Principal / Nutrition

Comment se passe la période postopératoire après l'hystéroscopie (élimination des polypes dans l'utérus)

La période postopératoire après l'ablation des polypes dans l'utérus peut être différente selon le stade de la maladie, les comorbidités, la technique chirurgicale choisie et le type d'anesthésie utilisé. Aujourd'hui, nous allons essayer de couvrir ce sujet en détail afin que nos lecteurs n'aient pas de questions..

Si, auparavant, l'ablation de diverses formations dans la cavité utérine était réalisée par grattage mécanique aveugle de tout l'endomètre ou par aspiration à l'aide d'une aspiration sous vide, et que les cas complexes nécessitaient une chirurgie ouverte, la plupart des opérations sont aujourd'hui effectuées à l'aide d'un hystéroscope. Cet appareil pénètre dans l'utérus par le vagin à travers une pointe fine et affiche une image de la caméra intégrée. À travers la lumière du tube, le médecin peut livrer des instruments pour éliminer le polype. Cette méthode offre plusieurs avantages significatifs par rapport aux méthodes d'intervention chirurgicale obsolètes:

  1. La précision, ou plutôt le ciblage des actions. Pour retirer une petite masse, il n'est pas nécessaire de retirer toute la couche intra-utérine. Le médecin voit un polype à tous les stades de la manipulation, peut s'assurer que les fragments de la jambe ne restent pas sur la membrane muqueuse de l'organe.
  2. Dommages minimes. Les incisions de la paroi abdominale et de l'utérus lui-même ne sont pas effectuées, les actions ne sont effectuées qu'en un seul point, et non sur toute la surface interne de l'organe.
  3. Les facteurs précédents conduisent à une diminution de la période de récupération. Guérit rapidement en quelques jours à 1-2 semaines après le retrait.
  4. Convient aux femmes de tous âges et ne constitue pas un obstacle à la procréation à l'avenir.
  5. L'hystéroscope permet d'examiner visuellement l'utérus de l'intérieur et de détecter d'autres pathologies.
  6. La capacité de biopsier les zones suspectes. Qu'est-ce que la prévention du cancer de haute précision.
  7. La méthode est rapide. L'ensemble de la procédure, ainsi que la préparation, ne prend pas plus d'une demi-heure. Il faut 1 à 2 minutes pour retirer le polype.
  8. Le risque de récidive, qui atteint 80% lors du curetage, est réduit de 2 à 3 fois. Le professionnalisme du médecin et le comportement correct du patient après l'opération peuvent, dans l'ensemble, réduire la probabilité de récidive des polypes à zéro..
  9. Des complications telles que des saignements ou des infections à la suite d'une intervention chirurgicale ne sont que théoriquement présentes. Dans la pratique, des problèmes surviennent dans des cas isolés..
  10. La commodité pour le patient est que l'élimination des polypes peut être effectuée en ambulatoire. Il n'est pas nécessaire de rester à l'hôpital et de prendre un congé de maladie de longue durée.

Ce concept volumineux comprend différentes manières de conduire. Par conséquent, le mot «hystéroscopie» ne peut à lui seul décrire ce qui sera fait dans un cas particulier..

  • Procédure d'élimination standard réalisée en ambulatoire sans anesthésie, sous anesthésie locale ou sous anesthésie générale à court terme. Convient à quelques petits polypes de l'utérus, non alourdis par des pathologies concomitantes;
  • Les cas complexes, lorsque la formation est assez grande, que la zone de la lésion avec polypose est étendue ou qu'il existe des problèmes supplémentaires sous forme de fibromes ou d'endométriose, nécessitent la procédure de retrait sous anesthésie générale en milieu hospitalier. Cela peut inclure de travailler avec des patients qui ont des problèmes de santé généraux, par exemple, une mauvaise coagulation sanguine.
  • Une hystéroscopie diagnostique est effectuée pour examiner l'endomètre de l'utérus, ainsi que pour prélever un échantillon de biopsie pour l'histologie;
  • La procédure thérapeutique est effectuée afin d'éliminer la formation;

Attention! Parfois, les manipulations diagnostiques se terminent par le retrait du polype.

Par type d'équipement utilisé:

  1. Hystéroscopie mécanique, lorsque la formation est éliminée par excision ou torsion à l'aide de forceps et d'autres instruments chirurgicaux.
  2. Électrocoagulation, si une électrode en boucle est utilisée pour séparer le corps du polype. Les tissus sont fondus par le courant.
  3. L'élimination au laser permet à la formation de s'évaporer rapidement et sans cicatrices.
  4. La radiochirurgie est comparable en efficacité à la méthode précédente; un instrument spécial est utilisé pour le retrait, qui évapore les tissus avec des ondes radio.

La mécanique se termine souvent par le traitement de la plaie par électrocautérisation pour éviter les saignements.

La période de rééducation à la suite de l'ablation des polypes utérins se poursuit jusqu'au début des règles, ce qui indique le retour de l'organe au fonctionnement normal.

A la fin de l'opération, la femme ne ressent pas les effets de l'anesthésie, même si une anesthésie générale de courte durée a été utilisée. Bien que la procédure, combinée à des expériences et des inquiétudes, puisse entraîner une légère faiblesse et des étourdissements dans les premières heures. Les sensations physiologiques sont exprimées par des écoulements sanglants pendant 1 à 3 jours et des contractions utérines, une augmentation de la température à 37,5 est considérée comme normale. Leucorrhée, rouge ou brune et légère. Après le retrait des grandes formations, le torchis peut être présent pendant 1 à 2 semaines. Les spasmes sont parfois douloureux, les analgésiques sont donc autorisés.

Attention! L'utilisation d'un masque au lieu de l'anesthésie intraveineuse est le meilleur choix en raison de l'absence de faiblesse, d'étourdissements et de nausées au réveil.

Le patient est rarement laissé à la clinique pendant 1 à 2 semaines si l'opération était difficile. Par exemple, un grand polype ou un grand nombre de croissances ont été supprimés. Cette période est nécessaire pour la récupération et le suivi de l'état de la femme..

Dans une situation normale, lorsqu'une hystéroscopie standard a été réalisée sans aucune complication, le patient rentre chez lui quelques heures après l'intervention. Lors de l'utilisation d'une anesthésie générale ou péridurale, l'anesthésiste doit observer l'état de la femme, jusqu'à ce qu'elle soit complètement rétablie des médicaments, elle est à la clinique. Le congé de maladie est donné pendant 3-4 jours, pendant une période plus longue, la patiente est libérée du travail si ses activités sont associées à un effort physique intense, ce qui est interdit jusqu'à la guérison.

Après l'opération, la thérapie ne se termine pas, le patient est non seulement régulièrement examiné, mais également des médicaments prescrits:

  1. Les antibiotiques sont utilisés pour prévenir l'infection. La pénétration d'instruments dans l'utérus par le canal cervical et les dommages à l'endomètre peuvent provoquer la multiplication de micro-organismes pathogènes.
  2. Les médicaments hormonaux sont utilisés pour rétablir l'équilibre du système endocrinien. Les médicaments visent généralement à augmenter les taux de progestérone et à inhiber les œstrogènes. Car la distorsion vers ce dernier conduit à la formation de polypes. Si vous n'agissez pas, il y aura une rechute de la pathologie. À cette fin, des contraceptifs oraux de composition appropriée, des médicaments gonadotropes et des gestagènes sont prescrits. Pour un tel traitement, la base peut être une analyse du niveau d'hormones sexuelles ou une combinaison de polypes avec d'autres pathologies - hyperplasie, myomes, adénomyose et autres..

Attention! Le traitement hormonal n'est autorisé qu'à la fin de la cicatrisation, car de tels remèdes retardent ce processus.

Après l'opération, le site d'action dans les 2-3 premiers jours devient enflammé, par conséquent, une légère augmentation de la température est considérée comme normale pendant cette période. De plus, les processus de guérison commencent, une croûte se forme d'abord à la surface de la plaie, puis elle tombe et l'endomètre est restauré.

