les taux de grossesse (en fonction de l'âge gestationnel, calculés à partir du premier jour de la dernière menstruation):

  • Semaine 3 - 5 - 50 mUI / ml
  • Semaine 4 - 5 - 426 mUI / ml
  • Semaine 5-18 - 7,340 mUI / ml
  • Semaine 6 - 1080 - 56 500 mUI / ml
  • Semaine 7-8 - 7, 650-229 000 mUI / ml

Un faible taux de bêta-hCG (inférieur à 5 mUI / ml) signifie que la femme n'est pas enceinte. Au-dessus de 5 mUI / ml signifie une grossesse.

À son tour, avec un faible taux de bêta-hCG chez une femme enceinte, une fausse couche ou une grossesse extra-utérine est envisagée. Cela peut également être un indicateur d'un échec de la procédure de fécondation in vitro.

Solutions thérapeutiques au problème: tout sur la chirurgie pour une grossesse extra-utérine

Si une grossesse extra-utérine est diagnostiquée à un stade précoce, lorsque l'embryon n'atteint pas plus de 3 cm, il n'y a pas de conséquences dangereuses, il n'y a pas de risque de rupture ou d'hémorragie, un traitement médicamenteux est utilisé. Une femme se voit prescrire du méthotrexate sous forme d'injections.

Le médicament appartient aux antagonistes de l'acide folique et est utilisé comme médicament cytostatique - il perturbe la croissance et le développement de l'embryon. L'utilisation de ce médicament a des effets secondaires. Des douleurs abdominales, une conjonctivite, une stomatite, des troubles gastro-intestinaux peuvent survenir.

Le médicament a un effet tératogène, par conséquent, dans les 3 mois suivant la prise du médicament, les femmes doivent utiliser des méthodes contraceptives.

Un traitement médicamenteux est prescrit aux patients chez qui la concentration de bêta-hCG dans le sang ne dépasse pas 3000 U / L.

12 semaines après la fin du traitement médicamenteux, la femme doit subir un test de perméabilité tubaire (hystérosalpingographie).

L'efficacité du traitement médicamenteux est de 95%.

S'il n'y a pas de temps pour l'introduction de produits pharmaceutiques, par exemple, dans le contexte d'un risque accru de saignement, une opération est prescrite pour supprimer une grossesse extra-utérine.

Le traitement chirurgical peut être conservateur ou radical et dépend du degré de lésion de l'organe dans lequel l'embryon niche.

  1. Le traitement conservateur consiste à ne prélever que l'embryon qui se développe au mauvais endroit (plus souvent utilisé en grossesse extra-utérine dans la trompe de Fallope).
  2. Avec un traitement radical, l'organe dans lequel se trouve l'embryon est retiré. Une telle manipulation est effectuée en présence de lésions prononcées d'un organe (ovaire, trompe de Fallope).

Le traitement chirurgical peut être effectué par:

  1. Laparoscopie. Plusieurs ponctions de 0,5 à 1 cm sont effectuées, puis un tube spécial est inséré et l'embryon est retiré.
  2. Laparotomie. L'opération est réalisée de manière classique - en coupant la paroi abdominale avec un scalpel. Il est prescrit pour les lésions étendues des organes pelviens et avec des contre-indications à la laparoscopie.

La laparoscopie est actuellement la méthode chirurgicale préférée. La procédure raccourcit le séjour à l'hôpital et raccourcit considérablement la période de récupération.

L'une des complications (survenant chez 5% des femmes opérées quelle que soit la technique chirurgicale) est:

  • préservation à long terme du syndrome douloureux;
  • la formation du processus adhésif;
  • saignement vaginal.

3 jours après l'opération, une étude de l'hCG est réalisée, avec une diminution insuffisante de l'hormone, un traitement infructueux doit être envisagé. Dans ce cas, la femme subit une intervention chirurgicale répétée ou un traitement pharmacologique avec du méthotrexate.

Combien coûte une opération pour éliminer une grossesse extra-utérine? Le coût de la chirurgie dépend de la gravité du processus pathologique, ainsi que de la nécessité d'une résection d'organe. Ainsi, le prix de la tubotomie laparoscopique commence à 30 000 roubles, la procédure de traite (sans violer l'intégrité de l'organe) à 20 000 roubles.

Rappelles toi! Le traitement d'une telle complication est effectué sous un contrôle médical strict. Les procédures «à domicile» sont inefficaces et peuvent être dangereuses pour la santé et la vie!

Pourquoi une grossesse extra-utérine est dangereuse: conséquences et dangers

La grossesse extra-utérine est un problème grave - elle peut être dangereuse non seulement pour la santé d'une femme, mais aussi pour sa vie. Dans le cas de la mise en place tubaire de l'embryon, la trompe de Fallope est endommagée, en conséquence, sa rupture est possible. Dans le même temps, des vaisseaux sanguins plus gros sont endommagés et des saignements dans la cavité abdominale se développent..

Quoi d'autre une grossesse extra-utérine peut-elle être dangereuse? La grossesse extra-utérine menace l'infertilité et le placement incorrect des embryons suivants pendant la conception.

Négliger les symptômes d'une grossesse extra-utérine et sa détection tardive conduit au fait que l'embryon est en croissance constante et prend de plus en plus de place, ce qui peut entraîner la rupture de l'ovaire ou de la trompe de Fallope.

N'oubliez pas que si vous avez un retard dans vos règles, ne remettez pas à plus tard une visite chez le médecin et une échographie afin de connaître la grossesse à temps et de vous assurer que tout se déroule correctement..

10 signes de grossesse extra-utérine à ne pas manquer

Si vous ne demandez pas d'aide à temps, la grossesse peut se terminer par la mort..

Qu'est-ce qu'une grossesse extra-utérine et à quel point elle est dangereuse

Une grossesse typique va comme ça. Le spermatozoïde pénètre dans l'ovule, qui est libéré pendant l'ovulation dans la trompe de Fallope. Ce dernier commence à se contracter, poussant l'œuf fécondé dans l'utérus. Là, l'œuf est attaché à la paroi utérine et commence à se transformer en un embryon en croissance active.

Avec des symptômes de grossesse extra-utérine et quand appeler le 911 grossesse, comme son nom l'indique, l'ovule n'entre pas dans l'utérus. Le plus souvent, il persiste dans la trompe de Fallope - trop sinueux, étroit ou faible pour pousser l'ovule si nécessaire. Mais il y a des moments où l'ovule est implanté dans le col de l'utérus, l'ovaire ou un autre endroit dans la cavité abdominale.

La grossesse extra-utérine ne se termine pas bien avec quoi que ce soit. L'embryon en croissance brise tôt ou tard les parois de l'organe auquel il s'est attaché. Le résultat est une hémorragie interne massive, une infection dans la cavité abdominale et une péritonite (cependant, vous pouvez ne pas vivre pour le voir).

Selon la grossesse extra-utérine: symptômes, causes, risques et traitement de l'American Pregnancy Association, chaque cinquantième grossesse est extra-utérine.

Quels sont les signes d'une grossesse extra-utérine, vous devriez aller chez le médecin

Au début, une grossesse extra-utérine ressemble presque à une grossesse normale. Règles retardées, inconfort dans le bas de l'abdomen, douleur dans la poitrine, deux bandelettes lors d'un test à domicile - il semble que tout soit normal.

Les troubles peuvent se manifester à tout moment entre la cinquième et la quatorzième semaine de grossesse. Mais le plus souvent, cela se produit après environ deux semaines de grossesse extra-utérine après le retard. C'est pendant cette période que des signes avant-coureurs apparaissent:

  1. Douleurs et crampes piquantes dans le bas de l'abdomen.
  2. Accompagnant les douleurs nausées et vomissements.
  3. Vertiges constants, faiblesse.
  4. Douleur dans le rectum ou irradiant vers l'épaule et le cou.
  5. Décharge similaire au flux menstruel.

Pour l'un de ces symptômes, il est important de consulter un gynécologue le plus tôt possible..

Quand appeler une ambulance

N'attendez pas et consultez un médecin d'urgence si:

  1. Vous avez une douleur intense qui dure plus de quelques minutes.
  2. Vous saignez.
  3. Douleur rectale aiguë accompagnée d'une sensation de besoin insupportable d'aller aux toilettes.
  4. L'épaule fait mal pendant une longue période (plus de quelques minutes). Parfois, le sang qui se précipite dans la cavité abdominale après une rupture de la trompe de Fallope s'accumule près du diaphragme et irrite les nerfs associés à l'épaule.
  5. Vous avez des étourdissements extrêmes - au point que vous semblez sur le point de vous évanouir.

Pourquoi, si vous soupçonnez une grossesse, vous devez aller chez le médecin

Il est impossible de déterminer une grossesse extra-utérine à la maison. Au moins jusqu'à ce qu'il se fasse sentir avec des symptômes dangereux évidents.

Conclusion: lorsque vous voyez deux bandelettes sur le test, ne retardez pas une visite chez le gynécologue. Le médecin saura dès le départ si tout est en ordre. Pour ce faire, il:

  1. Examen des organes pelviens. Il s'agit de savoir s'il existe une sensibilité inhabituelle ou des formations douloureuses dans la cavité abdominale..
  2. Il fera une échographie pour déterminer l'endroit où l'ovule est attaché. Dans les premiers stades (jusqu'à 5-6 semaines), les examens sont effectués avec un capteur intravaginal - cela donne un résultat plus précis. Cependant, il y a des moments où le lieu d'implantation ne peut pas être déterminé. Ensuite, le médecin vous prescrira une échographie supplémentaire pour une période de 8 à 9 semaines.
  3. Il vous suggérera de faire des analyses de sang ou d'urine pour déterminer le niveau de l'hormone hCG (gonadotrophine chorionique humaine). Au début d'une grossesse extra-utérine, la quantité de cette hormone est nettement inférieure à celle d'une grossesse normale, et les tests le montreront.

La deuxième bandelette du test de grossesse extra-utérine semble souvent très pâle. Il est associé à de faibles niveaux de hCG.

Comment traiter une grossesse extra-utérine

Il n'y a pas d'options - la grossesse devra être interrompue. Mais de quelle manière dépend du timing.

Traitement médical

Il est utilisé si l'attachement anormal de l'œuf a pu être détecté à un stade précoce. Le spécialiste injectera du méthotrexate (Trexall), qui arrête la croissance du placenta et oblige le corps à se débarrasser de la grossesse par lui-même.

Remarque: plusieurs traitements peuvent être nécessaires, il est donc important de rester en contact avec votre médecin et de suivre ses recommandations.

Laparoscopie

Il s'agit d'une petite opération au cours de laquelle le chirurgien va retirer l'ovule. Très probablement, la trompe de Fallope ne sera pas blessée..

Chirurgie

C'est une option d'urgence. Si la trompe de Fallope a été rompue, le chirurgien en retirera une partie ou la totalité pour sauver la vie de la femme.

Est-il possible de tomber enceinte après une grossesse extra-utérine

Cela dépend de la cause exacte de la violation. Les causes courantes de grossesse extra-utérine sont:

  • Infections de la trompe de Fallope. En raison de l'inflammation, le tube ne peut pas déplacer l'ovule dans l'utérus.
  • L'endométriose.
  • Cicatrices et adhérences. En règle générale, ce sont les conséquences d'opérations antérieures (les mêmes avortements) ou d'infections. Ils interfèrent également avec le mouvement d'un œuf fécondé..
  • Caractéristiques personnelles. Chez certaines femmes, la trompe de Fallope est trop étroite ou tordue.

Quelle est la raison de votre cas et que faire à ce sujet, il est préférable d'en discuter avec votre gynécologue. Le spécialiste lira votre dossier médical, effectuera des recherches complémentaires et élaborera un plan de rééducation qui vous aidera un jour à concevoir et à porter un bébé en bonne santé..

Grossesse extra-utérine. Causes, symptômes, diagnostic et traitement

Une grossesse extra-utérine est un trouble de grossesse dans lequel un ovule fécondé est implanté (attaché) à l'extérieur de la cavité utérine. Cette maladie est extrêmement dangereuse, car elle menace d'endommager les organes génitaux internes d'une femme avec le développement de saignements, par conséquent, nécessite une attention médicale immédiate.

Le lieu de développement d'une grossesse extra-utérine dépend de nombreux facteurs et dans l'écrasante majorité des cas (98 à 99%) tombe sur les trompes de Fallope (puisqu'un ovule fécondé les traverse sur le chemin des ovaires à la cavité utérine). Dans les cas restants, il se développe sur les ovaires, dans la cavité abdominale (implantation sur les anses intestinales, sur le foie, l'épiploon), sur le col de l'utérus.

Dans l'évolution d'une grossesse extra-utérine, il est d'usage de distinguer les étapes suivantes:

  • Développement de la grossesse. Avec une grossesse extra-utérine en développement, qui se produit dans le contexte du bien-être comparatif d'une femme, seuls des signes douteux et probables de grossesse apparaissent.
  • Une grossesse extra-utérine interrompue. Dans une grossesse extra-utérine interrompue, l'ovule provoque la rupture de la trompe de Fallope, des saignements ou d'autres anomalies qui menacent la vie de la mère.

Il est nécessaire de comprendre que le stade de la grossesse extra-utérine, auquel le diagnostic a eu lieu, détermine le pronostic ultérieur et les tactiques thérapeutiques. Plus cette maladie est détectée tôt, plus le pronostic est favorable. Cependant, le diagnostic précoce est associé à un certain nombre de difficultés, car chez 50% des femmes, cette affection n'est accompagnée d'aucun signe spécifique permettant de la supposer sans examen supplémentaire. L'apparition des symptômes est le plus souvent associée au développement de complications et de saignements (chez 20% des femmes au moment du diagnostic, il y a une hémorragie interne massive).

La fréquence des grossesses extra-utérines est de 0,25 à 1,4% parmi toutes les grossesses (y compris parmi les avortements enregistrés, les avortements spontanés, les mortinaissances, etc.). Au cours des dernières décennies, la fréquence de cette maladie a légèrement augmenté, et dans certaines régions, elle a augmenté de 4 à 5 fois par rapport à l'indicateur d'il y a vingt-trente ans.

La mortalité maternelle due aux complications de la grossesse extra-utérine est en moyenne de 4,9% dans les pays en développement et de moins de 1% dans les pays dotés de médicaments avancés. La principale cause de décès est l'initiation tardive du traitement et un diagnostic erroné. Environ la moitié des cas de grossesse extra-utérine restent non diagnostiqués jusqu'à ce que des complications se développent. La réduction de la mortalité est obtenue grâce à des méthodes de diagnostic modernes et à des méthodes de traitement peu invasives.

Faits intéressants:

  • il y a eu des cas de survenue simultanée d'une grossesse extra-utérine et normale;
  • des cas de grossesse extra-utérine ont été rapportés simultanément dans deux trompes de Fallope;
  • la littérature décrit des cas de grossesse extra-utérine multiple;
  • des cas isolés de grossesse extra-utérine à terme sont décrits, dans lesquels le placenta était attaché au foie ou à l'épiploon (organes avec une surface et un apport sanguin suffisants);
  • Une grossesse extra-utérine dans des cas extrêmement rares peut se développer dans l'utérus cervical, ainsi que dans la corne rudimentaire qui ne communique pas avec la cavité utérine;
  • le risque de développer une grossesse extra-utérine augmente avec l'âge et atteint un maximum après 35 ans;
  • la fécondation in vitro est associée à un risque décuplé de développer une grossesse extra-utérine (associée à des troubles hormonaux);
  • le risque de développer une grossesse extra-utérine est plus élevé chez les femmes qui ont eu des grossesses extra-utérines dans leurs antécédents médicaux, des fausses couches à répétition, des maladies inflammatoires des organes génitaux internes et une chirurgie des trompes de Fallope.

Anatomie et physiologie de l'utérus à la conception

Pour mieux comprendre comment une grossesse extra-utérine se produit, ainsi que pour comprendre les mécanismes qui peuvent la provoquer, il est nécessaire de comprendre comment se déroule la conception et l'implantation normales de l'ovule..

La fécondation est le processus de fusion des cellules germinales mâles et femelles - spermatozoïdes et ovules. Cela se produit, généralement après un rapport sexuel, lorsque les spermatozoïdes passent de la cavité vaginale à travers la cavité utérine et les trompes de Fallope vers l'ovule qui quitte les ovaires.


Les ovules sont synthétisés dans les ovaires - les organes génitaux féminins, qui ont également une fonction hormonale. Dans les ovaires, au cours de la première moitié du cycle menstruel, l'ovule mûrit progressivement (généralement un ovule par cycle menstruel), avec le changement et la préparation de celui-ci pour la fécondation. Parallèlement à cela, la couche muqueuse interne de l'utérus (endomètre) subit un certain nombre de changements structurels, qui s'épaissit et se prépare à recevoir l'ovule pour l'implantation.