À la suite de l'extraction mécanique, la guérison se produit en 10 à 14 jours, en fonction du professionnalisme du chirurgien et de la taille de la formation.

Après l'électrocoagulation, le processus peut être réduit à 7 à 10 jours. Cependant, il est possible de former une cicatrice sur le site d'exposition au courant électrique, ce qui n'est pas souhaitable pour les femmes qui envisagent de donner naissance à des enfants..

À la suite d'une chirurgie au laser ou par ondes radio, la plaie guérit en 3 à 5 jours, ou un peu plus longtemps après le retrait des gros polypes. Une caractéristique de ces méthodes est la restauration normale de tissus sains sans cicatrices..

Quelle que soit la méthode, la période de rééducation officielle dure jusqu'au début des règles, qui intervient après 4-6 semaines, parfois un peu plus tard..

Pendant la période de rééducation, un mois après le retrait du polype, la femme visite le gynécologue une fois par semaine. Le médecin posera des questions sur la décharge, les sensations, examinera sur la chaise. De telles visites sont nécessaires pour contrôler les complications. Après la première menstruation, la patiente subira une deuxième hystéroscopie à des fins de diagnostic ou une échographie des organes pelviens.

Si un déséquilibre hormonal a été établi avant l'opération, des tests sont prescrits. De plus, un tampon est prélevé sur la paroi vaginale pour exclure toute infection. À l'avenir, des études de contrôle sont menées au bout de 6 mois et un an plus tard. Si une femme planifie une grossesse, elle continue d'être surveillée..

La fécondation peut survenir après la fin de la rééducation et la fin de la première menstruation, mais cela est hautement indésirable. L'utérus sera complètement sain après 3-4 cycles. La grossesse peut se terminer par une fausse couche ou une pathologie. Par conséquent, les médecins recommandent d'attendre et le moment choisi est individuel. Une femme en bonne santé, à la suite de l'ablation d'un seul polype, conçoit en toute sécurité un enfant 3 mois après l'opération. Un état général affaibli, des problèmes d'accompagnement peuvent prolonger la période d'attente. Le besoin d'un traitement hormonal augmente la période à 1-1,5 ans.

.gif "data-lazy-type =" image "data-src =" https://polips.ru/wp-content/themes/marafon/images/expert.png "alt =" ">

Attention! Si après l'opération, la grossesse ne survient pas dans les 6 mois suivant un rapport sexuel non protégé, vous devez rechercher la cause de l'infertilité chez un autre et l'homme et la femme doivent être examinés complètement.

Pour éviter les complications, un certain nombre de règles contraignantes de la vie quotidienne sont imposées au patient pendant la période de rééducation.

  • Introduisez n'importe quoi dans le vagin - tampons, suppositoires, seringue;
  • Avoir des relations sexuelles, même avec un préservatif, peut provoquer des saignements;
  • Soulevez lourd, plus de 3 kg;
  • Faites de l'exercice physiquement, y compris en faisant du sport;
  • Plongez-vous dans l'eau - bain, piscine, rivière, mer;
  • Prélassez-vous dans le bain de vapeur ou le sauna.

En plus des interdictions, il existe des indications d'action pour le rétablissement d'une femme et la prévention des rechutes:

  • Observez le mode demi-lit dans les 3 premiers jours, c'est-à-dire mentez plus que bougez;
  • Prend des vitamines;
  • Pour manger de manière équilibrée, l'équilibre des hormones dépend largement de la nourriture;
  • Débarrassez-vous de l'excès de poids (pour des raisons médicales). L'excès d'oestrogène provient de la graisse viscérale dans l'abdomen de la femme;
  • Visitez le bureau du gynécologue tous les 6 à 12 mois pour des examens préventifs;
  • Surveillez votre cycle mensuel et votre état général, tout changement peut être les premiers signes de pathologie.

L'intervention chirurgicale a un certain nombre de conséquences négatives théoriquement possibles. Après avoir retiré le polype de la cavité utérine, cela peut arriver:

  1. Des saignements, dont l'apparition est souvent associée au non-respect par une femme des règles de la période de rééducation.
  2. L'infection à la suite de l'opération est presque impossible. Pendant la procédure, l'utérus est traité avec des solutions antiseptiques, tout l'instrument est stérile et après l'opération, un traitement antibiotique est prescrit.
  3. L'embolie est l'entrée d'air dans les vaisseaux, ce qui peut entraîner la mort du patient. Cela se produit à la suite de la préparation de l'utérus pour la procédure, lorsque du dioxyde de carbone est injecté dans la cavité pour redresser les parois. Le professionnalisme d'un médecin n'entraînera pas de telles conséquences. En règle générale, les liquides sont souvent utilisés pour le retrait à cette fin..
  4. Réaction allergique aiguë aux anesthésiques. Avant l'opération, l'anesthésiste doit effectuer des tests spéciaux qui peuvent déterminer un médicament sans danger pour l'anesthésie. De plus, l'état du système cardiovasculaire et respiratoire du patient est pris en compte..
  5. Dommages au col de l'utérus lorsque la pointe de l'hystéroscope est insérée.
  6. Perforation de la paroi de l'utérus, c'est-à-dire l'ouverture à la suite d'une manipulation. C'est très dangereux pour la vie d'une femme. Par conséquent, le réglage correct de l'équipement, l'observation du déroulement de l'action et l'expérience du chirurgien sont importants..
  7. L'inflammation et les adhérences non infectieuses peuvent entraîner l'infertilité. Empêche cette observation préventive pendant la période de rééducation.
  8. Rechute de la pathologie. Sa probabilité augmente avec l'élimination incomplète du polype, par conséquent, le professionnalisme du médecin joue ici un rôle important..
  9. Oncologie à la suite de l'élimination incomplète d'une formation contenant des cellules cancéreuses. Par conséquent, tous les polypes après la chirurgie sont envoyés en histologie pour étudier leur structure et leur composition. Si un diagnostic dangereux est confirmé, une décision peut être prise sur une hystéroscopie répétée ou une amputation de l'utérus.

Attention! Les complications énumérées après la chirurgie sont notées dans des cas isolés, l'apparition de beaucoup d'entre elles dépend de l'expérience du chirurgien, vous devez donc examiner attentivement le choix d'un médecin.

La plupart des femmes déclarent avoir très peur de l'opération. En conséquence, la procédure elle-même et la récupération après qu'elle s'est bien déroulée. Les médicaments modernes pour l'anesthésie n'ont pas conduit à une maladie grave, que les patients craignent surtout. Et, en conséquence, il n'y a pas eu de complications.

Dans des cas isolés, les femmes se plaignent de rechutes constantes. Cela parle plutôt de l'approche inattentive du médecin face au problème, il est donc conseillé de contacter un autre spécialiste.

Par ailleurs, je voudrais parler des patients pour lesquels le polype a été retiré sans anesthésie. Les femmes signalent une douleur intense. Par conséquent, ceux qui vont juste subir une opération devraient discuter de la possibilité d'une anesthésie avec un médecin..

.gif "data-lazy-type =" image "data-src =" https://polips.ru/wp-content/themes/marafon/images/expert.png "alt =" ">

Des phrases comme «ça va, tu vas endurer» parlent du manque de professionnalisme. La loi établit que le médecin doit anesthésier toute manipulation avec tous les moyens disponibles, si le risque de leur utilisation ne constitue pas une menace sérieuse pour la vie et la santé du patient..

Bien que certains disent que lorsqu'un polype était retiré de l'utérus sans anesthésie, ils ne ressentaient qu'une gêne. Tout est individuel et dépend du seuil de douleur d'une femme.

La plupart de celles qui ont subi une intervention chirurgicale ont pu devenir enceintes dans les 3 à 5 mois.

Dans des cas isolés, les patients ont ressenti une douleur intense pendant la période de rééducation..