La fécondation n'est possible qu'après l'ovulation, c'est-à-dire après que l'ovule mature a quitté le follicule (le composant structurel de l'ovaire dans lequel l'ovule mûrit). Cela se produit vers le milieu du cycle menstruel. L'ovule libéré du follicule, avec les cellules qui y sont attachées, formant une couronne radiante (la coquille externe qui remplit une fonction protectrice), tombe sur l'extrémité frangée de la trompe de Fallope du côté correspondant (bien qu'il y ait eu des cas où chez les femmes avec un ovaire fonctionnel, l'ovule était dans le tube sur le côté opposé) et est porté par les cils des cellules tapissant la surface interne des trompes de Fallope, profondément dans l'organe. La fécondation (rencontre avec le sperme) se produit dans la partie ampullaire la plus large du tube. Après cela, l'ovule déjà fécondé à l'aide de cils de l'épithélium, ainsi qu'en raison du flux de liquide dirigé vers la cavité utérine et résultant de la sécrétion de cellules épithéliales, se déplace à travers toute la trompe de Fallope jusqu'à la cavité utérine, où il est implanté.

Il convient de noter que dans le corps féminin, il existe plusieurs mécanismes qui retardent l'avancée d'un ovule fécondé dans la cavité utérine. Cela est nécessaire pour que l'ovule ait le temps de passer par plusieurs étapes de division et de se préparer à l'implantation avant d'entrer dans la cavité utérine. Sinon, l'ovule fécondé peut ne pas pouvoir pénétrer dans l'endomètre et peut être réalisé dans l'environnement externe.

Le retard dans l'avancement d'un œuf fécondé est fourni par les mécanismes suivants:

  • Plis de la membrane muqueuse des trompes de Fallope. Les plis de la membrane muqueuse ralentissent considérablement la progression de l'œuf fécondé, car, d'une part, ils augmentent le chemin qu'il doit parcourir et, d'autre part, ils retardent l'écoulement du liquide qui transporte l'œuf..
  • Contraction spastique de l'isthme de la trompe de Fallope (partie de la trompe située 15-20 mm avant l'entrée de l'utérus). L'isthme de la trompe de Fallope est en état de contraction spastique (constante) pendant plusieurs jours après l'ovulation. Cela complique grandement l'avancement de l'œuf..
Avec le fonctionnement normal du corps féminin, ces mécanismes sont éliminés en quelques jours, en raison d'une augmentation de la sécrétion de progestérone - une hormone féminine qui sert à maintenir la grossesse et est produite par le corps jaune (la partie de l'ovaire d'où est sorti l'ovule).

En atteignant un certain stade de développement de l'ovule (le stade du blastocyste, dans lequel l'embryon se compose de centaines de cellules), le processus d'implantation commence. Ce processus, qui a lieu 5 à 7 jours après l'ovulation et la fécondation, et qui devrait normalement se produire dans la cavité utérine, est le résultat de l'activité de cellules spéciales situées à la surface de l'ovule. Ces cellules sécrètent des substances spéciales qui font fondre les cellules et la structure de l'endomètre, ce qui lui permet de pénétrer dans la couche muqueuse de l'utérus. Après l'introduction de l'ovule, ses cellules commencent à se multiplier et à former le placenta et d'autres organes embryonnaires nécessaires au développement de l'embryon.

Ainsi, dans le processus de fécondation et d'implantation, il existe plusieurs mécanismes dont le dysfonctionnement peut entraîner une implantation incorrecte, ou une implantation dans un endroit autre que la cavité utérine..

La perturbation de l'activité de ces structures peut conduire au développement d'une grossesse extra-utérine:

  • Violation de la contraction des trompes de Fallope pour l'avancement du sperme. Le mouvement des spermatozoïdes de la cavité utérine vers la partie ampullaire de la trompe de Fallope se produit à contre-courant du fluide et, par conséquent, est difficile. La contraction des trompes de Fallope favorise un mouvement plus rapide des spermatozoïdes. La violation de ce processus peut provoquer une rencontre plus tôt ou plus tard de l'ovule avec le sperme et, en conséquence, les processus liés à l'avancement et à l'implantation de l'ovule peuvent aller un peu différemment.
  • Mouvement altéré des cils de l'épithélium. Le mouvement des cils de l'épithélium est activé par les œstrogènes - hormones sexuelles féminines produites par les ovaires. Les mouvements des cils sont dirigés de l'extérieur du tube vers son entrée, en d'autres termes, des ovaires vers l'utérus. En l'absence de mouvements, ou avec leur sens inverse, l'ovule peut rester en place longtemps ou se déplacer dans le sens opposé.
  • Stabilité du spasme spastique de l'isthme de la trompe de Fallope. La contraction spastique de la trompe de Fallope est éliminée par les progestérone. Si leur production est violée, ou pour toute autre raison, ce spasme peut persister et provoquer un retard de l'ovule dans la lumière des trompes de Fallope.
  • Violation de la sécrétion des cellules épithéliales des trompes de Fallope (Fallope). L'activité sécrétoire des cellules de l'épithélium des trompes de Fallope forme un flux de liquide qui favorise l'avancement de l'œuf. En son absence, ce processus ralentit considérablement..
  • Violation de l'activité contractile des trompes de Fallope pour l'avancement de l'ovule. La contraction des trompes de Fallope favorise non seulement le mouvement des spermatozoïdes de la cavité utérine vers l'ovule, mais également le mouvement de l'ovule fécondé vers la cavité utérine. Cependant, même dans des conditions normales, l'activité contractile des trompes de Fallope est plutôt faible, mais elle facilite néanmoins le mouvement de l'œuf (ce qui est particulièrement important en présence d'autres troubles).
Malgré le fait qu'une grossesse extra-utérine se développe en dehors de la cavité utérine, c'est-à-dire sur les tissus non destinés à l'implantation, les premiers stades de formation et de formation du fœtus et des organes embryonnaires (placenta, sac amniotique, etc.) se produisent normalement. Néanmoins, au cours de la suite de la grossesse est inévitablement perturbée. Cela peut être dû au fait que le placenta, qui se forme dans la lumière des trompes de Fallope (le plus souvent) ou sur d'autres organes, détruit les vaisseaux sanguins et provoque le développement de l'hématosalpinx (accumulation de sang dans la lumière de la trompe de Fallope), des saignements intra-abdominaux, ou les deux en même temps. Habituellement, ce processus s'accompagne d'un avortement fœtal. De plus, le fœtus en croissance est très susceptible de provoquer une rupture du tube ou de graves dommages à d'autres organes internes..

Causes d'une grossesse extra-utérine

La grossesse extra-utérine est une pathologie pour laquelle il n'existe pas de cause ou de facteur de risque unique et strictement défini. Cette maladie peut se développer sous l'influence de nombreux facteurs différents, dont certains ne sont toujours pas identifiés..

Dans la grande majorité des cas, une grossesse extra-utérine survient en raison d'une violation du processus de transport d'un œuf ou d'un ovule, ou en raison d'une activité excessive du blastocyste (l'un des stades de développement de l'ovule). Tout cela conduit au fait que le processus d'implantation commence à un moment où l'ovule n'a pas encore atteint la cavité utérine (un cas distinct est une grossesse extra-utérine localisée dans le col de l'utérus, qui peut être associée à un retard d'implantation ou à une avancée trop rapide de l'ovule, mais qui se produit rarement).

Une grossesse extra-utérine peut se développer pour les raisons suivantes:

  • Activité blastocyste prématurée. Dans certains cas, l'activité du blastocyste prématuré avec la libération d'enzymes qui aident à faire fondre les tissus pour l'implantation peut provoquer une grossesse extra-utérine. Cela peut être dû à une sorte d'anomalie génétique, à une exposition à des substances toxiques, ainsi qu'à des perturbations hormonales. Tout cela conduit au fait que l'ovule commence à s'implanter dans le segment de la trompe de Fallope dans lequel il se trouve actuellement.
  • Violation du mouvement de l'ovule à travers les trompes de Fallope. La violation du mouvement de l'ovule à travers la trompe de Fallope conduit au fait que l'œuf fécondé est retenu dans un segment de la trompe (ou à l'extérieur de celui-ci, s'il n'a pas été capturé par les fimbria de la trompe de Fallope), et au début d'un certain stade de développement de l'embryon commence à s'implanter dans la région correspondante.

L'avancement altéré d'un ovule fécondé vers la cavité utérine est considéré comme la cause la plus fréquente de grossesse extra-utérine et peut survenir en raison de nombreux changements structurels et fonctionnels différents.

La violation du mouvement de l'ovule à travers les trompes de Fallope peut être causée par les raisons suivantes:

  • processus inflammatoire dans les appendices utérins;
  • opérations sur les trompes de Fallope et les organes abdominaux;
  • perturbations hormonales;
  • l'endométriose des trompes de Fallope;
  • anomalies congénitales;
  • tumeurs dans le petit bassin;
  • exposition à des substances toxiques.

Processus inflammatoire dans les appendices utérins

Le processus inflammatoire dans les appendices utérins (trompes de Fallope, ovaires) est la cause la plus fréquente de grossesse extra-utérine. Le risque de développer cette pathologie est élevé à la fois dans la salpingite aiguë (inflammation des trompes de Fallope) et dans la maladie chronique. De plus, les agents infectieux, qui sont la cause la plus fréquente d'inflammation, provoquent des changements structurels et fonctionnels dans les tissus des trompes de Fallope, contre lesquels il existe une probabilité extrêmement élevée de perturber l'avancement d'un ovule fécondé..

L'inflammation des appendices utérins peut être causée par de nombreux facteurs dommageables (toxines, radiations, processus auto-immunes, etc.), mais le plus souvent elle survient en réponse à la pénétration d'un agent infectieux. Des études auxquelles ont participé des femmes atteintes de salpingite ont révélé que dans la grande majorité des cas, cette maladie est provoquée par des agents pathogènes facultatifs (ils ne provoquent la maladie que s'il existe des facteurs prédisposants), parmi lesquels les souches qui composent la microflore humaine normale (E. coli) sont de la plus grande importance. Les agents responsables des maladies sexuellement transmissibles, bien qu'ils soient un peu moins courants, sont d'un grand danger, car ils ont des propriétés pathogènes prononcées. Assez souvent, la défaite des appendices utérins est associée à la chlamydia - une infection génitale, pour laquelle une évolution latente est extrêmement caractéristique.

Les agents infectieux peuvent pénétrer dans les trompes de Fallope des manières suivantes:

  • Chemin ascendant. La plupart des agents infectieux sont transportés par voie ascendante. Cela se produit avec la propagation progressive du processus infectieux et inflammatoire du tractus génital inférieur (vagin et col de l'utérus) jusqu'à la cavité utérine et les trompes de Fallope. Ce chemin est typique pour les agents pathogènes des infections génitales, les champignons, les bactéries opportunistes, les bactéries pyogènes.
  • Voie lymphogène ou hématogène. Dans certains cas, des agents infectieux peuvent être introduits dans les appendices utérins avec l'écoulement de la lymphe ou du sang provenant de foyers infectieux et inflammatoires dans d'autres organes (tuberculose, infection staphylococcique, etc.).
  • Introduction directe d'agents infectieux. L'introduction directe d'agents infectieux dans les trompes de Fallope est possible lors de manipulations médicales sur les organes pelviens, sans respecter les règles appropriées d'asepsie et d'antisepsie (avortement ou manipulations ectopiques en dehors des établissements médicaux), ainsi qu'après des plaies ouvertes ou pénétrantes.
  • Par contact. Les agents infectieux peuvent pénétrer dans les trompes de Fallope par contact direct avec des foyers infectieux et inflammatoires sur les organes abdominaux.

Le dysfonctionnement des trompes de Fallope est associé à l'effet direct des bactéries pathogènes sur leur structure, ainsi qu'à la réaction inflammatoire elle-même, qui, bien que visant à limiter et à éliminer le foyer infectieux, peut causer des dommages locaux importants.

L'impact du processus infectieux et inflammatoire sur les trompes de Fallope a les conséquences suivantes:

  • L'activité des cils de la couche muqueuse des trompes de Fallope est altérée. Une modification de l'activité des cils de l'épithélium des trompes de Fallope est associée à une modification de l'environnement dans la lumière des trompes, à une diminution de leur sensibilité à l'action des hormones, ainsi qu'à une destruction partielle ou complète des cils.
  • La composition et la viscosité de la sécrétion des cellules épithéliales des trompes de Fallope changent. L'effet des substances pro-inflammatoires et des déchets de bactéries sur les cellules de la membrane muqueuse des trompes de Fallope provoque une violation de leur activité sécrétoire, ce qui conduit à une diminution de la quantité de liquide produit, à une modification de sa composition et à une augmentation de la viscosité. Tout cela ralentit considérablement l'avancement de l'œuf..
  • Un œdème se produit, rétrécissant la lumière de la trompe de Fallope. Le processus inflammatoire est toujours accompagné d'un gonflement causé par un œdème tissulaire. Cet œdème dans un espace aussi limité que la lumière de la trompe de Fallope peut provoquer son blocage complet, ce qui conduira soit à l'impossibilité de conception, soit à une grossesse extra-utérine.

Opérations sur les trompes de Fallope et les organes abdominaux

Les interventions chirurgicales, même minimalement invasives, sont associées à un traumatisme, même minime, qui peut provoquer des changements dans la structure et la fonction des organes. Cela est dû au fait que sur le site de la blessure ou du défaut, du tissu conjonctif se forme, qui ne peut pas remplir une fonction synthétique ou contractile, qui occupe un volume légèrement plus grand et qui modifie la structure de l'organe.

Une grossesse extra-utérine peut être déclenchée par les interventions chirurgicales suivantes:

  • Opérations sur les organes abdominaux ou pelviens n'impliquant pas les organes génitaux. Les opérations sur les organes de la cavité abdominale peuvent affecter indirectement la fonction des trompes de Fallope, car elles peuvent provoquer des adhérences, et peuvent également provoquer une perturbation de leur apport sanguin ou de leur innervation (intersection accidentelle ou délibérée ou blessure des vaisseaux et des nerfs pendant l'opération).
  • Chirurgie génitale. La nécessité d'une opération des trompes de Fallope se pose en présence de toutes pathologies (tumeur, abcès, foyer infectieux et inflammatoire, grossesse extra-utérine). Après la formation de tissu conjonctif sur le site de l'incision et de la suture, la capacité du tuyau à se contracter change et sa mobilité est altérée. De plus, son diamètre intérieur peut diminuer..
Par ailleurs, il convient de mentionner une méthode de stérilisation féminine telle que la ligature des trompes. Cette méthode implique l'imposition de ligatures sur les trompes de Fallope (parfois - leur intersection ou cautérisation) pendant la chirurgie. Cependant, dans certains cas, cette méthode de stérilisation n'est pas assez efficace et une grossesse survient toujours. Cependant, comme en raison de la ligature de la trompe de Fallope, sa lumière est considérablement rétrécie, la migration normale de l'ovule dans la cavité utérine devient impossible, ce qui conduit au fait qu'il est implanté dans la trompe de Fallope et qu'une grossesse extra-utérine se développe..

Perturbations hormonales

Le fonctionnement normal du système hormonal est extrêmement important pour le maintien de la grossesse, car les hormones contrôlent le processus d'ovulation, de fécondation et le mouvement de l'ovule à travers les trompes de Fallope. En présence de toute perturbation de la fonction endocrinienne, ces processus peuvent être perturbés et une grossesse extra-utérine peut se développer..

Les hormones stéroïdes produites par les ovaires - progestérone et œstrogène sont particulièrement importantes dans la régulation du travail des organes du système reproducteur. Ces hormones ont des effets légèrement différents, car normalement la concentration maximale de chacune d'elles tombe sur différentes phases du cycle menstruel et de la grossesse..

La progestérone a les effets suivants:

  • inhibe le mouvement des cils de l'épithélium tubaire;
  • réduit l'activité contractile des muscles lisses des trompes de Fallope.
L'œstrogène a les effets suivants:
  • augmente la fréquence de scintillement des cils de l'épithélium tubaire (une concentration trop élevée de l'hormone peut provoquer leur immobilisation);
  • stimule l'activité contractile des muscles lisses des trompes de Fallope;
  • affecte le développement des trompes de Fallope lors de la formation des organes génitaux.
Le changement cyclique normal de la concentration de ces hormones vous permet de créer des conditions optimales pour la fécondation et la migration de l'ovule. Toute modification de leur niveau peut entraîner la rétention de l'ovule et son implantation en dehors de la cavité utérine.

Les facteurs suivants contribuent à une modification du taux d'hormones sexuelles:

  • perturbation des ovaires;
  • perturbations du cycle menstruel;
  • utilisation de contraceptifs oraux contenant uniquement de la progestérone (analogue synthétique de la progestérone);
  • contraception d'urgence (lévonorgestrel, mifépristone);
  • induction de l'ovulation avec des injections de clomifène ou de gonadotrophine;
  • stress;
  • troubles neurologiques et autonomes.
D'autres hormones sont également impliquées, à un degré ou à un autre, dans la régulation de la fonction de reproduction. Un changement de leur concentration à la hausse ou à la baisse peut avoir des conséquences extrêmement néfastes sur la grossesse..