La récupération après le retrait d'un polype est individuelle, comme une femme chez qui une pathologie a été trouvée. Cependant, 90% de la récupération et du bien-être dépendent du professionnalisme des médecins, du gynécologue traitant au chirurgien, l'anesthésiste et l'équipe opératoire des employés. Par conséquent, vous devez adopter une attitude responsable face au choix d'un établissement médical et des spécialistes qui effectueront le traitement..

Retrait d'un polype dans l'utérus - hystéroscopie et ses conséquences

La croissance d'un polype à partir de l'épithélium dans la cavité utérine est un phénomène courant chez les femmes, quel que soit l'âge.

Habituellement, il est bénin, mais avec la croissance et l'hyperplasie de la muqueuse utérine, il peut bien se transformer en une forme maligne. Cela augmente le risque de développer une oncologie, un cancer de l'endomètre ou une infertilité..

L'hystéroscopie est une nouvelle procédure moderne qui vous permet de scanner la cavité utérine dans son intégralité, d'identifier en temps opportun les sites de tissus polypes, de les supprimer au stade initial afin d'éviter le développement d'une tumeur et des conséquences complètement désagréables à l'avenir.

  1. Quels sont les polypes dans l'utérus?
  2. Causes des polypes
  3. Types de polypes dans l'utérus
  4. Symptômes des polypes
  5. Dois-je retirer les polypes de l'utérus?
  6. Méthodes de traitement
  7. Grattage
  8. Hystéroscopie
  9. Avantages de la procédure
  10. Technique d'élimination
  11. Se préparer à la chirurgie
  12. Recommandations après la thérapie
  13. Élimination des polypes avec un laser
  14. Les conséquences de l'élimination des polypes
  15. Période après la chirurgie
  16. Observation
  17. Traitement hormonal
  18. Traitement antibactérien
  19. Complications possibles après la chirurgie
  20. Est-il possible de tomber enceinte après avoir enlevé les polypes?
  21. Ce qui n'est pas recommandé après la chirurgie?
  22. Commentaires
  23. instructions spéciales

Quels sont les polypes dans l'utérus?

Un polype est un petit processus ressemblant à une verrue jusqu'à 3 cm de longueur. Sous l'influence d'un certain nombre de facteurs provoquants, il commence à se développer à partir de la muqueuse endométriale dans la cavité utérine et a initialement une évolution bénigne. Créer progressivement des conditions favorables n'empêche pas la dégénérescence en cancer.

La localisation du polype est possible à la fois à l'intérieur et à la surface de la cavité cervicale.

Le néoplasme est éliminé en effectuant une opération, bien qu'au stade initial et selon les indications des résultats du diagnostic, il soit possible d'éradiquer le polype avec des médicaments et des méthodes folkloriques.

Causes des polypes

L'impulsion pour la croissance d'une croissance sur le tissu muqueux de l'endomètre dans l'utérus peut être les facteurs de provocation suivants:

  • déséquilibre hormonal, lorsque la quantité d'œstrogène commence à prévaloir sur toutes les autres hormones, stimulant ainsi la croissance de cellules anormales de la couche utérine épithéliale;
  • maladies gynécologiques: hyperplasie, endométrite, adénomyose, mastopathie, ovaire polykystique;
  • maladies causées par l'inflammation: annexite, colpite, vaginite;
  • avortements fréquents;
  • installation d'un dispositif intra-utérin;
  • grattage dans le contexte d'une lésion mécanique excessive de la membrane muqueuse délicate de l'endomètre.

En particulier, le groupe à risque comprend les femmes souffrant de:

  • diabète sucré;
  • hypertension;
  • obésité;
  • problèmes de glande thyroïde;
  • maladies du système nerveux et endocrinien.

La cause de la polypose peut bien être un stress constant, la famine, une alimentation stricte.

Types de polypes dans l'utérus

Un polype sur le col de l'utérus apparaît à la fois dans une seule instance et dans un petit groupe. A une structure poreuse et ressemble à une excroissance cylindrique violet foncé.

Selon la cause et la nature de la croissance, il existe trois types de polypes:

  • adénomateuses comme les excroissances les plus dangereuses avec la capacité de progresser et de dégénérer en une tumeur maligne;
  • glandulaire avec croissance du tissu de fer de l'utérus, plus souvent détectée chez les jeunes femmes (jusqu'à 25 ans);
  • fibreux, qui peut être causé par la prolifération ou l'hyperplasie du tissu conjonctif de l'utérus dans le contexte de la localisation d'un autre type de néoplasme.

Symptômes des polypes

Avec l'apparition d'un petit polype unique, il n'y a pratiquement aucun symptôme. Seule une visite programmée au hasard chez un gynécologue peut identifier le problème à un stade précoce..

Le plus souvent, les femmes se tournent vers les médecins, l'évolution inflammatoire dans la cavité utérine va trop loin, devient chronique et prolongée, et bien sûr, tous les signes de polypose sont évidents:

  • douleurs tiraillantes dans le bas de l'abdomen avec intensification avant le début des règles;
  • inconfort pendant la période d'intimité;
  • écoulement de caillots blancs, flocons du vagin ou écoulement sanglant (brun) qui n'a rien à voir avec la menstruation;
  • l'apparition de menstruations peu abondantes ou de périodes prolongées avec apparition périodique de saignements utérins.

Les symptômes ne s'intensifieront qu'avec un léger contact ou un impact mécanique:

  • La membrane muqueuse de la cavité utérine devient hyperémique, irritée.
  • Peu à peu, le polype commencera à se développer, bloquant l'entrée du canal cervical de la cavité utérine. Les femmes ont des règles prolongées.
  • Au fil du temps, la couche épithéliale commencera à dégénérer en tissu pathologique. En conséquence, la malignité du processus se produira, la formation de cellules cancéreuses pathogènes.Cette condition peut provoquer une fausse couche chez les femmes, si elles parviennent toujours à devenir enceintes. Ou la grossesse passera avec des complications, et le polype, à mesure qu'il grandit, conduira éventuellement à l'abaissement du placenta, à une insuffisance de l'isthme et du col de l'utérus.

Le groupe à risque comprend les femmes âgées pendant la ménopause, lorsque des saignements abondants ou des taches apparaissent. Ces signes ne peuvent plus être ignorés et vous devez consulter un médecin

Dois-je retirer les polypes de l'utérus?

Les polypes dans l'utérus présentent une sorte de danger pour la santé des femmes, car la probabilité de développer une oncologie est élevée.Par conséquent, il est bien sûr impératif d'éliminer les excroissances le plus rapidement possible..

De plus, la polypose entraîne des saignements utérins abondants, l'incapacité de tomber enceinte ou des complications pendant la gestation.

Éviter de telles complications signifie que les médecins éradiqueront les polypes immédiatement après leur détection, quel que soit le stade de développement..

Les principales indications de l'opération doivent être considérées:

  • atteignant des polypes de tailles supérieures à 10 mm;
  • la catégorie d'âge des femmes après 42 ans, lorsque le fond hormonal devient extrêmement instable.

La forme adénomateuse des polypes est particulièrement dangereuse, sujette à la malignité et à la dégénérescence en cancer malin à tout moment..

Méthodes de traitement

Traitement complexe des polypes dans l'utérus.

Au stade initial, afin d'éviter une intervention chirurgicale, après tout, une intervention macroscopique dans la cavité utérine déjà blessée, des médicaments sont prescrits:

  • antispasmodiques pour les douleurs de traction sévères (Diclofénac, Ibuprofène, Paracétamol, Analgin);
  • antiseptiques topiques pour les douches douces (Septoderm, permanganate de potassium) pour supprimer les foyers de la maladie, éliminer l'infection.

Les méthodes les plus efficaces pour éliminer les excroissances dans la cavité utérine aujourd'hui sont:

  • grattage;
  • cryodestruction;
  • coagulation au laser;
  • polypectomie;
  • curetage comme mesure d'urgence en cas de saignement abondant sur fond de polypose, auquel les médecins ont recours s'il est impossible d'éliminer l'accumulation d'une autre manière.