La perturbation des organes suivants de la sécrétion interne peut provoquer une grossesse extra-utérine:

  • Thyroïde. Les hormones thyroïdiennes sont responsables de nombreux processus métaboliques, y compris la transformation de certaines substances impliquées dans la régulation de la fonction de reproduction.
  • Glandes surrénales: Les glandes surrénales synthétisent un certain nombre d'hormones stéroïdes qui sont essentielles au fonctionnement normal des organes génitaux..
  • Hypothalamus, glande pituitaire. L'hypothalamus et la glande pituitaire sont des structures cérébrales qui produisent un certain nombre d'hormones ayant une activité régulatrice. La perturbation de leur travail peut entraîner un dysfonctionnement important de tout l'organisme, y compris du système reproducteur..

L'endométriose

L'endométriose est une pathologie dans laquelle les îlots fonctionnels de l'endomètre (la couche muqueuse de l'utérus) se retrouvent à l'extérieur de la cavité utérine (le plus souvent dans les trompes de Fallope, sur le péritoine). Cette maladie survient lorsque le sang menstruel contenant des cellules endométriales est jeté de l'utérus dans la cavité abdominale à travers les trompes de Fallope. En dehors de l'utérus, ces cellules prennent racine, se multiplient et forment des foyers qui fonctionnent et changent de manière cyclique au cours du cycle menstruel.

L'endométriose est une pathologie en présence de laquelle le risque de développer une grossesse extra-utérine augmente. Cela est dû à certains changements structurels et fonctionnels qui se produisent dans les organes reproducteurs..

Avec l'endométriose, les changements suivants se produisent:

  • la fréquence de scintillement des cils de l'épithélium tubaire diminue;
  • du tissu conjonctif est formé dans la lumière de la trompe de Fallope;
  • le risque d'infection des trompes de Fallope augmente.

Anomalies génitales

Les anomalies des organes génitaux peuvent rendre le mouvement de l'ovule à travers les trompes de Fallope difficile, lent, trop long, voire impossible..

Les anomalies suivantes sont particulièrement importantes:

  • Infantilisme génital. L'infantilisme génital est un retard dans le développement du corps, dans lequel les organes génitaux présentent certaines caractéristiques anatomiques et fonctionnelles. Pour le développement d'une grossesse extra-utérine, il est particulièrement important que les trompes de Fallope avec cette maladie soient plus longues que d'habitude. Cela augmente le temps de migration de l'ovule et, par conséquent, facilite l'implantation à l'extérieur de la cavité utérine..
  • Sténose des trompes de Fallope La sténose, ou rétrécissement des trompes de Fallope, est une pathologie qui peut survenir non seulement sous l'influence de divers facteurs externes, mais qui peut être congénitale. Une sténose importante peut conduire à l'infertilité, mais un rétrécissement moins prononcé ne peut qu'entraver le processus de migration de l'œuf vers la cavité utérine.
  • Diverticules des trompes de Fallope et de l'utérus. Les diverticules sont des saillies sacculaires de la paroi de l'organe. Ils gênent considérablement le transport de l'œuf et peuvent en outre agir comme un foyer infectieux et inflammatoire chronique.

Tumeurs dans le petit bassin

Exposition à des substances toxiques

Sous l'influence de substances toxiques, le travail de la plupart des organes et systèmes du corps humain est perturbé. Plus une femme est exposée longtemps à des substances nocives, et plus elles pénètrent dans le corps, plus les violations qu'elles peuvent provoquer sont graves..

Une grossesse extra-utérine peut survenir lorsqu'elle est exposée à une variété de substances toxiques. Les toxines contenues dans la fumée de tabac, l'alcool et les drogues méritent une attention particulière, car elles sont répandues et augmentent le risque de développer la maladie plus de trois fois. De plus, les poussières industrielles, les sels de métaux lourds, diverses vapeurs toxiques et d'autres facteurs qui accompagnent souvent les processus effectués ont également un effet important sur le corps de la mère et sa fonction reproductrice..

Les substances toxiques provoquent les changements suivants dans le fonctionnement du système reproducteur:

  • ovulation retardée;
  • changement de la contraction des trompes de Fallope;
  • diminution de la fréquence de mouvement des cils de l'épithélium tubaire;
  • immunité altérée avec un risque accru d'infection des organes génitaux internes;
  • modifications de la circulation sanguine locale et générale;
  • changements dans la concentration d'hormones;
  • troubles neurovégétatifs.

La fécondation in vitro

Facteurs de risque

Comme mentionné ci-dessus, une grossesse extra-utérine est une maladie qui peut être déclenchée par de nombreux facteurs différents. Sur la base des causes possibles et des mécanismes sous-jacents à leur développement, ainsi que sur la base de nombreuses années de recherche clinique, un certain nombre de facteurs de risque ont été identifiés, c'est-à-dire des facteurs qui augmentent considérablement la probabilité de développer une grossesse extra-utérine..

Les facteurs de risque pour le développement d'une grossesse extra-utérine sont:

  • grossesses extra-utérines transférées;
  • l'infertilité et son traitement dans le passé;
  • la fécondation in vitro;
  • stimulation de l'ovulation;
  • contraceptifs à progestatif seul;
  • la mère a plus de 35 ans;
  • fumeur;
  • le sexe promiscuité;
  • stérilisation inefficace par bandage ou cautérisation des trompes de Fallope;
  • infections des organes génitaux supérieurs;
  • anomalies génitales congénitales et acquises;
  • opérations sur les organes abdominaux;
  • maladies infectieuses et inflammatoires de la cavité abdominale et du petit bassin;
  • troubles neurologiques;
  • stress;
  • mode de vie passif.

Symptômes de grossesse extra-utérine

Les symptômes d'une grossesse extra-utérine dépendent de la phase de la grossesse. Pendant la période de grossesse extra-utérine progressive, tous les symptômes spécifiques sont généralement absents, et avec l'interruption de grossesse, qui peut se dérouler comme un avortement tubaire ou la rupture d'un tube, un tableau clinique vif d'un abdomen aigu apparaît, nécessitant une hospitalisation immédiate..

Signes d'une grossesse extra-utérine progressive

La grossesse extra-utérine progressive, dans l'écrasante majorité des cas, ne diffère pas en évolution clinique d'une grossesse utérine normale. Pendant toute la période, pendant le développement du fœtus, des signes hypothétiques (sensations subjectives ressenties par une femme enceinte) et probables (détectés lors d'un examen objectif) de grossesse peuvent être détectés.

Les signes présumés (douteux) de grossesse sont:

  • nausées Vomissements;
  • changement de l'appétit et des préférences gustatives;
  • somnolence;
  • sautes d'humeur fréquentes;
  • irritabilité;
  • sensibilité accrue aux odeurs;
  • sensibilité accrue des glandes mammaires.

Les signes probables de grossesse sont:
  • l'arrêt des menstruations chez une femme sexuellement active et en âge de procréer;
  • couleur bleuâtre (cyanose) de la membrane muqueuse des organes génitaux - le vagin et le col de l'utérus;
  • engorgement des glandes mammaires;
  • écoulement de colostrum des glandes mammaires avec pression (pertinent uniquement pendant la première grossesse);
  • ramollissement de l'utérus;
  • contraction et durcissement de l'utérus pendant l'étude, suivis d'un ramollissement;
  • asymétrie de l'utérus en début de grossesse;
  • mobilité cervicale.

La présence de ces signes dans de nombreux cas indique une grossesse en développement, et en même temps, ces symptômes sont les mêmes pour une grossesse physiologique et une grossesse extra-utérine. Il est à noter que des signes douteux et probables peuvent être causés non seulement par le développement du fœtus, mais également par certaines pathologies (tumeurs, infections, stress, etc.).

Les signes fiables de grossesse (rythme cardiaque fœtal, mouvements fœtaux, palpation de grandes parties de celui-ci) avec une grossesse extra-utérine sont extrêmement rares, car ils sont caractéristiques des derniers stades du développement intra-utérin, avant lesquels se développent généralement diverses complications - avortement tubaire ou rupture de la sonde.

Dans certains cas, une grossesse extra-utérine progressive peut être accompagnée de douleur et d'écoulement sanglant du tractus génital. Dans le même temps, cette pathologie de la grossesse se caractérise par une petite quantité de décharge (contrairement à l'avortement spontané pendant la grossesse utérine, lorsque la douleur est légère et la décharge abondante).

Signes d'un avortement tubaire

L'avortement tubaire survient le plus souvent 2 à 3 semaines après le début d'un retard des règles en raison du rejet du fœtus et de ses membranes. Ce processus s'accompagne d'un certain nombre de symptômes caractéristiques de l'avortement spontané en association avec des signes de grossesse douteux et probables (nausées, vomissements, changement de goût, retard des règles).

Un avortement tubaire est accompagné des symptômes suivants:

  • Douleur récurrente. Des crampes récurrentes dans le bas-ventre sont associées à la contraction de la trompe de Fallope, ainsi qu'à son éventuel remplissage de sang. Dans ce cas, les douleurs irradient (donnent) à la zone du rectum, le périnée. L'apparition d'une douleur aiguë constante peut indiquer une hémorragie dans la cavité abdominale avec irritation du péritoine.
  • Écoulement sanglant du tractus génital. La survenue d'un écoulement sanglant est associée au rejet de l'endomètre altéré de manière déciduelle (partie du système placentaire-utérin dans lequel se produisent des processus métaboliques), ainsi qu'à des lésions partielles ou complètes des vaisseaux sanguins. Le volume d'écoulement sanglant du tractus génital peut ne pas correspondre au degré de perte de sang, car la plupart du sang à travers la lumière des trompes de Fallope peut pénétrer dans la cavité abdominale.
  • Signes de saignement caché. Les saignements lors d'un avortement tubaire peuvent être mineurs et l'état général de la femme peut ne pas être perturbé. Cependant, avec un volume de perte de sang de plus de 500 ml, de fortes douleurs dans le bas-ventre apparaissent avec irradiation vers l'hypochondre droit, la région interscapulaire et la clavicule droite (associées à une irritation du péritoine avec le flux sanguin). Il y a faiblesse, étourdissements, évanouissements, nausées, vomissements. Il y a un rythme cardiaque rapide, une diminution de la pression artérielle. Une quantité importante de sang dans l'abdomen peut provoquer une hypertrophie ou un gonflement de l'abdomen.

Signes d'une trompe de Fallope rompue

La rupture de la trompe de Fallope, qui se produit sous l'influence d'un embryon en développement et en croissance, s'accompagne d'un tableau clinique vif, qui survient généralement soudainement dans le contexte d'un état de bien-être complet. Le principal problème avec ce type d'interruption de grossesse extra-utérine est l'hémorragie interne abondante, qui forme les symptômes de la pathologie..

La rupture de la trompe de Fallope peut être accompagnée des symptômes suivants:

  • Douleurs abdominales basses. La douleur abdominale basse survient en raison de la rupture de la trompe de Fallope, ainsi que de l'irritation du péritoine avec le flux sanguin. La douleur commence généralement du côté du tube «enceinte» et se propage au périnée, à l'anus, à l'hypochondre droit, à la clavicule droite. La douleur est persistante et aiguë.
  • Faiblesse, perte de conscience. La faiblesse et la perte de conscience sont dues à une hypoxie (déficit en oxygène) du cerveau, qui se développe en raison d'une diminution de la pression artérielle (dans le contexte d'une diminution du volume sanguin circulant), ainsi que d'une diminution du nombre de globules rouges qui transportent de l'oxygène.
  • Désirs de déféquer, selles molles. L'irritation du péritoine dans la région rectale peut provoquer une envie fréquente de déféquer, ainsi que des selles molles.
  • Nausée et vomissements. Les nausées et vomissements surviennent par réflexe en raison de l'irritation du péritoine, ainsi que des effets négatifs de l'hypoxie sur le système nerveux.
  • Signes de choc hémorragique. Le choc hémorragique se produit avec une grande quantité de perte de sang, qui menace directement la vie d'une femme. Les signes de cette maladie sont la pâleur de la peau, l'apathie, le retard de l'activité nerveuse, la sueur froide, l'essoufflement. Il y a une augmentation de la fréquence cardiaque, une diminution de la pression artérielle (dont le degré de réduction correspond à la gravité de la perte de sang).

Diagnostic de la grossesse extra-utérine

Le diagnostic de la grossesse extra-utérine repose sur un examen clinique et un certain nombre d'études instrumentales. Les plus grandes difficultés sont présentées par le diagnostic d'une grossesse extra-utérine progressive, car dans la plupart des cas, cette pathologie n'est accompagnée d'aucun signe spécifique et dans les premiers stades, il est assez facile de l'ignorer. Le diagnostic opportun d'une grossesse extra-utérine progressive peut prévenir des complications aussi redoutables et dangereuses que l'avortement tubaire et la rupture de la trompe de Fallope.

Examen clinique

Le diagnostic d'une grossesse extra-utérine commence par un examen clinique, au cours duquel le médecin identifie certains signes spécifiques indiquant une grossesse extra-utérine.

Lors de l'examen clinique, l'état général de la femme est évalué, une palpation, une percussion (percussion) et une auscultation sont effectuées, et un examen gynécologique est effectué. Tout cela vous permet de créer une image holistique de la pathologie, nécessaire à la formation d'un diagnostic préliminaire..

Les données collectées lors de l'examen clinique peuvent différer à différents stades du développement d'une grossesse extra-utérine. Avec une grossesse extra-utérine progressive, il y a un certain retard dans la taille de l'utérus, un sceau dans la zone des appendices du côté correspondant au tube "enceinte" peut être détecté (ce qui n'est pas toujours possible à identifier, en particulier dans les premiers stades). L'examen gynécologique révèle une cyanose du vagin et du col de l'utérus. Signes de grossesse utérine - ramollissement de l'utérus et de l'isthme, asymétrie de l'utérus, flexion de l'utérus peut être absent.

Avec une rupture de la trompe de Fallope, ainsi qu'avec un avortement tubaire, il y a une pâleur de la peau, une fréquence cardiaque rapide et une diminution de la pression artérielle. Lors du tapotement (percussion) dans le bas de l'abdomen, une matité est notée, ce qui indique une accumulation de liquide (sang). La palpation de l'abdomen est souvent difficile, car l'irritation du péritoine provoque une contraction des muscles de la paroi abdominale antérieure. L'examen gynécologique révèle une mobilité excessive et un ramollissement de l'utérus, une douleur intense lors de l'examen du col de l'utérus. La pression exercée sur le fornix vaginal postérieur, qui peut être aplati, provoque une douleur intense («cri de Douglas»).

Procédure d'échographie

L'échographie (échographie) est l'une des méthodes d'examen les plus importantes qui permet de diagnostiquer une grossesse extra-utérine à un stade assez précoce et qui est utilisée pour confirmer ce diagnostic..

Les signes suivants peuvent aider à diagnostiquer une grossesse extra-utérine:

  • une augmentation du corps de l'utérus;
  • épaississement de la muqueuse utérine sans détection de l'ovule;
  • détection de formation hétérogène dans la zone des appendices utérins;
  • œuf fœtal avec un embryon à l'extérieur de la cavité utérine.
L'échographie transvaginale a une valeur diagnostique particulière, qui vous permet de détecter une grossesse dès 3 semaines après l'ovulation ou dans les 5 semaines après les dernières règles. Cette méthode d'examen est largement pratiquée dans les services d'urgence et est extrêmement sensible et spécifique..

Le diagnostic échographique permet de détecter une grossesse utérine dont la présence dans la très grande majorité des cas permet d'exclure une grossesse extra-utérine (les cas de développement simultané d'une grossesse utérine normale et extra-utérine sont extrêmement rares). Un signe absolu de grossesse utérine est la détection d'un sac gestationnel (terme utilisé exclusivement dans les diagnostics échographiques), d'un sac vitellin et d'un embryon dans la cavité utérine.

En plus de diagnostiquer une grossesse extra-utérine, l'échographie peut détecter une rupture de la trompe de Fallope, une accumulation de liquide libre dans la cavité abdominale (sang), une accumulation de sang dans la lumière de la trompe de Fallope. En outre, cette méthode permet un diagnostic différentiel avec d'autres conditions pouvant provoquer une clinique de l'abdomen aigu.

Les femmes à risque, ainsi que les femmes ayant une fécondation in vitro, sont soumises à un examen échographique périodique, car elles ont dix fois plus de chances de développer une grossesse extra-utérine.

Niveau de gonadotrophine chorionique

La gonadotrophine chorionique est une hormone synthétisée par les tissus du placenta et dont le niveau augmente progressivement pendant la grossesse. Normalement, sa concentration double toutes les 48 à 72 heures. Avec une grossesse extra-utérine, le taux de gonadotrophine chorionique augmentera beaucoup plus lentement qu'avec une grossesse normale.

La détermination du taux de gonadotrophine chorionique est possible à l'aide de tests de grossesse express (qui se caractérisent par un pourcentage assez élevé de résultats faux négatifs), ainsi que par une analyse de laboratoire plus détaillée, qui permet d'évaluer sa concentration dans le temps. Les tests de grossesse prévoient une courte période de temps pour confirmer la présence d'une grossesse et élaborer une stratégie de diagnostic si une grossesse extra-utérine est suspectée. Cependant, dans certains cas, la gonadotrophine chorionique peut ne pas être détectée par ces tests. L'interruption de grossesse, qui survient avec un avortement tubaire et une rupture de la sonde, perturbe la production de cette hormone et, par conséquent, pendant une période de complications, un test de grossesse peut être faux négatif.