Mais l'hormonothérapie n'est pas en mesure de se débarrasser complètement du néoplasme, mais elle peut arrêter le processus de polypose et la croissance du néoplasme en taille.

Si cela a du sens, les médecins prescrivent des hormones en cure longue si nécessaire pour obtenir une rémission stable..

Même les méthodes d'intervention chirurgicale ne garantissent pas l'élimination complète du tissu affecté focal..

Parfois, les médecins doivent prescrire des médicaments chimiques aux femmes après la chirurgie. il est proposé de suivre un cours de chimio-radiothérapie.

Grattage

Auparavant, un curetage de l'utérus pour éliminer les polypes afin d'éviter le développement de rechutes était pratiqué chez presque toutes les femmes.

Mais aujourd'hui, c'est une méthode inefficace et traumatisante. La procédure est effectuée à l'aveugle, ce qui signifie qu'il n'y a aucune garantie de retrait, de détachement de la jambe polype en totalité.

Il y a une forte probabilité de laisser des particules du tissu affecté dans l'utérus, ce qui peut ensuite commencer leur réveil et entraîner des rechutes.

Aujourd'hui, le curetage est reconnu par de nombreux médecins comme une procédure absolument inutile, bien qu'il soit souvent réalisé en conjonction avec une technique plus récente et plus efficace - l'hystéroscopie..

Cela permet une meilleure manipulation. En raison de l'hystéroscope inséré, le médecin sera en mesure d'inspecter visuellement et d'évaluer l'état de la cavité dans son intégralité. En outre, le polype sera arraché avec la jambe et la cautérisation est effectuée.

Ou, une curette est utilisée comme instrument introduit pour dilater le col de l'utérus, puis une boucle métallique est faite, le polype est arraché de la paroi de l'utérus et sorti.

Des échantillons de tissu prélevé ont été transférés au laboratoire pour une étude plus approfondie..

Hystéroscopie

L'hystéroscopie est l'une des techniques modernes qui vous permet d'éliminer complètement le polype, évitant ainsi d'éventuelles complications après la chirurgie.

L'essence de la technique consiste à utiliser un hystéroscope - un tube mince et pliable avec une caméra vidéo miniature à la fin.

Son introduction dans la cavité utérine permet aux médecins de visualiser pleinement les excroissances de tous les côtés, d'évaluer leur taille, leur forme, leur degré de propagation.

La durée de la procédure ne prend pas plus de 30 minutes.

De plus, le dispositif permet d'effectuer immédiatement la procédure d'élimination du polype, c'est-à-dire dévisser les jambes, visualiser toutes les manipulations sur l'écran de l'ordinateur, puis - neutraliser la zone touchée, cautériser avec des antiseptiques.

Avantages de la procédure

L'hystéroscopie a gagné la reconnaissance des médecins et est souvent utilisée dans la pratique pour éliminer les polypes chez les femmes.

Principaux avantages:

  • la possibilité d'effectuer sans anesthésie;
  • faible traumatisme du col de l'utérus et du canal cervical;
  • diagnostic approfondi de la cavité utérine;
  • identification de presque toutes les pathologies gynécologiques, quel que soit le degré, le stade de la lésion;
  • élimination à un stade précoce de l'hyperplasie de l'endomètre, du parenchyme utérin;
  • la procédure prend 30 à 40 minutes et les patients n'ont pas besoin de traitement hospitalier;
  • rééducation rapide après la chirurgie;
  • réduire la probabilité de complications, rechute plus tard.

C'est une technique douce et efficace qui vous permet d'étudier la cavité utérine couche par couche, d'effectuer la procédure sans douleur, de minimiser les saignements possibles et de raccourcir la période de récupération.

C'est l'hystéroscope, par son introduction dans la cavité utérine, qui permet d'identifier les excroissances même des plus petites tailles, lorsque les symptômes chez la femme sont pratiquement absents.

En outre, les polypes fibreux glandulaires, chargés de développer un cancer, suppriment ainsi le foyer infectieux à temps, en dévissant soigneusement la jambe du polype avec une pince spéciale et en la retirant, pour réduire le risque d'oncologie.

Toutes les actions sont reflétées sur le moniteur, de sorte que les manipulations du médecin sont effectuées en douceur et rapidement, laissant des parois plus uniformes dans la cavité utérine.

Technique d'élimination

La technique est réalisée en ambulatoire et ne nécessite pas de préparation préalable, l'utilisation d'autres techniques thérapeutiques.

L'essence de la procédure:

  • le patient est assis sur une chaise gynécologique;
  • une anesthésie est introduite, qui dure 1,5 heure en introduisant une solution par voie intraveineuse;
  • élargit le canal cervical spécial. outils;
  • un tube d'un hystéroscope avec une caméra vidéo à l'extrémité et un éclairage est introduit pour visualiser le canal cervical et les orifices tubaires, à savoir, une petite quantité de gaz pour ouvrir complètement la cavité et redresser les parois de la membrane muqueuse;
  • un frottis est prélevé pour une étude ultérieure, également un morceau de tissu affecté pour une étude ultérieure;
  • un chariot de curetage est introduit, la patte polype est dévissée; ciseaux chirurgicaux;
  • un grattage est effectué;
  • un liquide anormal est pompé de la cavité utérine.

Se préparer à la chirurgie

Avant de se préparer à une hystéroscopie, le médecin mène une conversation diagnostique avec les patients.

Il est important d'identifier la présence de contre-indications, de symptômes existants, d'intolérance individuelle au miel injecté. drogues.

En particulier, il est nommé:

  • test sanguin pour la syphilis, le SIDA, le facteur Rh;
  • prendre un frottis pour détecter une infection ou déterminer le degré de propreté du vagin et prendre du matériel pour les anticorps, l'hépatite à l'aide de marqueurs;
  • analyse générale du sang et de l'urine pour réfuter ou corriger le développement de l'évolution inflammatoire.

De plus, une femme doit passer par:

  • fluorographie;
  • Ultrason;
  • consultation avec un thérapeute, qui émet une conclusion sur la nécessité d'une hystéroscopie.

Aucune procédure préparatoire n'est effectuée avant l'opération. Assez la veille:

  • ne pas trop manger;
  • limiter l'utilisation de liquide et d'eau afin d'éviter l'apparition de symptômes négatifs après l'introduction de l'anesthésie;
  • éviter les rapports sexuels pendant 4 à 5 jours;
  • ne pas se doucher pendant 7 jours, ne pas mettre de suppositoires vaginaux et prendre des pilules la veille.

Recommandations après la thérapie

Le grattage est une procédure difficile et, bien sûr, ne passe pas inaperçu. L'opération ressemble à un mini-avortement, lorsque, après tout, après sa mise en œuvre, des douleurs dans le bas-ventre sont possibles, des saignements des feuilles du vagin.

À titre de recommandation, les femmes doivent être informées lorsque des signes désagréables apparaissent:

  • prenez un antispasmodique analgésique (no-shpa);
  • douches vaginales pendant 3-4 jours, jusqu'à ce que le saignement cesse et que le col de l'utérus retrouve son tonus normal

Les médecins ont une opinion très ambiguë sur l'hormonothérapie en cas de déséquilibre. L'essentiel est de comprendre à quel point leur utilisation est efficace et appropriée. D'un autre côté, bien sûr, l'endomètre doit être restauré..

Par conséquent, le plus souvent, un traitement hormonal est prescrit en cas d'élimination d'une polypose adénomateuse glandulaire ou d'une hyperplasie de l'endomètre, c'est-à-dire dans les cas avancés sévères.

Certaines femmes sont invitées par les médecins à mettre des dispositifs intra-utérins avec du «lévonorgestrel», qui peut restaurer les fonctions de l'endomètre, améliorer les niveaux hormonaux et même favoriser la conception.

Élimination des polypes avec un laser

L'élimination au laser de la polypose est depuis longtemps très populaire.

C'est le laser en tant que méthode douce qui n'entraîne pas de cicatrices des tissus et préserve les fonctions de reproduction, ce qui est important pour les femmes qui planifient un accouchement..

La méthode prévient les rechutes et permet aux femmes de ne pas subir de traitement hospitalier. La procédure ne prend pas plus de 3 heures.

Mais le résultat est une élimination rapide des polypes, le scellement des vaisseaux sanguins, l'absence de laisser de cicatrices dans la cavité utérine, ce qui, bien sûr, augmente considérablement les chances de conception à l'avenir..

Les conséquences de l'élimination des polypes

Aucune conséquence particulière après une thérapie au laser ou une hystéroscopie n'a été identifiée. Mais tout dépend des mains habiles et des manipulations du médecin pendant les opérations..

Dans certains cas, il peut y avoir:

  • taches du vagin;
  • douleur abdominale basse;
  • modification du cycle menstruel et de la nature de l'écoulement;
  • une légère augmentation de la température en cas d'infection de l'endomètre;
  • l'apparition d'inconfort et de douleur après un contact sexuel;
  • longue absence de menstruation jusqu'à 3-4 mois;
  • l'apparition d'une perforation de l'utérus dans le contexte d'un curetage aveugle ou d'une hystéroscopie;
  • accumulation de caillots sanguins dans le corps utérin.

Rarement, mais avec une élimination incomplète de la croissance, une croissance adénomateuse est à nouveau possible, en tant que processus précancéreux.

En fait, si le foyer polypique commençait à se reproduire, des complications et des signes désagréables apparaissaient, la probabilité de propagation des polypes est élevée..

Avec une technique correctement choisie et une opération correctement effectuée, les conséquences négatives sont exclues. Le processus de régénération des cellules et tissus endommagés se déroulera rapidement.

Si des symptômes désagréables apparaissent, vous ne devez pas ignorer tels que:

  • écoulement séreux et purulent de l'utérus avec une odeur désagréable;
  • une augmentation de la température qui ne baisse pas en 3 jours;
  • l'apparition de douleurs aiguës et brûlantes dans le bas de l'abdomen;
  • l'apparition de saignements abondants, ce qui peut indiquer une manipulation de mauvaise qualité par le médecin.

Dans ces cas, il est possible de prescrire un traitement avec des antibiotiques, des antispasmodiques, des antiseptiques, des anti-inflammatoires..

Période après la chirurgie

Le respect des recommandations médicales après la chirurgie est d'une grande importance..

Il est important d'observer l'hygiène personnelle, de garder la cavité utérine propre et de ne pas l'exposer la première fois à des blessures, des contraintes mécaniques, des frottements.

Observation

Les visites chez le gynécologue après la chirurgie pour examen doivent être régulières.

Tout d'abord, une fois toutes les 2 semaines, puis une fois tous les 3-4 mois.

Il peut être nécessaire de corriger le cours du traitement réparateur.

Il sera nécessaire de boire des médicaments pour détendre les muscles ou soulager les spasmes du col de l'utérus.

Suivez également un traitement anti-inflammatoire au besoin.

Traitement hormonal

L'hormonothérapie est prescrite après le retrait du polype glandulaire-fibreux, également pour corriger le fond hormonal, qui échoue généralement et est affaibli après des interventions chirurgicales.

Il est important de restaurer le statut hormonal, de normaliser le cycle de la menstruation.

Médicaments hormonaux gestagènes applicables par voie orale:

  • Yarina;
  • Regulon;
  • Janine;
  • Duphaston;
  • Norkolut.

Les femmes après 35 ans se voient proposer de mettre la spirale Mirena jusqu'à 5 ans, ce qui n'entraîne pas d'effets secondaires et en tant que médicament hormonal totalement efficace.

L'intervention n'a pas le meilleur effet sur la cavité utérine, il est donc important que les femmes suivent toutes les recommandations et instructions du médecin.

Lors de la réalisation d'un traitement hormonal jusqu'à 6 mois, il est important de subir un examen final, de passer des tests.

Traitement antibactérien

Un traitement antibiotique est effectué plus souvent pour la prophylaxie, afin de prévenir d'éventuelles complications infectieuses après une opération pour enlever les polypes.

Les antibiotiques sont prescrits en cure de 10 jours maximum. Mais le traitement n'est effectué que selon les indications dans un certain nombre de cas cliniques, lorsque le développement du processus inflammatoire, une infection des voies urinaires est observée.

Il arrive que le grattage et les manipulations ineptes du médecin conduisent au début du développement du foyer inflammatoire, quand pour soulager l'inflammation, vous devez boire des médicaments afin d'éviter de prévenir, ainsi, les rechutes à l'avenir.

Complications possibles après la chirurgie

Les complications surviennent souvent après un curetage, c'est-à-dire retrait aveugle du polype. Les particules non retirées du tissu affecté recommencent à se réveiller de l'épithélium de la muqueuse utérine.

Les femmes apparaissent:

  • leucorrhée;
  • douleur et lourdeur dans le bas de l'abdomen;
  • haute température.

L'infection des voies génito-urinaires peut entraîner:

  • perforation utérine;
  • l'accumulation de caillots sanguins dans le corps utérin;
  • cicatrisation des tissus;
  • l'apparition d'adhérences après curetage

La complication la plus dangereuse peut être une évolution récurrente de polypose, qui peut dégénérer en une forme maligne et en un processus cancéreux..

Bien sûr, cela est rare dans la pratique médicale et dépend beaucoup des femmes elles-mêmes, du respect de toutes les recommandations après l'opération.

S'il y a une douleur intense, des spasmes dans le canal cervical de l'utérus, vous devez revoir le gynécologue. Cela ne peut que signifier qu'il est nécessaire d'effectuer un curetage répété, cautériser la cavité utérine avec un laser.

Est-il possible de tomber enceinte après avoir enlevé les polypes?

La défaite de l'endomètre, bien sûr, empêche l'implantation de l'ovule. Mais les médecins disent que la fécondation des ovules est possible..

Cependant, pendant 0,6 mois alors que la patiente est traitée après une intervention chirurgicale pour enlever le nœud polype, il est recommandé d'utiliser des médicaments de barrière contraceptive pour permettre à l'utérus de se rétablir complètement, pour ramener la fertilité à son état antérieur..

Il est nécessaire de planifier une grossesse au plus tôt 3-4 mois et seulement après la restauration complète des niveaux hormonaux, la guérison de tous les foyers affectés dans la cavité utérine et la normalisation de l'épaisseur de l'endomètre.

Ce qui n'est pas recommandé après la chirurgie?

Il est important pour les femmes en période postopératoire de surveiller leur santé et de ne pas négliger les recommandations du médecin.

Pour que la période de récupération passe rapidement et imperceptiblement, vous avez besoin de:

  • refuser de visiter les bains chauds, les bains, les saunas pendant 3-4 jours;
  • ne pas doucher et insérer des tampons;
  • éliminer pendant un certain temps (jusqu'à 1 semaine) les contacts sexuels et une intervention brutale dans l'utérus;
  • ne prenez pas de médicaments pendant 1 semaine qui peuvent fluidifier le sang et entraîner des saignements;
  • abandonner l'entraînement physique intensif;
  • ajuster son alimentation et son sommeil.

Commentaires

Avis des femmes après l'hystéroscopie:

instructions spéciales

L'hystéroscopie est une technique chirurgicale mini-invasive qui vous permet d'éliminer l'hyperplasie de l'endomètre dans les plus brefs délais et sans douleur, de supprimer les foyers affectés et d'éliminer complètement les polypes. Les rechutes sont extrêmement rares chez les femmes..

Mais vous ne devez pas ignorer les observations après l'opération, refuser le traitement rapide d'autres maladies de la cavité utérine. La première menstruation devrait être attendue plus près de 8 semaines après le retrait du polype.

Bien qu'il faille comprendre qu'une intervention chirurgicale de différentes manières peut affecter le bien-être et le fond hormonal d'une femme.

La première menstruation peut commencer par une gêne et une douleur accrues, aller d'une manière spéciale et pas comme d'habitude.