La détermination de la concentration de gonadotrophine chorionique est particulièrement utile en conjonction avec un examen échographique, car elle vous permet d'évaluer plus correctement les signes détectés à l'échographie. Cela est dû au fait que le niveau de cette hormone dépend directement de la période de développement gestationnel. La comparaison des données obtenues lors de l'échographie et après analyse de la gonadotrophine chorionique permet de juger de l'évolution de la grossesse.

Niveau de progestérone

La détermination du taux de progestérone dans le plasma sanguin est une autre façon de diagnostiquer en laboratoire une grossesse en développement anormal. Sa faible concentration (inférieure à 25 ng / ml) indique la présence d'une pathologie de grossesse. Une diminution des taux de progestérone inférieure à 5 ng / ml est le signe d'un fœtus non viable et, quel que soit le lieu de la grossesse, indique toujours la présence de toute pathologie.

Les niveaux de progestérone ont les caractéristiques suivantes:

  • ne dépend pas de la période de développement gestationnel;
  • reste relativement constant pendant le premier trimestre de la grossesse;
  • à un niveau initialement anormal, il ne revient pas à la normale;
  • ne dépend pas du niveau de gonadotrophine chorionique.

Cependant, cette méthode n'est pas suffisamment spécifique et sensible, elle ne peut donc pas être utilisée séparément des autres procédures de diagnostic. De plus, lors de la fécondation in vitro, il perd de son importance, car au cours de cette procédure, son niveau peut être augmenté (dans le contexte d'une augmentation de la sécrétion ovarienne due à la stimulation précédente de l'ovulation, ou dans le contexte de l'administration artificielle de préparations pharmacologiques contenant de la progestérone).

Ponction de la cavité abdominale à travers le fornix postérieur du vagin (culdocentèse)

La ponction de la cavité abdominale à travers le fornix postérieur du vagin est utilisée dans le tableau clinique d'un abdomen aigu avec suspicion de grossesse extra-utérine et est une méthode qui permet de différencier cette pathologie d'un certain nombre d'autres.

Lors d'une grossesse extra-utérine, du sang noir non coagulant est obtenu à partir de la cavité abdominale, qui ne se noie pas lorsqu'il est placé dans un vaisseau avec de l'eau. L'examen microscopique révèle des villosités choriales, des particules de trompes de Fallope et de l'endomètre.

En raison du développement de méthodes de diagnostic plus informatives et modernes, y compris la laparoscopie, la ponction de la cavité abdominale à travers le fornix vaginal postérieur a perdu sa valeur diagnostique..

Curetage diagnostique de la cavité utérine

Le curetage diagnostique de la cavité utérine suivi d'une étude histologique du matériel obtenu n'est utilisé qu'en cas d'anomalie de grossesse avérée (faibles taux de progestérone ou de gonadotrophine chorionique), pour le diagnostic différentiel avec avortement spontané incomplet, ainsi qu'en cas de refus ou d'impossibilité de poursuivre la grossesse.

Avec une grossesse extra-utérine, les changements histologiques suivants sont révélés dans le matériel obtenu:

  • transformation déciduelle de l'endomètre;
  • manque de villosités choriales;
  • noyaux de cellules endométriales atypiques (phénomène Arias-Stella).

Bien que le curetage diagnostique de la cavité utérine soit une méthode de diagnostic assez efficace et simple, il peut être trompeur dans le cas du développement simultané d'une grossesse utérine et extra-utérine.

Laparoscopie

La laparoscopie est une méthode chirurgicale moderne qui permet des interventions mini-invasives sur les organes abdominaux et pelviens, ainsi que des opérations de diagnostic. L'essence de cette méthode réside dans l'introduction par une petite incision dans la cavité abdominale d'un instrument spécial, un laparoscope, équipé d'un système de lentilles et d'éclairage, qui vous permet d'évaluer visuellement l'état des organes à l'étude. En cas de grossesse extra-utérine, la laparoscopie permet d'examiner les trompes de Fallope, l'utérus et la cavité pelvienne.

Avec une grossesse extra-utérine, les changements suivants dans les organes génitaux internes sont détectés:

  • épaississement des trompes de Fallope;
  • coloration violet-bleuâtre des trompes de Fallope;
  • rupture de la trompe de Fallope;
  • l'œuf fécondé sur les ovaires, l'épiploon ou un autre organe;
  • saignement de la lumière de la trompe de Fallope;
  • accumulation de sang dans l'abdomen.
L'avantage de la laparoscopie est une sensibilité et une spécificité assez élevées, un faible degré de traumatisme, ainsi que la possibilité d'interruption opératoire d'une grossesse extra-utérine et l'élimination des saignements et autres complications immédiatement après le diagnostic..

La laparoscopie est montrée dans tous les cas de grossesse extra-utérine, ainsi que s'il est impossible de poser un diagnostic précis (comme méthode de diagnostic la plus informative).

Traitement de grossesse extra-utérine

Est-il possible d'avoir un bébé avec une grossesse extra-utérine?

L'utérus est le seul organe du corps d'une femme qui puisse assurer un développement fœtal adéquat. La fixation de l'ovule à tout autre organe est lourde de malnutrition, de changements structurels et de rupture ou de dommages à cet organe. C'est pour cette raison qu'une grossesse extra-utérine est une pathologie dans laquelle porter et mettre au monde un enfant est impossible..

Aujourd'hui, en médecine, il n'existe aucun moyen permettant de mener une grossesse extra-utérine. La littérature décrit plusieurs cas où, avec cette pathologie, il était possible d'amener les enfants à une période compatible avec la vie en milieu extérieur. Cependant, d'une part, de tels cas ne sont possibles que dans un ensemble extrêmement rare de circonstances (un cas pour plusieurs centaines de milliers de grossesses extra-utérines), d'autre part, ils sont associés à un risque extrêmement élevé pour la mère et, troisièmement, il existe une possibilité de formation de pathologies fœtales..

Ainsi, porter et donner naissance à un enfant avec une grossesse extra-utérine est impossible. Étant donné que cette pathologie menace la vie de la mère et est incompatible avec la vie du fœtus, la solution la plus rationnelle consiste à interrompre la grossesse immédiatement après le diagnostic..

Est-il possible de traiter une grossesse extra-utérine sans chirurgie?

Historiquement, le traitement des grossesses extra-utérines s'est limité à l'ablation chirurgicale du fœtus. Cependant, avec le développement de la médecine, certaines méthodes de traitement non chirurgical de cette pathologie ont été proposées. Cette thérapie est basée sur la nomination de méthotrexate, un médicament qui est un antimétabolite capable de modifier les processus de synthèse dans la cellule et de retarder la division cellulaire. Ce médicament est largement utilisé en oncologie pour traiter diverses tumeurs, ainsi que pour supprimer l'immunité lors d'une transplantation d'organe..

L'utilisation du méthotrexate pour le traitement de la grossesse extra-utérine est basée sur son effet sur les tissus du fœtus et ses organes embryonnaires avec l'arrêt de leur développement et le rejet spontané ultérieur..

Le traitement médicamenteux au méthotrexate présente un certain nombre d'avantages par rapport au traitement chirurgical, car il réduit le risque de saignement, annule les lésions tissulaires et organiques et réduit la période de rééducation. Cependant, cette méthode n'est pas sans inconvénients..

Lors de l'utilisation du méthotrexate, les effets secondaires suivants sont possibles:

  • la nausée;
  • vomissement;
  • stomatite;
  • la diarrhée;
  • pathologie de l'estomac;
  • vertiges;
  • dommages au foie;
  • suppression de la fonction de la moelle osseuse (anémique, diminution de l'immunité, saignement);
  • dermatite;
  • pneumonie;
  • calvitie;
  • rupture de la trompe de Fallope avec grossesse progressive.
Le traitement d'une grossesse extra-utérine par le méthotrexate est possible dans les conditions suivantes:
  • grossesse extra-utérine confirmée;
  • patient hémodynamiquement stable (pas de saignement);
  • la taille de l'ovule ne dépasse pas 4 cm;
  • manque d'activité cardiaque fœtale lors de l'examen échographique;
  • aucun signe de rupture de la trompe de Fallope;
  • taux de gonadotrophine chorionique inférieur à 5000 UI / ml.
Le traitement par le méthotrexate est contre-indiqué dans les situations suivantes:
  • le niveau de gonadotrophine chorionique est supérieur à 5000 UI / ml;
  • la présence d'une activité cardiaque fœtale lors de l'examen échographique;
  • hypersensibilité au méthotrexate;
  • allaitement maternel;
  • état d'immunodéficience;
  • alcoolisme;
  • dommages au foie;
  • leucopénie (faible nombre de globules blancs);
  • thrombocytopénie (faible numération plaquettaire);
  • anémie (faible nombre de globules rouges);
  • infection pulmonaire active;
  • ulcère de l'estomac;
  • pathologie rénale.
Le traitement est effectué par administration parentérale (intramusculaire ou intraveineuse) du médicament, qui peut être une dose unique ou peut durer plusieurs jours. Pendant toute la durée du traitement, la femme est sous observation, car il existe toujours un risque de rupture de la trompe de Fallope ou d'autres complications.