L'essentiel est d'éviter les conséquences négatives. Si des symptômes désagréables apparaissent, vous devez consulter un médecin et lui indiquer la marche à suivre..

Récupération après hystéroscopie de l'utérus. Élimination du polype.

Lorsque des polypes sont trouvés dans la cavité utérine, ils sont retirés. Auparavant, seule la méthode de curetage par aspiration sous vide était utilisée. Dans les cas avancés, une chirurgie ouverte était nécessaire. Maintenant, l'hystéroscopie est le plus souvent utilisée. Il s'agit d'une méthode peu invasive pour éliminer les excroissances. L'hystéroscopie est suivie d'une période de récupération de deux semaines.

Brève description de l'opération

L'hystéroscopie de l'utérus est une technique peu invasive. L'opération est effectuée à l'aide d'un hystéroscope spécial. Il est équipé d'une mini-caméra, à l'aide de laquelle l'image de la muqueuse de l'organe est affichée à l'écran. L'hystéroscope a un tube creux dans lequel des instruments chirurgicaux sont insérés pour la manipulation. La méthode présente plusieurs avantages par rapport aux autres méthodes d'élimination des polypes:

  • la visée des actions;
  • risque minimal de rechute;
  • n'a pas de limite d'âge pour les femmes mûres;
  • n'interfère pas avec la conception et l'accouchement;
  • dommages tissulaires minimes;
  • la vitesse de l'opération;
  • la procédure peut être réalisée en ambulatoire;
  • risque minimal de complications (essentiellement leur absence totale);
  • un long congé de maladie n'est pas nécessaire.

L'hystéroscopie varie selon le type. Selon l'équipement, il est divisé en:

  1. Radiochirurgie. L'éducation s'évapore grâce aux ondes radio.
  2. Mécanique. Le polype est excisé ou dévissé avec des instruments chirurgicaux.
  3. Électrocoagulation. Le polype est séparé de la membrane muqueuse à l'aide d'une électrode en forme de boucle. Les tissus mous fondent sous le courant.
  4. Laser. Le polype s'évapore rapidement, après quoi aucune cicatrice ne reste.

L'hystéroscopie standard de l'utérus se fait sans hospitalisation, sans analgésique, sous anesthésie de courte durée. Si le polype est volumineux et que la zone touchée est grande ou s'il existe des pathologies supplémentaires (endométriose, fibromes, troubles de la coagulation sanguine, etc.), cela est considéré comme un cas difficile. L'opération est réalisée à l'hôpital, après l'anesthésie générale du patient.

L'hystéroscopie est divisée en gaz (avec du dioxyde de carbone) et en liquide (avec une solution physiologique ou de glucose à 5%), en fonction des moyens de redresser les parois utérines..

Rendez-vous et interdictions pour l'opération

L'hystéroscopie de l'utérus est indiquée pour les irrégularités menstruelles, les saignements ou les écoulements (y compris s'ils sont causés par des polypes). L'opération est affectée s'il y a:

  • synéchies intra-utérines;
  • nœud myomateux;
  • cancer affectant la muqueuse ou le col de l'utérus;
  • polypose;
  • ne pas porter;
  • adénomyose;
  • développement anormal;
  • infertilité;
  • perforation de la cavité utérine;
  • corps étranger;
  • les restes de la coquille de l'ovule.

En outre, une hystéroscopie est effectuée pour examiner l'utérus avant la chirurgie, pour évaluer et surveiller le traitement. La procédure est obligatoire en préparation à la FIV ou après un travail compliqué..

Contre-indications

Les interdictions de mise en œuvre comprennent les pathologies infectieuses aiguës, l'inflammation de la membrane muqueuse, l'exacerbation de maladies chroniques. L'opération n'est pas réalisée pendant la grossesse (y compris ectopique), le cancer du col de l'utérus, l'atrésie cervicale ou les saignements. L'hystéroscopie de l'utérus est interdite dans les maladies des reins, du foie, des pathologies cardiovasculaires.

Préparation et déroulement de l'opération

L'opération nécessite une préparation préalable. Tout d'abord, le patient fait un don de sang et d'urine, la biochimie est effectuée. Des écouvillons sont prélevés du col de l'utérus et du vagin. Les méthodes de diagnostic matériel sont utilisées:

  • fluorographie;
  • Échographie du péritoine;
  • ECG.

Le médecin est informé à l'avance de la présence de maladies chroniques et d'allergies à des médicaments spécifiques. Si une colpite est détectée, le vagin est désinfecté. Les douches vaginales s'arrêtent 7 jours avant l'opération et les rapports sexuels trois jours avant l'opération. Pendant au moins une semaine avant l'hystéroscopie de l'utérus, une femme ne peut pas utiliser de suppositoires vaginaux.

Avant l'opération, un lavement est effectué, la vessie est vidée. Immédiatement le jour de l'intervention, il est interdit aux patients de manger. L'opération est effectuée 5 à 7 jours après la fin des règles, lorsque la membrane muqueuse n'a pas encore récupéré et que la surface de l'utérus est nue.

Comment un polype est-il enlevé?

Le patient est immergé sous anesthésie, les organes génitaux (extérieurs et intérieurs) sont traités avec un antiseptique. Ensuite, à l'aide de gaz ou de liquide, la cavité utérine se dilate et un hystéroscope y est inséré. L'organe, sa membrane muqueuse, la zone occupée par les polypes sont évalués. Si des fragments étrangers sont présents, ils sont retirés avec des pinces, qui sont insérées à travers le tube de l'hystéroscope. De la même manière, les tissus sont prélevés pour analyse. Les polypes sont supprimés à l'aide d'outils spéciaux. Ensuite, la cavité est désinfectée, l'hystéroscope est retiré. Le patient est progressivement retiré de l'anesthésie.

Complications possibles

Les complications après la procédure comprennent des douleurs abdominales (à l'intérieur) de nature tirante. Il s'agit d'une réaction naturelle du corps humain à la chirurgie, ainsi que d'une petite décharge de sang sans forte odeur. En raison de l'introduction de l'anesthésie et de l'injection d'air dans la cavité, de légères flatulences peuvent apparaître. Parfois, une douleur à l'épaule à court terme apparaît.

Les conséquences graves comprennent des douleurs sévères persistantes qui ne peuvent être arrêtées même par des analgésiques, ou un écoulement abondant de mucus avec du sang qui a une odeur putride. En outre, une absence complète de décharge est considérée comme un signe pathologique..

Lorsque les polypes sont retirés, les tissus mous ou le col utérin peuvent être lésés et une hémolyse vasculaire peut apparaître. Une complication très rare est l'embolie gazeuse, lorsque des bulles pénètrent dans la circulation sanguine. Cela peut entraîner la mort du patient. Parfois, les maladies chroniques sont exacerbées, des défauts se forment dans la cavité utérine, l'hydrosalpinx. Cependant, les complications sont extrêmement rares..

Récupération postopératoire

Pendant la période de rééducation, afin d'éviter les conséquences négatives de la chirurgie:

Est interditeconseillé
· N'ayez pas de rapports sexuels avant l'apparition des premières règles (au moins 2 semaines) afin d'éviter l'infection;

· Les 30 premiers jours pour soulever des poids et faire du sport;

· Bains chauds, bains, saunas, baignade dans des réservoirs;

· Ignorez l'envie d'uriner;

Utilisez des spermicides pendant les 30 premiers jours.

· Après la procédure, n'utilisez que des serviettes hygiéniques;

· Douche quotidienne recommandée, lavage 2 fois par jour, avec du savon pour bébé ou des gels d'hygiène intime;

· Chaque jour, vous devez mesurer la température;

· Il est conseillé de ne pas prendre d'analgésiques et d'aspirine (ils fluidifient le sang);

Manger le bon régime pour éviter les troubles des selles.

Les antibiotiques sont administrés immédiatement après l'hystéroscopie. Cela empêchera une éventuelle infection, car des dommages à l'endomètre peuvent provoquer une croissance active de bactéries pathogènes. Les antispasmodiques aident à réduire les symptômes négatifs, sont prescrits immédiatement après l'hystéroscopie chirurgicale.

Pour restaurer le fond hormonal, des médicaments appropriés sont prescrits. Ils visent à stabiliser les niveaux de progestérone et à réduire les œstrogènes. Si leur équilibre n'est pas observé, une rechute de la maladie peut survenir. En outre, l'hormonothérapie vise à prévenir la grossesse, car concevoir un enfant dans les trois premiers mois suivant l'hystéroscopie de l'utérus n'est pas souhaitable..

Si, après cela, aucun écart par rapport aux indicateurs normaux n'est observé, une spirale avec des gestagènes peut être implantée. Cela restaurera rapidement l'endomètre endommagé et évitera la conception..

Les contraceptifs oraux et les gonadotropes sont également indiqués pour prévenir les rechutes. La thérapie est effectuée après vérification du fond hormonal ou lorsque les formations enlevées sont associées à d'autres maladies (par exemple, adénomyose, hyperplasie, etc.).

La phytothérapie est utilisée comme direction auxiliaire. Des décoctions, des herbes ou des préparations toutes faites peuvent être utilisées, mais seulement après avoir consulté un médecin. L'automédication est inacceptable, car elle peut provoquer des complications.

Le temps de récupération

Après l'hystéroscopie opératoire, la zone endommagée est enflammée pendant les trois premiers jours. Ceci s'accompagne d'une élévation de température. La guérison commence alors. Tout d'abord, la plaie se ferme avec une croûte, puis tombe et la croissance de l'endomètre commence. En conséquence, une guérison complète se produit en quelques semaines. Le temps de récupération dépend de la taille du polype retiré..

À la suite de l'électrocoagulation, la période de récupération peut aller jusqu'à 10 jours. Après d'autres opérations, les plaies guérissent en cinq jours et un peu plus si les polypes sont gros. Lors de l'utilisation de tout type d'hystéroscopie, la période de rééducation précoce est considérée comme 4 à 6 semaines, la dernière à 6 mois..

Histologie

Immédiatement après l'hystéroscopie, la tumeur et les tissus mous obtenus lors du curetage sont envoyés pour histologie. Les résultats sont préparés pendant 10 jours. La malignité ou la bénignité du néoplasme est déterminée, le risque de sa transformation en cancer. Les femmes après 50 ans risquent de développer une tumeur adénomateuse. Ceci est une condition précancéreuse. Sur la base des résultats de l'histologie, un traitement supplémentaire est prescrit, si nécessaire. Si des cellules cancéreuses sont découvertes, le patient est référé à un oncologue. Une intervention chirurgicale peut être effectuée pour retirer la zone touchée.

Planification de la grossesse

Une grossesse après une hystéroscopie ne peut être planifiée qu'après six mois. À ce moment, le cycle menstruel et l'état des organes génitaux sont surveillés tous les mois. Une femme doit être régulièrement examinée pour les maladies sexuellement transmissibles, les infections, l'inflammation..

Si des pathologies sont découvertes, elles doivent être guéries avant de concevoir un enfant. Si vous envisagez de faire une FIV, la fécondation de l'ovule est effectuée au moins six mois après l'opération. Une fois l'ovocyte fixé, une observation régulière est nécessaire..

La période de rééducation est toujours individuelle. Le rétablissement dépend de nombreux facteurs. Fondamentalement - à partir des qualifications des chirurgiens, de leur expérience dans la réalisation de telles procédures. Cependant, il est également important qu'après l'hystéroscopie, le patient se conforme à toutes les recommandations. Cela accélérera non seulement la récupération, mais aidera également à éviter les complications..

Résultats après élimination d'un polype dans l'utérus

Les polypes de l'utérus sont des excroissances locales de la membrane muqueuse de différentes tailles. Ils se retrouvent le plus souvent lors des examens médicaux, car ils provoquent rarement des symptômes désagréables, bien qu'ils puissent être accompagnés de symptômes tels que des irrégularités menstruelles, des douleurs dans l'abdomen, des écoulements, des saignements, etc..

Les polypes sont des néoplasmes bénins et ne menacent pas la vie d'une femme, mais il existe en même temps un certain risque de malignité des polypes, vous ne devez donc pas refuser leur traitement. De plus, avec le temps, leur taille peut augmenter, entraînant certaines difficultés lors de la conception et de la gestation. La maladie elle-même n'exclut pas la probabilité d'un enfant, mais lors du diagnostic de l'infertilité et de la détection des polypes, il est nécessaire d'éliminer tous les facteurs négatifs, leur élimination est donc une étape importante du traitement.

Les raisons exactes de la formation de polypes ne sont pas connues; des troubles hormonaux, des processus inflammatoires, des interventions traumatiques, etc. peuvent provoquer leur apparition. Les polypes accompagnent souvent d'autres maladies gynécologiques, en particulier l'endométriose, les fibromes utérins.

Le diagnostic des polypes n'est pas difficile. De grandes formations dans la région cervicale peuvent être détectées lors d'un examen pelvien. Mais le plus souvent, les polypes sont détectés lors d'une échographie, si une étude plus détaillée de la cavité utérine est nécessaire ou afin de clarifier les résultats de l'examen, une hystéroscopie est prescrite, ce qui vous permet d'examiner attentivement l'endomètre (paroi interne de l'utérus) et les trompes de Fallope.

Si des polypes sont trouvés, le médecin prescrit un traitement approprié. Le traitement conservateur est inefficace pour les polypes utérins, car les médicaments ne peuvent que ralentir leur croissance et leur développement.Par conséquent, les techniques chirurgicales sont utilisées comme principale méthode de traitement: polypectomie, hystérorésectoscopie, curetage et une combinaison de ces manipulations.

Ces interventions chirurgicales sont également effectuées pour le traitement d'autres maladies gynécologiques, y compris l'ablation de petits ganglions myomateux. Bien que le traitement le plus efficace pour les fibromes soit l'embolisation de l'artère utérine, qui peut prévenir la récidive de la maladie et obtenir d'excellents résultats.

Il existe de nombreux mythes non fondés sur l'EMA, basés uniquement sur des arguments et des rumeurs incompréhensibles. Il s'agit d'un traitement bien étudié et efficace qui non seulement favorise la récupération du patient, mais préserve également pleinement la fonctionnalité de l'utérus. Après la procédure, la femme continue de mener une vie active, elle peut devenir enceinte et donner naissance à des enfants en bonne santé. Vous pouvez découvrir les caractéristiques et les résultats des EAU dans les cliniques de traitement des fibromes.

En raison de l'évolution asymptomatique de la plupart des maladies gynécologiques, il est recommandé de surveiller attentivement votre santé et de subir des examens gynécologiques et une échographie. Vous pouvez obtenir toutes les informations nécessaires en prenant rendez-vous ou consultation par e-mail.

Hystérorésectoscopie: caractéristiques et essence de la procédure

L'hystérorésectoscopie est une méthode endoscopique moderne et peu traumatique utilisée pour traiter de nombreuses maladies gynécologiques. Il se réfère à des procédures mini-invasives qui évitent les chirurgies abdominales et diverses conséquences désagréables. La manipulation est prescrite strictement selon les indications et en l'absence de contre-indications, par conséquent, avant de la réaliser, il est nécessaire de passer un certain nombre de tests.

Dans la plupart des cas, l'hystérorésectoscopie est effectuée systématiquement le 10e jour du cycle (2-3 jours après la fin des règles). C'est à ce moment que l'endomètre est fin, il permet d'examiner en détail toutes les formations détectées et de réduire le risque de saignement après l'intervention. Si une procédure d'urgence est nécessaire, le délai pour son achèvement n'est pas critique..