L'efficacité du traitement est évaluée en mesurant le taux de gonadotrophine chorionique au fil du temps. Une diminution de celle-ci de plus de 15% par rapport à la valeur initiale le 4-5ème jour après l'administration du médicament indique le succès du traitement (pendant les 3 premiers jours, le niveau de l'hormone peut être augmenté). Parallèlement à la mesure de cet indicateur, la fonction des reins, du foie, de la moelle osseuse est surveillée.

En l'absence de l'effet du traitement médicamenteux avec le méthotrexate, une intervention chirurgicale est prescrite.

Le traitement par le méthotrexate est associé à de nombreux risques, car le médicament peut affecter négativement certains des organes vitaux d'une femme, ne réduit pas le risque de rupture de la trompe de Fallope jusqu'à la fin complète de la grossesse et, en outre, il n'est pas toujours assez efficace. Par conséquent, la principale méthode de traitement de la grossesse extra-utérine reste la chirurgie..

Il faut comprendre que le traitement conservateur ne produit pas toujours l'effet thérapeutique attendu, et de plus, en raison du retard de l'intervention chirurgicale, certaines complications peuvent survenir, telles que rupture de la sonde, avortement tubaire et saignement massif (sans parler des effets secondaires du méthotrexate lui-même).

Chirurgie

Malgré la possibilité d'un traitement non chirurgical, le traitement chirurgical reste la principale méthode de prise en charge des femmes enceintes extra-utérines. L'intervention chirurgicale est indiquée pour toutes les femmes qui ont une grossesse extra-utérine (en développement et interrompue).

Le traitement chirurgical est indiqué dans les situations suivantes:

  • développer une grossesse extra-utérine;
  • une grossesse extra-utérine interrompue;
  • avortement tubaire;
  • rupture de la trompe de Fallope;
  • hémorragie interne.
Le choix de la tactique chirurgicale repose sur les facteurs suivants:
  • l'âge du patient;
  • désir d'avoir une grossesse à l'avenir;
  • l'état de la trompe de Fallope du côté de la grossesse;
  • l'état de la trompe de Fallope du côté opposé;
  • localisation de la grossesse;
  • la taille de l'ovule;
  • l'état général du patient;
  • la quantité de sang perdue;
  • état des organes pelviens (adhérences).
Sur la base de ces facteurs, le choix d'une opération chirurgicale est fait. Avec un degré important de perte de sang, un état général grave du patient, ainsi qu'avec le développement de certaines complications, une laparotomie est réalisée - une opération avec une large incision, qui permet au chirurgien d'arrêter rapidement le saignement et de stabiliser le patient. Dans tous les autres cas, la laparoscopie est utilisée - une intervention chirurgicale dans laquelle des manipulateurs et un système optique sont insérés à travers de petites incisions dans la paroi abdominale antérieure dans la cavité abdominale, permettant un certain nombre de procédures.

L'accès laparoscopique permet d'effectuer les types d'opérations suivants:

  • Salpingotomie (incision de la trompe de Fallope avec extraction du fœtus, sans retirer la trompe elle-même). La salpingotomie permet de préserver la trompe de Fallope et sa fonction reproductrice, ce qui est particulièrement important en l'absence d'enfants ou si la trompe est endommagée de l'autre côté. Cependant, cette opération n'est possible qu'avec de petites tailles de l'ovule, ainsi qu'avec l'intégrité du tube lui-même au moment de l'opération. De plus, la salpingotomie est associée à un risque accru de grossesse extra-utérine récurrente à l'avenir..
  • Salpingectomie (ablation de la trompe de Fallope avec le fœtus implanté). La salpingectomie est une méthode radicale dans laquelle la trompe de Fallope «enceinte» est retirée. Ce type d'intervention est indiqué en présence d'une grossesse extra-utérine dans les antécédents médicaux de la femme, ainsi que lorsque la taille de l'ovule est supérieure à 5 cm.Dans certains cas, il n'est pas possible de retirer complètement le tube, mais uniquement d'en exciser la partie endommagée, ce qui permet de préserver dans une certaine mesure sa fonction.
Il est nécessaire de comprendre que dans la plupart des cas, une intervention pour une grossesse extra-utérine est effectuée de toute urgence pour éliminer les saignements et éliminer les conséquences d'un avortement tubaire ou d'une rupture de la sonde, de sorte que les patientes se retrouvent sur la table d'opération avec une préparation préliminaire minimale. Si nous parlons d'une opération planifiée, les femmes sont préparées au préalable (la préparation est effectuée dans le service gynécologique ou chirurgical, car toutes les femmes ayant une grossesse extra-utérine sont sujettes à une hospitalisation immédiate).

La préparation à la chirurgie comprend les procédures suivantes:

  • don de sang pour analyse générale et biochimique;
  • détermination du groupe sanguin et du facteur Rh;
  • effectuer un électrocardiogramme;
  • examen échographique;
  • consultation du thérapeute.

Période postopératoire

La période postopératoire est extrêmement importante pour la normalisation de l'état de la femme, pour l'élimination de certains facteurs de risque, ainsi que pour la réhabilitation de la fonction reproductrice..

Pendant la période postopératoire, une surveillance constante des paramètres hémodynamiques est effectuée, ainsi que l'administration d'analgésiques, d'antibiotiques et d'anti-inflammatoires. Après une chirurgie laparoscopique (mini-invasive), les femmes peuvent être libérées dans un délai d'un à deux jours, mais après la laparotomie, l'hospitalisation est nécessaire pour une période beaucoup plus longue.

Après une intervention chirurgicale et l'ablation de l'ovule, il est nécessaire de surveiller la gonadotrophine chorionique chaque semaine. Cela est dû au fait que dans certains cas, des fragments de l'ovule (fragments chorioniques) peuvent ne pas être complètement éliminés (après des opérations qui préservent la trompe de Fallope), ou peuvent être transportés vers d'autres organes. Cette condition est potentiellement dangereuse, car une tumeur, le chorionépithéliome, peut commencer à se développer à partir des cellules chorioniques. Pour éviter cela, le niveau de gonadotrophine chorionique est mesuré, qui devrait normalement diminuer de 50% au cours des premiers jours après la chirurgie. Si cela ne se produit pas, du méthotrexate est prescrit, ce qui est capable de supprimer la croissance et le développement de cet organe embryonnaire. Si après cela, le niveau de l'hormone ne diminue pas, une opération radicale avec ablation de la trompe de Fallope est nécessaire..

En période postopératoire, une physiothérapie est prescrite (électrophorèse, magnétothérapie), ce qui contribue à une récupération plus rapide de la fonction reproductrice et réduit également la probabilité de développement d'adhérences.

La nomination de contraceptifs oraux combinés dans la période postopératoire a deux objectifs: stabiliser la fonction menstruelle et prévenir la grossesse dans les 6 premiers mois après la chirurgie, lorsque le risque de développer diverses pathologies de la grossesse est extrêmement élevé.

Il Est Important De Savoir Sur La Planification

Est-il possible de nager pendant les menstruations dans la piscine et la mer

Nutrition

La baignade pendant les règles est autorisée, à condition de respecter un certain nombre de règles: il est nécessaire de choisir le bon produit d'hygiène, de limiter le temps passé dans l'eau et d'effectuer les procédures d'hygiène à temps.

Signes de grossesse lors de la prise de pilules contraceptives

Analyses

Pourquoi n'est-il pas immédiatement clair qu'une femme est enceinte?Chaque fille choisit sa propre méthode de contraception, qu'elle considère comme la plus fiable.

Arachides pendant l'allaitement: peut ou non

Infertilité

Date de publication: 04.02.2020 | Vues: 1228 Les arachides ne sont pas seulement un produit savoureux, mais aussi très utiles, car elles contiennent de nombreux oligo-éléments si nécessaires à notre corps.

Mélanges pour nouveau-nés

Infertilité

Le lait maternel est par nature conçu pour nourrir un nouveau-né. En raison de certaines circonstances, les mères transfèrent parfois leurs bébés dans des préparations artificielles pour nouveau-nés.