Il est possible de retirer le polype de l'utérus par hystérorésectoscopie sous anesthésie locale ou générale. En général, la procédure prend environ 20 à 30 minutes. Étant donné que la cavité utérine est normalement un espace fermé, pour la mise en œuvre complète de l'intervention, son expansion préliminaire avec un milieu spécial est effectuée. Ensuite, un hystérorésectoscope est introduit dans la cavité utérine, qui comporte diverses pièces jointes pour éliminer les néoplasmes, tandis que toute la procédure est effectuée sous un contrôle étroit, car les informations nécessaires sont transmises à l'écran du moniteur. Après le retrait du polype, la zone de sa fixation est cautérisée à l'azote ou au laser afin d'éviter la récidive, et le curetage ultérieur n'est pas exclu..

Grattage: description et essence de la procédure

Le nom «grattage» fait peur à de nombreuses femmes, même s'il ressemble en fait à la menstruation ordinaire, car lors de la manipulation, seule la couche fonctionnelle de l'endomètre est enlevée, et non la membrane entière, et elle est normalement rejetée à chaque cycle. Le grattage conventionnel est effectué à l'aveugle et ne permet pas d'évaluer les résultats de la procédure, mais si une hystéroscopie est effectuée après celle-ci, le médecin peut vérifier complètement son travail.

Dans la plupart des cas, le curetage est effectué régulièrement quelques jours avant le début des règles afin de rapprocher le plus possible la procédure du cycle normal, mais s'il est prévu de combiner l'intervention avec l'hystéroscopie lors du retrait du polype utérin, il est préférable de le réaliser après la menstruation afin de voir l'emplacement du polype le plus précisément possible..

Une manipulation au milieu du cycle peut entraîner un écoulement sanglant prolongé dans la période postopératoire, pendant la menstruation, il est également déconseillé d'effectuer la procédure, car la membrane muqueuse a subi des modifications nécrotiques et son examen histologique ultérieur sera non informatif.

Avant le curetage, un certain nombre de tests doivent être effectués pour exclure les complications. L'intervention est réalisée sous anesthésie intraveineuse et dure environ 15 à 30 minutes. Après le début de l'anesthésie, le médecin insère un spéculum gynécologique, fixe et dilate le col de l'utérus, puis une curette est insérée et la couche fonctionnelle de l'endomètre est grattée. Le grattage résultant est envoyé pour une recherche plus approfondie.

À quoi s'attendre après le retrait du polype utérin

L'hystéroscopie et le curetage sont des interventions peu traumatiques et, après le retrait des polypes utérins et d'autres formations, ne provoquent pratiquement pas de symptômes désagréables. Quelques heures après la manipulation, la patiente peut déjà être renvoyée chez elle, mais une hospitalisation d'une journée dans un hôpital n'est pas exclue pour surveiller son état ultérieur. Afin d'éviter les complications postopératoires, le médecin prescrit divers médicaments. Après le retrait des polypes de l'utérus, des sensations douloureuses dans le bas-ventre se produisent, avec une réaction douloureuse prononcée, des médicaments sont prescrits (analgésiques et antispasmodiques). Un écoulement sanglant est possible pendant plusieurs jours, tandis que des saignements abondants ne sont possibles que pendant plusieurs heures, sinon une anémie se développera avec certaines conséquences.

Le cycle menstruel régulier n'est pas rétabli immédiatement, certaines patientes notent un retour rapide à la normale (après 30 à 40 jours). Bien que dans la plupart des cas, il revienne à la normale après 3-4 mois, les changements peuvent être liés non seulement à la fréquence du cycle, mais également au volume des sécrétions et à leur durée..

Le traitement des maladies gynécologiques est souvent effectué pour éliminer les causes de l'infertilité. Les polypes dans l'utérus, comme les ganglions myomateux, n'excluent pas en eux-mêmes le début de la grossesse, mais ils peuvent causer certaines difficultés, notamment empêcher la rencontre des cellules germinales, la libération d'un ovule fécondé, son attachement et la mise au monde d'un enfant. Après le retrait des formations, il est possible de planifier une grossesse après 6 mois, moment auquel le corps de la femme a le temps de récupérer complètement et de se préparer à la position à venir.

Période postopératoire

Les méthodes d'élimination des polypes utérins sont moins traumatisantes, mais après les procédures, une femme doit surveiller attentivement sa santé et avertir rapidement le médecin des symptômes inhabituels. Si des saignements prolongés et des écoulements inhabituels se produisent, la température corporelle augmente, alors le développement d'une réaction négative après la chirurgie doit être suspecté.

Les complications postopératoires sont extrêmement rares, mais vous devez être conscient de la possibilité de leur survenue. Le plus souvent, des saignements utérins surviennent, ce que de nombreux patients considèrent comme une variante normale. Après avoir retiré les polypes de l'utérus, les taches ne devraient pas durer plus de 7 à 10 jours, tandis que leur intensité devrait progressivement s'estomper. Si cela ne se produit pas, vous devez consulter un médecin..

Les réactions inflammatoires causées par une infection ne sont pas exclues. Cela se traduit par une augmentation de la température corporelle, une douleur intense dans le bas de l'abdomen, un écoulement avec un mélange de pus et une odeur désagréable. Pour prévenir la possibilité d'inflammation, des médicaments anti-inflammatoires et antibactériens sont prescrits après le retrait des polypes utérins..

En raison d'un spasme du col de l'utérus, un hématomètre (accumulation de sang dans la cavité utérine) peut apparaître, provoquant une douleur et une inflammation sévères. Afin d'éviter cette réaction, des antispasmodiques sont prescrits. Il est extrêmement rare que les procédures provoquent une perforation de l'utérus, une hyperextension de sa cavité et d'autres conséquences associées à des violations des mesures de sécurité et des méthodes de manipulation..

Toutes ces réactions affectent les résultats du traitement et l'état de santé, par conséquent, le médecin traitant doit être averti de la survenue de tout symptôme suspect. Il pourra ajuster les tactiques de traitement, sélectionner les mesures les plus efficaces pour éliminer les conséquences et récupérer rapidement après les manipulations.

  1. Lubnin D. M., Tikhomirov A. L. Embolisation sélective des artères utérines dans l'algorithme de traitement de préservation des organes des fibromes utérins: dis. - Moscou: [Mosk. Etat stomatologie médicale. Ministère universitaire de la santé de la Fédération de Russie], 2005.
  2. Hystéroscopie // Grande encyclopédie médicale / ed. B.V. Petrovsky. - 3e éd. - M.: Encyclopédie soviétique, 1974-1989.
  3. "Gynécologie opératoire" éd. Kulakova V.I., M. - Médecine, 1990, 390 p..
  4. V.V. Persianinov "Gynécologie opératoire". - M. - Médecine, 1985, 100 s.
  5. Zaporozhan V.V., "Traitement des maladies des organes génitaux féminins", Odessa, "Folio", 2001, 456 p..

Il Est Important De Savoir Sur La Planification

Soulagement - traitement symptomatique des hémorroïdes chez la femme enceinte

Analyses

Medical Consultant Pregnancy Relief - traitement symptomatique des hémorroïdes chez la femme enceinteLes hémorroïdes sont l'une des maladies non transmissibles les plus délicates.

Propriétés utiles du jus d'ananas fraîchement pressé

Analyses

Le jus d'ananas contient des substances uniques qui ont un effet positif sur le corps. Les personnes en surpoids devraient absolument inclure cette boisson aromatique dans leur alimentation.

Huiles essentielles pendant la grossesse

Conception

Les huiles essentielles sont utilisées dans la pratique des soins personnels depuis des milliers d'années. Avec la bonne approche, les huiles essentielles peuvent améliorer le tonus général du corps, avoir un effet bénéfique sur l'état psychologique et uniformiser le fond émotionnel, améliorer l'état de la peau, renforcer le système immunitaire, avoir un effet bactéricide, antiseptique, anti-inflammatoire...

Conséquences et pronostic pour l'accouchement à 28 semaines de gestation

Conception

Chaque femme enceinte souhaite porter un bébé en toute sécurité et accoucher à temps. Mais parfois, il arrive que le bébé naisse bien avant la date de naissance préliminaire.